Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 poèmes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
AuteurMessage
asterix



Nombre de messages : 1058
Date d'inscription : 03/04/2014

MessageSujet: Re: poèmes   Ven 19 Aoû 2016 - 12:11

Revenir en haut Aller en bas
SaPa

avatar

Masculin Nombre de messages : 7343
Age : 61
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: poèmes   Jeu 27 Oct 2016 - 0:18



Caminante no hay camino [Toi qui marches, il n'existe pas de chemin]

Todo pasa y todo queda, [Tout passe et tout reste,]
pero lo nuestro es pasar, [mais le propre de l'homme est de passer,]
pasar haciendo caminos, [passer en faisant des chemins,]
caminos sobre el mar. [des chemins sur la mer.]

Nunca perseguí la gloria, [Je n'ai jamais cherché la gloire,]
ni dejar en la memoria [ni cherché à laisser dans la mémoire]
de los hombres mi canción; [des hommes ma chanson ;]
yo amo los mundos sutiles, [j'aime les mondes subtils,]
ingrávidos y gentiles, [légers et aimables,]
como pompas de jabón. [comme des bulles de savon.]

Me gusta verlos pintarse [J'aime les voir se peindre]
de sol y grana, volar [de soleil et de rouge, voler]
bajo el cielo azul, temblar [sous le ciel bleu, trembler]
súbitamente y quebrarse... [soudainement et se rompre...]

Nunca perseguí la gloria. [Je n'ai jamais cherché la gloire.]

Caminante, son tus huellas [Toi qui marches, ce sont tes traces]
el camino y nada más; [qui font le chemin, rien d'autre ;]
caminante, no hay camino, [toi qui marches, il n'existe pas de chemin,]
se hace camino al andar. [le chemin se fait en marchant.]

Al andar se hace camino [En marchant on fait le chemin]
y al volver la vista atrás [et lorsqu'on se retourne]
se ve la senda que nunca [on voit le sentier que jamais]
se ha de volver a pisar. [on n'empruntera à nouveau.]

Caminante no hay camino [Toi qui marches, il n'existe pas de chemin]
sino estelas en la mar... [si ce n'est le sillage dans la mer...]

Hace algún tiempo en ese lugar [Il fut un temps dans ce lieu]
donde hoy los bosques se visten de espinos [où aujourd'hui les bois s'habillent d'épines]
se oyó la voz de un poeta gritar [on entendit la voix d'un poète crier]
"Caminante no hay camino, ["Toi qui marches, il n'existe pas de chemin,]
se hace camino al andar..." [le chemin se fait en marchant..."]

Golpe a golpe, verso a verso... [Coup après coup, vers après vers...]

Murió el poeta lejos del hogar. [Le poète mourut loin de chez lui.]
Le cubre el polvo de un país vecino. [Il est recouvert de la poussière d'un pays voisin.]
Al alejarse le vieron llorar. [En s'éloignant on le vit pleurer.]
"Caminante no hay camino, [Toi qui marches, il n'existe pas de chemin,]
se hace camino al andar..." [le chemin se fait en marchant...]

Golpe a golpe, verso a verso... [Coup après coup, vers après vers...]

Cuando el jilguero no puede cantar. [Quand le chardonneret ne peut chanter]

Cuando el poeta es un peregrino, [Quand le poète est un pèlerin,]
cuando de nada nos sirve rezar. [quand il ne sert à rien de prier.]
"Caminante no hay camino, ["Toi qui marches, il n'existe pas de chemin,]
se hace camino al andar..." [le chemin se fait en marchant..."]

Golpe a golpe, verso a verso. [Coup après coup, vers après vers.]
Revenir en haut Aller en bas
signora

avatar

Féminin Nombre de messages : 17195
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: poèmes   Sam 29 Avr 2017 - 16:59

Vague à l'Ame


Et c’est à force de me taire
que je me parle à n’en finir.
Et c’est à force d’en pâtir
que je m’en gausse la première.


A quoi me sert de n’être poire ?
A quoi me sert froide raison ?
Je jette un caillou dans la mare
et je vois s’agrandir les ronds.


Ce qui se défait se refait…
et tout se meurt… et tout renaît…
et tout recommence à jamais…
Me voilà parlant sans arrêt !…


Mais c’est à force de parler
que je me tais à n’en finir.
Et c’est à force d’en pâtir
que tantôt je m’en gausserai.


A quoi me sert de n’être poire ?
A quoi me sert froide raison ?
Je jette un caillou dans la mare
et je vois s’agrandir les ronds.


Esther Granek,



 Je cours apres mon ombre, 1981
avec des fleurs
Revenir en haut Aller en bas
signora

avatar

Féminin Nombre de messages : 17195
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: poèmes   Sam 29 Avr 2017 - 17:08

Recommencement


Depuis le chant du coq

et jusqu’au chant du cygne

tu cultives ta vigne

dans la terre et le roc.



Depuis le chant d’amour

et jusqu’au chant de haine

tu cultives ta peine

aux heures de chaque jour.


....


https://www.babelio.com/auteur/Esther-Granek/305021
Revenir en haut Aller en bas
signora

avatar

Féminin Nombre de messages : 17195
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: poèmes   Sam 29 Avr 2017 - 17:15

https://www.babelio.com/auteur/Esther-Granek/305021

Esther Granek. Cogitations. (vidéo 5 mns ...)

Je cours après mon ombre ...
Magnifique !     I love you
Revenir en haut Aller en bas
SaPa

avatar

Masculin Nombre de messages : 7343
Age : 61
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: poèmes   Ven 17 Nov 2017 - 11:42

signora a écrit:
Vague à l'Ame


Et c’est à force de me taire
que je me parle à n’en finir.
Et c’est à force d’en pâtir
que je m’en gausse la première.


A quoi me sert de n’être poire ?
A quoi me sert froide raison ?
Je jette un caillou dans la mare
et je vois s’agrandir les ronds.


Ce qui se défait se refait…
et tout se meurt… et tout renaît…
et tout recommence à jamais…
Me voilà parlant sans arrêt !…


Mais c’est à force de parler
que je me tais à n’en finir.
Et c’est à force d’en pâtir
que tantôt je m’en gausserai.


A quoi me sert de n’être poire ?
A quoi me sert froide raison ?
Je jette un caillou dans la mare
et je vois s’agrandir les ronds.


Esther Granek,



 Je cours apres mon ombre, 1981
avec des fleurs


les Marcheurs ...

Signora ...Tu es partie ...?
Tu es Ministre ...??  
Tu Marches ...??

...

.
Revenir en haut Aller en bas
SaPa

avatar

Masculin Nombre de messages : 7343
Age : 61
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: poèmes   Ven 17 Nov 2017 - 11:55

Hommage aux Victimes des Attentats de Paris ...

Paris ferido
No meio das ruas ruidosas
A tua alma dilata-se e vira um pássaro
O medo cessa e voltas a ser um mistério
Repara nas vedações da dor que te cerca,
Não vês que são brotos com cheiro a magnólia?
Continua a cantar nas noites escuras
Perfumando de liberdade a fluidez do tempo
O frio cortante cai a magoar e a cabana do teu abrigo abraça-te mais
E tu sonhas o sol que te aguarda
De mãos dadas com os irmãos do mundo
Dos teus olhos soltam-se pombas
Saltas pontes e derrubas muros
E campos férteis florescem
A espera é como uma cadeira de baloiço correndo para o futuro
Tão longe a humanidade aguarda os ideais
Há beijos multiplicados com os sabores das nações
És fogo de luz que se acende sobre a cegueira
Quando a chuva mudar de cor e parar, verás
Que as estrelas nunca desapareceram de vista
Onde se alinha uma multidão de céus.

Helena Marques
28 / 11 / 2015

Paris meutri
Au milieu des rues bruyantes
ton âme s'épanouit et virevolte un oiseau
la peur nous abandonne et tu redeviens mystere
tu soignes en faisant oublier la douleur qui t'entoure
ne vois tu pas ces bourgeons aux senteurs de magnolia
tu continues à chanter dans les nuits sombres
parfumant de liberté le fluide du temps
le froid mordant tombe et blesse , et la cabane qui te sert d'abri ne te protege plus
et tu rêves du soleil qui t'attend
les mains ouvertes à nos frères du monde
de tes yeux s'échappent des colombes
tu enjambes les ponts et brises les murs
et les champs féconds fleurissants
l'espoir est comme une chaise de balançoire filant vers le futur
aussi longtemps que l' humanité espere tes idéaux
reçois de multiples baisers du coeur des nations
tu es un feu de lumière qui nous éclaire de la cécité
quand la pluie changera de couleur et cessera , tu verras
que les étoiles n'ont jamais disparu de ta vue
où s'aligne une multitude de ciels

Helena Marques - Ministry of Education (Portugal)
28 Novembre 2015 ...



.
Revenir en haut Aller en bas
signora

avatar

Féminin Nombre de messages : 17195
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: poèmes   Mar 5 Déc 2017 - 17:51

Citation :
les Marcheurs ... 

Signora ...Tu es partie ...?
Tu es Ministre ...??  
Tu Marches ...?? 

 ... 

Non, non ... je  cours toujours après mon ombre quand je l'aurai je reviendrai ... promis  ptit bisou
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: poèmes   

Revenir en haut Aller en bas
 
poèmes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 16 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16
 Sujets similaires
-
» Les poèmes comme ça
» CD de poèmes Normands
» Poster vos poèmes et poésies.
» Poèmes à trous
» Vos poèmes préférés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: La vie du forum :: Au coin du feu :: Culture - suggestions-
Sauter vers: