Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
AuteurMessage
Marencau



Nombre de messages : 1140
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Ven 11 Mai 2012 - 23:22

@Vincent

Merci pour tes convaincantes précisions et je souscris en très grande partie à ton analyse. As-tu lu les études d'Emmanuel Todd à ce sujet ? Il me semble que oui Smile

@Lavandière
Citation :
Je ne suis pas constitutionnaliste LOL
Moi non plus ;-)

Citation :
mais peut-être pourrait-il être inscrit dans ladite constitution que les medias ne devront en aucun cas par leur analyse ou leur présentation faire une différence entre les candidats, et que les instituts de sondage ne devront pas être sollicités (tiens encore une nouveauté depuis De Gaulle !) pendant toute la durée de la campagne afin qu'elle se déroule dans un climat de sérénité.
Pour moi c'est bien plus profond que des sondages ou des analyses. C'est vraiment au niveau du rapport client/fournisseur qu'ont développé les médias.

Quand à de Gaulle... il ne disposait peut-être pas d'Opinionway ou je ne sais qui mais ça ne l'empêchait pas de savoir calculer pour arriver à ses fins en fonction de la sensibilité du moment. Vu qu'on est sur un forum de centristes, parlons du MRP. Il n'a pas hésité à faire une trêve dans ses tentatives d'abattre la constitutions européenne (quand il n'était pas au pouvoir) car il avait besoin de la majorité avec les députés MRP pour régler la guerre d'Algérie alors qu'il y revient. Mais une fois terminée, hop! 5 semaines après les accords d'Evian, célèbre conférence pas vraiment en faveur de la construction européenne... Même pas besoin de sondages pour jouer avec l'opinion et les parlementaires !

Citation :
Quant aux évolutions de moeurs : on peut penser aux homos qui poussent au maximum pour être reconnus comme tels, la constitution pourrait entériner leur état,.
Inscrire l'existence d'une communauté dans la constitution ? Bigre... ce sont des Hommes que les autres, pas besoin de ça.

Citation :
il y a quand même des personnes qui sont allées voter alors que le résultat était déjà connu ! ce qui est quand même assez hallucinant et que l'on connaît les résultats des DOM/TOM dès le matin du vote en métropole : quelle pourrait être la parade inscrite en lettres d'or ?
Bof... on pourrait tout simplement ne pas s'exciter autant sur la publication des résultats...

Citation :
Si on avait un vote par tirage au sort, celà nous reviendrait à quasiment rien ! donc, de grosses économies pour le budget de l'Etat qui est en bien mauvaise posture, à ce que je crois savoir ! - et qui même en période de prospérité ne pourrait que s'en porter encore mieux !

Comme ce n'est pas ma position, je ne commente pas.

Citation :
et ce système ne devrait pas forcément amener à moins d'autorité de l'Etat surtout si les assemblées telles que nous les connaissons ou quelque peu remaniées à la marge, persistaient.
Moins de légitimité, en tout cas, c'est sûr... mais je ne vois toujours pas comment s'organise ou s'articule ton système.

Citation :
Pour ce qui est de Mediapart [...]
En fait tu considères que le phénomène d'influence était marginal (nous ne le saurons jamais) donc pas grave... mais s'il était plus gros ? C'est parce que Médiapart est "un bon journal" qu'il en a le droit ?
Revenir en haut Aller en bas
Mairon

avatar

Masculin Nombre de messages : 546
Age : 28
Localisation : Somewhere
Date d'inscription : 14/01/2012

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Ven 11 Mai 2012 - 23:30

Citation :
vote par tirage au sort

Sonnette d'alarme : tout sauf ça, non, pas de tirage au sort pour des postes et des fonctions aussi importants. Il ne faut pas aller trop loin non plus.
Je vois bien qu'il y a un phénomène autour du cas islandais transmis par twitter/facebook etc., mais j'espère que ça va être modéré par les spécialistes, parce qu'on lit des réactions... bon.

Je rappelle ce que j'ai écrit et j'ajoute :
1 - appliquer au moins la plupart des propositions de Bayrou dans son projet de référendum. Il y a beaucoup de consensuel dedans, et d'autres points dont l'ampleur peut être discutée (proportionnelle) ou la portée modifiée, mais dans l'ensemble, ça me semble nécessaire.

2 - nous allons entrer dans un nouveau quinquennat, avec une nouvelle Assemblée, avec la spécificité d'avoir un Sénat à gauche. Voyons ce que cela donne, comment Hollande va faire fonctionner le système, notamment par rapport à la question du premier ministre. A partir de là, on peut discuter sur des évolutions possibles (rappel, la question du rôle du premier ministre avait été posée par Fillon lui-même avant 2007).

3 - Voyons ensuite ce que donne la Ve République rénovée et assainie grâce aux mesures précitées. A partir de là, des débats sont toujours possibles en ce qui concerne le choix d'une autre méthode de vote, à la présidentielle par exemple, mais comme l'écrit Marencau, cela implique nécessairement une réorientation plus ou moins grande du modèle.

4 - Plusieurs points évoqués dans ce sujet ne relèvent pas vraiment de la question constitutionnelle dans cette optique, mais des questions relatives au bon fonctionnement d'une démocratie et d'une république, par exemple l'éducation (civique et intellectuelle, conduisant à l'indépendance de jugement) des citoyens et leur information. La question médiatique est cependant d'une importance capitale dans le fonctionnement du système, et il est certain que des choses peuvent être améliorées.
Revenir en haut Aller en bas
Lavandière



Féminin Nombre de messages : 134
Age : 68
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Sam 12 Mai 2012 - 0:05

Juste deux mots avant d'aller rejoindre les bras de Morphée ! puisque je vois que vous les Jeunes vous en avez encore sous le pied !!
"Plusieurs points évoqués dans ce sujet ne relèvent pas vraiment de la question constitutionnelle dans cette optique, mais des questions relatives au bon fonctionnement d'une démocratie et d'une république, par exemple l'éducation (civique et intellectuelle, conduisant à l'indépendance de jugement) des citoyens et leur information. La question médiatique est cependant d'une importance capitale dans le fonctionnement du système, et il est certain que des choses peuvent être améliorées."
Pour ce qui est de l'éducation je voulais l'évoquer : effectivement, il faudrait impérativement que - par exemple - en 3ème à la fin de la scolarité obligatoire (et à peu de temps de la majorité et du droit de vote) : il y ait une formation à la citoyenneté comprenant des cours sur : qu'est'ce que la démocratie, un peu de sociologie et surtout des cours de politique, pour que les jeunes soient capables de s'y retrouver, et surtout de voter en toute connaissance de cause ! Il semblerait que nous soyons encore bons derniers en la matière ! (vs l'Allemagne par exemple), mais cette évolution des esprits serait longue à influer sur un maximum de votants, alors peut-être inciter parallèlement les MJC a proposer ce type de formation, avant les élections en directon des adultes.

Par ailleurs, les votes de Valeur testés par exemple, et qui ont l'avantage de ne pas revenir sur le suffrage universel ne me paraissent pas être très lisibles par les plus largués de notre société(analphabètes, illettrés, ) outre les écueils pointés par Marencau.

Et enfin, je sais (mais je n'ai pas pris le temps de lire leurs programmes !) que le FDG veut une 6ème République, et donc je suppose une nouvelle constitution. Savez-vous ce qu'ils y mettent dedans principalement ? Peut-être un peu plus que ce qu'a proposé FH avec la suppression du mot : race !
Revenir en haut Aller en bas
Mairon

avatar

Masculin Nombre de messages : 546
Age : 28
Localisation : Somewhere
Date d'inscription : 14/01/2012

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Sam 12 Mai 2012 - 0:45

Citation :
il y ait une formation à la citoyenneté

Je ne sais pas trop comment les choses se passent aujourd'hui par rapport à l'instruction civique. Je sais que la matière est, ou était à mon époque pas très lointaine, plus ou moins reléguée, il ne devait pas être rare que les heures puissent être utilisées pour d'autres choses (rattraper des cours d'histoire-géo pour compléter le programme). Mon expérience a été plutôt bonne, mais j'étais dans le privé, donc dans un cadre privilégié, et puis j'étais un élève à l'écoute, donc je ne peux pas me prononcer pour mes camarades plus distraits. Cela me semblait un peu court par rapport à ce que j'estimais être possible d'enseigner pour bien faire comprendre le fonctionnement et les enjeux aux jeunes, mais en parallèle on avait une visite de l'Assemblée nationale et une intervention de député - mais c'était déjà au lycée...
Le problème de l'instruction civique rejoint celui de l'enseignement de l'histoire, concernant l'aspect politique. La priorité n°1 devrait être d'assurer à 100% le "apprendre à apprendre" et "détenir les clés" (j'ai la flemme de rechercher une expression plus précise, désolé, il est tard) dans ces deux domaines. n°2 : tout le contenu essentiel, mais dans une perspective de qualité, pas de quantité, et dans une dimension cohérente et raisonnée, permettant au cadre général d'être parfaitement intégré. n°3 : inciter à aller plus loin pour compléter le dispositif, mais pas en accumulant à un rythme dément des connaissances qui ne seront dans la majorité des cas pas bien (voire pas du tout) intégrées si l'on suit cette méthode stakhanoviste. Bon, je me suis un peu écarté, mais ça vaut le coup quand même.
Les aspects 1 et 3 méritent une importance particulière. Se renseigner davantage sur le fonctionnement de notre pays, de ses institutions, sur la politique, etc., c'est un jeu d'enfant... quand on a les clés données par une bonne éducation et quand on a été incité à le faire.

Citation :
le FDG veut une 6ème République, et donc je suppose une nouvelle constitution

Oui, le FDG voulait instituer une constituante et donc préparer une nouvelle constitution.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Sam 12 Mai 2012 - 9:35

Lavandière a écrit:
Il est vrai qu'un scrutin proportionnel tel que le proposait Bayrou à hauteur de 25 % serait déjà un gros plus (il paraît d'ailleurs qu'en 2007, il avait proposé 50 % !)
Non, il avait proposé 10%.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Lavandière



Féminin Nombre de messages : 134
Age : 68
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Sam 12 Mai 2012 - 13:16

SUPER ! Ce jour en accès libre via leur blog un article de Michel de Pracontal sur le suffrage universel , comme quoi il n'y a pas que sur ce forum que les esprits commencent à s'ouvrir à des alternatives !


Samedi-sciences (42): faut-il abandonner le suffrage universel?
12 Mai 2012 Par Michel de Pracontal

Kleroterion: machine à tirer au sor les jurys à Athènes © Musée de l'Agora antique d'Athènes

C’est le genre d’idées qui risque de provoquer une levée de boucliers immédiate, et pourtant… Selon James Fishkin, professeur de science politique et directeur du « Center for Deliberative Democraty » à l’université Stanford, Californie, plutôt que d’appeler tous les citoyens à élire leur président de la république, il serait préférable de sélectionner, de manière aléatoire, un échantillon représentatif de la population, dont le vote serait ensuite extrapolé à tout le pays.

Antidémocratique ? Pour son deuxième mandat, en 2004, George Bush a été élu avec un taux d’abstention de 43,3% ; et 37% des électeurs ne se sont pas dérangés lors de l’élection de Barack Obama en 2008. De fait, aux Etats-Unis, le comportement des électeurs met en question le fonctionnement du suffrage universel. C’est moins vrai en France, mais l’abstention très élevée du 21 avril 2002 n’a-t-elle pas été l’un des facteurs qui ont permis l’accession de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour ?

L’idée de Fishkin est qu’au lieu d’un suffrage universel qui n’est pas réellement appliqué, il vaudrait mieux choisir un groupe d’électeurs qui s’investiraient pleinement dans le vote, et qui traduiraient la volonté publique. A l’échelle de la population des Etats-Unis, soit 313 millions d’habitants, un échantillon de 100.000 votants restituerait une image fidèle de l’opinion. En France, il suffirait d’un groupe d’environ 20.000 électeurs.

D’après James Fishkin, un tel système permettrait de retrouver un meilleur fonctionnement démocratique, parce que le citoyen ordinaire ne peut consacrer un temps suffisant pour s’informer, réfléchir et décider en connaissance de cause. Et cela, alors que des questions de plus en plus complexes sont posées lors des élections. Ainsi, en 2010, les électeurs californiens devaient se prononcer sur quatorze propositions concernant des sujets variés allant de la législation sur les drogues aux règles budgétaires.

« Les gens ont si peu de temps pour délibérer que certaines personnes font des choix reposant sur le fait qu’ils trouvent la coiffure d’un candidat à leur goût», estime Fishkin, interrogé dans le magazine Wired. On pourrait lui objecter que la situation semble moins caricaturale en Europe. En France, notamment, le référendum de 2005 sur le projet de constitution européenne a suscité une discussion à grande échelle, malgré la complexité du sujet. D’un autre côté, il n’est pas évident que le résultat ait été réellement un choix informé des citoyens.

Quoi qu’il en soit, selon Fishkin, le vote dans les démocraties modernes risque de se dévoyer dans la futilité. Pour y remédier et tester son idée, le professeur de Stanford a organisé des groupes de discussion dans 18 pays, notamment la Grèce et la Chine. Chaque groupe comporte entre 200 et 300 citoyens choisis de manière aléatoire. A l’occasion d’une élection ou d’un référendum d’initiative populaire, le groupe consacre un ou deux jours à écouter et discuter les points de vue de différents experts sur les mérites respectifs des candidats ou sur la question posée.

Le groupe est sondé avant et après ces discussions. Comme on pouvait l’imaginer, les opinions des membres du groupe changent très souvent après ces délibérations. Ce qui conforte l’idée qu’en temps normal, le vote des électeurs n’est pas suffisamment informé. Et que les décisions prises par un sous-groupe représentatif et bien informé seraient meilleures que celles qui sont issues du suffrage universel.

Fishkin propose de mettre en application ce concept lors des votes réels. D’après lui, l’idée n’est pas aussi choquante qu’il y paraît, et elle est déjà en pratique dans certains cas. Par exemple, nous considérons comme légitime la décision d’un jury de cour d’assises, puisque les jurés ont été informés et ont pris le temps de délibérer. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour des décisions d’importance locale ou nationale ?

Un autre Californien, David Chaum, spécialiste de cryptographie, a mis au point un procédé qui sélectionne de manière aléatoire des électeurs tout en respectant leur anonymat. On peut comprendre en effet que si l’on faisait appel à un panel d’électeurs connus de tous, ces électeurs risqueraient de subir des pressions variées. Avec le système de Chaum, les votants choisis au hasard de recevoir leur bulletin de vote et d’être aiguillés sur un site web qui présente les débats entre les candidats. Les votants peuvent ainsi être informés à domicile, sans être publiquement identifiés.

Le dispositif de Chaum permet aussi aux votants de contrôler que leurs choix sont enregistrés correctement. Dans l’hypothèse où l’on adopterait le principe du vote par un groupe limité d’individus, cette possibilité de contrôle serait importante pour légitimer la procédure. Notons que ce dispositif a été testé en vraie grandeur, lors de deux élections municipales en 2009 et 2011, dans la ville de Takoma Park, Maryland, qui compte un peu moins de 17.000 habitants.

Par conséquent, le principe défendu par Fishkin pourrait être mis en place avec une technologie qui rendrait fiable le vote d’un groupe d’individus en nombre limité, se substituant au suffrage universel. Le professeur de Stanford insiste sur le fait que son système améliorerait le fonctionnement démocratique de l’élection, parce qu’il permettrait de faire apparaître des courants d’opinions qui sont sous-représentés et n’arrivent pas à s’exprimer lors des votes.

Mais le principe même de ce suffrage limité à un échantillon n’est-il pas contraire à la légitimité démocratique ? Pas selon Fishkin, qui rapproche son projet du « Conseil des 500 » (ou « Boulè ») en vigueur dans la démocratie athénienne de l’Antiquité. Cette assemblée, instaurée par Solon en 594 avant notre ère, siégeait de manière permanente. Ses membres étaient tirés au sort.

Cependant, Fishkin oublie de rappeler que le rôle de la Boulè se bornait à recueillir les propositions de lois des citoyens afin d’établir l’ordre du jour de l’Ecclesia, l’assemblée souveraine qui exerçait le pouvoir législatif. Or l’Ecclesia, elle, était composée de tous les citoyens, qui avaient le droit de participer aux quarante réunions annuelles de l’assemblée. Et de voter, à main levée ou à bulletins secrets.

C’était donc bien un principe de suffrage universel qui fondait la démocratie athénienne, contrariement à ce que suggère Fishkin. En pratique, cela ne fonctionnait pas parfaitement, loin de là : les réunions auraient dû compter jusqu’à 40.000 participants, mais leur nombre ne dépassait généralement pas 6000. Aristophane s’est d’ailleurs plu à ironiser sur l’absentéisme de ses concitoyens…

En somme, le problème de la faible participation des électeurs ne date pas d’hier. Même la cité athénienne en souffrait, ce qui ne l’empêche pas d’être considérée comme le berceau et le modèle de notre démocratie.

Cela relativise la démarche de James Fishkin et David Chaum : les problèmes qu’ils dénoncent sont certes bien réels, mais ils ont toujours existé. La démocratie athénienne que Fishkin cite comme modèle n’était sans doute pas meilleure que celles d’aujourd’hui, surtout si l’on considère qu’il s’agissait alors de décider pour 340.000 Athéniens et non pour 65 millions de Français ou 313 millions d’Américains.

L’idée de la « démocratie délibérative » de Fishkin n’en reste pas moins intéressante, même si elle semble difficile à appliquer telle quelle. Peut-être devrait-on associer le suffrage universel au système délibératif de Fishkin : créer une version moderne de la Boulè, sous forme d’un groupe représentatif qui définirait l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, ou les questions à soumettre au référendum ? Entre les représentants du peule, élus au suffrage universel, et le citoyen individuel, pourrait-on bénéficier de l’apport d’un sous-groupe informé, d’un échantillon représentatif susceptible de relayer les nuances de l’opinion publique ? La réflexion est ouverte.
Revenir en haut Aller en bas
Marencau

avatar

Masculin Nombre de messages : 1140
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Dim 13 Mai 2012 - 1:35

@ Lavandière

J'ai un peu écris déjà sur ce sujet au dessus. Le fait que n'importe qui puisse voter semble te poser un problème. Mais je pense que tu renverses la chose.

Personne ne prétend que le suffrage universel est le moyen d'obtenir la meilleur expression de l'intérêt général et les meilleurs élus au pouvoir. En revanche, le suffrage universel se justifie car les citoyens votent pour des politiques dont ils subiront les conséquences en tant que communauté politique...

Ensuite, l'éducation etc. est un long combat qui s'ensuit pour chaque citoyen soit capable d'être au niveau de ses responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Lavandière



Féminin Nombre de messages : 134
Age : 68
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Dim 13 Mai 2012 - 15:09

Jean-Luc a écrit:
Lavandière a écrit:
Il est vrai qu'un scrutin proportionnel tel que le proposait Bayrou à hauteur de 25 % serait déjà un gros plus (il paraît d'ailleurs qu'en 2007, il avait proposé 50 % !)
Non, il avait proposé 10%.

Surprised Je croyais avoir lu qu'on lui reprochait justement d'être en deça de 2007 en la matière. Mais je dois avoir confondu avec autre chose... En tous cas, merci de suivre mes élucubrations !
Revenir en haut Aller en bas
Lavandière



Féminin Nombre de messages : 134
Age : 68
Localisation : Dauphiné
Date d'inscription : 28/03/2012

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Dim 13 Mai 2012 - 15:47

Marencau a écrit:
@ Lavandière

J'ai un peu écris déjà sur ce sujet au dessus. Le fait que n'importe qui puisse voter semble te poser un problème. Mais je pense que tu renverses la chose.

Personne ne prétend que le suffrage universel est le moyen d'obtenir la meilleur expression de l'intérêt général et les meilleurs élus au pouvoir. En revanche, le suffrage universel se justifie car les citoyens votent pour des politiques dont ils subiront les conséquences en tant que communauté politique...

Ensuite, l'éducation etc. est un long combat qui s'ensuit pour chaque citoyen soit capable d'être au niveau de ses responsabilités.


Oui, ça me chagrine quelque peu que le résultat du suffrage universel puisse être dévoyé par des votes irréfléchis - par exemple celui d'un PDG du CAC 40 qui aurait abusé d'un château Margaux millésimé Cool !! - ou tirés au sort (dans un scrutin dont ce n'est pas la logique !), sans compter, et c'est le plus grave, la main-mise des medias sur ce scrutin , en effet, on ne pourra jamais en tirer une statistique mais le pourcentage des votes irréfléchis ou au petit bonheur la chance doit être minime, et doit être à peu près également réparti entre les partis et les candidats, alors que les orientations, les messages à peine subliminaux des medias doivent faire beaucoup plus de dégâts, mais là aussi, pas de possiblité d'avoir des sondages ou stats fiables !, ne serait-ce que parce que personne ne reconnaîtra jamais avoir été influencé par l'analyse d'un journaliste par ex.
Autrement, et je rejoins la dernière analyse de Mairon, il est vrai que le référendum que proposait FB aurait constitué une vraie avancée, et je pense notamment à la prise en compte du vote blanc, qui non seulement, permettait de donner un message fort : "aucun d'entre vous ne me convient !" mais en plus, aurait contribué à une chute je pense assez spectaculaire du vote extrême, et notamment FN, car je suis persuadée que le "vrai" vote FN en accord avec leurs valeurs, est très limité : le vote FN est surtout une transgression, un pied de nez gratuit, aux politiques "tous pourris" !
Et, merci à Vincent 15 pour sa recherche dans les archives de la 5ème ! tableau très intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Dim 13 Mai 2012 - 23:12

Non le vote FN ce n'est pas que du "tous pourris", sinon mélenchon, avec son "qu'ils s'en aillent tous", aurait dû faire pareil.

Le FN fait toujours de bons scores, et son plus mauvais ces dernières années était en 2007, époque où la droite décomplexée à la Sarko est apparue.

En fait le FN est bien plus complexe que ça, j'ai pas mal parlé avec des membres du parti ou des gens qui tournent autour, je pense que c'est un sujet que je maîtrise.

Tous les gens qui votent FN ne sont pas racistes, le FN n'est lui même pas un parti raciste, un certain nombre de personnes qui ne sont pas blanches y adhèrent.
Le FN a effectivement un certain nombre de revendications à l'égard des étrangers, notamment de ne pas leur donner autant de droits sociaux qu'aux français, mais il n'y a aucune distinction entre des catégories de français. Le FN est donc à priori xénophobe, ce qui n'est pas la même chose. Encore que pour trancher, il faudrait voir si le FN serait prêt à accueillir une immigration étrangère sous certaines conditions...

Mais je ne pense pas que l'explication soit là. Pour moi le succès du FN vient du fait qu'il ait réussi le tour de force de constituer un programme rassemblant un certain nombre de courants à priori incompatibles, mais qui tous pensent que ce programme du FN est un premier pas vers leur propre objectif idéologique.
J'en vois trois, si on fait abstraction de toute la mouvance poujadiste qui n'a pas d'idéologie précise, et de toute la mouvance issue de l'Algérie française, qui n'a plus vraiment de revendication précise :
- des nationalistes tendance maurassienne, royalistes, à la fois nationalistes et régionalistes (c'est à dire partisans de la "Vraie France" supposée intemporelle), souvent descendant d'aristocrates ou de familles très catholiques, qui voient dans le programme du FN un premier pas vers un retour des valeurs traditionnelles, et in fine, d'un bourbon à la tête du pays.
- des républicains nationalistes, toutes tendances confondues, qui auraient pu se retrouver dans un parti comme le MRC, DLR ou le MPF (et qui parfois font des aller/retours), mais qui pour des raisons stratégiques préfèrent soutenir le plus gros des partis défendant les mesures qui lui tiennent à coeur (indépendance nationale face aux institutions internationales, sortie de l'euro, etc).
- un certain nombre de communistes, qui voient dans le programme social du FN et dans sa défense des ouvriers français une avancée dans la lutte des classes contre le capital. Si vous écoutez les discours du PCF des années 60, vous ne serez pas étonné de ça.

Je n'ai jamais vu un seul fasciste au front national, même si les fascistes semblent voter pour eux (toujours faute de "mieux"), je ne pense pas qu'ils soient représentés au sein des cadres.

Bref, je pense qu'une grosse partie des votes du FN sont des votes d'adhésion, seulement ce sont des votes réalisés par des gens ayant des tendances variées dans un but stratégique (d'adhésion sélective si vous préférez). La difficulté de définir la ligne politique du FN s'explique facilement : le FN n'en a pas, ses propres membres le considèrent comme une structure de rassemblement temporaire, et l'expression du parti dépend des influences majoritaires et des ténors du moment.
Revenir en haut Aller en bas
Marencau

avatar

Masculin Nombre de messages : 1140
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Dim 13 Mai 2012 - 23:41

Complètement d'accord Vincent. Faire du vote FN un vote uniquement protestataire est à mon avis une erreur.

Le fait que ce parti traite des questions qui intéressent l'électorat populaire (immigration, euro...) et qu'il ait fait une OPA sur les thématiques gaullistes est une catastrophe. Ce n'est pas en balayant ses propos d'un revers de main, en le corrigeant en deux trois mouvements ou en se bouchant le nez qu'on arrivera à détourner ses électeurs, c'est plus profond que ça...
Revenir en haut Aller en bas
cgrotex

avatar

Masculin Nombre de messages : 209
Age : 41
Localisation : courlay
Date d'inscription : 16/02/2013

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Ven 5 Avr 2013 - 17:46

j ai signé la pétition de françois bayrou sur la moralisation de la vie politique française , mais je pense que encore une foi , il se trompe politiquement , une pétition ne réglera en rien le problème, et le "tous pourris" qui ne profiteras seulement au fn
je pense que c est le moment de reparler de la 6eme république , ne pas laisser mélenchon seul sur le sujet .
la 5eme na été faites que pour un général qui était lui patriotique , mais laisser de tel pouvoir aujourd'hui na pas de sens .
c est le moment de faire une république exemplaire , transparente , avec des contres pouvoirs politique et citoyennes .
une république ou on attendrais plus tous les 5 ans q un hommes seul changes nôtres vie .
une république avec un système fiscal égalitaire et claire.
une république avec une vrai indépendance de la justice et des médias
une république décentralisé ou toutes les formes de penser serais représenté
une république avec un vrai renouvellement de nos élues

dans un pays ravagé tous les 5 ans entre ça droite et ça gauche , une nouvelle république ne doit venir que du centre pour être equilibré
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Ven 5 Avr 2013 - 19:15

texier laurent a écrit:
dans un pays ravagé tous les 5 ans entre ça droite et ça gauche , une nouvelle république ne doit venir que du centre pour être equilibré
La nouvelle république du centre ? Ça me dit quelque chose…
http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Nouvelle_République_du_Centre-Ouest
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
cgrotex

avatar

Masculin Nombre de messages : 209
Age : 41
Localisation : courlay
Date d'inscription : 16/02/2013

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Ven 5 Avr 2013 - 19:20

c est peut être parce que j'y suis abonné que j ai écrit ça ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
AG59

avatar

Masculin Nombre de messages : 4607
Age : 43
Localisation : Orchies(59)
Date d'inscription : 23/03/2010

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Sam 6 Avr 2013 - 10:51

actuellement pour que le citoyen s'exprime, il n'existe que ça. la pétition a été signé par des personnes qui ne sont pas que modem. l'idée est maintenant reprise par le PS et l'UMP (en version light)

_________________
« Touche pas à mon pote-iron ! »
Jean-Luc
Revenir en haut Aller en bas
virgule



Nombre de messages : 51
Localisation : haute-savoie
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Jeu 9 Mai 2013 - 14:26

yves38brx a écrit:
Cumul des mandats
Il y a plusieurs sujets dans votre message.

D'abord le cumul des mandats, ce sujet avait été abordé dans des commissions du Modem. Nous avions abouti aux conclusions qui semblent devoir être retenues, pour éviter tous risques de conflits d'intérêts, un mandat éxécutif à un niveau donné n'est pas compatible avec un quelconque mandat dans les niveaux supérieurs. Ainsi on ne devrait pas pouvoir être maire d'une commune et conseiller général ou régional ou député. On ne peut être président ou vice-président dans un conseil général et conseiler régional ou député.
Il reste le problème de la liaison entre les niveaux et je serais très favorable à généraliser la solution à l'allemande où une deuxième assemblée réunit les délégués des landers. Ainsi avais-je proposé dans mon département qu'au conseil général soit associé, une fois par an au moins, une assemblée des Communautés de communes ou d'agglomération car ces dernieres réalisent de fait une grande part des investissements d'aménagement, ce qui permettrait une meilleure cohérence entre tous les projets. Cela pourrait commencer pour la commmunauté de communes qui serait dirigée par un conseil élu directement par le peuple auquel serait associé une assemblée des délégués de communes. Ce serait plus clair et plus démocratique que ce que prévoyait la majorité précédente.
Une autre question celle de la séparation des pouvoirs qui faisaient partie des objectifs du Modem. Cette séparation des pouvoirs conduit à séparer les fonctions délibératives ou législatives des fonctions éxécutives et comme cela se fait dans la majorité des pays européens pour les communes. Les maires ou plus complètemnet les éxécutifs sont élus indépendamment des conseils municipaux, ce qui a pour avantage secondaire mais important de permettre aux assemblées des élections à la proportionnelle intégrale. Ainsi lés éxécutifs sont amenés à négocier avec les différentes composantes du législatif d'où une meilleure maturation des projets.


)
Revenir en haut Aller en bas
cgrotex

avatar

Masculin Nombre de messages : 209
Age : 41
Localisation : courlay
Date d'inscription : 16/02/2013

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Jeu 9 Mai 2013 - 19:56

il faut absolument que françois bayrou reprend a sont compte la 6eme république !
une république décentralisé avec moins d'élues mais beaucoup mieux gouverné et beaucoup plus claire !
c est pas le ps et l ump qui se gave a chaque élections qui vont faire les reformes nécessaire ...
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Ven 10 Mai 2013 - 11:37

texier laurent a écrit:
une république décentralisé avec moins d'élues (…)
Et la parité, alors ? lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
cgrotex

avatar

Masculin Nombre de messages : 209
Age : 41
Localisation : courlay
Date d'inscription : 16/02/2013

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Sam 11 Mai 2013 - 0:05

excuse moi jean luc !!! lol !
Revenir en haut Aller en bas
virgule



Nombre de messages : 51
Localisation : haute-savoie
Date d'inscription : 20/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   Lun 20 Mai 2013 - 21:46

Le sujet abordé celui de la séparation des pouvoirs pour les communes n'a pas suscité de vraies discussions et pourtant cette solution résoudrait plusieurs problèmes qui font l'actualité aujourd'hui. D'abord celui des alliances pour les municipales, dans un système de séparation des pouvoirs pour lequel les maires sont élus en dehors du conseil ce dernier est élu à la proprtionnelle intégrale et donc les alliances n'ont pas raison d'être.
Dans ma commune losque j'ai été élu pour la 1ère fois la liste comprenait aussi bien des communistes que des sympatisants FN et les discussions sur les projets purement communaux se passaient pacifiquement. Le seul cas où la politique politicienne reprenait ses droits était pour l'élection des délégués à l'élection des sénateurs. J'écris ceci en réponse à la dernière missive de Marc Fesneau.
L'UMP est aussi empêtré dans ce débat des alliances avec le FN, qu'ils fassent des listes hors des appartenances ils n'en seront que plus démocrates puisque une des valeurs du Modem est la proportionnelle. Quel que soit le chemin qui est pris si il conduit à ce but c'est favorable.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Grand Thème] Les institutions, VI république, réformes
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 Sujets similaires
-
» Procureur de la république
» La grand-place de Mons le 16 décembre 07
» Le Grand Paris
» Article sur le Grand emprunt.
» passage au "lit de grand" ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Débats et projets :: Exprimez-Vous sur les grands thèmes :: Etat-
Sauter vers: