Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sarkozy vu de l'étranger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
juju41



Nombre de messages : 42846
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Jeu 27 Déc 2007 - 12:25

La "virée people" de Nicolas Sarkozy à Louxor suscite des réactions peu amènes en Europe
LE MONDE | 27.12.07 | 11h00 •
es photos de Nicolas Sarkozy et de Carla Bruni à Louxor (Haute-Egypte) ont fait, mercredi 26 décembre, le tour du monde. Aux Etats-Unis, elles ont été reprises par les journaux accompagnées d'une courte synthèse dans la page people. C'est surtout en Europe que les commentateurs politiques s'y sont intéressés, s'interrogeant, souvent de façon peu amène, sur le nouveau style de la présidence française.



Ainsi, en Italie, le quotidien La Repubblica, sous la plume de Bernardo Valli, se demande, jeudi 27 décembre, si, "à la veille de son cinquantième anniversaire, la Ve République n'a pas changé de visage", si "son sixième président, actuellement en fonction, n'est pas en train d'en écrire l'épitaphe". L'éditorialiste décrit "sur le trône de De Gaulle, un président en manches de chemise, avec la chemise déboutonnée et les lunettes de soleil d'Alain Delon, qui reçoit ses ministres les pieds sur la table et tutoie (presque) tout le monde".

"CELA TOURNE VITE AU VULGAIRE"


L'autre grand quotidien, Il Corriere della Sera, consacre sur deux pages un reportage très illustré et plutôt ironique aux "deux fiancés". En Espagne, où M. Sarkozy est bien en cour et suscite depuis sa campagne présidentielle une curiosité bienveillante, même les journaux conservateurs El Mundo et ABC s'étendent sur le coût du séjour et le rôle de Vincent Bolloré, après le prêt de son yacht à Malte.

C'est en Allemagne que les commentaires sont les plus durs, confirmant la difficulté outre-Rhin à s'habituer à un président de la République française dont les comportements désarçonnent les Allemands, qui ont toujours eu le sentiment qu'il ne les portait pas dans son cœur. A l'unisson, la presse accuse le chef d'Etat de chercher une fois encore à se mettre en scène, souvent au préjudice de sa fonction. "Au lieu de se démener, comme le reste de la classe politique du pays, sur le pouvoir d'achat, les retraites ou les délocalisations, il s'en va le week-end à Disneyland", note le magazine de droite Focus dans son édition en ligne, qui décrit un président à la recherche de "trophées".

"Ehonté, irritant, narcissique", s'agaçait la Süddeutsche Zeitung dès le 21 décembre : "Ses prédécesseurs aussi aimaient le luxe. Chez Sarkozy, cependant, cela tourne vite au vulgaire." "Les Français ne peuvent que constater à quel point ce nouveau Napoléon est imprévisible", conclut le Berliner Zeitung du 24 décembre.

En Belgique, tous les titres, francophones et néerlandophones, plaçaient en "une", mercredi, les photos de Louxor. Une "virée people" selon Le Soir, pour lequel "Sarko termine 2007 sûr de lui, arrogant, espérant mettre un voile sur ses premiers vrais déboires".

Aux Pays-Bas, le quotidien de référence NRC-Handelsblad s'interrogeait, jeudi, sur "ce qui se déroule vraiment à l'Elysée, où l'on semble tourner un remake de Louis de Funès".

Peut-être par trop habituée aux controverses entourant les voyages privés de l'ancien premier ministre Tony Blair, la presse britannique, qui avait fait ses choux gras de l'officialisation de la nouvelle liaison présidentielle au parc Disneyland, s'est faite plus discrète. "Kozy et sa copine sur les rives du Nil", titrait le tabloïd The Sun. Dimanche, The Independent ironisait sur un "Sarkozy qui a réinventé la présidence de la France à l'époque du star-system". M. Sarkozy est "le candidat unique d'un studio de 'Loft Story' appelé Elysée, une star de soap opera", écrivait le journal.
Revenir en haut Aller en bas
Boris

avatar

Masculin Nombre de messages : 726
Age : 62
Localisation : Espagne
Date d'inscription : 26/12/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Lun 31 Déc 2007 - 19:04

vu d'Espagne:

ici Sarko est traité avec étonnement mais respect sur les chaînes officielles et dans El País. Il faut dire que le chef d'Etat ici, le roi Juan Carlos, est entré dans une zone de turbulences qui remet en question le bien-fondé de l'auto-censure qu'opère tout journaliste dès lors qu'il mentionne la couronne et je crois que ce tabou de la figure du chef d'Etat empêche toute irrévérence contre Sarko. Cela dit, le fameux "ferme ta gueule" du roi à Hugo Chavez (Vénezuela) a ébranlé les fondations de cet édifice. Un certain ton amusé parfois semble percer quand il s'agit de Sarko, mais cela ne va pas bien loin.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Mer 2 Jan 2008 - 10:55

02 janvier 2008
Ah que…il peut être content de lui


Le rayonnement de la France…..!!!



Plusieurs journaux égyptiens, à l’occasion de la visite officielle de Mr Sarkozy dans leur Pays, l’ont appelé “le nouveau toutou de Georges Busch”….

Aux Pays-Bas, on se demande: “Que se passe-t-il à l’Elysée où l’on semble tourner un remake de Louis de Funès”.



le Monde.fr 27/12

“A la veille de son cinquantième anniversaire, la Ve République n’a-t-elle pas changé de visage ? Son sixième président, actuellement en fonction, ne serait-il pas en train d’en écrire l’épitaphe ?”
“Sur le trône de De Gaulle, un président en manches de chemise, avec la chemise déboutonnée et les lunettes de soleil d’Alain Delon, qui reçoit ses ministres les pieds sur la table et tutoie (presque) tout le monde” (La Repubblica)

“Au lieu de se démener, comme le reste de la classe politique du pays, sur le pouvoir d’achat, les retraites ou les délocalisations, il s’en va le week-end à Disneyland” (Focus)

“Ehonté, irritant, narcissique”
“Ses prédécesseurs aussi aimaient le luxe. Chez Sarkozy, cependant, cela tourne vite au vulgaire.”
“Les Français ne peuvent que constater à quel point ce nouveau Napoléon est imprévisible” (Süddeutsche Zeitung)

“Sarko termine 2007 sûr de lui, arrogant, espérant mettre un voile sur ses premiers vrais déboires”. (Le Soir)

“L’Elysée, où l’on semble tourner un remake de Louis de Funès”. (NRC-Handelsblad)

“Kozy et sa copine sur les rives du Nil” (The Sun)

“Sarkozy qui a réinventé la présidence de la France à l’époque du star-system”
“le candidat unique d’un studio de ‘Loft Story’ appelé Elysée, une star de soap opera” (The Independant

Eh oui, y’a de quoi être fier de notre Président…..
Revenir en haut Aller en bas
bestfriend



Nombre de messages : 237
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Jeu 3 Jan 2008 - 0:12

Des journaux égyptiens ?? Cela leur va bien de dire ce genre d'insultes americanophobes, entre d'autres articles d'insultes sur les juifs, les femmes qui veulent sortir sans leur tchador, et cet internaute qui est condamné à 4 ans de prison pour avoir dit 2 ou 3 mots désobligeants envers l'Islam.

Pour les autres pseudo-intellectuels, Sarkozy n'aurait donc pas le droit d'emmener son fils à Eurodisney, comme une bonne partie des pères de famille de la région parisienne l'ont sans doute fait. Et leurs enfants, ils en font quoi le week-end ? Ils les laissent à des baby-sitters pendant qu'ils vont faire le beau au Café de Flore ou chez Lipp ??

La prochaine fois, quand N.Sarkozy va accompagner son fils au Mac Do, ils vont s'étrangler. "Mon dieu, quelle horreur ect..." Comme si un père qui emmène son fils au Mac Do était un père indigne, un vendu au capitalisme de la malbouffe ect...
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 66
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Jeu 3 Jan 2008 - 7:29

Bestfriend, le problème n'est pas que NS aille à Eurodisney ou n'importe où ailleurs, mais qu'il s'arrange toujours pour en faire un évènement médiatique. Et c'est ça qui gonfle tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
mélanie

avatar

Féminin Nombre de messages : 695
Age : 62
Localisation : France
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Jeu 3 Jan 2008 - 13:00

Jean-Luc a écrit:
Bestfriend, le problème n'est pas que NS aille à Eurodisney ou n'importe où ailleurs, mais qu'il s'arrange toujours pour en faire un évènement médiatique. Et c'est ça qui gonfle tout le monde.

oui ça nous gonfle sérieux !

45 % des Français estiment que Nicolas Sarkozy expose trop sa vie privée
http://www.lesinfos.com/consultproduit.php?id=312
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Mer 9 Jan 2008 - 10:44

20 minutes 9/01



«Une manifestation d’exubérance et d’agitation»


Les correspondants des médias étrangers constituaient un important contingent de la légion de journalistes présents mardi à l’Elysée. Leurs analyses se retrouvent dans les journaux étrangers avec souvent moins de complaisance que la presse française. Toujours surprenant, Nicolas Sarkozy n’a pas frappé là où les médias étrangers l’attendaient. Mais pire selon eux, il n’a pas répondu non plus aux attentes des Français.

Pas vraiment convaincu, le correspondant de «La libre Belgique»: «Ceux qui attendaient des annonces sont restés sur leur faim. Sur le pouvoir d’achat, préoccupation première des Français, il a certes proposé d’étendre les mécanismes de participation à tous les salariés et de les doubler, voire tripler. Mais il a surtout reconnu que ses marges de manœuvre sont quasiment nulles: «Le seul objet d’un président de la République serait de dire: «voilà de combien va augmenter le Smic et de vider les caisses?«, a-t-il relevé.»

«Nicolas Sarkozy court le risque de passer à côté de l’essentiel»

«L’ajout d’un préambule de Simone Veil dans la Constitution ou la réflexion sur un nouvel urbanisme, par ailleurs admirables, ne vont pas arrondir leurs fins de mois, du moins à court terme», remarque Sylvain Besson dans le quotidien suisse «Le Temps». «En rêvant de «Nouvelle Renaissance» avant d’avoir traité à la racine les maux économiques de la France, Nicolas Sarkozy court le risque de passer à côté de l’essentiel.»

Comme souvent, faute de parler du fond, les médias étrangers se sont rabattus sur la forme, et le «Sarko style», toujours aussi fascinant pour les médias anglo-saxons.

«Apparemment pas démonté par sa récente chute dans les sondages, Nicolas Sarkozy a semblé plastronner, a décrit Elaine Sciolino, correspondante parisienne du «New York Times», visiblement peu charmée. «Il s’est tortillé, a haussé les épaules, punché l’air avec ses poings, s’est tapé les tempes et a levé les bras au-dessus de sa tête dans une manifestation d’exubérance et d’agitation.»

Constat plus modéré de Charles Bremner, le correspondant du «Times», sur son blog. «Vous pouvez le trouver difficile à supporter, mais on ne peut qu’admirer Super-Sarko pour son côté showman et son pouvoir de persuasion. Parfois menaçant, parfois copain, il a une façon bien à lui de déminer les polémiques en ne laissant aucune place pour la contestation.»



Pierre Koetschet
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 66
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Mer 9 Jan 2008 - 10:56

Citation :
«Le seul objet d’un président de la République serait de dire: «voilà de combien va augmenter le Smic et de vider les caisses?«, a-t-il relevé.»
Pour le deuxième point, c'est ce qu'il s'est empressé de faire sitôt au pouvoir... alors que beaucoup de Français comptaient sur le premier point.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
nitou86

avatar

Féminin Nombre de messages : 571
Age : 53
Localisation : poitou-charentes
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Mer 9 Jan 2008 - 12:15

Sarko "court le risque de passer à côté de l'essentiel" ? Je crois qu'il y a longtemps que c'est fait !!
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Mer 9 Jan 2008 - 17:32

http://www.corriere.it/cronache/08_gennaio_08/rodota_carla_bruni_sarkozy_fc634740-bdc2-11dc-8e86-0003ba99c667.shtmlLui, elle, la mamma les pyramides et la bague

Maintenant c'est au tour des Français de se sentir dans l'embarras

L'Italie surclassée après des années de critiques









A Paris on se moque de Sarkozy, puis on fait la queue pour voir le film de la soeur de Carla Bruni, : "Actrices" de et avec Valéria Bruni Tedeschi, dans lequel la maman, qui joue son propre rôle, se lamente parce que sa fille aînée" aurait pu épouser un prince"mais que dalle!, et dans la salle tous pensent que maintenant ,elle essaie avec la plus petite.A Paris on ne se moque même plus des italiens; si on en rencontre un, on sort tout de suite Carla Bruni , on repense à Berlusconi, puis on commente les dernières nouvelles de Sarkozy et on conclue fraternellement :"A chacun son tour", maintenant le leader encombrant c'est pour eux.

A Paris et en France le"président people"perd de la popularité; et sur le "sarkoshow" avec l'annonce attendue du mariage circulent des répliques du type "trois mariages et une hospitalisation en psychiatrie" ou des choses du même genre.A mettre en crise, les cinquantenaires séparés, convaincus de refaire leur vie et leur image avec un canon plus jeune et plus chic. A mettre en crise, encore plus, les certitudes restantes d'un pays , dans lequel le sens de l'Etat est historiquement mis sur un piedestal par une caste de notables souvent bourgeoisement hypocrites, mais globalement sobres

.Et maintenant, c'est la dégringolade entre les couvertures des tabloids, les insultes sur les blogs et la nervosité, parce que pendant que le président se fiance et va en vacances, les prix augmentent, aussi la bas. Le spécialiste des sondages Francois Miquet- Marty explique à Libération que,bien que les Français trouvent tout celà exagéré, le tout" nest pas néfaste, parce que les Français font la différence entre la mission du président et sa situation matrimoniale".Certes" si les impatiences sociales devenaient plus fortes,la continuelle mise en spectacle de sa vie privée, et le contraste avec la vie quotidienne des français pourraient lui porter préjudice" Et en effet un sarkologue insiste:"c'est uniquement la continuation et même l'apothéose de son style. Il a toujours mélangé vie privée et politique,c'est un type très moderne, surprenant et rapide". Ultra rapide. En octobre il est laissé par Cecilia (grave humiliation publique). En Novembre, il rencontre Carla Bruni chez le publicitaire Jacques Séguéla, spécialisé dans les images présidentielles(il fit limer les canines de Mitterrand, il a trouvé une fiancée VIP à Sarkozy; les temps changent)

En Décembre les deux se sont fait photographier à Eurodisney avec son bambin à elle, lui est allé à Rome avec la mamma, dans la délégation; la mamma a exprimé à la presse internationale son espoir d'un mariage(bonus global:beaucoup de femmes ayant une mère présumée anxiogène, sont en train de réévaluer leur propre mère en comparaison). Lui et elle sont allés ensemble en Egypte pour Noël, main dans la main à visiter les pyramides(l'avion a été fourni par l"habituel ami financier,Vincent Bollloré; sur les photos, Nicolas était tonique comme Christian de Sica dans les cine pannettoni(très mauvais films comiques qui sortent pour Noël en Italie), Carla était très belle, mais avec un air moins éthéré et croqueuse d'hommes que d'habitude, elle semblait la nouvelle fiancée d'un fiscaliste de la Bourse; Il lui a offert une bague, elle une montre (suivent les déductions). Lui, elle et le pauvre bambin sur les épaules de Sarkozy, ont visité Petra ( où s'était rendu Cécilia avec son fiancé, cela doit être une revanche touristique); Pendant ce temps les cas Sarkozy Bruni créait aussi des problèmesà New Delhi (prochain séjour officiel). Pendant ce temps, dans les tabloids, on discute sur qui serait le vrai père de Bruni(un homme d'affaires italien du Brésil?. Nous ne remettons pas sur le tapis de Sica, il y a déjà tout dans les films de la soeur, dans le premier Valeria dit à Chiara Mastroianni que le père mourant n'est pas son père, dans le second la mamma fait le compte de ses amants devant un enseignant de conversation anglaise ahuri.) Pendant ce temps dans les journaux français, on commence à parler de mariage, peut-être le mois prochain. Dans le même temps on dit qu'ils veulent un enfant tout de suite, si possible dans deux mois. Il y a la de quoi laisser toute l'Union Européenne ahurie, et non seulement la France désormais épuisée et l'Italie surclassée après des années de Berlusconisme. Et quand on pense qu'à Paris la semaine dernière, beaucoup soutenaient qu'elle le quitterait rapidement, qu'elle est une femme sensible mais infidèle et peu interéssée à jouer les first ladies aux côtés du vrombissant Sarkozy.Peut-être le show global les a-t-ils pris par la main. Peut-être allez savoir, s'aiment-ils.Ou peut-être ce n'est même plus leur jeu propre, ils sont en train de mettre en scène un feuilleton écrit par mamma et Seguela (allez savoir)
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Sam 12 Jan 2008 - 11:41

courrier international 12/01

FRANCE • Élève Sarkozy : peut mieux faire
Le président de la République va remettre prochainement à ses ministres un bulletin de notes censé évaluer leur action. Le quotidien de la City fait de même avec lui.







AFP
Le président français Nicolas Sarkozy a demandé à un cabinet d'audit privé d'évaluer l'action de chacun des ministres du gouvernement. Voici le rapport confidentiel qu'ils ont élaboré sur le président lui-même.

Communication : 9 sur 10. NS dispose d'un incroyable talent pour faire passer ses idées auprès d'un public sceptique. C'est un communicateur né, à la hauteur d'un Bill Clinton ou d'un Tony Blair. Il a transformé les termes du débat politique.

Intelligence tactique : 8 sur 10. NS est parvenu à damer le pion à ses opposants. Il a rallié à lui les poids lourds du Parti socialiste et il fait preuve d'une grande habileté avec les syndicats. Il lui faut maintenant mettre cet avantage tactique au service d'une stratégie.

Vision stratégique : 7 sur 10. NS a identifié les principaux problèmes de la France et a exposé un projet de réforme particulièrement séduisant. Il a raison d'insister sur une réforme des marchés du travail et des biens et services. Mais il doit aussi s'attaquer aux excès de corporatisme et d'étatisme. Que recouvre sa "politique de civilisation" ?

Diplomatie : 6 sur 10. NS s'est raccommodé avec Washington, ce dont on ne peut que se féliciter. Il a également joué un rôle important dans la résolution de la crise institutionnelle européenne. Toutefois, sa position sur la question des droits de l'homme a été affaiblie par sa recherche constante d'avantages commerciaux.

Cohérence intellectuelle : 4 sur 10. La cohérence n'est pas le fort de NS. Par exemple, il accuse des fonds souverains étrangers d'investir dans un but autre qu'économique tout en demandant au fonds souverain français de faire la même chose. NS ferait bien de se replonger dans un manuel de théorie des échanges commerciaux.

Discipline budgétaire : 4 sur 10. La décision de baisse d'impôts de NS paraît plus avisée aujourd'hui que l'été dernier. Mais le président s'est privé de toute marge de manœuvre en cas de détérioration de la conjoncture.

Résultats : 3 sur 10. NS n'en est encore qu'au début de son quinquennat, mais ses efforts n'ont pas donné pour l'heure beaucoup de résultats. Le ralentissement de l'économie mondiale n'arrange rien. NS possède un goût immodéré pour les solutions gadget aux problèmes complexes. Il aurait tout intérêt à leur préférer plus souvent l'application de principes de bon sens.

Esprit d'équipe : 2 sur 10. NS a constitué une équipe talentueuse. Mais il veut jouer à tous les postes et marquer tous les points. Au niveau européen aussi, NS monopolise le ballon.

Retour sur investissement final : 6 sur 10. NS possède une énergie phénoménale et un très fort potentiel. Il a créé le climat le plus propice à une réforme de la France depuis une génération. Mais il est vite surexcité et se laisse trop facilement distraire par les feux des projecteurs. Il est temps pour NS de quitter ses habits de candidat pour endosser le costume de président et se préoccuper moins de la communication et plus de l'essentiel.
edito
Financial Times
Revenir en haut Aller en bas
Aptien

avatar

Masculin Nombre de messages : 2715
Age : 63
Localisation : NPDC
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Sam 12 Jan 2008 - 12:14

ça lui fait quand même une bonne moyenne.

Surtout pour un début.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Dim 13 Jan 2008 - 10:48

be les suisses n'y vont pas le dos de la cuillère...

12/01

le matin.ch

EDITORIAL

Sarkozy, le Louis XIV du XXIe siècle


Michel Danthe, rédacteur en chef - 12/01/2008
Le Matin Dimanche


Toutes et tous vous disent qu'ils n'en peuvent plus, que c'est l'overdose, l'asphyxie, la saturation: la vie privée de Nicolas Sarkozy exposée jour après jour au grand jour, Carla Bruni par-ci, Cécilia par-là, divorce, croisière et rumeur de mariage.

Toutes et tous tant que nous sommes n'en pouvons plus, crions grâce hypocritement... et nous précipitons tout de même sur les derniers rebondissements, les derniers cancans, les dernières révélations.

Aujourd'hui, c'est la filiation réelle de Carla Bruni qui agite les esprits: elle ne serait pas la fille biologique de feu Alberto Bruni Tedeschi, mais d'un ancien violoniste, devenu homme d'affaires au Brésil, Maurizio Remmert.

Sommes-nous devenus fous? N'y a-t-il plus que cela qui nous intéresse? Quelle mouche nous a piqués? Qui nous aidera à comprendre l'hystérie qui entoure désormais les faits et gestes du premier des Français?

Un film, peut-être. Tourné en 1966 par l'un des plus grands cinéastes italiens du XXe siècle, père du néoréalisme, et qui fut l'amant puis l'époux d'Ingrid Bergman, Roberto Rossellini.

Dans «La prise de pouvoir de Louis XIV», Rossellini nous explique comment le Roi-Soleil domestiqua définitivement tous ceux qui lui contestaient le pouvoir.

La recette? Faire de sa vie de monarque un théâtre perpétuel où tout, de son coucher à son lever, de ses repas à ses frasques amoureuses, de ses vêtements à ses animaux de compagnie, de ses divertissements à ses plaisirs intimes, était suivi par des courtisans anxieux de n'en pas manquer une miette.

Nous sommes comme ces courtisans de Louis XIV: tétanisés par le spectacle d'un Sarkozy-Roi-Soleil qui nous aveugle de sa vie intime surexposée pour mieux fixer notre attention. Et nous faire oublier que pendant ce temps, et comme Louis XIV, il gouverne d'une main de fer.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Lun 14 Jan 2008 - 17:03

conre journal libératio 13/01

Les médias complices du Président ?«

La majorité de la presse est craintive, voire complice du président de la République, estime Lara Marlowe, correspondante de l'Irish Times, une semaine après la conférence de presse de Nicolas Sarkozy. Les questions de déontologie et d’éthique relatives aux fonctions du président sont systématiquement éludées ». «Se promener dans l’avion de Vincent Bolloré n’est pas très avisé, juge Mark Hunter, journaliste d’investigation américain, maître de conférences à l'Institut Français de Presse (Université Paris II). Sarkozy dit qu’il ne cache rien, c’est vrai. Sauf le pourquoi de ses relations ! ». Katrin Bennold, correspondante de l'International Herald Tribune, estime qu’en France, les « questions gênantes » sont rarement posées.

«La question essentielle du conflit d’intérêt ne lui est jamais posée»

Lara Marlowe (Irish Times) « Avec la presse, Nicolas Sarkozy a la même attitude qu'avec les partenaires sociaux ou les responsables de sa propre majorité. Dans un premier temps, sa stratégie consiste à cajoler et séduire, mais lorsque ça ne marche pas, à jouer l'agressivité. On l'a vu lors de sa conférence de presse, lors qu'une journaliste de France 24 lui a souhaité une bonne année, il s'est fait complice, amical, mais il n'a pas supporté la question de Laurent Joffrin sur le monarque élu. Il a même rappelé les difficultés financières de Libération.... Poser de bonnes questions équivaut à se griller vis à vis des conseillers: c'est la façon dont les dirigeants français conçoivent les relations entre la presse et le pouvoir. Mais cette situation s'est aggravée par le pouvoir de Nicolas Sarkozy.
Les questions qui fâchent sont donc rares. Il a évité la question du pouvoir d'achat, et pas un journaliste n'est revenu dessus, contrairement à la tradition qui veut qu'on reprenne les questions restées sans réponse. Autre exemple. Avant son élection, il a dit vouloir une république irréprochable. On voit qu'il prend des vacances aux frais d'amis milliardaires. Il répond mais ce n'est pas aux contribuables de payer mes vacances. Il y a pourtant une troisième solution: c'est qu'il paye lui même ses vacances! Cette question essentielle du conflit d'intérêt, personne ne lui a posé. Pour éviter de répondre, il s'est souvent comparé à ses prédécesseurs. Mais là encore, c'était purement dilatoire.
La majorité de la presse est très craintive. Complice. Les pôles de résistance sont rares. Les meilleurs amis de Nicolas Sarkozy sont à la tête des médias les plus influents (TF1, Europe 1, Paris Match, le JDD...), et ce réseau relationnel est durable parce qu'il résulte d'une longue construction. Son comportement avec les journalistes doit aussi être souligné. Il tutoie les journalistes. A la Garden party de Rachida Dati, j'ai entendu des collègues le tutoyer aussi. Si le président de la République n'impose pas la distance nécessaire, c'est le devoir des journalistes de le faire.
Dans la mesure où il est hyperactif, on est obligé de le suivre. On n'y échappe pas. Et je ne pense pas que la journée sans Sarkozy soit une solution... De même qu'on ne peut pas faire l'impasse sur sa vie privée. On l'a bien vu pendant la campagne électorale. Nous avions deux faux couples présidentiels. Les journalistes savaient que Ségolène Royal et François Hollande n'étaient plus ensemble, et que les retrouvailles de Nicolas Sarkozy et de sa femme étaient probablement factices. Ils ont donc joué la comédie... Est-ce que la presse a posé la question? Non. On élude en permanence les vraies questions de déontologie et d'éthique. »

«Je ne vois aucun avantage politique à l’exposition de sa romance glamour»

Mark Hunter. « Les tactiques de Nicolas Sarkozy ne sont pas nouvelles. Avant lui, Jack Lang, par exemple, qui s'inspirait d'ailleurs de Ronald Reagan, avait compris qu'en se concentrant sur l'action, on détournait l'attention des résultats. Nicolas Sarkozy a l'avantage de l'action, et il contraint les autres, en particulier les médias, à suivre. La différence tient dans le raffinement, dans l'implication dans le détail manifestée par Sarkozy et dans la réaction permanente. Il est intéressant de constater qu'il réagit aussi aux médias, en portant son attention sur ce qu'ils désignent comme important. En quelque sorte, il prend les médias à leur propre piège. Il lui reste à espérer que des résultats viennent. L'affaire Clearstream lui a permis de se présenter à l'élection présidentielle comme un outsider, voire un opposant, alors même qu'il partageait la responsabilité gouvernementale. Si la situation de l'économie, et tout particulièrement celle des banlieues continuent de se dégrader, on voit mal comment il pourrait échapper à ce bilan là. Alors qu'il annonce que les caisses sont vides, que le temps des largesses gouvernementales n'est plus de saison, on apprend qu'il a augmenté son salaire et le Parlement ne veut pas rendre ses propres privilèges. Je ne vois aucun avantage politique au spectacle de sa romance glamour, trois mois après un divorce caché, qui a suivi la remise en scène de sa vie de famille pour des raisons électorales. Se promener dans l'avion de Vincent Bolloré, dont on connait les intérêts dans les médias, n'est pas plus avisé. Sarkozy dit: je ne cache rien. C'est vrai, sauf le pourquoi de ses relations! On peut donc se demander quel est le sens et l'utilité de cette exposition médiatique. Nicolas Sarkozy risque fort de donner l'impression de s'occuper de son propre bonheur avant celui des gens de ce pays. A tort ou à raison, c'est d'ailleurs la conclusion que pas mal de gens semblent avoir déjà tiré.»

Mark Hunter est l’auteur de nombreux ouvrages d’enquête et d’un Que sais-je sur le journalisme d’investigation (PUF, 1997).


«Les questions gênantes n’ont pas été posées»

Katrin Bennold (International Herald Tribune). «Nicolas Sarkozy avait annoncé une rupture dans le style de l’exercice présidentiel. Et cette conférence de presse rompt avec le style de la monarchie présidentielle précédente, malgré le contexte d’hyper-présidence. Les journalistes n’auraient certainement pas posé les questions aussi personnelles à ses prédécesseurs… Dans le même temps, les questions n’ont pas été très difficiles sur l’agenda des réformes, qui est au cœur des interrogations. En France, il est rare que les questions gênantes soient librement posées à des conférences de presse. En Angleterre, la tradition inverse existe: celle de poser des questions difficiles tout le temps. C’est une dynamique très saine. Et les hommes politiques sont obligés de s’y soumettre.»
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Mar 15 Jan 2008 - 12:10

lesoir.be

JUREK KUCZKIEWICZ

Nicolas Sarkozy et la politique du comblement du vide

mardi 08 janvier 2008, 07:00

Il y a des formulations qu'on n'applique pas à un président de la République. Souvent traité avant son élection d'« agité du bocal » par ses ennemis, Nicolas Sarkozy élu a hérité d'une nouvelle appellation : « l'hyperprésident ». Le changement de signifiant n'a pas obéré grand-chose du signifié : l'activisme de Nicolas Sarkozy a toujours suscité une certaine perplexité, qui n'a fait que s'approfondir.

Son omniprésence, qui écrase non seulement son gouvernement, Premier ministre en tête, mais aussi d'autres rouages de l'Etat, est généralement critiquée, par le peu qu'il reste d'opposition, comme une politique délibérée d'occupation du terrain. Même son souci, aussi soudainement ressuscité que sa flamme amoureuse, d'étaler sa vie privée sous les objectifs des photographes, est porté au compte de sa volonté supposée d'occulter le manque d'effets de son action.

Osons pourtant l'hypothèse que, dans le cas de Nicolas Sarkozy, une clé importante de compréhension des ressorts de son action n'est pas de l'ordre du conscient. Ainsi, depuis le début de son quinquennat, l'ancien maire de Neuilly semble dépenser une énergie considérable à prouver à une audience qui, elle, le sait depuis six mois, que c'est bien lui qui a été élu président. Le nouveau locataire de l'Elysée paraît absorbé dans une perpétuelle entreprise de comblement d'un vide, magistralement décrite par l'écrivaine Yasmina Reza. Et aujourd'hui, plus encore qu'avant son élection, paraît étrange le sentiment que donne Nicolas Sarkozy, suivant lequel si ce n'est pas lui qui parle ou arpente la scène, le silence serait assourdissant et la scène vide. D'où aussi cette impression, que le président fonctionne par succession de spasmes, rythmés par ses intuitions ou angoisses du moment. A force de vouloir démontrer qu'il est là où il est (au sommet), Nicolas Sarkozy finit par donner l'impression qu'il ne fait pas ce qu'il doit (faire fonctionner la machine en produisant des résultats). Ses angoisses ne sont sans doute pas plus justifiées que les attaques de ses critiques. Mais, paradoxalement, il serait bon que le président français se rassure un peu sur lui-même. Question de pouvoir cesser d'y penser.
Revenir en haut Aller en bas
marco11

avatar

Masculin Nombre de messages : 5812
Age : 51
Localisation : Ouest
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Mar 15 Jan 2008 - 12:19

juju41 a écrit:
.

Osons pourtant l'hypothèse que, dans le cas de Nicolas Sarkozy, une clé importante de compréhension des ressorts de son action n'est pas de l'ordre du conscient. .

Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 66
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Mar 15 Jan 2008 - 14:10

marco11 a écrit:
juju41 a écrit:
.

Osons pourtant l'hypothèse que, dans le cas de Nicolas Sarkozy, une clé importante de compréhension des ressorts de son action n'est pas de l'ordre du conscient. .

Normal, un fou ne sait pas qu'il est fou.
Un con non plus, d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
marco11

avatar

Masculin Nombre de messages : 5812
Age : 51
Localisation : Ouest
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Mar 15 Jan 2008 - 14:20

Jean-Luc a écrit:
marco11 a écrit:
juju41 a écrit:
.

Osons pourtant l'hypothèse que, dans le cas de Nicolas Sarkozy, une clé importante de compréhension des ressorts de son action n'est pas de l'ordre du conscient. .

Normal, un fou ne sait pas qu'il est fou.
Un con non plus, d'ailleurs...

ça en fait du monde !
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Jeu 17 Jan 2008 - 9:25

Sarkozy: les Américains tournent en dérision le bling-bling et l'effet Carla -
pour voir la Video
http://spectre.canalblog.com/archives/2008/01/17/7590917.html
(cliquer sur la vidéo située sous celle qui apparait en premier plan)


La singulière histoire d'amour entre Nicolas Sarkozy et Carla Bruni avait tout pour plaire aux Américains et pourtant, le plus américain des présidents français n'est pas épargné depuis quelques jours par ceux la même qu'ils admirent tant, les puissantes chaînes de télévision des Etats-Unis. Et c'est sans doute ABC, un des plus grands réseaux qui arrosent en image toute l'Amérique, qui se distinguent dans les coups de griffes répétitifs à l'égard de l'image de grandeur de la France. Il y a quelques jours, crime de lèse majesté, la chaîne a rappelé et publié sur son site la liste de tous les anciens amants, réels ou putatifs, de Carla Bruni. Hier, rebelote, mais cette fois-ci pour analyser la chute de Nicolas Sarkozy dans les sondages. Pour le correspondant de la chaîne à Paris, à force de montrer qu'il est tombé en amour, le président de la République a fini par tomber dans l'estime des Français tout court. L'effet Carla serait ainsi à double tranchant, quand au bling-bling, terme généralement utilisé en anglais pour parler des gens qui affichent ostensiblement leur argent, ou pis, l'or et les joaillerie tape à l'oeil, le bling-bling est utilisé par ABC sur son site pour qualifier Nicolas Sarkozy. Injuste Amérique, avec son admirateur inconditionnel et alors que sa chère Carla s'apprête, hasard sans doute, à lancer son premier album en anglais au pays de l'oncle Sam.

http://www.wikio.fr/article=41862088
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Ven 18 Jan 2008 - 16:25

un petit commentaire d'étoile66 sur bayrou.fr

La presse allemande scandalisée par l'attitude du président français

Posté par : Etoile66 - 17 janvier 2008 17:00

Je lisais ce matin une page entière dans la presse allemande sur l'attitude scandaleuse du président français face à la Slovénie, qui a la présidence de l'Europe actuellement... Il prend déjà la présidence, sans aucun respect de ce pays, tout aussi membre de l'Europe que la France, et l'Allemagne, pays du consensus, ne peut accepter cette attitude désinvolte... A Bruxelles, les couloirs sont pleins de conversations similaires à son sujet...
Une telle décision stratégique, détroit d'Ormouz, n'aurait JAMAIS pu être décidée ainsi, de manière désinvolte, sans discussion sérieuse au Parlement.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Dim 20 Jan 2008 - 18:12

courrier international 20/01

COMPORTEMENT • Quelque chose en lui de Britney Spears

Il n’y a pire imbécile qu’un vieil imbécile mais rien ne surpasse un vieil imbécile français, surtout quand il dirige le pays. Regardez Nicolas Sarkozy qui, transi d’amour, rêvasse dans Paris en faisant les yeux doux à Carla Bruni pendant que le reste du pays brûle des voitures ou se met en grève. Il suffit de voir Sarkozy sortir des eaux avec son top-model-devenu-chanteuse de treize ans sa cadette pour en avoir le rouge* aux joues. Cela me rappelle le jour où mon père m’a annoncé que sa nouvelle copine avait à peu près mon âge. Ou encore la fois où une fille de ma classe m’a assuré que Peter, un gros plouc aux cheveux gras, était l’amour de sa vie. Comme preuve de cet amour éternel, il lui avait offert une bague de fiançailles passablement kitsch qu’elle balança au fond de la salle de classe deux semaines plus tard quand elle comprit qu’en fait, c’était James l’amour de sa vie. En d’autres termes, la France a réussi à élire un ado attardé à la présidence. Très bien*, les gars, très bien*.
Les draps de l’Elysée étaient encore imprégnés du parfum délicat de Cécilia quand Nicolas a rencontré Carla à un dîner et l’a emmenée à Disneyland Paris (exactement le genre d’endroit qu’un ado trouverait romantique). Et deux mois plus tard, on parle suavement de mariage. Une information que l’on tient, il faut le dire, de la bouche même du président qui a cette semaine donné les indications politiques suivantes pour l’année 2008 : “Fin des trente-cinq heures, création d’une BBC à la française, bla-bla-bla, et plus important, est-ce que j’ai dit que je l’aimais ? Si, si, je l’aime ! Je pense même que c’est la bonne !”
Je suis même étonnée qu’il ne se soit pas mis à chanter Hopelessly Devoted to You, comme Olivia Newton John dans Grease. Et tout ça quelques jours après avoir rencontré Sa Sainteté le pape Benoît XVI, une rencontre au cours de laquelle Sarko a passé l’essentiel de son temps à loucher sur son portable pour voir s’il avait reçu des SMS, de la Bruni sans doute. C’est tout à fait le genre de chose que Paris Hilton ou Britney Spears, par exemple, pourraient faire, sauf que, pour leur rendre justice, aucune d’entre elles ne dirige la sixième économie du monde.
Les hommes politiques sont ­censés être des gens honnêtes, des membres respectables de la communauté n’ayant jamais rien fait de répréhensible. Le problème est que personne de vraiment honnête ou respectable ne voudrait faire de la politique. C’est pour cette raison que pullulent les conseillers en communication. Peut-être faudrait-il reconnaître au nouveau président français le mérite de se montrer tel qu’il est vraiment… même si au fond de lui, Nicolas Sarkozy ressemble à une gamine de 13 ans.

* En français dans le texte.

Bryony Gordon
The Daily Telegraph
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Dim 20 Jan 2008 - 18:25

courrier international



Pipolitique • De l’élégance, que diable !

Pour The Times de Londres, si le président français plonge dans les sondages, c’est à son inconduite amoureuse qu’il le doit. Les Français détestent son style plus “Bidochon que Flaubert”.

Depuis sa conférence de presse du 8 janvier dernier (au cours de laquelle il a déclaré “avec Carla, c’est du sérieux”), Nicolas Sarkozy est devenu le lauréat incontesté du prix Silvio Berlusconi de l’homme politique européen le plus embarrassant du moment. Au moment où sa cote de popularité plonge en piqué, sa vie amoureuse, elle, déploie ses ailes. Ceci n’étant d’ailleurs pas étranger à cela. Car cette désaffection n’a rien à voir avec l’attitude des Français face au sexe. Les électeurs français s’attendent à ce que leurs dirigeants aient une vie amoureuse compliquée. Les amours présidentielles sont une sorte d’article tacite de la Constitution : elles sont un privilège inhérent à la fonction. L’impopularité naissante de Sarko n’a rien à voir non plus avec ses deux divorces, ni même avec les liaisons amoureuses* de Carla avec des pop stars britanniques sur le retour [Mick Jagger].
Non, la faute de Sarko aux yeux des Français, c’est une sorte de crime contre l’élégance à la française, un manquement aux préceptes d’un certain savoir-vivre* présidentiel. Vu de Paris, il est tout à fait acceptable que le président français tombe amoureux, mais d’une façon si peu raffinée et si américaine, ça non !
Pour son plus grand malheur, Sarkozy semble toujours frôler la “cool attitude” sans jamais l’atteindre. Il lui manque au moins 5 centimètres pour pouvoir porter des lunettes de soleil aviateur à verres réfléchissants ; grassouillet, il a tout juste 5 kilos de trop pour faire comme Poutine et tomber la chemise en public ; à 52 ans, il est trop vieux de cinq ans pour être pris en photo enlaçant la taille dénudée d’une femme de 39 ans. Ce sont des petits riens, certes, mais qui comptent beaucoup pour des Français.
Le problème de son histoire d’amour*, c’est qu’on la juge en France assez minable, plus Bidochon que flaubertienne. Plutôt que de faire la cour à son ancien mannequin au clair de lune dans le jardin parisien des Tuileries, Sarko l’emmène à Disneyland. Là où un autre Français conterait fleurette, par exemple, en récitant un poème d’amour d’un goût exquis, le président offre une bague de fiançailles sertie d’un gros diamant rose en forme de cœur, créée pour Dior par Victoire de Castellane – tout à fait le genre de babiole qui ferait rêver l’ex-Spice girl Victoria Beckham.
Ce n’est pas un hasard si Nicolas Sarkozy est désormais affublé du surnom américanisant de “Président Bling-Bling”*. Il évolue dans un monde tapageur, fait de paparazzi, de micros tendus et de jets privés mis à disposition par des amis milliardaires. Le grand amour de François Mitterrand n’avait été vraiment révélé au public que par la présence de sa fille naturelle à ses obsèques, moment choisi avec un sens exquis de la mise en scène. Sarko et Bruni, en revanche, ont déjà été désignés par tous les magazines people comme l’un des “couples chauds” de l’année 2008.
De ce côté-ci de la Manche, les maladresses du chef de l’Etat français, son côté nouveau riche* et ses faux-pas nous paraissent tout bonnement comiques, voire rafraîchissants après la pompe empesée des années Chirac. Mais pour beaucoup de Françaises et de Français, et pas forcément les plus traditionalistes ou les plus âgés, le “Sarko show” a des allures de soap opera mortifiant, une énième preuve du fait que la pipolisation à l’anglo-saxonne est en train de phagocyter les valeurs de la France éternelle.
Nicolas Sarkozy est arrivé au pouvoir il y a six mois en promettant une “rupture” avec les méthodes du passé. Sans façon, énergique, plein d’assurance et direct, son style offre un contraste saisissant avec la présidence distante, bienséante et quasi monarchique voulue par Charles de Gaulle. Essayez donc d’imaginer le vieux général en short, et vous aurez une idée de l’ampleur du changement culturel qu’incarne Sarko.
Mais s’il est une qualité dont débordait l’antique présidence et que Sarkozy défie ouvertement, c’est bien la discrétion, en particulier dans les affaires de cœur. Le président français revendique, en mettant sa vie amoureuse sur la place publique, “une rupture avec une tradition déplorable d’hypocrisie” ; en réalité, par le passé, les amours présidentielles étaient connues de tous, mais pas affichées. Moi-même, j’ai habité à une époque dans la même rue que la maîtresse de Chirac : des CRS fermaient la rue quelques heures chaque fois qu’il se rendait chez elle. Les commerçants du coin se contentaient de hocher la tête avec une certaine admiration : “Ah, le Président* est là pour son cinq à sept*.”
Là où Sarkozy commet une faute, c’est en affichant son histoire d’amour devant les caméras au moment même où la plupart des Français sont profondément inquiets. L’économie française est dans une situation alarmante, et alors que le président part en vacances au soleil avec un cortège de 26 véhicules et une belle héritière italienne, les Français ne se sont jamais sentis aussi pauvres depuis le début des années 1990. L’erreur du président français est de tomber amoureux d’une façon scandaleusement non française et insuffisamment présidentielle. Alors que son histoire d’amour avec l’opinion française commence à tourner au vinaigre, Sarko devrait revoir son scénario et, cessant de porter son cœur en sautoir, comme il le fait, le passer au poignet, avec sa montre au luxe clinquant.

Ben Macintyre
The Times
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Dim 20 Jan 2008 - 18:46

"mortifiant" : le mot que je cherchais depuis 6 mois.
Revenir en haut Aller en bas
Aptien

avatar

Masculin Nombre de messages : 2715
Age : 63
Localisation : NPDC
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Dim 20 Jan 2008 - 18:49

Voire même mortifère.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Dim 20 Jan 2008 - 18:51

avez vous lu l'article précédent, la honte.... Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   Dim 20 Jan 2008 - 18:53

oui, c'est pour ça qu'on est mortifiés...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sarkozy vu de l'étranger   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sarkozy vu de l'étranger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sarkozy vu de l'étranger
» Bibliothécaire/Documentaliste à l'étranger
» Séjour à l'étranger en Métiers du livre ?
» sarkozy en campagne : jeudi à Vesoul
» Sarkozy, premier bilan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: Monde-
Sauter vers: