Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Intervention de Jean Peyrelevade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Nadette



Nombre de messages : 2160
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Ven 22 Aoû 2008 - 19:19

Pas une intervention mais des extraits de son livre Sarkozy : l'erreur historique
coll. "Tribune libre", Plon, 202 p., 18 €.

http://www.lemonde.fr/politique/article/2008/08/22/nicolas-sarkozy-ou-l-art-de-la-fausse-rupture_1086760_823448.html
Revenir en haut Aller en bas
Alain BERTIER



Masculin Nombre de messages : 2692
Age : 78
Localisation : DREUX
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 23 Aoû 2008 - 7:59



Au moment où le Mouvement Démocrate va commencer un long travail sur ses idées et son futur programme, sans oublier élections européennes qui exigent des idées justes sur notre situation réelle, ce livre, si on en crois les extraits, constitue un apport précieux.

Dès les premières lignes on y trouve des idées frappantes par leur justesse :

Sur Sarkozy :

« un agitateur d'idées qui cache sous un vocabulaire de rupture et une multiactivité vibrionnante la continuité immobile de la démagogie et du laxisme chiraquiens. »

Sur les idées fausses trop répandues :

« La gauche fut longtemps incapable de changer en profondeur le pays tant elle croyait à l'existence d'un trésor caché (le mur d'argent, les deux cents familles, les profits de la spéculation financière, ceux des monopoles, les revenus du capital...) dont la découverte et la répartition amélioreraient soudain, sans autre travail, le sort de tous (ce qui la dispensait de réfléchir davantage et la conduisit si souvent à l'échec). »

Tout ceci venant d’un homme qui, pour être VP du MoDem, reste indubitablement de gauche, inspire une grande confiance dans l’aptitude du Mouvement à trouver des réponses justes et efficaces à nos problèmes économiques.

.
Revenir en haut Aller en bas
yann 35

avatar

Masculin Nombre de messages : 8789
Age : 40
Localisation : France
Date d'inscription : 18/05/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 23 Aoû 2008 - 10:34

Alain BERTIER a écrit:
Sur Sarkozy :

« un agitateur d'idées qui cache sous un vocabulaire de rupture et une multiactivité vibrionnante la continuité immobile de la démagogie et du laxisme chiraquiens. »

Sur les idées fausses trop répandues :

« La gauche fut longtemps incapable de changer en profondeur le pays tant elle croyait à l'existence d'un trésor caché (le mur d'argent, les deux cents familles, les profits de la spéculation financière, ceux des monopoles, les revenus du capital...) dont la découverte et la répartition amélioreraient soudain, sans autre travail, le sort de tous (ce qui la dispensait de réfléchir davantage et la conduisit si souvent à l'échec). »
cheers
Revenir en haut Aller en bas
johanono

avatar

Masculin Nombre de messages : 3612
Age : 35
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 24/08/2008

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Dim 24 Aoû 2008 - 20:19

Voici une autre intervention de Jean Peyrelevade:

http://www.dailymotion.com/relevance/search/jean%2Bpeyrelevade/video/x3c2w4_jean-peyrelevade_politics

Bien évidemment, ce discours est assez politiquement incorrect, car il rejette en bloc l'idée que le pouvoir d'achat soit au centre de l'action en politique.

Mais il a raison. Il a raison de dire que l'économie française souffre d'un problème d'offre. Comparons nous à l'Allemagne. Les entreprises allemandes ont su se spécialiser sur des secteurs à haute valeur ajoutée et y développer une bonne image de marque. De ce fait, elles craignent moins la concurrence des pays à bas coût de production et continuent d'être beaucoup plus rentables que les entreprises françaises. Elles sont positionnées sur des créneaux répondant à une demande, ce qui leur permet de continuer à vendre, aux Allemands, à l'étranger, d'où une balence commerciale largement excédentaire. En France, les entreprises savent moins répondre à la demande, des Français, des étrangers : donc elles exportent moins, les Français importent plus, d'où les déficits commerciaux actuels.
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Lun 25 Aoû 2008 - 6:49

JEAN PEYRELEVADE - VICE-PRÉSIDENT DU MODEM CHARGÉ DES QUESTIONS ÉCONOMIQUES


« Sarkozy commet la même erreur que Mitterrand en 1981 »
[ 25/08/08 ]



L' ancien patron du Crédit Lyonnais publie cette semaine un ouvrage virulent sur « l'erreur historique » commise par Nicolas Sarkozy en matière économique depuis son accession à l'Elysée. En avant-première pour « Les Echos », Jean Peyrelevade, aujourd'hui vice-président de la banque italienne Leonardo en France, reprend l'antienne libérale qu'il avait développée durant la campagne présidentielle de 2007, au service du candidat François Bayrou. Depuis juin, il est vice-président du Modem chargé des questions économiques. Lui-même tête de liste aux municipales de mars dans le 16e arrondissement de Paris, il est arrivé en quatrième position, avec 8,64 % des voix.
« Fausse rupture », « fausse réforme », « erreur historique »... Vous publiez cette semaine un ouvrage sans pitié pour Nicolas Sarkozy. Pourquoi attaquer le bilan économique du chef de l'Etat, un an seulement après son élection ?


L'erreur dont il est question est originelle. Le déclencheur est la loi pour le travail, l'emploi et le pouvoir d'achat (Tepa) d'août 2007. Aussitôt après son élection, le président a vanté la relance par la consommation comme moyen de soutenir la croissance. Sa thèse principale, encore valable un an après, est d'éviter la rigueur et la remise en ordre volontariste des finances publiques.
C'était dans son programme de candidat !


C'est la raison pour laquelle j'ai voté blanc au second tour de l'élection présidentielle. Mais, à l'époque, j'espérais que les promesses seraient corrigées par un comportement plus responsable après l'installation à l'Elysée. Or j'ai constaté avec étonnement et désappointement qu'au pouvoir, Nicolas Sarkozy a fait preuve d'encore davantage de démagogie et de populisme. Il a fait du pouvoir d'achat le point central de son discours économique. J'y vois la confirmation d'une erreur de diagnostic.
Pour vous, il n'y a donc pas de problème de pouvoir d'achat ?


Je ne dis pas cela. Mais j'observe que, lorsque Nicolas Sarkozy affirmait l'an dernier que le pouvoir d'achat baissait, il se trompait. En 2007, le pouvoir d'achat a augmenté de 3,3 %. Et, sur la durée, il évolue très exactement comme le taux de croissance. Faute de restaurer la compétitivité de nos entreprises, je crains qu'il ne continue de faiblir. C'est comme si en Formule 1 on ne s'intéressait qu'à la santé du pilote et pas à celle de la voiture.
Sur le partage de la valeur ajoutée, vous êtes en désaccord complet avec l'idée dominante selon laquelle les salaires, et donc les ménages, sont désavantagés...


Je regarde les chiffres. Dans le rapport économique et financier annexé au projet de loi de Finances pour 2008, je vois que le taux de marge des entreprises non financières est passé de 33 % en 1989 à 30,7 % en 2006. C'est le score le plus faible de toute l'Europe, où la moyenne est à 38 %.
Vous écrivez que le président de la République est « un champion de la résolution des problèmes simples ». Est-ce à dire qu'il n'aborde pas les vraies questions ?


Chaque réforme est utile en elle-même, mais il n'y a jamais d'analyse des effets induits. Sur le temps de travail par exemple, le chef de l'Etat détricote les 35 heures en assouplissant le régime des heures supplémentaires, mais avec des exonérations d'impôt et de cotisations sociales qui coûtent à l'Etat et à la Sécurité sociale 6 milliards d'euros par an, d'après Bercy. Selon mes calculs, ce sera plutôt 8 ou 9 milliards. Qu'est-ce que cela rapporte en termes de marge à l'appareil productif ? A peu près rien ! En vérité, nous n'aurons pas plus de croissance et de pouvoir d'achat tant que la compétitivité n'aura pas été restaurée.
Vous êtes également très dur avec la gauche, avec laquelle vous avez travaillé dans les années 1980. Que reprochez-vous au Parti socialiste ?


Le PS tourne le dos à la vraie culture de gouvernement qu'il avait acquise. Il est revenu à une approche idéologique qui fait de l'entreprise un lieu d'exploitation et de son patron un oppresseur. Lionel Jospin porte une grande responsabilité dans cette affaire.
Le débat entre politique de l'offre et politique de la demande a-t-il un sens ?


Bien sûr, à condition de savoir à quel moment agir et sur quel levier. Depuis 2000, sans interruption, la demande interne progresse plus vite que la production. Et la France a une fâcheuse tendance à continuer de fouetter la demande pour relancer la croissance alors que nous ne sommes pas en état de produire assez. C'est ce qui explique la détérioration permanente de notre commerce extérieur. En fait, Nicolas Sarkozy commet la même erreur que François Mitterrand en 1981 : il anticipait une croissance qui n'est jamais arrivée.
Quel jugement portez-vous sur la loi de modernisation de l'économie entrée en vigueur début août ?


C'est une petite loi. La négociabilité des prix et la libération des surfaces dans la grande distribution relèvent d'un libéralisme très limité. Les effets en seront positifs mais de faible ampleur.
En quoi François Bayrou, dont vous avez rédigé le programme économique en 2007, aurait-il été davantage libéral que Nicolas Sarkozy ?


François Bayrou avait le mérite incontestable de dire que les déficits étaient intolérables et que le retour à l'équilibre constituait un préalable à toute action. C'est pour cela que je l'ai rejoint.
Pourquoi dénoncer la « faveur inégalée » accordée aux PME par le gouvernement, alors que le CAC 40 travaille désormais, pour l'essentiel, à l'étranger ?


On appelle trop souvent PME des objets qui n'en sont pas. Sur les 2,6 millions d'entreprises que compte la France, 900.000 n'ont aucun salarié. Le gouvernement fait fausse route en ne s'intéressant qu'aux très petites entreprises ! Le projet de réduire la TVA dans la restauration est l'illustration de mon propos. Le président de la République accède à une revendication insistante dans un secteur non stratégique, où l'exposition à la concurrence internationale est nulle. Et cela coûte 3 à 4 milliards d'euros ! Qui va payer ? Indirectement, les grosses PME et les groupes exportateurs.
Que faudrait-il faire pour redresser la compétitivité de l'appareil productif français ?


Il faut commencer par rééquilibrer les finances publiques. C'est un préalable. Pour y arriver, il faut arrêter les dépenses fiscales. Les Allemands l'ont fait. On ne peut plus dire à tout bout de champ que telle ou telle forme de travail mérite d'être exonérée : les heures supplémentaires, l'intéressement, les stock-options... Ensuite, je préconise trois mesures. En priorité, il faut alléger les charges qui pèsent sur les entreprises, en commençant par la taxe professionnelle. Cela permettrait de soutenir le secteur le plus exposé à la bataille économique mondiale, l'industrie. Il faut par ailleurs investir dans la recherche et dégager un vrai budget d'intégration sociale dans les quartiers difficiles.
« L'économie française est aujourd'hui fortement déséquilibrée, autant que celle du François Mitterrand de l'été 1981 », dites-vous. En 1983, Pierre Mauroy Premier ministre, dont vous étiez le collaborateur, avait choisi la rigueur. Au même problème préconisez-vous la même solution ?


Je suis pour la rigueur, en l'adaptant bien évidemment à la situation économique et politique actuelle. En 1983, il y avait un élément de dramatisation avec l'épuisement des réserves en devises et la menace d'un arrêt des importations. D'où la dévaluation. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.
A quoi devrait s'appliquer cette rigueur aujourd'hui ?


De toute évidence à la Sécurité sociale. A la Libération, notre pays a choisi un système de répartition dans lequel les actifs paient pour les inactifs, les bien-portants pour les malades. C'est une gigantesque mutuelle. Très bien. Mais quand les dépenses d'une mutuelle dépassent les recettes, que se passe-t-il ? La mutuelle est tenue d'être à l'équilibre et elle fait un rappel de cotisations. Depuis dix ans, l'Etat a inventé un système de répartition à crédit, une mutuelle à crédit. Ce sont les actifs d'après-demain qui financeront les dépenses d'assurance-maladie d'aujourd'hui. Il faut dire aux Français que les cotisations doivent augmenter.
Quel regard portez-vous sur la revue générale des politiques publiques et sur le serrage des dépenses annoncé pour 2009 ?


Plus le nom est ronflant, plus le résultat est faible. D'après les pronostics du gouvernement, la RGPP dégagera 5 ou 6 milliards d'euros en 2011. C'est-à-dire qu'elle ne pourra résorber que 10 % du déficit de l'Etat. Il ne suffira donc pas de réduire les dépenses. Que fait-on pour les 90 % restants ?
On augmente les impôts ?


Dans une phase transitoire, pour redresser le pays, la hausse des prélèvements obligatoires est incontournable.
Bernard Tapie a défrayé la chronique en juillet. Que pensez-vous de la procédure arbitrale choisie par l'Etat pour mettre un terme définitif à l'affaire du Crédit Lyonnais, banque que vous avez dirigée de 1993 à 2003 ?


Je vais être auditionné sur ce sujet par la commission des Finances de l'Assemblée nationale, le 10 septembre. Je réserve mes déclarations à la représentation parlementaire.
PROPOS RECUEILLIS PAR GUILLAUME DELACROIX,http://www.lesechos.fr/info/france/4763633.htm
Revenir en haut Aller en bas
johanono

avatar

Masculin Nombre de messages : 3612
Age : 35
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 24/08/2008

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Lun 25 Aoû 2008 - 8:11

Il a raison d'insister sur ce point : nos finances publiques sont dans un tel état que leur assainissement impliquera probablement d'augmenter les prélèvements obligatoires.

C'est un peu ce que je reprochais à FB pendant la campagne : il proclamait la nécessité de réduire nos déficits publics, mais il restait relativement vague sur les moyens concrets d'y parvenir.

La réforme de l'Etat, c'est bien, mais elle ne se fait pas en quelques mois, et quand on voit les remous que chaque mesure engendre, il ne faut pas en attendre des miracles non plus. Reste donc une augmentation des impôts.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Lun 25 Aoû 2008 - 8:53

Un pamphlet qui éclaire les lacunes du programme de Bayrou en 2007
[ 25/08/08 ]


Péché originel.
Le titre est sans appel, même si l'auteur prend ses précautions dès la première ligne, en jurant n'exprimer « en rien une hostilité personnelle à l'égard de Nicolas Sarkozy ». Jean Peyrelevade s'en prend bel et bien, avec virulence, à « l'erreur historique » que constitue, selon lui, la première année de mandat d'un président de la République qui « court à l'échec ». Il lui reproche, pour l'essentiel, d'avoir balayé d'un revers de main le problème de la dégradation des finances publiques, sujet qui était au coeur du programme de François Bayrou en 2007. Selon Jean Peyrelevade, qui conseille le leader centriste après avoir travaillé pour les socialistes au début des années 1980, Nicolas Sarkozy a commis un péché originel avec la loi travail, emploi et pouvoir d'achat. Texte qui, « en jouant sur la demande au nom d'un keynésianisme dépassé », aggrave le déficit budgétaire.

Simplisme.
L'auteur de ce qu'il faut bien appeler un pamphlet reconnaît au chef de l'Etat « une volonté de bon aloi », mais il juge toutes ses initiatives simplistes et de peu d'effet. A son grand regret, « la droite conservatrice » au pouvoir « se pare des faux habits du libéralisme » et fait « de l'argent la valeur fondatrice de sa politique ». La recette de Jean Peyrelevade, assez détaillée, tient en trois points : augmenter provisoirement les impôts pour redresser les comptes, alléger ensuite les charges des entreprises - notamment dans l'industrie - pour redresser leur compétitivité, et, enfin, investir dans l'éducation et l'urbanisme au service des plus défavorisés. Il est toujours facile de donner des leçons. Et si le livre arrive à point nommé alors que la récession menace en cette rentrée particulièrement difficile, on aurait juste aimé voir ces propositions concrètes dans le programme de François Bayrou

http://www.lesechos.fr/info/france/4763634.htm
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Lun 25 Aoû 2008 - 8:55

Jean-Hervé Lorenzi : « Trop pessimiste »
[ 25/08/08 ]


« Pour les économistes, il y a deux façons de réformer : ou l'on fait une réforme unique, qui tire les autres derrière elle, ou l'on mène plusieurs réformes de manière consolidée. Nicolas Sarkozy a préféré la deuxième solution. C'est un choix extrêmement difficile qui a consisté jusqu'à présent à traiter simultanément le marché du travail, les retraites, les fonctionnaires, l'université et la concurrence. Si l'argent consacré à la loi Tepa aurait pu être mieux utilisé, il a le mérite d'alimenter la chaudière et je pense que l'énergie réformatrice du président de la République va finir par payer. D'autant que la France, à mon avis, n'est pas dans la situation catastrophique décrite par certains. Jean Peyrelevade propose une stratégie complètement différente. Pourquoi pas ? Ce qui me gêne, c'est qu'il s'abstient de prendre position sur la méthode. Son désaccord de principe avec Nicolas Sarkozy ne l'autorise pas à être aussi pessimiste. D'autant que ses propositions ne sont, hélas, pas au niveau des 150 pages qu'il consacre, au préalable, à critiquer la politique économique du gouvernement. Je lui reproche également toute absence de réflexion sur les changements en cours dans le monde. Jean Peyrelevade sous-estime largement l'impact de l'inflation et de la crise financière. Son livre est surtout une posture politique. »

http://www.lesechos.fr/info/analyses/4763789.htm
Revenir en haut Aller en bas
Alain BERTIER



Masculin Nombre de messages : 2692
Age : 78
Localisation : DREUX
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Lun 25 Aoû 2008 - 9:14

Pour l'instant, ce sont des critiques à fleuret moucheté. Cela doit secouer très fort dans les hautes sphères ...
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Lun 25 Aoû 2008 - 9:20

mais non, mais non! je viens d'entendre sur France info( radiosarko), l'éditorial de la directrice du service politique de le Franceinfo qui disait que Tout allait bien, qu'il n'était pas question de rigueur, que les opposants ne font"qu'à critiquer "pour se faire de la com...mais ils sont tous nuls.. Tout va bien dans le meilleur des mondes, braves gens, dormez bien, sarko veille sur vous....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 8:28

Nicolas Sarkozy fait-il fausse route ? Débat avec Eric Woerth

Question annexe : que lui est-il arrivé ? Il porte une minerve.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 8:42

je n'arrive pas à ouvrir la vidéo.
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 8:57

Bonjour ,juju, après avoir cliqué sur la vidéo,il faut que tu cliques plusieurs fois sur le triangle en bas à gauche de la vidéo .

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2008/08/29/01006-20080829ARTFIG00497-economie-nicolas-sarkozy-fait-il-fausse-route-.php

Perso: il y a eu un montage, et pas favorable pour notre vice -Président !
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 9:02

avec le Figaro, tout est possible...et puis ce qui m'énerve le plus c'est dans les commentaires, la confusion des gens au sujet du Crédit lyonnais entre haberer le plombeur et Peyrelade le sauveur... du coup il esy discrédité d'office...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 9:11

gillou a écrit:
Perso: il y a eu un montage, et pas favorable pour notre vice -Président !
Qu'est-ce qui te fait dire ça ?
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 9:28

Ô! tu sais , je lis chaque jour entre 5 et 6 journaux ,toutes tendances politiques confondues, et crois moi ce journal ne nous fait pas de cadeaux lorsqu'il parle de notre formation politique.

Alors vu les coupes qu'il y a durant ce court débat, j'aurais préféré le voir entier ( sans montage),pour me faire une opinion plus objective.

Alors je te l'accorde, j'y vais peut être un peu fort,mais dans le doute .................
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 9:49

Il y a eu des coupes, ça se voit au visionnage.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 10:41

Jean-Luc a écrit:
Il y a eu des coupes, ça se voit au visionnage.
Pour autant, doit-on considérer automatiquement que la pensée de Jean Peyrelevade a été déformée (sous prétexte que c'est le Figaro) ? Il ne faut pas tomber dans la paranoïa et voir le mal partout.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 10:48

c'est à Peyrelevade de faire un communiqué si ses propos ont été tronqués et déformés.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 11:10

libre a écrit:
Jean-Luc a écrit:
Il y a eu des coupes, ça se voit au visionnage.
Pour autant, doit-on considérer automatiquement que la pensée de Jean Peyrelevade a été déformée (sous prétexte que c'est le Figaro) ? Il ne faut pas tomber dans la paranoïa et voir le mal partout.
Je note juste qu'il y a eu des coupes. Rien d'autre. Ce qui a été coupé, nous l'ignorerons tant que quelqu'un ne disposera pas de la retranscription intégrale.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 11:41

Jean-Luc a écrit:
libre a écrit:
Jean-Luc a écrit:
Il y a eu des coupes, ça se voit au visionnage.
Pour autant, doit-on considérer automatiquement que la pensée de Jean Peyrelevade a été déformée (sous prétexte que c'est le Figaro) ? Il ne faut pas tomber dans la paranoïa et voir le mal partout.
Je note juste qu'il y a eu des coupes. Rien d'autre. Ce qui a été coupé, nous l'ignorerons tant que quelqu'un ne disposera pas de la retranscription intégrale.
J'avais remarqué. Mais notre ami Gillou laisse entendre que le montage aurait faussé les propos de Jean Peyrelevade. Sans visionnage de la version intégrale, c'est impossible à dire avec certitude.
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Sam 30 Aoû 2008 - 12:48

Entièrement , d'accord avec Jean Luc, je te rassure Libre ,j'suis pas "parano", enfin je ne le pense pas.....

Simplement, j 'émets des doutes, c'est tout, alors après que je défende Jean (notre Vice Président),c'est plutôt normal,je pense ,non ?

Enfin ,comme dis Juju, lui et seulement lui, pourrait nous dire exactement, si tous ses propos était bien mis dans ce montage ,car cela m'étonnerait encore vu qu'il n'est duré que 10 minutes , alors .................
Revenir en haut Aller en bas
airlane

avatar

Féminin Nombre de messages : 370
Age : 75
Localisation : 7ème Circ. du VAL D'OISE
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Lun 1 Sep 2008 - 12:15

Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Lun 1 Sep 2008 - 12:22

toujours impéccable Marianne!
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 59
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Lun 1 Sep 2008 - 14:30

Sur Rue89 , chat avec J. Peyrelavade mardi

Posez vos questions à Jean Peyrelevade, en tchat mardi
Par Sophie Verney-Caillat | Rue89 | 01/09/2008 | 12H58

Peyrelevade vient de publier « Sarkozy, l’erreur historique ", un essai qui s’en prend à la politique économique du président, " champion de la résolution des problèmes simples », mais qui « ignore la complexité » Tenant de la bonne gestion des comptes publics, l’ancien président du Crédit lyonnais détaille ce qu’il considère comme les faiblesses actuelles de la France : déficit public excessif, investissement insuffisant, temps de travail trop bas, comptes sociaux profondément déséquilibrés, compétitivité ridicule par rapport à nos voisins européens.

Sarkozy ou « la recherche du résultat immédiat »
L’auteur estime aussi que le partage de la valeur ajoutée n’est pas favorable au capital, contrairement à ce qu’affirme une partie de la gauche : « Ma thèse est que la France demande trop aux entreprises et pas assez aux ménages », résume-t-il.
Il reprend point par point toutes les décisions économiques de Nicolas Sarkozy, un modèle selon lui de court-termisme et de démagogie :
« Tout tient à la recherche du résultat immédiat. On ne dit pas aux Français : ‘Vous allez travailler plus parce que la machine économique en a besoin pour produire davantage de richesses’ ‘vous allez travailler plus afin d’augmenter dans un premier emps le taux de croissance puis de gagner plus dans un ou deux ans’.
« Non, on leur dit : "Vous allez travailler plus pour aussitôt gagner plus" , ici et maintenant. Chacun doit trouver un avantage instantané à la réforme. Qui va payer pour ce miracle ? L’Etat, bien sûr. »
Ancien membre du cabinet de Mauroy, candidat MoDem à Paris
Ancien professeur à l’école Polytechnique, Jean Peyrelevade emmène son lecteur dans une promenade macroéconomique très didactique et éclairante, renvoyant largement gauche et droite à leurs vieilles lunes.
Jean Peyrelevade a également travaillé au cabinet de Pierre Mauroy lorsque celui-ci était Premier ministre de François Mitterrand, et été candidat MoDem lors des dernières élections municipales à Paris (XVIe arrondissement). Il est aujourd’hui banquier d’affaires.
Il sera à la rédaction de Rue89 ce mardi à 16 heures. Vous pouvez d’ores et déjà lui poser vos questions dans les commentaires.
Sarkozy : l’erreur historique de Jean Peyrelevade - éd. Plon, coll. Tribune libre - 200p., 18€
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   Lun 1 Sep 2008 - 15:11

Ils ont oublié une activité très importante:
Il est aujourd’hui banquier d’affaires et Vice -Président du Mouvement Démocrate.

Cela aurait été bien de le mentioner !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intervention de Jean Peyrelevade   

Revenir en haut Aller en bas
 
Intervention de Jean Peyrelevade
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» intervention de Jean Lassalle
» Intervention de Jean Jacques Jégou
» Université de rentrée 2012
» Jean-Pierre vous explique la vie en couple
» Je fais toujours les choses qui [...] plaisent [à Dieu]. — Jean 8:29.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Pôle Modem :: Actu Média-
Sauter vers: