Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mer 16 Jan 2008 - 17:59

Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté
(Photo Reuters)
Fadela Amara a annoncé le déblocage d’un milliard d’euros pour désenclaver cinquante quartiers prioritaires dans le cadre de son plan «Espoir banlieue».
afp
LIBERATION.FR : mercredi 16 janvier 2008

Avec l'annonce, dans le Figaro Madame à paraître samedi, du déblocage d'un milliard d'euros à destination de 50 quartiers prioritaires, la secrétaire d’Etat au Logement prend une longueur d’avance sur sa ministre de tutelle, Christine Boutin, dans la polémique qui les oppose depuis quelques jours.
Fadela Amara, avec son plan «Espoir banlieue», qui sera présenté le 22 janvier à Vaulx-en-Velin affirme vouloir «mettre le paquet sur les cinquante quartiers les plus en difficulté, et l'emploi, l'éducation, et le désenclavement en seront les trois axes majeurs», précise la secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville.

Faire émerger une élite des quartiers

Pour les cinquante quartiers prioritaires, son plan vise notamment à améliorer les transports - bus, tramway, taxis collectifs - pour ouvrir ces quartiers sur l’extérieur.

Sur la question de l’emploi, Fadela Amara entend installer des bureaux de recrutement au pied des cités, avec des partenaires privés et publics. Ils «proposerons un parcours sécurisé avec du coaching, des formations, le financement du permis de conduire si besoin aux jeunes sans qualification».

Décidée à lancer des expérimentations, la secrétaire d’Etat veut «multiplier les cafés de parents» aux abords des collèges et des lycées pour que les familles rencontrent les professeurs et s’investissent davantage dans la scolarité de leurs enfants.

Elle annonce la création, «dans certains établissements, de pôles d’excellence, avec apprentissage du solfège, ou du chinois, ou du latin et grec dans des collèges» pour «brasser les gens, les cultures, les savoirs, créer la mixité. Je veux faire émerger une élite des quartiers.»

Enfin, sur le plan sémantique, Fadela Amara veut «valoriser» le mot diversité qui est apparu, selon elle, ces trois ou quatre dernières années et dans lequel elle voit un «concept politique» qu’il faut «faire monter en puissance, pour que partout la diversité existe», conclut-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 66
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mer 16 Jan 2008 - 18:17

Il y aurait quand même du social pour lequel les caisses ne seraient pas vides ? Ou bien le serpent a-t-il été court-circuité ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mer 16 Jan 2008 - 18:40

tout dépend à qui ils prennent le pognon, toujours les vases communicants...
Revenir en haut Aller en bas
nitou86

avatar

Féminin Nombre de messages : 571
Age : 53
Localisation : poitou-charentes
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mer 16 Jan 2008 - 21:48

Juju, insinuerais-tu que nous allons encore être les vaches à lait ? tsss !
Revenir en haut Aller en bas
Europium

avatar

Masculin Nombre de messages : 1364
Age : 50
Localisation : france
Date d'inscription : 12/10/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Jeu 17 Jan 2008 - 7:11

sur ce coup là je pense que la BOUTIN, a raison. ce n'est pas en premier lieu un problème d'argent mais une vision globale de l'aménagement des villes qu'il faut avoir

comme le dit la BOUTIN, depuis 30 ans la gauche et la droite ont respectivement investi des milliards dans des quartiers pour un résultat peu satisfaisant.

il est urgent de repenser la ville dans sa globalité et non refaire des bouts de quartier qui ne sont pas en adéquation avec le reste de la ville ou qui ne corresponde a ce que sera la société de demain.

de plus comme le dit la BOUTIN, ce n'est pas a l'état de dire ce qu'il faut faire à coup de milliard mais aux élus des villes de gérer l'argent. une ville peu décider de former des éducateurs en fonction de ses besoins tandis qu'une autre aura besoin d'un gymnase ou d'une salle de spectacle.

soit dit en passant, un milliard c'est pas grand chose.......
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Jeu 17 Jan 2008 - 7:51

la mixité sociale c'est la seule solution
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Jeu 17 Jan 2008 - 10:00

Le plan banlieue dont rêve le Conseil national des villes
TONINO SERAFINI
libération QUOTIDIEN : jeudi 17 janvier 2008


C’est ce qui s’appelle se recentrer sur l’essentiel après la cacophonie au sommet de l’Etat concernant le plan en faveur des banlieues, dont l’annonce est sans cesse reportée. Hier, le Conseil national des villes (CNV) a tenu à «alerter le président de la République et le Premier ministre de la gravité de la situation et des mesures urgentes à mettre en œuvre». Instance de réflexion et de propositions, le CNV a pour mission de conseiller le gouvernement sur l’épineux dossier de la politique de la ville et du développement social urbain.


Composé notamment d’élus de communes en difficulté et de toutes étiquettes politiques (Sarcelles, Vaulx-en-Velin, Chanteloup-les-Vignes, Montfermeil, Sotteville-lès-Rouen, Bron…), le Conseil national des villes a déroulé, hier, cinq propositions, «émanant de gens du terrain» et jugées «nécessaires» à la réussite d’un plan en faveur des quartiers.
Pour commencer, le CNV estime que dans les quartiers en difficulté, l’Etat se doit d’assurer ses missions de «droit commun» notamment «en matière de sécurité et d’éducation», a énoncé Agathe Carrière, première adjointe au maire (UMP) du Havre. Ainsi Paris est bien mieux doté en services de police que le département voisin de Seine-Saint-Denis, où ont débuté les émeutes de l’automne 2005. Pareil dans le domaine scolaire: 50% des enseignants exerçant dans le «9-3» ont une expérience de moins de deux ans.
A ce recentrage des missions de droit communs doivent s’ajouter «des dispositions plus ciblées». Elles touchent aux domaines de la fiscalité locale, de l’emploi des jeunes, de la santé, ou de l’école et de la réussite éducative. Concernant les finances locales, le CNV demande une réforme de la Dotation de solidarité urbaine (DSU) pour qu’elle soit davantage orientée en faveur des communes les pauvres.
«Nous n’avons pratiquement pas de TP (taxe professionnelle, ndlr)», a pointé François Pupponi le maire socialiste de Sarcelles, citant en exemple sa commune qui subit les nuisances de Roissy, mais ne touche pas de TP. «On a mis les populations qui ont le plus de besoins dans les communes qui ont le moins de moyens. Dans nos villes, 40% des habitants ne payent pas l’impôt local», a-t-il encore souligné. Pour boucler quand même leurs budgets, ces communes exsangues pratiquent un impôt local trois fois supérieur aux villes riches.
Concernant l’enseignement, le CNV juge nécessaire «des plans expérimentaux contre l’échec scolaire». Dans ces quartiers où le taux chômage est deux à trois fois supérieur à la moyenne nationale, une «mobilisation de tous les acteurs est nécessaire pour sortir les 16-25 ans du chômage».
Toutes ces propositions contredisent Christine Boutin, ministre du Logement et de la Ville. Lundi, elle avait désavoué à mots couverts sa secrétaire d’Etat chargé de la Ville, Fadela Amara, affirmant que «ce n’est pas d’un énième plan qu’ont besoin les quartiers difficiles, mais d’une dynamique globale». Ce qui a valu à Boutin de se faire recadrer par François Fillon. Le Premier ministre s’est dit favorable à «une politique spécifique aux quartiers» citant l’emploi, l’école et le désenclavement.
Revenir en haut Aller en bas
khany

avatar

Nombre de messages : 818
Date d'inscription : 13/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Jeu 17 Jan 2008 - 10:35

je partage leur constat cependant je ne le vois pas antynomique de ce que disait Boutin . Car si il y a urgence à régler certains problèmes de la banlieue, il ne faudrait pas pour autant négliger une vision globale qui peut assurer la cohérance ... Eviter en particulier que d'autres zones ne viennent poser souci à l'avenir.
Et en revenir aussi à une vraie politique d'aménagement du territoire, parce que les campagnes victimes de la désertion des services publics, des médecins, des commerces, des écoles ... finalement se retrouvent autant abandonnées que les quartiers des banlieues.... il ne faudrait pas les oublier non plus.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mar 29 Jan 2008 - 8:43

politique.net + canard Enchainé
Plan Banlieue de Fadela Amara : 600 000 euros pour l’annoncer

--------------------------------------------------------------------------------

publié le lundi 28 janvier 2008 à 20h58



--------------------------------------------------------------------------------
L'ancienne présidente de l'association « Ni putes, ni soumises », Fadela Amara, est entrée au gouvernement pour s'occuper des banlieues. Depuis six mois, elle travaille sur un plan banlieue, multipliant les consultations et les rencontres sur le terrain. "Plan anti-glandouille", "Plan Egalité des chances", le plan finalement appelé "Espoir Banlieue" devait être annoncé en grande pompe le 22 janvier dernier à Vaulx-en-Velin. Mais, surprise, la secrétaire d'Etat à la Ville n'a fait que présenter quelques principes de son plan. Le "vrai" plan sera présenté par Nicolas Sarkozy en personne le 8 février. Or, à l'origine, le chef de l'Etat devait être présent à Vaulx-en-Velin. La visite de Christine Boutin, Fadela Amara et de Nicolas Sarkozy dans cette ville symbole devait avoir un caractère présidentiel avec tout le déploiement de moyens qui s'ensuit.
Finalement, le président de la République n'était pas là, le plan n'a pas été dévoilé, mais les dépenses de ce déplacement ont été maintenues : la journée à Vaulx-en-Velin a coûté 600 000 euros selon Le Canard Enchaîné.


--------------------------------------------------------------------------------

Un plan aux contours incertains
Fadela Amara devait annoncer les mesures de son plan banlieue à Vaulx-en-Velin. Faute d'avoir obtenu les derniers arbitrages de l'Elysée, la secrétaire d'Etat à la ville a dû se contenter d'énoncer quelques grands principes : investissement dans la formation et la création d'emplois. Elle a ainsi promis de créer 45 000 emplois en trois ans et de réduire de 40% le chômage des jeunes en banlieue. Aujourd'hui, il existe plus de 750 zones urbaines sensibles bénéficiant d'un dispositif particulier. Fadela Amara veut mettre un terme à ce saupoudrage inefficace et veut concentrer l'effort financier sur 100 à 200 quartiers.


--------------------------------------------------------------------------------
Cacophonie à Vaulx-en-Velin
A peine annoncés, les principes du plan banlieue ont aussitôt été contestés par Christine Boutin, ministre de tutelle de Fadela Amara. Mardi soir, la ministre du logement a déclaré que sa secrétaire d'Etat avait "manqué peut-être un peu de prudence" en proposant à Vaulx-en-Velin de créer 45 000 emplois en trois ans et de réduire de 40% le chômage des jeunes en banlieue. Selon elle, cette promesse est hasardeuse.
Fadela Amara a répliqué le lendemain dans les médias en réaffirmant sa bonne foi : "On a eu des discussions, moi je pense qu'il faut des politiques particulières pour les quartiers en difficulté et elle a une approche globale (...) On est ambitieux. Ce ne sera pas du blabla mais de vrais emplois".


--------------------------------------------------------------------------------

600 000 euros de dépenser à Vaulx-en-Velin
La séquence médiatique de Vaulx-en-Velin a donc connu quelques ratés : absence du président de la République, annonce différée des mesures concrètes, divergence de vue entre Fadela Amara et Christine Boutin sur la philosophie du plan. Mais le pire, c'est le coût de ce plan média manqué. Dans son édition du mercredi 23 janvier 2008, Le Canard Enchaîné révèle que le déplacement à Vaulx-en-Velin a coûté environ 600 000 euros car jusqu'à la dernière minute, la venue du président de la République a été envisagée. De fait, la préfecture avait vu les choses en grand : "un hôtel, le Palais des Sports, le centre culturel Charlie-Chaplin ont ainsi été réquisitionnés pour accueillir et nourrir 1500 personnes" indique Le Canard Enchaîné. Une école d'ingénieur a également été mobilisée (profs et étudiants ont été dispensés de cours) et une suite de chapiteaux ont été dressés dans le centre-ville. Enfin, un important dispositif de sécurité a été déployé pour anticiper tous risques de débordement dans cette banlieue difficile.

L'annonce du Plan banlieue aura donc coûté une fortune pour un résultat médiatique mitigé et une inefficacité politique totale puisque le "vrai" plan ne sera annoncé que le 8 février prochain par le Président de la République en personne. Et le Canard de conclure, perfide : « Encore un peu, et l’annonce du plan va coûter plus cher que le plan lui-même ».
Revenir en haut Aller en bas
marco11

avatar

Masculin Nombre de messages : 5812
Age : 51
Localisation : Ouest
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mar 29 Jan 2008 - 10:54

juju41 a écrit:
Plan Banlieue de Fadela Amara : 600 000 euros pour l’annoncer


Et le Canard de conclure, perfide : « Encore un peu, et l’annonce du plan va coûter plus cher que le plan lui-même ».

C'est ça qui est incroyable !

Comment arrivent-ils à être aussi mauvais pour faire ce genre de plan ?
Revenir en haut Aller en bas
genev_tabouis

avatar

Masculin Nombre de messages : 244
Age : 64
Localisation : Lyon - 69007
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mar 29 Jan 2008 - 12:06

juju41 a écrit:
Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté
(Photo Reuters)

et 50 Milliards d'€uros pour 1 trader en difficulté ?
Revenir en haut Aller en bas
http://genevievetabouis.blogspot.com/
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Lun 18 Fév 2008 - 13:31

Bakchich



lundi 18 février 2008 par Darius Ekoutum

Pour financer son Plan Banlieue annoncé le 8 février, la secrétaire d’Etat à la Ville fait la tournée des ministères et des popotes afin de trouver quelques sous. La moisson est maigre, surtout du côté de Bercy et des entreprises


Nicolas est « pingre », révélait Cécilia dans le livre de la journaliste Anna Bitton. Fadela Amara vient d’en faire les frais, si l’on ose dire. Fin janvier, la secrétaire d’état à la politique de la ville escomptait un milliard d’euros pour financer son plan « Espoir Banlieue », bricolé à la va-vite.


Des sous piqués aux Transports et à l’Education



Mais le 8 février à l’Elysée, elle n’est repartie qu’avec la moitié de la somme. Soit 500 millions d’euros sur 5 ans, ponctionnés en grande partie sur l’enveloppe du Grenelle de l’environnement, pour améliorer les transports publics et désenclaver les quartiers en difficultés. Elle peut dire merci à Jean-Louis Borloo pour ce tour de passe-passe. On est loin du « plan Marshall » promis par Nicolas Sarkozy pendant la campagne présidentielle. Fadéla fait la manche
© Mor



Voilà donc la secrétaire d’état à la ville contrainte de prendre son bâton de pèlerin et de quémander aux autres ministres de quoi boucler son budget. Premier acte : le 14 février, au ministère de l’Education Nationale. Devant les caméras et les flash des photographes, Xavier Darcos a généreusement offert à Fadela 200 millions d’euros sur deux ans pour financer le volet éducation. Aide aux devoirs, internats d’excellences, destruction de 20 établissements vétustes, création d’un fond permettant au privé d’ouvrir 50 classes dans les quartiers difficiles… Le but : créer une « élite » des banlieues.
Bercy et le Medef sont à la traîne



Deuxième acte : le 15 février, au Ministère de l’Economie. A Bercy, la fête est moins gaie. Christine Lagarde ne lâche que 150 millions d’euros. Surtout, la ministre de l’économie a rameuté le gratin du CAC 40, de Gérard Mestrallet, PDG de Suez, à la présidence du Medef, Laurence Parisot, pour signer un « Engagement national pour l’insertion professionnelle des jeunes des quartiers ». C’est beau comme l’antique, et cela ne mange pas de pain.

« Il y a un décalage énorme entre ces effets d’annonce et la réalité, analyse Charles Kerchouche, expert dans les questions d’emploi et de diversité et ancien collaborateur de Claude Bébéar, président du conseil de surveillance d’Axa. Cela fait des années que l’on parle de diversité dans les entreprises. Or, quand on voit les représentants des grandes sociétés défiler à la tribune, pendant la conférence de presse, elle ne se voit pas, hormis chez L’Oréal. On reste dans une logique post-coloniale, où le patron blanc donne à manger au petit indigène des quartiers. On est dans la pub Banania. »
Peu de vrais jobs et l’Etat ne donne pas l’exemple



Il rappelle surtout que la plupart de ces entreprises avaient déjà signé, en 2004, la Charte de la Diversité, lancée par Claude Bébéar. Sans réelle application concrète. « Et elles remettent ça aujourd’hui, avec un nouvel effet d’annonce. En réalité, elles se servent de cette caution « diversité » pour se donner un visage plus humain ». D’autant que parmi les signataires, Adecco et L’Oréal, présentes à la conférence de presse, ont été condamnées pour discrimination il y a moins d’un an.

Qu’offrent-ils, ces patrons qui jurent, la main sur le cœur, que la diversité est leur priorité, en évoquant « leur responsabilité sociale » ? Essentiellement des stages et des contrats en alternance. « Peu de vrais jobs, en somme. Quand au contrat d’autonomie, c’est un nouveau contrat aidé parmi tant d’autres, poursuit le spécialiste. Là où le bât blesse, c’est que le gouvernement ne donne pas l’exemple avec les entreprises publiques ou semi-publiques. Alors qu’il a un levier direct d’intervention avec Alstom, Areva ou Aéroports de Paris. La pauvre Fadela n’a que sa bonne volonté. C’est dramatique. »
31 ministères à démarcher…



Les prochaines semaines, la secrétaire d’Etat, qui se dit rassurée sur son sort au gouvernement après le futur remaniement post-municipales, ira donc frapper chez Michèle Alliot-Marie, au ministère de l’Intérieur. Et elle fera la tournée des 31 ministères pour quémander l’obole. « Le plus dur est devant nous », a martelé Fadela pendant la conférence de presse. On la croit volontiers. « Chaque ministre va être mis à contribution pour que ça change dans les banlieues, a-t-elle déclaré sur France 2 le 8 février. (…) Tout va se faire rapidement » (…) « Il faut sortir de la logique misérabiliste ».

Il semble, au contraire, qu’on soit encore en plein dedans.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Ven 23 Mai 2008 - 10:03

l'Humanité


événement
Où est passé le « plan Marshall » ?

Banlieues . Financement insuffisant, inégalités croissantes, délinquance… Deux ans après les révoltes urbaines, la situation ne s’est pas améliorée. Les élus tirent la sonnette d’alarme.

« Aujourd’hui, on ne parle plus d’urgence, constate, dépité, Stéphane Gatignon, le maire de Sevran (Seine-Saint-Denis). Comme si on était déjà passé à autre chose… » La colère n’est pas loin. Deux ans après les révoltes urbaines, les maires des banlieues populaires tirent encore la sonnette d’alarme. Leur constat est simple. Inquiétant. Les mesures consenties par l’État ces dernières années ne sont pas suffisantes pour résorber les inégalités qui gangrènent la vie des habitants de ces quartiers. Pis encore : la question - brûlante - des banlieues ne semble même plus être « la priorité des priorités » du gouvernement, comme le répétait le candidat Sarkozy.
Certains chiffres parlent d’eux-mêmes. Lors de la campagne électorale, le président de la République avait promis un « plan Marshall » pour les quartiers les plus défavorisés. Or, le projet de loi de finances 2008 montre, au contraire, une baisse des financements en direction des communes concernées !
« 30 millions d’euros en moins pour
les quartiers »
L’association Ville et banlieue, qui regroupe 120 maires de tout bord politique, s’en est émue la semaine dernière (lire notre entretien). Au-delà de l’hypothétique « plan banlieue » de Fadela Amara, ils dénoncent une « amputation de 30 millions d’euros » de la dotation de solidarité urbaine (DSU). Pour la première fois depuis des années, cette dernière ne dépassera pas le seuil des 100 millions d’euros. Vous parlez d’une priorité… « 30 millions d’euros en moins pour les quartiers, c’est criminel ! » s’emporte François Pupponi, le maire socialiste de Sarcelles (Val-d’Oise).
Pourtant, au lendemain des trois semaines de violence à l’automne 2005, un certain consensus avait vu le jour. Il fallait agir vite, taper fort. Dès mars 2006, la loi « égalité des chances » avait été votée, comprenant une cinquantaine de mesures phares. Avec, pour les coordonner, la création de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé). Las, après un an d’activité, le bilan est bien maigre. Selon l’Acsé, 2 200 quartiers bénéficient de nouvelles aides. Le programme de réussite éducative (doté de 98 millions d’euros) toucherait notamment 100 000 enfants, tandis que près de 140 ateliers santé auraient été établis sur 300 zones urbaines sensibles (ZUS).
Une pauvreté qui « prépare les violences de demain »
« Insuffisant », soupirent les élus locaux qui constatent surtout, depuis des mois, un réel désengagement des pouvoirs publics. Prenez la rénovation urbaine. Depuis 2003, l’ANRU (l’Agence nationale de rénovation urbaine) a engagé plus de 30 milliards d’euros dans 281 projets en cours. Pour 2008, la participation de l’État ne se monte qu’à 280 millions d’euros, en baisse de 15 %. « Nous qui avons trois quartiers prioritaires en réhabilitation urbaine, il y a 300 000 euros de retard de paiement, note Stéphane Gatignon. On a l’impression qu’en ce moment le chef de l’État remet en cause toute la politique de la ville. Il y a de quoi s’inquiéter pour les projets à venir. »
Surtout que, sur le terrain, la situation est loin de s’améliorer. « Elle s’est même aggravée », reprend François Pupponi, dont la commune compte 70 % de logements sociaux. « Les moyens annoncés ne sont pas arrivés. De plus, avec les chantiers de l’ANRU, on détruit plus qu’on ne construit. Les loyers vont donc flamber et les plus pauvres partir. L’insécurité, elle, est repartie de plus belle : l’économie souterraine s’accroît parce que, fondamentalement, la misère sociale s’accroît. »
Hausse des prix, pouvoir d’achat en berne, précarité, chômage… « L’ensemble des Français aujourd’hui se serrent encore plus la ceinture, constate encore Stéphane Gatignon, et les classes moyennes, qui vivent dans nos quartiers, sont les premières touchées. Faire de la rénovation urbaine, c’est bien, mais cela ne réglera pas les fins de mois difficiles. Or, c’est cette pauvreté qui renforce le phénomène de ségrégation, d’inégalité sociale et qui prépare les violences de demain. » Avis au gouvernement…
Laurent Mouloud
Revenir en haut Aller en bas
Prouesse

avatar

Masculin Nombre de messages : 2869
Age : 33
Localisation : La Madeleine
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Ven 23 Mai 2008 - 10:16

Bah, pour pouvoir encore parler de karcher dans 4 ans, il faut bien entretenir la pauvreté de ces quartiers Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Méthos

avatar

Masculin Nombre de messages : 603
Age : 35
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 08/03/2008

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Ven 23 Mai 2008 - 10:44

Y a de l'argent, toujours de l'argent, toujours pour les mêmes.
Combien de milliard faut il voler aux français pour que les politiques comprennent que ce n'est pas la solution?
Revenir en haut Aller en bas
Prouesse

avatar

Masculin Nombre de messages : 2869
Age : 33
Localisation : La Madeleine
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Ven 23 Mai 2008 - 10:50

scratch

L'argent est volé aux français pour être donnée aux français.
S'pas vraiment du vol Surprised

Après, je suis d'accord avec toi qu'il ne suffit pas de donner.
Revenir en haut Aller en bas
modorange

avatar

Masculin Nombre de messages : 1491
Age : 28
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Ven 23 Mai 2008 - 12:17

De toute façon... un milliard d'euros pour 50 quartiers, c'est bien trop peu. Il en faudrait cent fois plus pour que le problème soit vraiment en phase d'être reglé, à condition bien sûr de bien utiliser cet argent. De plus, l'erreur fondamentale a été de croire pendant si longtemps que le problème se résoudrait en réformant dans les banlieues. Ce qui est totalement faux.

Si on veut résoudre les problèmes dans les banlieues, il faudra aussi réformer en profondeur le collège, l'intégration, la politique d'immigration, l'insertion profesionelle, le code du travail, la carte des services publics, les lois sur l'établissement des grandes surfaces, la carte scolaire, le système judiciaire, la législation sur les drogues, la police, les investissements dans les banlieues... et la liste est longue...
Et ne pas oublier la mixité sociale, comme l'a si bien dit Vincent ! N'oublions pas qu'il y a une trentaine d'année, on trouvait dans les banlieues des travailleurs, des professeurs, des policiers, des fonctionnaires etc...

Et aujourd'hui ya quoi dans les banlieues ? Beaucoup d'immigrés (en région parisienne, trop probablement), de chomeurs, de travailleurs précaires, de jeunes en difficulté... Comment voulez vous qu'à partir de ça un contexte favorable émerge ? Les cités ressemblent plus à des ghettos désormais.
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Modorange
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Ven 20 Juin 2008 - 14:22

Plan banlieue : des contrats, des policiers, et des gardiens d’immeuble
Le détail point par point des mesures annoncées ce matin à Meaux par la secrétaire d'Etat à la ville.
AFP
LIBERATION.FR : vendredi 20 juin 2008

La mise en oeuvre du plan banlieues a été lancée ce matin, à Meaux, en Seine-et-Marne, lors du comité interministériel des villes. La réunion, présidée par le Premier ministre François Fillon, s’est déroulée en présence de onze ministres, dont la ministre du Logement, Christine Boutin, et de la secrétaire d'Etat à la Politique de la ville, Fadela Amara. Détail des mesures annoncées:




Des contrats autonomie pour les jeunes
Fadela Amara s’est donné comme «objectif» la signature de «45 000» contrats autonomie destinés aux jeunes sur trois ans. Ce contrat est signé entre le jeune volontaire et les partenaires (organismes privés mais aussi services publics de l’emploi). Il permet d’être «coaché» pour être «mis en situation d’emploi», et d’être suivi ensuite pendant six mois au début de sa période d’emploi «parce qu’on sait qu’au bout de quatre mois en général, certains décrochent», a expliqué Fadela Amara, précisant que «les premières signatures se feront dès juin».

Présence policière renforcée
La ministre a annoncé la présence de «4 000» policiers supplémentaires dans les quartiers. Ils seront mis en place «par redéploiement». «J’ai beaucoup milité pour qu’il y ait le retour de la police dans nos quartiers» et «c’était une vraie demande de la population qui habite ces quartiers prioritaires», a-t-elle dit.

Des intermédiaires pour dialoguer avec la police
Fadela Amara a annoncé la création de délégués de cohésion entre la population et la police, qui seront des «policiers réservistes». La secrétaire d’Etat souligne qu’un dispositif permettant de «casser les préjugés» entre la police et la population avait été demandé par «beaucoup d’associations de quartiers».

Des gardiens dans tous les immeubles

la suite ici
http://www.liberation.fr/actualite/politiques/333578.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Méthos

avatar

Masculin Nombre de messages : 603
Age : 35
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 08/03/2008

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Ven 20 Juin 2008 - 17:55

Et encore notre argent qui va allé encore aux mêmes....
Revenir en haut Aller en bas
titophe257



Masculin Nombre de messages : 26
Age : 46
Localisation : 94
Date d'inscription : 10/03/2008

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mar 29 Juil 2008 - 21:01

cela servira à rien, tant que les problemes de fond ne seront réglés, on réduira un peu la crise pendant 1 ans après il y aura un autre plan
Revenir en haut Aller en bas
pourleboss

avatar

Masculin Nombre de messages : 3430
Age : 63
Localisation : 69100 VILLEURBANNE
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mer 30 Juil 2008 - 5:19

Restons optimistes !!!! Un jour les plans banlieu prendront tout leur sens : quand nous serons devenus celle de l'Europe !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tmt1.fr
melpat

avatar

Masculin Nombre de messages : 179
Age : 56
Localisation : Hérault - Marseillan
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mer 30 Juil 2008 - 9:07

juju41 a écrit:
Plan banlieue : des contrats, des policiers, et des gardiens d’immeuble
Le détail point par point des mesures annoncées ce matin à Meaux par la secrétaire d'Etat à la ville.
AFP
LIBERATION.FR : vendredi 20 juin 2008

Des contrats autonomie pour les jeunes
Fadela Amara s’est donné comme «objectif» la signature de «45 000» contrats autonomie destinés aux jeunes sur trois ans. Ce contrat est signé entre le jeune volontaire et les partenaires (organismes privés mais aussi services publics de l’emploi). Il permet d’être «coaché» pour être «mis en situation d’emploi», et d’être suivi ensuite pendant six mois au début de sa période d’emploi «parce qu’on sait qu’au bout de quatre mois en général, certains décrochent», a expliqué Fadela Amara, précisant que «les premières signatures se feront dès juin».

l

Elle emploie des gros mots maintenant Fadela Amara ???
Revenir en haut Aller en bas
http://capmarseillan.free.fr/
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 66
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mer 30 Juil 2008 - 9:40

Y'a pas que ça :
Citation :
précisant que «les premières signatures se feront dès juin».
... de quelle année ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mer 30 Juil 2008 - 10:04

au bout de 6 mois, c'est plutôt le patron qui "décroche"... histoire d'avoir un nouveau "volontaire" à pas cher!, et l'ancien "volontaire" retourne à la case départ,ANPE,en attendant d'être de nouveau "volontaire" pour un boulot minable, à 2 heures de chez lui...toutes ces soit-disants bonnes idées ne servent qu'à faire baisser le chiffre officiel du chomage, mais ne donne aucune perspective d'emploi durable pour tous ces jeunes qui finiront une fois de plus par tout casserr,parce qu'on les aura encore roulés.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 66
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   Mer 30 Juil 2008 - 10:06

Même principe que les "emplois aidés"... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un milliard d’euros pour 50 quartiers en difficulté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Combien vous reste t-il pour vivre?
» Plus de 20.000 euros pour trois tableaux d'un chimpanzé
» CULTURE - 105 millions d’euros pour sauver Pompéi
» La Redoute
» Vivre avec peu d'argent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: France-
Sauter vers: