Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Liban : Elections présidentielles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Lun 29 Oct 2007 - 20:40

Je vous expliquerai après ces quelques albums photos pourquoi ces gens aimeraient voir le général Aoun devenir leur président. J'en fais partie et après vous avoir (je l'espère) objectivement défriché le terrain, il est temps de passer aux explications plus pointilleuses... n'hésitez surtout pas à poser vos questions. Je sais que la situation est quasi-totalement inconnue en France, donc pas de soucis ;-)
Revenir en haut Aller en bas
ArnaudH

avatar

Masculin Nombre de messages : 3660
Age : 44
Localisation : Rome, Italie
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Lun 29 Oct 2007 - 20:43

Merci bcp, en effet ça éclaire sur le point de vue de l'oppositions assez méconu en Europe (les photos sont superbes!)

Cela m'amène à poser plusieurs autres questions:

  • le Général Aoun et Nasrallah seraient-ils prêts à mettre de côté leurs ambitions personnelles au profit de personnes plus consensuelles?
  • pourquoi est-ce que les sunnites ne peuvent s'entendre avec une coalition chrétienne / chiite et quel intérêt pour eux de refuser la laïcisation s'ils sont les mieux représentés?
  • existe-t-il un lien (autre que financier) entre le Hezbollah et l'Iran?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.quindiblog.eu
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Lun 29 Oct 2007 - 20:57

Suite...

Sur place, le Hezbollah et le CPL controlent la situation, leurs sympathisants défilent chaque jour dans une ambiance bonne enfant. Des tentes naissent sur les deux places et les gens décident de camper jusqu'à ce que le gouvernement ne décide de démissioner.

Malheureusement le 3 décembre, un sympathisant du Hezbollah est abattu sans aucune raison par un pro-Hariri... l'opposition ne tombe pas dans le piège et ne répond pas!

Malgré les funérailles du jeune homme, le mouvement continue et diverses activités sont organisées.

-------------------------------------------------

Dimanche 3 décembre, cérémonie religieuse, foule orange et verte (le vert est porté par les sympathisant d'un parti chrétien du nord, les Marada de Sleyman Frangieh)









Le 5 décembre
, un sit-in de nuit










Le 9 décembre, 1100 personnes portent les couleurs de l'arc-en-ciel. Tous les partis sont ainsi représentés et appelés à s'entendre!

Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Lun 29 Oct 2007 - 21:13

ArnaudH a écrit:
Merci bcp, en effet ça éclaire sur le point de vue de l'oppositions assez méconu en Europe (les photos sont superbes!)

Cela m'amène à poser plusieurs autres questions:

  • le Général Aoun et Nasrallah seraient-ils prêts à mettre de côté leurs ambitions personnelles au profit de personnes plus consensuelles?
  • pourquoi est-ce que les sunnites ne peuvent s'entendre avec une coalition chrétienne / chiite et quel intérêt pour eux de refuser la laïcisation s'ils sont les mieux représentés?
  • existe-t-il un lien (autre que financier) entre le Hezbollah et l'Iran?

Je m'octroie un petit break pour te répondre Arnaud :-)

Pour la première question, qu'entends-tu par "une personne plus consensuelle"? Parles-tu de la présidence? Si c'est le cas, je vais paraitre un peu léger en répondant par une autre question: pourquoi le 1er ministre (sunnite) et le chef du parlement (chiite) ne doivent-ils pas être consensuels?
En réalité, le président de la république est tout désigné, ce devrait être le général et ce pour plusieurs raisons que je pourrai développer plus tard:
- popularité incontestée chez les Chrétiens (représentés par le poste de président)
- populaire dans toutes les communautés du pays, un cas unique au Liban.
- programme politique clair
- document d'entente avec le Hezbollah qui peut mener au règlement du cas de ses armes
- ne dépend d'aucune puissance étrangère, qu'elle soit américaine, française, syrienne ou iranienne (unique aussi!)
- ...

Pour ta seconde question, il ne s'agit pas d'un refus sunnite mais bien d'un refus du parti de Hariri. Il y a dans l'opposition plus de 30% de sunnites, aussi bien du nord, du centre et du sud du pays. L'argent de Hariri ne fait pas l'unanimité. Je peux donc te répondre que la mésentente est purement personnelle. Dans le programme politique du CPL, la lutte contre la corruption est largement mise en avant...

Enfin, pour la 3è question, il existe avant tout un lien idéologique entre le Hezbollah et l'Iran... la religion chiite bien sûr. Le lien financier est connu en effet.
Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Lun 29 Oct 2007 - 21:27

Le 10 décembre 2006, le rassemblement de l'opposition bat encore tous les records. Comme dit précédemment, l'affluence atteint les 1.5 millions de personnes rassemblés de nouveau entre les 2 grandes places de Beyrouth et les environs. Beaucoup de gens n'ont pu acéder au lieu de rassemblement, formant des petits groupes sur le chemin.

-----------------------------------------

Bon, ca devient redondant mais c'est bien un autre rassemblement que le précédent ;-)


De nouveau, un petit tour des places...








Une des rues environnantes





Inutile de dire que les autoroutes étaient bondées ce jour-là!





La bonne ambiance, toujours au rendez-vous avec les sympathisants du CPL ;-)













Et ça a duré jusqu'à la tombée de la nuit!

Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Lun 29 Oct 2007 - 21:48

Néanmoins, le gouvernement est resté insensible à ce raz de marrée! On appelle cela une démocratie dans les pays occidentaux.
Bref, après cette nouvelle démonstration, les activités ont repris, toujours dans une ambiance de fête...

--------------------------------------------

Le 17 décembre, les manifestants qui campent sur place depuis maintenant plus de 2 semaines décorent les barbelés les séparant du parlement libanais. En effet, les autorités ont toujours eu peur que le peuple les renverse par la force... il n'en fut rien (malheureusement, ai-je tendance à dire aujourd'hui).







Puis arrivent les fêtes de Noel, un sapin de Noel est érigé et décoré par les manifestants (aussi bien musulmans que chrétiens). Les enfants ne sont pas oubliés non plus puisque le père Noel et sa bande (en orange!) font un crochet par Beyrouth :-)
















La messe de minuit dans une église... trop petite!









L'incontournable "buche de Noël" ! Alors quand c'est en plus la plus grande buche au monde ;-). Elle relie les deux places (place des Martyrs et place Ryad el Solh)







Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Lun 29 Oct 2007 - 21:53

Ce sera tout pour aujourd'hui concernant ce vaste mouvement de l'opposition lancé en décembre 2006 donc. J'expliquerai un autre jour la suite des évènements à savoir les grèves de fin janvier 2007 (également largement détourné dans les médias d'Europe) et toute la suite.

D'ici là, n'hésitez pas à laisser vos commentaires, poser vos questions. Ma volonté est réellement d'informer un maximum de personne avant l'échéance présidentielle. Car dans le cas où aucun président n'est élu le 22 novembre pochain, il y aura une période très dangereuse pour le Liban et je crains une nouvelle désinformation de la part des médias occidentaux. Prenons les devants et soyez maîtres de l'information au moment venu, c'est tout ce que je souhaite.
Revenir en haut Aller en bas
pascal47

avatar

Masculin Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : agen
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Mar 30 Oct 2007 - 8:55

A la vue de la présentation que vous faites, celà ne correspond pas vraiment à ce qui nous est rapporté en France par la presse.

Quelques journalistes, quelques rédactions ayant une certaine ethique de part leur métier devrait faire de l'information et non pas la désinformation. Celà n' existe donc pas en France ? No


Dernière édition par le Mar 30 Oct 2007 - 11:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.laicite1905.com/index.htm
ArnaudH

avatar

Masculin Nombre de messages : 3660
Age : 44
Localisation : Rome, Italie
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Mar 30 Oct 2007 - 9:19

MoDem Liban a écrit:
D'ici là, n'hésitez pas à laisser vos commentaires, poser vos questions. Ma volonté est réellement d'informer un maximum de personne avant l'échéance présidentielle. Car dans le cas où aucun président n'est élu le 22 novembre pochain, il y aura une période très dangereuse pour le Liban et je crains une nouvelle désinformation de la part des médias occidentaux. Prenons les devants et soyez maîtres de l'information au moment venu, c'est tout ce que je souhaite.

Merci bcp, tes intentions sont louables en effet, toutes ces images nous sont inconnues (autant en France qu'en Italie!)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.quindiblog.eu
VALJEAN

avatar

Masculin Nombre de messages : 594
Age : 51
Localisation : Lille
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Mar 30 Oct 2007 - 12:33

La démocratie a un foyer chez les arabes, nous avons donc un devoir de la soutenir en toute objectivitée.

Cordialement,
Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Mar 30 Oct 2007 - 23:27

Merci pour vos messages et vos réactions. Cela me fait plaisir de savoir que cela sert à quelque chose.

Savez-vous qu'en 1989-1990, lorsque les Syriens mouraient d'envie de conquérir le dernier bation libre du Liban (1000km² de Beyrouth à Byblos, qui se situe à 40 kms au nord),la désinformation existait déjà. Il fallait alors justifier le silence des gouvernements occidentaux face à cette injustice. Néanmoins, beaucoup de Français n'étaient pas dupes et ne se sont pas tus. Ils ont voulu apporté leur soutien au peuple libanais et plusieurs députés ont même fait le déplacement au Liban, en pleine guerre, au palais présidentiel de Baabda. C'était déjà le général Aoun qui symbolisait la résistance de tout un peuple. Parmi les députés français qui lui ont apporté ce soutien y figurait François Bayrou ! Je posterai des photos (probablement inédites pour vous lol) de son voyage là-bas dès que possible. A cette époque, la population civile libanaise bravait tous les dangers en soutenant sur place le général Aoun. Les environs du palais de Baabda étaient envahis de tentes et les gens y faisaient la fête jours et nuits. L'affluence atteignait des pics de 500.000 personnes lors de rassemblements organisés... n'oubliez pas que ces gens venaient des 1000 km² libres du pays (1/10è de la surface du Liban).

Pour en revenir à François Bayrou, je serais quand-meme curieux de connaitre sa position actuelle au sujet du problème libanais. Quelqu'un serait-il assez proche de lui pour lui poser la question? Ou peut-etre son avis se trouve déjà quelque part? Je connais déjà sa position datant de l'élection présidentielle que je trouvais un peu légère... y a-t-il eu évolution? Il n'empêche qu'il reste pour moi celui qui peut le mieux comprendre la marginalisation de la majorité du peuple libanais au vu de son histoire avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Mer 31 Oct 2007 - 0:15

Suite du feuilleton...

Le gouvernement est toujours insensible aux actions de l'opposition. Quelques milliers de gens dorment sous les tentes et ne jurent de quitter le centre-ville que lorsque le gouvernement démissionnera.

Le mois de janvier arrive et la conférence des pays donateurs ou empreinteurs pour aider le Liban à sortir de la dette va se tenir à Paris (conférence Paris III) à la fin du mois. Le gouvernement libanais doit alors faire bonne figure et entame une série de réformes. Néanmoins, il vise les plus pauvres: augmentation de la tva de 11% à 16%. Quand on sait qu'il y a 5 ans, il n'y avait pas de tva... De plus, la privatisation de divers services publics est lancée. Cette fois, ce qui scandalise, c'est la perspective de voir à nouveau la famille Hariri en profiter comme ce fut le cas avec les télécommunications.
C'en est trop, une grève générale est décrétée par le syndicat principal du pays. L'opposition soutien cette grève alors que le gouvernement ne veut pas en entendre parler...

Le 23 janvier est le jour choisi pour la grève. Les syndicats et les partisans des partis de l'opposition se lève tôt le matin pour bloquer les grands axes routiers. Ils sont très vite attaqués par des éléments armés pro-gouvernementaux. On assiste alors à un scénario aussi inédit que grave. Les grévistes, attaqués partout dans le pays, sont protégés par l'armée libanaise et on frôle un affrontement entre miliciens gouvernementaux et l'armée libanaise. L'objectif était clairement de créer une guerre civile... Mark Hoayek, un gréviste de l'opposition, va symboliser cette journée. Touché au dos, il est paralysé à vie.

Voici quelques images de ce 23 janvier.

Dans le bas de la photo, l'armée qui protège les gréviste. Dans le haut, une attaque (des miliciens gouvernementaux) qui semble mieux organisée que la grève elle-même!




Les grévistes










Là, de nouveau des miliciens des forces libanaises de Geagea qui cherchent à provoquer des heurts. Armés, ils ont lancé des projectiles plusieurs minutes avant que l'armée n'intervienne.




Là, un kiosque "Orange" brulé par les mêmes miliciens...




Pendant ce temps, le CPL organise une conférence pour expliquer sa participation à la grève

Revenir en haut Aller en bas
ArnaudH

avatar

Masculin Nombre de messages : 3660
Age : 44
Localisation : Rome, Italie
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Mer 31 Oct 2007 - 11:15

Salut,

Encore un épisode que je connaissais pas du tout, merci pour les précisions.

Alors question, tout de même, sur ceux que tu appelles "miliciens" du gouvernement: sont-ils une véritable milice armée ou alors des partisans pro-gouvernementaux avec des tendances violentes (ce qui semble être le cas dans la photo plus haut)? sont-ils organisés avec un entraînement militaire ou est-ce une forme de militantisme extrémiste?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.quindiblog.eu
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Mer 31 Oct 2007 - 23:21

ArnaudH a écrit:
Salut,

Encore un épisode que je connaissais pas du tout, merci pour les précisions.

Alors question, tout de même, sur ceux que tu appelles "miliciens" du gouvernement: sont-ils une véritable milice armée ou alors des partisans pro-gouvernementaux avec des tendances violentes (ce qui semble être le cas dans la photo plus haut)? sont-ils organisés avec un entraînement militaire ou est-ce une forme de militantisme extrémiste?

Ils ne sont pas "déclarés" comme étant miliciens armés, encore heureux. Car déjà sans cela, ils font beaucoup de dégats.

Un autre sujet dont on pourrait débattre, et que vous connaissez surement plus, ce sont les affrontements entre l'armée libanaise et les extrémistes sunnites de Nahr el Bared. On sait tous qu'à l'origine de ces combattants se cache le mouvement de Hariri. C'est d'ailleurs après leur avoir refusé de payer une somme d'argent que ces fous se sont rebellés, ont braqué la banque de Hariri et puis attaqué l'armée libanaise. Il y a une interview du général Pellegrini, ex-commandant en chef de la FINUL, qui ne laisse aucun doute à ce sujet... je la posterai dès que possible.

A coté de ces mouvements extrémistes sunnites armés, il y a les extrémistes Chrétiens représentés par Samir Geagea. Ce sont ses hommes que vous voyez sur la première image. En 1989, cette milice armée avait refusé de se fondre dans l'armée libanaise pour combattre la Syrie. Elle finira meme par aider les Syriens en combattant l'armée libanaise et contraindre le général Aoun à l'exil. Le comble, c'est qu'elle désarmera juste après...
Néanmoins aujourd'hui, elle possède toujours des armes et ses partisans sont connus comme étant des "zo3ran" (=voyoux en français). Bon là je généralise peut-etre trop mais en tout cas, la concentration en voyoux y est anormalement élevée. Les bureaux régionaux du CPL sont saccagés quasi tous les jours et dès qu'une occasion se présente, ils ressortent leurs armes. Beaucoup les soupçonnent de commanditer les attentats sur des députés chrétiens. Il faut savoir que lors de la guerre civile, Geagea éliminait de grands chefs chrétiens de la manière la plus barbare qu'il soit. Deux cas sont très connus : Tony Frangieh et sa famille, et Dany Chamoun et sa famille, froidement assassinés dans leur maison, enfants compris!

Enfin, dernier mouvement de la majorité qui a un passé de miliciens armés, le parti de Walid Joumblat (Druze). Connus pour avoir massacré les Chrétiens de la montagne durant la guerre civile, ils ne semblent pas vraiment avoir lachés les armes... cette année, ses partisans ont déjà tués 2 militants druzes d'un parti de l'opposition.
Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Jeu 1 Nov 2007 - 0:23

Arf, il y a un délai de connexion... je reprends la suite des évènements mais en résumé.

Le 23 janvier
donc, les affrontements se sont essentiellement déroulés dans les rues chrétiennes alors que tout le pays était en grève. On pouvait alors entendre dans les médias occidentaux que la guerre civile inter-chrétienne n'était plus très loin. Or ces médias omettaient de dire que pour une guerre, il faut que les deux cotés soient armés. Le CPL est un parti connu pour son caractère pacifique, c'est d'ailleurs le seul grand parti libanais qui n'a pas le passé d'une milice armée. Les médias omettaient également de signaler que des militants des forces libanaises (Geagae) avaient été arrêtés en possession d'armes et en direction des lieus de grève. Ils ne disent pas non plus que sans la bravoure de l'armée libanaise, on aurait assisté à un carnage dans le camp du CPL. Ce jour-là, l'armée libanaise avait été accusée de prendre parti pour l'oppositon... Oui parce qu'elle aurait dû laisser les fous furieux s'acharner sur les grévistes!

Deux jours plus tard, le 25 janvier 2007, alors que le pays est encore sous tension, des troubles sont provoquées dans la rue musulmane. Chiites et Sunnites vont s'affronter dans un quartier pendant une journée. Des snipers font même leur apparition et tirent sur tout ce qui bouge. Le chef du Hezbollah interviendra en catastrophe pour exhorter ses sympathisants de ne plus répondre aux attaques. Dans l'heure qui suit, Hariri en fera de même. Néanmoins, dans les médias, ces affrontements sont présentés comme une tentative par le Hezbollah d'empêcher la mise en place du tribunal international... Ce que ne diront pas les médias, c'est que le bilan est de 3 morts, tous appartenant à l'opposition (chiite).


Passons aux images de cette seconde journée "noire".

Cette première image me fait penser aux images du JT où ces gens (qui portent des batons) étaient présentés comme des miliciens du Hezbollah. Sachez que ce sont en fait des sympatisants (sympa?) armés de Hariri...




Sympa n'est-ce pas?






Un sniper



Revenir en haut Aller en bas
VALJEAN

avatar

Masculin Nombre de messages : 594
Age : 51
Localisation : Lille
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Jeu 1 Nov 2007 - 16:51

Trés instructif tout cela.

Merci, et surtout continuez !
Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Jeu 1 Nov 2007 - 21:43

Merci pour votre écoute!

Je vous ai parlé de quelques documents ou interviews. Après recherches, j'ai retrouvé les principaux.

Je commence d'abord par le plus important à savoir le document d'entente entre le Hezbollah et le CPL. Celui-ci n'a pas été difficile à trouver et il est traduit en français.
Ce document a été signé à l'issue d'une rencontre entre le général Aoun et Hassan Nassrallah le 6 février 2006. Cette réunion s'est tenue en l'église St Michael à Chiah, lieu symbolique car situé sur la ligne verte délimitant l'est et l'ouest de Beyrouth en temps de guerre Chrétiens-Musulmans...
Ce fut le résultat d'une quarantaine de réunions entre les représentants de ces deux partis. Chacun a dû faire des concessions mais on arrive au final à un équilibre presque idéal.

Posons le contexte maintenant. Il faut savoir que ce jour-là, avant la réunion, le moral du peuple libanais (et spécialement des Chrétiens) était au plus bas. La veille en effet, une manifestation (acceptée par le gouvernement!!) avait été organisée par les extrémistes sunnites pour contester les caricatures de Mahomet. Les Chiites n'avaient pas pris part à cette manifestation car l'estimant dès le départ "foireuse". Et en effet, celle-ci a très vite dégénéré, les manifestants cassant tout sur leur passage. D'énormes dégats ont été constatés, surtout dans les quartiers chrétiens où s'est tenue cette manifestation. Le soir-même, le général Aoun allait dénoncer sur place la complicité du gouvernement dans ces actes barbares. On en revient aux relations qu'entretiennent Hariri et son clan avec les extrémistes sunnites (cfr. extrémistes de Nahr el Bared par exemple).
Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Jeu 1 Nov 2007 - 21:43

Bref, le décor est planté. Reste à découvrir ce texte.Voici donc son contenu. Dix points chauds du pays y sont traités:



Le Document d’Entente Mutuelle Entre le Hezbollah et le Courant Patriotique Libre
Beyrouth, le 6 février 2006



1- Le dialogue

Le dialogue national est l’unique moyen garant d’apporter les solutions aux crises dans lesquelles se débat le Liban. Un dialogue basé sur des principes solides et bien ancrés qui reflètent une volonté consensuelle. Pour cela, les conditions nécessaires pour sa réussite devraient être réunies:

A- La participation au dialogue des parties ayant une existence politique, populaire et nationale autour d’une table ronde.
B- La transparence et la franchise, en faisant primer l’intérêt
national sur tous les autres, sur base d’une volonté autonome et d’une
décision libanaise libre et engagée.
C- Le dialogue doit porter sur toutes les questions à caractère national nécessitant un consensus général.


2- La démocratie consensuelle

La démocratie consensuelle demeure la base essentielle du système politique au Liban. Elle représente la concrétisation effective de l’esprit de la Constitution et de l’essence du pacte national de coexistence. Ainsi, toute approche des questions nationales selon le principe de la majorité et de la minorité reste tributaire de la réalisation des conditions historiques et sociales nécessaires à l’exercice d’une démocratie réelle dans laquelle le citoyen acquiert une valeur propre.


3- La loi électorale

La réforme et la régularisation de la vie politique au Liban nécessitent l’adoption d’une loi électorale moderne (la proportionnelle pourrait en être une des formes efficaces) qui garantirait une représentativité populaire juste et équitable. Cette loi contribuerait à la réalisation des éléments suivants :

1- Dynamiser et développer l’activité des partis, de façon à aboutir à l’émergence de la société civile.
2- Limiter l’influence de l’argent politique et des sensibilités confessionnelles.
3- Assurer des chances égales dans l’accès aux divers médias.
4- Assurer les moyens nécessaires pour permettre aux Libanais résidents à l’étranger d’exercer leur droit de vote.

Le gouvernement et le Parlement sont invités à adopter la loi électorale requise dans les plus brefs délais.


4- L’édification de l’État

L’édification d’un État moderne, doté de la confiance de ses citoyens et capable d’assurer leurs besoins et leurs aspirations tout en les sécurisant et en les rassurant sur leur présent et leur avenir, doit se faire sur des bases sûres et stables. Elle ne doit plus être tributaire de secousses ou faire l’objet de crises cycliques à chaque bouleversement important. Pour cela, il faut tenir compte des considérations suivantes :

A- L’adoption des critères de justice, d’égalité, de compétence, d’aptitude et d’intégrité.
B- Une justice équitable et intègre est la condition de base pour l’édification de l’État de droit et des institutions. Elle se base sur :

1- L’indépendance totale de la Justice et le choix de juges réputés pour leur compétence, de façon à dynamiser le travail des divers tribunaux.
2- Le respect du travail des institutions constitutionnelles, en les tenant à l’écart des dissensions politiques et en assurant la continuité de leur action, sans chercher à les neutraliser (le Conseil Constitutionnel et le Conseil Supérieur de la magistrature). Ce qui se passe actuellement avec le Conseil Constitutionnel est un exemple de neutralisation, notamment au sujet des recours parlementaires présentés et qui sont toujours en suspens.

C- La lutte radicale contre la corruption. En effet, les actions ponctuelles et apaisantes ne sont plus efficaces et consistent plus en un bluff de la part de ceux qui profitent de la corruption à tous les niveaux pour continuer à piller les ressources de l’État et du citoyen.
Pour cela, il faudrait:

1- Dynamiser les institutions et conseils de contrôle et d’inspection financiers et administratifs, tout en assurant leur indépendance par rapport au pouvoir exécutif, afin d’éviter leur politisation.
2- Effectuer un état des lieux général des foyers de corruption, afin d’ouvrir des enquêtes judiciaires qui permettront de châtier les coupables et de récupérer l’argent public dérobé.
3- Adopter les lois nécessaires pour combattre la corruption sous toutes ses formes et demander au gouvernement de signer la convention des Nations Unies sur la lutte contre la corruption.
4- Travailler en vue d’une réforme administrative globale qui garantit la nomination de la bonne personne à la bonne place, notamment les personnes dont l’intégrité et la compétence sont reconnues, par le biais du renforcement du Conseil de la Fonction publique en lui permettant d’exercer toutes ses prérogatives.
5- Enfin, il faudrait établir un calendrier pour traiter toutes ces affaires car le facteur temps est devenu vital. Une action sage et rapide s’impose. Il faut exploiter le facteur temps et empêcher les corrompus de l’utiliser en leur faveur.


5- Les disparus de guerre

Tourner la page du passé et réaliser la réconciliation nationale globale nécessite la fermeture de tous les dossiers de guerre encore en suspens. Celui des disparus de guerre exige une attitude responsable pour mettre fin à cette situation malsaine et apaiser les familles de ces disparus. En effet, on ne peut pas demander à ces dernières de pardonner sans leur accorder leur droit de connaître le sort de leurs proches. Nous appelons donc tous les partis et les forces qui ont participé à la guerre à coopérer totalement pour connaître le sort des disparus et pour retrouver tous les charniers.


6- Les Libanais en Israël

Etant convaincus que la présence de tout Libanais dans son pays est préférable au fait de le voir chez l’ennemi, la solution au problème des Libanais présents en Israël requiert une action rapide pour leur retour au pays en tenant compte de toutes les circonstances politiques, sécuritaires et économiques afférentes à ce sujet. C’est pourquoi nous leur lançons un appel afin qu’ils reviennent rapidement dans leur pays.
Nous rappelons à cet égard le discours de Sayyed Hassan Nasrallah après le retrait israélien du Liban-Sud, ainsi que le discours du Général Michel Aoun à la première session du Parlement.


7- La question sécuritaire

Premièrement, les assassinats politiques:

Toute forme d’assassinat politique est condamnable et rejetée, car elle est en contradiction avec les droits vitaux de l’homme, avec les principaux fondements du Liban, basés sur la diversité et la différence, et avec l’essence et l’exercice de la démocratie.

Ainsi, nous condamnons vivement l’assassinat de l’ancien Premier Ministre martyr Rafic Hariri, ainsi que tous les assassinats et tentatives d’assassinats qui l’ont précédé et suivi, jusqu’à celui du député Gebran Tuéni. Nous insistons sur l’importance de poursuivre l’enquête selon les mécanismes adoptés officiellement pour connaître la vérité. Cette vérité ne peut faire l’objet d’aucun compromis, car elle est la condition nécessaire pour faire régner la justice et châtier les coupables, mais aussi pour mettre un terme à cet engrenage de tuerie et d’explosions. Pour cela, il faut mettre ces dossiers à l’abri de toute tentative d’exploitation politique, qui nuit à leur objet et à la justice. Cette dernière doit demeurer au-dessus des conflits et des dissensions politiques.

Deuxièmement, la réforme sécuritaire:

La réforme des services de sécurité est partie intégrante de la réforme générale des principales institutions de l’État et de leur réédification sur des bases saines.

Vu la place délicate qu’occupent les services de sécurité dans le maintien et la protection de la stabilité du pays face à toute menace ou violation, cette réforme doit faire l’objet d’une attention ciblée.
Ainsi, le gouvernement doit assumer son entière responsabilité conformément à ce qui suit:

A- Mettre au point un plan de sécurité exhaustif, basé sur la centralisation et sur la définition claire de l’ennemi et de l’allié, tout en identifiant les foyers à traiter et les menaces contre la sécurité, comme le terrorisme et les failles sécuritaires.
B- Mettre les services à l’écart du clientélisme et des considérations politiques, afin que leurs allégeances soient totalement nationales.
C- Nommer des responsables sécuritaires réputés pour leur intégrité et leur compétence.
D– Les mesures de sécurité ne doivent toutefois pas être en contradiction avec les libertés essentielles prévues dans la Constitution, à leur tête la liberté d’expression et celle de l’action politique, sans pour autant porter atteinte à la stabilité et à la sécurité publique.
E– La formation d’une commission mixte parlementaire et sécuritaire, chargée de suivre et de contrôler l’opération de réforme et de réédification des services.


8- Les relations libano-syriennes

Pour établir des relations saines et à pied d’égalité entre le Liban et la Syrie, il faut revoir l’expérience des années passées et en tirer les leçons qui s’imposent, afin d’éviter la répétition des mêmes erreurs et des mêmes lacunes. Cette révision est destinée à paver la voie au rétablissement de ces relations sur des bases claires de respect et d’équité totaux et réciproques de la souveraineté et de l’indépendance des deux états, avec un refus de toute forme de retour à la tutelle étrangère. Pour cela, les mesures suivantes sont nécessaires:

A- Le gouvernement doit effectuer les démarches juridiques nécessaires pour confirmer la libanité des fermes de Chebaa. La Syrie ayant reconnu la libanité de ces fermes, le gouvernement doit donc présenter sa requête auprès de l’ONU.
B- La délimitation de la frontière libano-syrienne loin des tensions qui empêcheraient la réussite de cette opération que le Liban et la Syrie ont besoin d’achever dans l’entente entre les deux pays.
C- L’État syrien est appelé à une coopération totale avec l’État libanais en vue de connaître le sort des prisonniers libanais dans les geôles syriennes, dans un climat éloigné de toute provocation, tension ou négativisme, car un tel climat serait de nature à empêcher une solution positive à ce dossier.
D- L’établissement de relations diplomatiques entre les deux pays en leur assurant des circonstances favorables garantes de passer d’une relation entre individus et groupes à une relation entre institutions assurant ainsi une continuité et une constance de cette relation.


9- Les relations libano-palestiniennes

Le traitement du dossier palestinien nécessite une approche globale basée sur le respect par les Palestiniens de l’autorité de l’État libanais et de ses lois. D’autre part, il doit être l’occasion de renouveler la solidarité des Libanais avec leur cause et avec le recouvrement de leurs droits, selon ce qui suit:

A- Les conditions sociales dans lesquelles vivent les Palestiniens nécessitent une attention particulière. Il faut leur assurer une vie décente, dans le cadre de la coopération bilatérale et du respect de la charte des droits de l’homme. Il faut aussi leur assurer des facilités de déplacement à l’intérieur et hors du Liban.
B- Le droit au retour des Palestiniens est une question fondamentale et établie et le refus de l’implantation fait l’unanimité auprès des Libanais. Cette décision est définitive et irrévocable.
C- Les relations entre l’État libanais et les Palestiniens doivent passer par un cadre institutionnel palestinien unique, qui serait le représentant légal du peuple palestinien au Liban. De la sorte, la coopération entre eux sera plus efficace.
D- Le dialogue responsable, sérieux et soutenu entre le gouvernement libanais et les Palestiniens est le moyen de traiter le dossier des armes palestiniennes hors des camps et de réglementer la situation sécuritaire dans les camps, de façon à aboutir à l’établissement de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire libanais.


10- La protection du Liban et la consolidation de son indépendance et de sa souveraineté

La protection du Liban et la consolidation de son indépendance et de sa souveraineté sont une responsabilité et un devoir nationaux, garantis par les conventions internationales et la charte des droits de l’homme, notamment face aux dangers et aux menaces, quelle que soit leur origine. C’est pourquoi le port des armes n’est pas un objectif en soi, mais un moyen noble et sacré utilisé par un groupe dont le territoire est occupé, au même titre que la résistance politique.

Dans ce contexte, les armes du Hezbollah s’inscrivent dans une approche exhaustive ainsi délimitée:

Premièrement, le maintien des armes du Hezbollah doit se baser sur des justifications qui font l’unanimité nationale et qui constituent une source de force pour le Liban et les Libanais, et deuxièmement, définir les circonstances objectives qui aboutiraient à la suppression des raisons et des justifications de leur existence.

Vu qu’Israël occupe les fermes de Chebaa, détient des résistants libanais, et menace le Liban, les Libanais doivent donc assumer leurs responsabilités et se partager la tâche de défendre leur pays, de consolider son entité et sa sécurité et de préserver son indépendance et sa souveraineté à travers:

1– la libération des fermes de Chebaa de l’occupation israélienne.
2– la libération des détenus libanais dans les geôles israéliennes.
3– la protection du Liban des dangers israéliens, à travers un dialogue national destiné à élaborer une stratégie de défense nationale acceptée par tous les Libanais et à laquelle ils adhèreront en se partageant les responsabilités et en bénéficiant de ses résultats.
Revenir en haut Aller en bas
VALJEAN

avatar

Masculin Nombre de messages : 594
Age : 51
Localisation : Lille
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Ven 2 Nov 2007 - 15:42

MoDem Liban a écrit:
Nous rappelons à cet égard le discours de Sayyed Hassan Nasrallah après le retrait israélien du Liban-Sud, ainsi que le discours du Général Michel Aoun à la première session du Parlement.

Si vous avez ces document traduit en français, cela m'intérresse.


MoDem Liban a écrit:
Le droit au retour des Palestiniens est une question fondamentale et établie, et le refus de l’implantation fait l’unanimité auprès des Libanais. Cette décision est définitive et irrévocable..

Ceci, à mon avis, contribue au fait qu'israel ne vous ai pas en odeur de sainteté, non ?

Parcequ'en attendant, ces réfugiés sans structures, livrés à eux même ( ou plutôt aux milices ) continue a afficher des poussées démographique largement supérieur à nos standard.
Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Ven 2 Nov 2007 - 23:18

VALJEAN a écrit:
MoDem Liban a écrit:
Nous rappelons à cet égard le discours de Sayyed Hassan Nasrallah après le retrait israélien du Liban-Sud, ainsi que le discours du Général Michel Aoun à la première session du Parlement.

Si vous avez ces document traduit en français, cela m'intérresse.


MoDem Liban a écrit:
Le droit au retour des Palestiniens est une question fondamentale et établie, et le refus de l’implantation fait l’unanimité auprès des Libanais. Cette décision est définitive et irrévocable..

Ceci, à mon avis, contribue au fait qu'israel ne vous ai pas en odeur de sainteté, non ?

Parcequ'en attendant, ces réfugiés sans structures, livrés à eux même ( ou plutôt aux milices ) continue a afficher des poussées démographique largement supérieur à nos standard.

Vous avez tout compris...

Je tacherai de trouver les discours de chacun:
- Nassrallah à la suite du retrait israélien en 2000
- Aoun en (juillet?) 2005 suite à la déclaration gouvernementale
Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Ven 2 Nov 2007 - 23:26

Je continue avec mes documents...

Là, je vais vous donner un lien .pdf vers le programme politique du CPL. Il faut savoir que c'est le seul parti libanais qui ose mettre par écrit son programme politique. Tous les autres ne font que des discours qu'ils changent quand bon leur semble... Etonnant? Scandaleux? Pourtant, des gens les supportent et arrivent à changer d'avis en même temps qu'eux. C'est le gros problème du système confessionnel au Liban. Un Sunnite ne fera jamais confiance en un politicien Chrétien et vice-versa. La seule manière de changer cette manière de penser serait justement d'instaurer la tradition du programme politique mis sur papier! Ainsi, la personne sera jugée uniquement sur ses réalisations et non sur sa religion...

Bon, assez parlé, voici le lien vers le programme politique (en français) du courant patriotique libre du général Aoun:

http://www.rplfrance.org/documents/programme-CPL.pdf


Dernière édition par le Ven 2 Nov 2007 - 23:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
modem66

avatar

Masculin Nombre de messages : 370
Localisation : 66
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Ven 2 Nov 2007 - 23:27

Je comprend mieux en lisant tout ceci l'expression en France qui est utilisé quand on dit "c'est Beyrouth" pour symboliser le Chaos.
Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Sam 3 Nov 2007 - 0:46

modem66 a écrit:
Je comprend mieux en lisant tout ceci l'expression en France qui est utilisé quand on dit "c'est Beyrouth" pour symboliser le Chaos.

Oui en effet mais la question est : pourquoi entretenir ce chaos?

Est-ce que le Liban serait dans cet état sans l'ingérence étrangère?

Les Etats-Unis veulent ceci, les Français cela, les Saoudiens autre chose, les Syriens pire, les Egyptiens, Iraniens, Italiens et j'en passe sont aussi dans le bain. Les ambassadeurs de tous ces pays sont en effervescence en permanence au Liban. Ils visitent tous les chefs de tous les courants politiques.

L'avantage, c'est qu'on peut prédire les prochaines positions des grands pays rien qu'en observant leur comportement au Liban.

J'aimerais également souligné que la France est le pays qui s'occupe encore le mieux du problème libanais. En tentant de l'aider sans intervenir dans ses décisions, elle joue un rôle primordial dans la reprise du dialogue inter-libanais. Il faut reconnaître qu'à ce niveau, Sarkozy (ou Kouchner?) séduit en se démarquant totalement de la politique de Chirac. Ce dernier se souciait en effet plus de Hariri (et de son argent bien sur) que du Liban et cela, les Libanais l'avaient très vite compris. Mais j'attends encore de voir les prochaines prises de position française avant de juger définitivement ce fameux revirement...
Revenir en haut Aller en bas
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Sam 3 Nov 2007 - 1:56

Je passe maintenant à une des interviews du général français Alain Pellegrini, commandant en chef de la FINUL jusqu'en mars dernier. Ce n'est donc pas un apprenti, il a passé plusieurs années au Liban aux commandes de la FINUL (puis de la FINUL élargie)!

Dans cet entretien, il va dénoncer quasi explicitement l'implication du clan Hariri dans le financement des groupes extrémistes sunnites palestiniens. En effet, il avait déjà été établi que Hariri finançait le groupe armé Jund al Cham situé dans un camp palestinien du Sud du pays.

Maintenant, qu'est-ce qui a rendu Pellegrini si locace à la fin de son mandat?
Il faut savoir que le général français était de ceux qui avaient averti le gouvernement libanais de la croissance de groupes armés dans les camps. Il a demandé à ce gouvernement d'agir ou du moins, de donner plus de liberté à l'armée libanaise afin d'intervenir dans ces camps. Malheureusement, il n'en fut rien. Or la FINUL sait qu'elle est menacée par de tels groupes. Elle sait aussi que le gouvernement comptera sur de tels attentats pour faire croire relativement facilement que le Hezbollah se cache derrière...

Heureusement, la FINUL a compris ce manège et aujourd'hui, la coopération avec le Hezbollah lui a permis d'éviter un attentat organisé par un groupe palestinien (méconnu) le mois passé. On a tous encore en mémoire l'attentat qui aura couté la vie à 6 casques bleus en juin dernier... là aussi la coopération avec le Hezbollah et l'armée libanaise a permis d'établir un lien avec un groupe armé d'un camp palestinien voisin.

Trève de blabla, voilà l'article en question:


Général Alain Pellegrini : « Il n’est pas difficile de savoir qui soutient le Fatah al-Islam et les attaques contre la Finul »
13 Juillet 2007

Alain Pellegrini - Al-Intikad
Entretien par Nidal Hamade
Traduction Voltairenet


Le général de division Alain Pellegrini fut directeur de la division Afrique et Moyen-Orient de la Direction du renseignement militaire à Paris, puis conseiller Afrique-Moyen-Orient du chef d’état-major des armées (CEMA) français. De janvier 2004 à janvier 2007, il fut le commandant de la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL). Il répond aux questions de Nidal Hamade.

Comment voyez-vous l’avenir du Liban ?

Alain Pellegrini : Je ne suis pas optimiste en ce qui concerne la situation dans les années qui viennent au Moyen-Orient en général et au Liban en particulier. Je ne vois pas d’indice montrant une avancée dans le traitement des dossiers politiques. Au contraire, l’entêtement prend le dessus dans la vie politique locale.

Un an après la fin de la guerre au Sud du Liban, comment évaluez-vous le travail accompli par les forces de la Finul ?

Alain Pellegrini : Les forces de la Finul ont réussi leur mission qui consiste à veiller sur la sécurité, la stabilité et le cessez-le-feu à la frontière libano-israelienne. Elles continuent à préserver la souveraineté du Liban grâce à leur collaboration avec l’armée libanaise qui a pu se redéployer dans la région après une longue absence.

Pourtant les violations israéliennes de la zone aérienne libanaise continuent sans que la Finul ne réagisse ?

Alain Pellegrini : La Finul ne peut pas mettre fin aux violations aériennes israéliennes car elles n’a pas d’armes anti-aériennes équivalentes à celles que détient l’armée de l’air israélienne. L’armement de la Finul n’est pas assez puissant pour atteindre les
avions israéliens à haute altitude. Les meilleurs missiles sont ceux de la force française, les modèles MISTRAL dont la portée ne dépasse pas 1 500 mètres.

Donc, l’histoire des missiles français qui ont été lancés contre les avions israéliens n’est pas crédible ?

Alain Pellegrini : Non, pas du tout, cette histoire est vraie. Cet incident a eu lieu lorsque les avions israéliens ont survolé, à basse altitude, la force française. L’objectif était de tirer des missiles permettant de protéger la force française qui se sentait menacée. Le but n’était pas d’arrêter les violations aériennes du territoire libanais car cela n’est pas possible. Mais la Finul veille à empêcher les violations terrestres de la Ligne bleue , et nous avons toujours donné l’ordre de faire face à toute violation terrestre israélienne.

Prévoyez-vous une nouvelle offensive israélienne contre le Liban ?

Alain Pellegrini : Je ne crois pas, au moins à court terme, pour deux raisons :
- la présence des forces de la Finul complique le déclenchement d’une nouvelle guerre.
- les problèmes dont souffre l’armée israélienne depuis la guerre de juillet dernier.

Selon vous, qui a perdu la guerre de juillet 2006 ?

Alain Pellegrini : Je ne sais pas. Mais ladite guerre a laissé des dégâts considérables au Liban. Quant à ses retombés en Israël, cette offensive a provoqué une crise au sein de l’armée. Une crise qui ne sera pas sûrement résolue à court terme.

Vous dites qu’Israël a perdu la guerre ?

Alain Pellegrini : Non, je ne dis pas cela. Mais Israël n’avait pas d’objectif politique déterminé dans cette guerre. D’autant que même son objectif militaire n’était pas clair.

Une opération contre la Finul a coûté la vie à six soldats espagnols. Cela vous a-t-il surpris et qui, selon vous, a planifié cette opération ?

Alain Pellegrini : L’attaque a été perpétrée par des extrémistes salafistes que nous surveillons. Nous savions qu’ils préparaient quelque chose contre nous. Ils bougeaient collectivement en voitures sans êtres armés. Nous avons remarqué la menace qu’ils
représentaient, et nous avons averti le gouvernement libanais qui a procédé à l’arrestation de certains d’entre eux.

Sont-ils Libanais ?

Alain Pellegrini : Certains parmi eux sont Libanais et d’autres sont étrangers.

Prévoyez-vous d’autres opérations contre les forces de la Finul ?

Alain Pellegrini : Oui, ce genre d’opérations reste très probable. Nous ne pouvons pas empêcher ce genre d’opération dans cette région.

La situation sur le plan sécuritaire n’est pas facile à contrôler.

Ce qui se passe dans le camp de Nahr el-Bared vous a-t-il surpris ?

Alain Pellegrini : Nous avons prévu ce genre d’incident depuis longtemps. Nous avons même averti le gouvernement libanais, en novembre dernier, de la présence des extrémistes salafistes dans le camp de Nahr el-Bared. J’ai personnellement signalé cela au gouvernement de Beyrouth avant mon départ. Je l’ai averti de la présence de quelques groupes qui menacent la stabilité du pays. Ils ont dit qu’ils allaient prendre ce problème au sérieux.

À votre avis, qui est derrière le Fatah al-Islam ?

Alain Pellegrini : Vous n’avez pas besoin de beaucoup de réflexion pour connaître qui le soutient. Ce sont des extrémistes sunnites actifs dans une région qui est sous le contrôle d’une faction connue.

Qui désignez-vous par cela ?

Alain Pellegrini : Ceux qui financent le Jound el-Cham à Saida sont les mêmes qui sont derrière le Fatah al-Islam dans le camp de Nahr el-Bared.

Les Hariri ?

Alain Pellegrini : (large sourire)

Que pensez-vous de la politique du président Sarkozy vis-à-vis du Liban ?

Alain Pellegrini : Une nouvelle politique est mise en œuvre à l’Élysée, les anciennes méthodes n’ont plus cours. Ainsi, certains acteurs politiques au Liban doivent admettre cette nouvelle politique de la France.

La France doit être plus ferme avec les Libanais et surtout avec ses propres alliés. Elle doit leur demander de tenir leurs engagements, car la dernière période a été caractérisée par le non-accomplissement des engagements, et certains pensent qu’ils n’ont pas de compte à rendre.

Quel intérêt voyez-vous à négocier avec la Syrie ?

Alain Pellegrini : Vous savez bien qu’il faut négocier avec tous les acteurs dans votre région. Cela fait partie de la culture politique des peuples de votre région. La Syrie a son influence, cela implique qu’il faut négocier avec Damas. Cela ne veut pas dire qu’il faut s’incliner devant la Syrie. Le dialogue pourra être utile pour convaincre la Syrie de collaborer plutôt que de se placer dans une situation délicate. Le dialogue, c’est le réalisme politique.

On évoque un possible élargissement des missions de la Finul pour contrôler la frontière syro-libanaise.

Alain Pellegrini : Il n’y a aucun intérêt à introduire la Finul dans les conflits internes libanais. Mais il est toujours possible de discuter à propos d’une possible présence des forces de la Finul aux frontières avec la Syrie.

Que pensez-vous de la mission onusienne dans l’affaire de l’assassinat du président Rafic Hariri ?

Alain Pellegrini : Le fait d’avoir désigné Detliv Mehlis pour mener l’enquête était une grosse erreur. Il aurait fallu designer un enquêteur qui connaisse bien la situation au Liban et les conflits politiques libanais. Ou au moins le faire entourer par des conseillers expérimentés, qui connaissent la situation libanaise et ses manipulations politiques. Ainsi, le conseiller pourra montrer à l’enquêteur comment se comporter avec chacune des personnalités concernées.

Mehlis était sous l’influence d’un groupe libanais connu. Il a été victime des manipulations de certains membres dudit groupe, et des pressions états-uniennes. Quant à Serge Bremmertz, c’est une personne expérimentée qui travaille loin de toutes pressions et de politisation.

Que pensez-vous de la prolongation de la détention des quatre officiers supérieurs interpelés à la demande de M. Mehlis ?

Alain Pellegrini : Avant de parler de cette prolongation, je m’interroge sur les raisons de leur détention depuis le début. Laissez-moi vous dire quelque chose, je connais le Colonel Jamil el-Sayed depuis longtemps, depuis que j’étais attaché militaire à l’ambassade de France. Je vous confirme, avec toute objectivité, que Jamil est un homme honnête et juste. C’est un homme de parole qui ne m’a jamais surpris et qui a toujours tenu ses paroles et ses engagements. Il est possible de sortir de cette situation illégale en libérant les détenus sous caution. Ils seront appelés à passer deux ou trois fois par semaine à un centre gouvernemental déterminé pour confirmer leur présence dans le pays. Une telle chose est courante chez nous en Europe.

Pourquoi ne les a-t-on pas libérés ?

Alain Pellegrini : C’est le Conseil de Sécurité de l’ONU qui refuse, sous la pression états-unienne, de leur accorder leur liberté.

Certains disent que vous avez été plus proche à la position libanaise que votre successeur à la tête de la Finul, le général Claudio Graziano ?

Alain Pellegrini : Je pense que le général Graziano dépend du pouvoir politique en Italie, et l’avis de celui-ci n’est pas toujours conforme à la nature de la mission de la Finul. L’Italie a des intérêts vitaux au Liban. C’est le premier partenaire commercial du Liban, devançant la France qui occupe la deuxième place. C’est ce que justifie le commandement de la Finul par le général Graziano.

Aucun responsable français n’est intervenu dans mon travail lorsque j’étais en fonction.

Pensez-vous que vous avez tissé des relations d’amitié dans le milieu politique libanais ?

Alain Pellegrini : Avant de considérer le coté professionnel, j’ai des liens familiaux avec le Liban, la femme de mon oncle est libanaise. Quant à mes relations avec les acteurs libanais, elles sont très anciennes. Elles ont commencé lorsque j’étais attaché
militaire à l’ambassade de France à Beyrouth. J’étais responsable d’une force qui a sauvé plusieurs responsables libanais lors de la guerre civile, dont le général Michel Aoun et Nabih Berri.

Pensez-vous publier un livre sur votre expérience libanaise ?

Alain Pellegrini : Oui, mais pas tout de suite, car certains éléments que je souhaite révéler peuvent porter préjudice à des personnalités libanaises toujours en activité.
Revenir en haut Aller en bas
pascal47

avatar

Masculin Nombre de messages : 610
Age : 54
Localisation : agen
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Sam 3 Nov 2007 - 15:51

Tjrs aussi instructif tout celà...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.laicite1905.com/index.htm
MoDem Liban



Nombre de messages : 79
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 27/10/2007

MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   Sam 3 Nov 2007 - 17:27

Malheureusement Valjean, je n'arrive pas à trouver les traductions françaises (ou meme anglaises) des discours que vous demandiez plus haut.

Pour en revenir au sujet, il serait bon maintenant de parler des élections législatives qui se sont déroulées en juin 2005.

Première remarque, la loi électorale utilisée est celle qui fut instaurée sous l'occupation syrienne pour permettre à ses marionnettes de dominer les élections législatives et ainsi d'assoir son pouvoir. Comme ce sont les mêmes marionnettes qui ont senties le vent tourner et qui se sont mis du coté des anti-occupation, la loi électorale n'a pas été modifiée... évidemment puisqu'elle les arrange toujours.

Qui cela arrangeait-il?

- le parti de Hariri : car les régions qui soutenaient Hariri étaient couplées à de plus petites régions chrétiennes de sorte à annuler le vote chrétien. En effet, il y a 19 sièges à Beyrouth dont 10 pour les Chrétiens. Mais la population chrétienne est largement inférieure à la population sunnite dans cette ville. Comme les députés sont tous élus à la majorité, les 40% de voix chrétiennes ne pouvaient jamais faire le poids aux 60% de voix adverses. Meme problème au nord du pays...

- le parti de Joumblatt : celui-ci est soutenu par les druzes du pays. De nouveau, il a suffit de coupler sa région à une autre chrétienne, un peu moins peuplée, pour qu'il remporte 11 députés (plutot que 5 dans ce cas)... on tombe en effet dans l'absurde. Le pire dans tout ça, c'est que cette fois, il a dû tricher pour ne pas perdre ces députés. On en reparlera...


Quant au général Aoun, qui constituait la véritable opposition depuis les 16 années d'occupation, il est écarté de la nouvelle opposition. Joumblatt lui a proposé 12 députés sur tout le Liban... un culot monstre ce Joumblatt.
Malgré cette loi électorale, Aoun décide donc de s'engager dans les élections indépendamment de la nouvelle coalition Hariri-Joumblatt + "Chrétiens soumis".

La question était alors : Pourquoi vouloir à tout prix diminuer l'importance du général Aoun sur la scène locale?

Lors de son retour d'exil, le 7 mai 2007, une foule immense était venue l'accueillir sur la place des Martyrs à Beyrouth. Mais aucun responsable d'aucun parti n'a voulu faire le déplacement pour lui souhaiter la bienvenue. Pourquoi donc? Pourquoi boycotter le symbole de la lutte anty-syrienne?
Pire, quelques semaines avant son retour, le général Aoun accueille Joumblatt (nouvellement anti-syrien) à Paris dans ce qui devait être une réunion de réconciliation et de préparation pour les prochaines élections. Il sera prié par Joumblatt de ne pas retourner au Liban, pour des raisons obscures... mais on sait tous qu'il craignait ce retour. D'ailleurs, la veille de ce retour, Jumblatt déclarait que le Tsunami allait ravager le pays (sympa, non?). Depuis ce jour, les sympatisans du général Aoun parlent (en se moquant de lui) de Tsunami Orange Smile.

Allez, je commence par décrire le retour du général Aoun au Liban en images et puis je passerai en revue les élections législatives ainsi que les tricheries et injustices qui en découlèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liban : Elections présidentielles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Liban : Elections présidentielles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Liban : Elections présidentielles
» Elections Présidentielles 2012
» Les élections présidentielles 2012 aux Etats-Unis.
» Elections présidentielles
» NON AUX ELECTIONS COS ET CMSS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: Monde-
Sauter vers: