Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez
 

 démantèlement de France 3

Aller en bas 
AuteurMessage
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

démantèlement de France 3 Empty
MessageSujet: démantèlement de France 3   démantèlement de France 3 Icon_minitimeLun 28 Jan 2008 - 10:23

mediapart

L’Elysée discute avec la presse régionale du démantèlement de France 3
25/01/2008Par
Auteur:
Gérard Desportes
Deux semaines après l’annonce, par Nicolas Sarkozy, de la suppression de la publicité sur les chaînes de télévisions et les radios du service public, le brouillard commence à se dissiper. Quelles conséquences pour le service public? Et quel financement ? MediaPart révèle les tractations en cours [article réactualisé dimanche 27 janvier].

Le schéma actuellement discuté à l’Elysée est le suivant. France 2 restera dans le giron public, et devra développer les partenariats sur les œuvres à forte valeur culturelle. La structure nationale de France 3 sera également conservée, sans publicité. Mais ses décrochages régionaux -le rendez-vous de la mi-journée et la tranche 18h30-20h30, soit trois heures par jour- seront confiés, avec leurs parts de publicité, à la presse quotidienne régionale. La création de sociétés d’économie mixte, intégrant aussi les collectivités locales, notamment les régions, permettra d’adosser juridiquement et financièrement chacune de ces nouvelles structures régionales.

Avec un tel schéma, s'il est finalement retenu, plusieurs éléments seront mis en avant. D'abord alléger la charge budgétaire de France 3 chaîne publique, en supprimant un poste coûteux, la production de l’information régionale. Ensuite, permettre à la presse quotidienne régionale de retrouver une audience et une surface financière perdues ces dernières années. Enfin, couper l'herbe sous le pied de ceux qui militent pour la suppression de la publicité dans le service public et désamorcer l'opposition des socialistes en associant au montage les conseils régionaux -tous de gauche, à l’exception de l’Alsace- à la réforme. On rêve déjà à l'Elysée d'un consensus politique et professionnel avec cette explication à double détente: pérennité du service public et sauvetage de la presse écrite régionale.

Pas d'annonce avant les municipales.
Mais des tractations

Vincent de Bernardi, le directeur général du syndicat de la presse quotidienne régionale (SPQR), confirme que ses mandants sont intéressés. « C’est une vieille idée et nous observerons avec attention ce que le gouvernement nous dira. Nous en parlons entre nous, nous discutons, nous réfléchissons. Les éditeurs se réunissent tous les mois, il est probable que ce projet sera à l’ordre du jour de nos prochaines rencontres. »


Rien ne devrait être annoncé avant les municipales. Mais les grandes manœuvres ont commencé. Un responsable de France 3 en province raconte cette anecdote : « J’étais aux vœux du président de région quand ce dernier, flanqué d’un patron de journal, m’a lancé en rigolant "Alors, on va vous racheter ?" Ca ne m’a pas fait rire. » Jean Michel Baylet, le patron de La Dépêche du Midi, par ailleurs sénateur radical, refuse de s’exprimer sur le sujet mais, selon nos informations, il a été en contact avec l’Elysée à ce propos. Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, et Georges-Marc Benamou, conseiller de Nicolas Sarkozy, suivent directement l’affaire. Ce dernier refusait, mercredi après-midi, de démentir ou de confirmer son implication dans le schéma.

Un dirigeant d’un journal de l’Ouest, qui veut rester anonyme, dévoile sa stratégie: « Si l’occasion se présente de profiter du chambardement qui s’annonce, nous sauterons dessus. Les patrons de la presse régionale qui se sont lancés dans les télés locales, c’est-à-dire presque tous, savent compter. La télévision permet de multiplier par deux la valeur de sa société. La télévision nous intéresse. Comme nous intéresse Internet. On peut même imaginer que tout ça fusionnera un jour en un écran unique».

La presse régionale en embuscade

A ce stade, les acteurs confortent leurs positions et tentent d’avoir un coup d’avance. Du coup, personne ne veut parler à visage découvert. Mais, contrairement à ce qui se dit officiellement, personne ne croit à la capacité de l’Etat de maintenir le périmètre du service public dans son état actuel. Pas plus dans les grands groupes (TF1, Lagardère, Bolloré) que chez les protagonistes périphériques. Sans publicité et sans une augmentation conséquente de la redevance, il sera impossible de trouver l’argent nécessaire au maintien des deux grandes chaînes. Jusqu’où ira le démembrement de l’audiovisuel public ? Suffira-t-il de couper une partie de France 3 ? Que deviendront ses rédactions locales? Comment sera alimenté le journal national de France 3?

Très engagée dans la télévision locale depuis 2004, maintenant dans la TNT, la presse régionale verrait là l’occasion de recycler -ou "syndiquer"- ses contenus. Une même information se trouverait dans les colonnes du quotidien payant, dans celle du journal gratuit le cas échéant, sur Internet et, le soir, en images sur l’écran. L'attribution des décrochages régionaux permettrait également à ces groupes de consolider leur situation de monopole sur une, voire plusieurs régions. Très directement, elle poserait à nouveau la question du pluralisme de l'information et de la concentration des médias aux mains de quelques grands groupes.

Actualisation, dimanche 27 janvier 2008, 21h30:

A l’orée d’une semaine décisive pour l’avenir de France Télévision puisque certaines arbitrages concernant la suppression de la publicité devraient intervenir dans les prochains jours, Henri Guaino, invité dimanche soir du « Grand Jury » sur RTL, est revenu sur le dossier de France 3 que nous révélions vendredi.

A la question de savoir si le gouvernement envisageait de remettre en cause les deux rédactions et les unités de production (locale et nationale) de la chaîne, le conseiller du président de la République a précisé qu’il fallait prendre le temps d’en discuter mais que « tout çà sera sur la table ». Il n’a pas dévoilé le calendrier, ni l’intention de Nicolas Sarkozy concernant le démantèlement des rédactions de la 3 en région et la constitution de société d’économie mixte avec les journaux de la presse écrite et les collectivités locales mais cette déclaration confirme ce que nous écrivions vendredi. Un projet de ce type est dans les tuyaux. « Tout est discutable » a-t-il insisté. Reste à savoir si le vieux serpent de mer d’une refonte des deux rédactions de la 2 et de la 3 (nationale) va ressurgir à l’occasion de cette réforme.


Avant cette déclaration, le SNJ de F3 avait réagi en demandant à l’Elysée « de faire instamment toute la lumière sur les négociations en cours et les enjeux qui en découlent pour l’avenir de la chaîne ». Pas sûr qu’il soit rassuré. Il y a 1200 journalistes à France 3, dont 120 pour la rédaction nationale. Il existe six unités de productions dans les 13 régions. Que va-t-il advenir ? La direction de France Télévision a qualifié d’ « hautement fantaisistes » nos informations, s’appuyant sur le fait qu’à plusieurs reprises, les pouvoirs publics ont réaffirmé que le périmètre du service public ne serait pas touché. Point que le conseiller de Nicolas Sarkozy a réitéré hier. Mais peut-on supprimer la pub sans toucher le sacro-saint périmètre ? La direction de France Télévisions - par ailleurs envoyée dans les cordes par Henri Guaino hier soir - feint de croire que l’état actuel de la structure n’est pas sur la sellette depuis longtemps. La participation de la presse quotidienne régionale (PQR) dans la 3 est un projet qui court depuis 1986. Quant à refonte des rédactions de la 2 et la 3, elle revient épisodiquement depuis des lustres.


Par ailleurs, Henri Guaino a annoncé deux choses importantes. Un : la redevance n’augmentera pas (et il faudra trouver un milliard d’euros pour compenser le manque à gagner de la disparition de la pub et donc taxer). Deux: aucune chaîne ne sera privatisée. Ce dernier point est évidemment fondamental. Le bruit avait couru au moment de l’annonce d’un cadeau du Président à ses amis Bouygues et Bolloré et la possibilité pour l’homme d’affaires breton de récupérer France 2. Il semble que ce ne sera pas le cas.


Mercredi, comme tous les mercredis dorénavant, une réunion aura lieu entre la tutelle et les patrons de France télévision ainsi que ceux des chaînes qui la constituent. A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

Jean-Luc

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 68
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

démantèlement de France 3 Empty
MessageSujet: Re: démantèlement de France 3   démantèlement de France 3 Icon_minitimeLun 28 Jan 2008 - 10:38

Ça urge de plus de plus de déboulonner le dictateur Sarko Ier, parce que la casse du pays est déjà en cours...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
 
démantèlement de France 3
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Harcèlement d'enfant
» Harcèlement moral, arrêt de travail et CLDM, recours ?? à l'aide
» Harcélement sur ma messagerie professionnelle et sur mon poste de w

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: France-
Sauter vers: