Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
rêve orange

avatar

Féminin Nombre de messages : 1329
Age : 50
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 16:10

Sécurité

« La sécurité, cela commence par la présence de l’État là où ça va mal. »
L’insécurité dans les quartiers qu'on nous montre en flammes à la télévision est, pour François Bayrou, le révélateur d'une menace d'implosion de toute la société française.


« Aux grands maux, les grands remèdes ! La sécurité est le premier devoir de l’État à l’égard des citoyens. L’échec à assurer la sécurité des Français est l’échec majeur de la période récente.

On a appris que les policiers avaient pour consigne de ne pas entrer dans la cité des Tarterêts ! On est loin de la ‘tolérance zéro’ ! Il faut inverser notre politique : réimplanter l’Etat au cœur de ces quartiers, pour y incarner la sécurité et le service public. Pas seulement la police de proximité, mais aussi l'Etat de proximité, l'Etat qui protège et qui aide.

Sanctionner tôt, dès le premier délit, serait bien souvent la meilleure prévention (il est absurde de séparer prévention et sanction) : face à la délinquance juvénile, la sanction doit être ultrarapide et éducative. La prison est une impasse, un pourrissoir, on en sort caïd : je suis pour des sanctions qui remettront le jeune au contact de l'autorité : rigoureuses et éducatives. Les travaux d'intérêt général surveillés deviendront une obligation, avec l'encadrement correspondant.

On rendra systématique un principe de réparation du tort causé à autrui ou à la collectivité. Une loi sera votée pour la protection des victimes contre les représailles.

Je proposerai que le maire ou le président de l’intercommunalité - seul responsable accessible et identifiable par le citoyen - ait autorité sur la police de proximité.

La prévention commence par la famille : quand j'ai donné cette claque à Strasbourg, j'ai reçu des milliers de lettres, dont beaucoup de parents immigrés. Ils me disaient : ‘Vous avez bien fait, mais si nous donnons une claque, c'est l'assistante sociale’. Il y a un immense effort à conduire pour l'éducation des parents ! Quand il y a abandon de toute responsabilité, les allocations familiales doivent pouvoir être mises sous tutelle.

L’école est la clé. Victor Hugo le disait : ‘Ouvrez une école, vous fermerez une prison’. Si l'école donne de l'espoir, le quartier est sauvé. Au collège, il faut enseigner la loi. On doit sortir du collège les jeunes qui déstabilisent leur classe : il faut des structures scolaires de recours, de petite taille, avec une pédagogie adaptée et une surveillance renforcée.
La loi doit être la même pour tous. Il faut donner l’exemple, au plus haut : je suis contre le principe d’amnistie lié à l’élection présidentielle. »


FB

Lien(s):
Interview de François Bayrou dans Libération du 26 octobre 2006


Dernière édition par le Mar 1 Jan 2008 - 12:31, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
partisan-blanc



Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 16:18

Reconstuisons la cellule familiale traditionnelle, je pense que ca evitera beaucoup de délinquance. Et aussi une meilleure encadrement de la jeunesse. La jeunesse s'emmerde, on lui propose rien.
Revenir en haut Aller en bas
babayaya

avatar

Masculin Nombre de messages : 9
Age : 47
Localisation : st quentin en yvelines
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 16:39

Citation :
Reconstuisons la cellule familiale traditionnelle

Euuuhh et pour les parents divorcés???? Les couples homosexuels???
Les mères seules????

Citation :
La jeunesse s'emmerde, on lui propose rien.

Pour avoir vécu dans un quartier soi-disant difficile, ce n'est pas seulement que la jeunesse s'emmerde... C'est aussi et grandement à cause de bien des adultes qui affectent de ne surtout pas prendre en compte ces jeunes dans leur quotidien... Juste un bonjour en passant, leur parler, un sourrire, éventuellement leur demander un service (une direction à prendre se renseigner, offrir une cigarette...)... Vous seriez surpris de leurs réactions positives dans ces moments.. Tous ces gosses sont des trésors de motivation qui ne demandent qu'a ce qu'on les considère comme tout un chacun ni plus ni moins... Pour les occupations s'ils sont motivés un peu plus ils agissent très souvent d'eux mêmes...
Revenir en haut Aller en bas
kamel

avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Localisation : France
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 16:42

Citation :
Tous ces gosses sont des trésors de motivation qui ne demandent qu'a ce qu'on les considère comme tout un chacun ni plus ni moins...

+ 1
Revenir en haut Aller en bas
babayaya

avatar

Masculin Nombre de messages : 9
Age : 47
Localisation : st quentin en yvelines
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 16:49

Je rajouterai même plus, avez-vous remarqué pendant la campagne quand M. Bayrou allait en banlieue?????
Regardez le pétillement dans le regard de ces jeunes???
c'est pas de la motivation ça? c'est pas de l'énergie brute à revendre??? celle là même qui paraitrait-il à déserté ces fameux quartiers dits sensibles???
et si tout à coup l'histoire des semi-préfets de zones sensibles les motivait?? et que tous ils se serrent les coudes??? ce serait pas si dur une dinamyque qui se créée petit à petit.... et de quartier dits sensibles on passe en peu de temps à fers de lances...
Et puis, aussi pourquoi pas rétablir les échanges rural/urbain???? des échanges réguliers avec suivis et tout et tout???

comme je le dis ailleurs, pourquoi ne pas remettre le compagnonage (et donc le tour de france) au gout du jour???
Revenir en haut Aller en bas
ArnaudH

avatar

Masculin Nombre de messages : 3660
Age : 45
Localisation : Rome, Italie
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 17:01

En plus de la proposition de FB d'une arrivée en force des services publics dans les banlieues ("le plan Marshall banlieues") je pense qu'il serait primordial de revoir l'aménagement urbain de ces quartiers de manière urgente (propositions de DSK sur ce sujet). Finalement, pour reprendre une idée de droite (j'aurais fait le tour!), il serait possible d'utiliser des entreprises privées de ressources humaines (payées à la commission et avec des objectifs d'embauche détaillés et un cahier des charges insistant sur l'aspect "service" de cette démarche) pour dynamiser l'offre d'emploi dans les quartiers.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.quindiblog.eu
CinePhil

avatar

Masculin Nombre de messages : 55
Age : 50
Localisation : 58 Nièvre
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: A ne pas oublier...   Mar 15 Mai 2007 - 17:21

Le travail formidable que font certaines associations avec des moyens dérisoires. Le tissu associatif est important, mais les gens s'impliquent de moins en moins, on ne trouve plus de bénévoles.

Même un chômeur peut-être bénévole, et c'est aussi un moyen de reprendre pieds dans la société, la vie active, mais surtout de reprendre confiance en soi.

Il me semble donc important de valoriser les initiatives des associations et d'encourager le bénévolat...
__________________________
La France de toutes nos forces
Revenir en haut Aller en bas
Titony

avatar

Masculin Nombre de messages : 246
Age : 38
Localisation : Cuers (83)
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 17:25

il y a déjà une chose très simple qui serait à faire: arrêter de considérer ces gens des quartiers difficiles comme devant s'intégrer... ce doit être insultant de se voir dire ça quand sur sa carte d'identité il y a marqué nationalité française. dans un pays où un des concepts de base est l'égalité, je trouve que c'est moche... comme je trouve moche le fait qu'on ressorte toujours les origines d'untel ou de tel autre. ça me donne l'impression qu'on aurait affaire à des français de seconde zone. on est tous égaux ou on ne l'est pas non?
Revenir en haut Aller en bas
bruits

avatar

Masculin Nombre de messages : 44
Localisation : 44
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 17:28

je suis educ en foyer d'accueil d'urgence pour les 16-18 ans, en gros (tres gros) je m'occupe de quelques jeunes dont plus personne ne veut...
alors bien sur il faut de la prévention, de l'éducation, de la présence dans ces quartiers difficiles, mais quand on propose un projet professionel a un gamin, déja plus ou moins installé dans la marginalité, et qu'il te regarde droit dans les yeux en te disant : " non mais tu reves, qu'est ce que je vais me faire chier a bosser comme un con pour un salaire de creve la faim, alors qu'en une semaine avec le biz (décoder buziness) je tapes minimum 500 euros." remplacer la ponctuation par enc... et le point final par vient pas me casser les c....
bah oui y'a des fois c'est raide, y'a des fois ou le découragement pointe le bout de son nez, mais si y'a 1 jeune sur 10 qui arrive a s'en sortir je suis content et c'est ca qui fait continuer...
Revenir en haut Aller en bas
babayaya

avatar

Masculin Nombre de messages : 9
Age : 47
Localisation : st quentin en yvelines
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 17:29

Oui tout à fait je pense que c'est là une grande partie du problème...
Il ne sont en aucun cas différents, il sn'habitent pas au même endroit...
Bon ceci dit et constaté, comment peut-on les aider à s'aider???
déjà premièrement étant donné qu'ils sont citoyen comme vous et moi, considérons les comme tels...
ensuite discutons avec eux, parlons leurs, ne serait-ce que de leur vision des choses, et donnons leurs la notre, et comme par hasard un dialogue se fait... et au bout d'une heure ou plus on s'apperçoit que le temps est passé à une vitesse folle, l'autre aussi...
pas trop dur non? surtout qu'en général cela peut être très très constructif...
Revenir en haut Aller en bas
CinePhil

avatar

Masculin Nombre de messages : 55
Age : 50
Localisation : 58 Nièvre
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Et aussi...   Mar 15 Mai 2007 - 17:40

Pour abonder dans le sens de titony, je dois aussi reconnaitre que là aussi, on a souvent affaire à un combat "bloc contre bloc".

Mais il faut bien être conscient d'une chose : s'il y a de bonnes idées (et des mauvaises par la même occasion) à droite comme à gauche, ce sont les bonnes qu'il faut retenir.
A l'heure actuelle, on ne retient que les mauvaises... C'est une parabole, mais pour être plus clair, quand on parle des musulmans par exemple, on ne retient que le négatif, l'intégrisme, que l'on assimile aussi souvent au terrorisme. Alors que c'est loin d'être la vision des choses de la majorité des musulmans. Mais on peut être musulman et français, juif et français, chrétien et français, protestant et français.
Même constat en ce qui concerne les origines. Les noirs ne sont pas tous des africains. Les arabes ne sont pas tous des voleurs. Les asiatiques ne mangent pas tous des chats.... Des listes de préjugés, on pourrait en établir beaucoup.

Ce qu'il faut, c'est le dialogue, la concertation, l'ouverture, l'écoute. Ne plus porter des oeillères comme cela est encore trop souvent le cas.

A choisir entre un noir, un arabe, un asiatique ou un blanc, un juif, un musulman, un chrétien, un boudhiste, que sais-je encore, il n'y a qu'une chose vraiment importante : la qualification, la compétence, l'honnêteté.

Oh, et pour ne pas que l'on croit que je ménage un coté plus que l'autre, je suis d'origine chrétienne, croyant mais non pratiquant, mais je suis aussi capable de reconnaître le mauvais qui peut se cacher aussi dans ma catégorie. Je suis en opposition complète avec le pape par exemple, sur le port des préservatifs ou de l'avortement. Dans le cas des préservatifs, c'est même criminel... mais cela n'engage que moi !

La seule chose qu'il faut retenir, c'est qu'il ne faut tenir aucun compte des origines, de la couleur ou des convictions religieuse d'un individu. La seule chose qui importe c'est "qui" il est et ce qu'il (ou elle d'ailleurs) est capable de faire pour le bien de la communauté toute entière !
__________________________
La France de toutes nos forces
Revenir en haut Aller en bas
Babassou

avatar

Masculin Nombre de messages : 48
Localisation : Vosges
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 18:35

Titony a écrit:
il y a déjà une chose très simple qui serait à faire: arrêter de considérer ces gens des quartiers difficiles comme devant s'intégrer... ce doit être insultant de se voir dire ça quand sur sa carte d'identité il y a marqué nationalité française.

très bonne remarque !!

J'ajouterai, dans le sens du constat, que pas mal de parents (à quantifier, à vérifier) sont dans l'idée que c'est à l'école d'éduquer leurs enfants, puisque des instits ne se priveraient pas de faire sentir (comprendre) qu'eux ils savent et pas les parents. D'où, peut-être, le fait que des jeunes sont laissés à eux-mêmes le soir.

Je tiens à insister sur le fait que ma remarque tient à quelques discussions avec des parents de quartiers difficiles. Peut-être pas représentatifs, il y a de très bons parents dans ces quartiers, tandis que je connais certains enfants de bonne famille pas clairs... Donc la tentation de tout amalgamer n'est guère possible.

Sur ce, ce n'est pas tout de décréter à force de circulaires, projets d'établissement éducatifs etc, que les parents doivent s'investir dans l'éducation de leurs enfants. Il faut absolument faire passer le message que les valeurs du vivre-ensemble (respect de l'autre, du bien d'autrui, honneteté) doivent être inculqués par les parents et non par l'école qui doit plutôt "servir de travaux pratiques dans cette discipline". Une idée comme créer des écoles de parents déjà servie en 2002 par le PS (?) est à creuser : comment leur faire reprendre le dessus sur les enfants ?

Enfin, c'est à réfléchir : rôle des parents, rôle de l'école, rôle des associations, rôle des institutions. En fait, la question des banlieues nous oblige à réfléchir à la construction de notre société, et y réfléchir, ce n'est pas sans eux qu'il faut le faire. Ca nous évitera pas mal de préjugés.
Revenir en haut Aller en bas
marco11

avatar

Masculin Nombre de messages : 5812
Age : 52
Localisation : Ouest
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: je redoute.   Mar 15 Mai 2007 - 18:43

Je redoute une certaine augmentation des effectifs policiers en France dans les mois à venir.Je redoute des controles fréquents et répétés.Je redoute de voir des gens accablés et préssés comme des citrons. Je crois en cette résistance avec le MODEM.Je crois en cette REVOLUTION ORANGE.Je crois et je suis sûr qu'il ne faut pas croire tous les Français AVEUGLES.Regardons les yeux OUVERTS le futur,participons à la vie democratique de ce pays.Je redoute une intense pression sur l'ensemble des médias,lesquels résisteront?Je redoute un peuple divisé en DEUX.Je redoute VOIR une société essentiellement composée de RICHES et de PAUVRES.Tout a deux vitesses,ce n'est pas possible.Je veux être seulement une goutte d' EAU pour plonger dans un OCEAN ORANGE avec des LIBERTES,du RESPECT,de la TOLERANCE.J'aimerais avoir certains avis.Merci.
Revenir en haut Aller en bas
partisan-blanc



Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 19:01

babayaya a écrit:
Citation :
Reconstuisons la cellule familiale traditionnelle

Euuuhh et pour les parents divorcés???? Les couples homosexuels???
Les mères seules????

Citation :
La jeunesse s'emmerde, on lui propose rien.

Pour avoir vécu dans un quartier soi-disant difficile, ce n'est pas seulement que la jeunesse s'emmerde... C'est aussi et grandement à cause de bien des adultes qui affectent de ne surtout pas prendre en compte ces jeunes dans leur quotidien... Juste un bonjour en passant, leur parler, un sourrire, éventuellement leur demander un service (une direction à prendre se renseigner, offrir une cigarette...)... Vous seriez surpris de leurs réactions positives dans ces moments.. Tous ces gosses sont des trésors de motivation qui ne demandent qu'a ce qu'on les considère comme tout un chacun ni plus ni moins... Pour les occupations s'ils sont motivés un peu plus ils agissent très souvent d'eux mêmes...

Stastiquement, les enfants délinquants sont issus de famillles décomposés, ou récomposés.
Je pense que si on conservait une famille traditionnelle, nous n'aurons pas besoin d'avoir recours à un Etat sécuritaire menaçant nos libertés.
Revenir en haut Aller en bas
ArnaudH

avatar

Masculin Nombre de messages : 3660
Age : 45
Localisation : Rome, Italie
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Résistance   Mar 15 Mai 2007 - 19:06

En tout cas Marco11, on est de tout coeur avec toi!!!
Il reste 1824 jours avant l'arrivée au pouvoir de FB!
Courage, Résistance!


Dernière édition par le Mar 15 Mai 2007 - 19:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.quindiblog.eu
cheops



Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: -   Mar 15 Mai 2007 - 19:07

Oui, j'espère bien ne pas retrouver ici ces commentaires tant resservis sur tous les blogs et sites des médias au moment des réactions sur la révolte de novembre 2005, s'appuyant toujours sur des représentations, et jamais à l'écoute raisonnée de la réalité...

Pouvons-nous ensemble ici :

-cesser de moraliser (c'est tellement facile d'être dans "les clous de tout" quand on est reconnus par la société)...

-essayer d'apprendre collectivement ce qui se passe vraiment, comprendre les causes, réfléchir à des solutions qui ne soient pas des rejets mais des pistes en termes de systèmes à changer...

-se donner des références communes pour décrypter la complexité et ne pas tomber dans les eternels pièges des mots et des représentations, comme par exemple :

- non, la pauvreté ne justifie pas la délinquance (ou alors c'est de la criminalisation de la pauvreté)

- oui, quand on a rien à perdre on peut tout brûler, même ses propres intérêts -si tant est qu'on les sente siens (l'école du quartier...)

- oui il y a des enfants de familles monoparentales ou désunies qui vont très bien...là où l'environnement le permet

- oui il y a des enfants de familles unies qui vont très mal..n'importe où

- non les troublions ne sont pas le problème, ils ont un problème

- oui le peuple Français se métisse bien mieux que certains pays voisins, mais l'égalité de traitement par ceux qui détiennent un service, un bien, un pouvoir, c'est autre chose...

-etc. etc.

Le fond du problème ne reste-t-il pas le même?
Ne faut-il pas tout mettre en oeuvre pour que le message implicite reçu de l'echec que vous portez (divorce des parents, parcours migratoire, chômage...) soit transformé en message fort de place et de respect dû à chaque citoyen, et à traduire en actes précis (telle la lutte contre les discriminations, l'égalité de traitement par la société d'accueil, les institutions...)

Y a donc bien du boulot : travailler au changement des regards, et cela ne se fera pas à coup de mesures "coup de poing" mais par des réformes replaçant notamment et autrement la question de la CONFIANCE dans les relations entre les administrations et les citoyens...Ce dont trop de gens ont marre depuis pas mal d'années, c'est du MEPRIS, et pas de celui du voisin, de celui qui vient "d'en haut"...

Bon je me suis un peu emballée au delà de ce que je voulais dire sobrement...Mais si vous voulez on peut continuer à déballer ensemble !!
Revenir en haut Aller en bas
bruits

avatar

Masculin Nombre de messages : 44
Localisation : 44
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 19:22




merde alors!!!! mon ainé va devenir racaille.... sérieusement il est tout a fait possible de tenir son role de parent meme a distance, pas besoin de famille type guidée par un point de vue culturel judéo-chrétien, mais il est clair que certains parents qu'ils soient ensembles ou non mériterait de bon coup de pieds au derrière... excusez de ramener encore mon expérience pro, mais certaines familles ne font des gosses que pour les allocs, les services sopciaux prenant la suite.... et croyez moi elle ne sont pas décomposées ces familles
Revenir en haut Aller en bas
Billotin



Nombre de messages : 11
Localisation : Naoned
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mar 15 Mai 2007 - 20:12

Ca me fait plaisir de tomber sur de bonne tournure dans ce débat, je n'aurai pas de mal a exposer mon point de vue d'une manière simple.

Ce que j'ai ressenti dans les "quartiers défavorisé" est un sentiment de mépris, de défaite, d'exclusion et de frustration. Nous qui voyons de l'extérieur, nous nous donnons une autre vision au demeurant faussée par les médias et par les allocutions de certains politocards. Bien que je ne cautionne pas les émeutes ni les casses. Je ne peux pas m'empécher de voir de la colère et du sentiment de haine... Une haine de dépit et d'impuissance contre ceux qui les méprisent à divers degrés. Ce n'était pas des émeutes comme le disent les médias, mais une manifestation d'un grand manque de fraternité forte.

Toutes les manifestations ne se font pas à la légère, et contrairement à ce que disent certains, ce n'est pas par plaisir de détruire ou de nuire, mais par volonté de se faire reconnaitre en tant que tel.

Leur message, si il est emplis de colère, voire de tristesse, ne veut qu'une seule chose, De la reconnaissance de notre part. Et donc de la Fraternité.

De ce fait, c'est à nous de nous rapprocher d'eux, eux qu'on refuse de voir par peur de l'inconnu, par peur de la différence ou par mépris issue de l'ignorance. Là on aura gagné sur le tout-sécuritaire déshumanisante et aveugle.

[edit]M... Je n'ai pas tout lu
Je pense aussi qu'on devrait éviter de condamner tout un peuple ou une communauté sur les faits d'une très petite minorité.
Revenir en haut Aller en bas
partisan-blanc



Nombre de messages : 160
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mer 16 Mai 2007 - 10:09

genX a écrit:
En tout cas Marco11, on est de tout coeur avec toi!!!
Il reste 1824 jours avant l'arrivée au pouvoir de FB!
Courage, Résistance!

C'est ça qui me gonfle dans l'élection présidentielle.

Sarkozy n'est même pas encore introduit, qu'on pense déjà à 2012!!! Et pendant ce temps, la France creve!
Nous sommes dans une élection présidentielle permanente!! Ca tuera la France!
Revenir en haut Aller en bas
rêve orange

avatar

Féminin Nombre de messages : 1329
Age : 50
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mer 16 Mai 2007 - 10:14

Banlieues

« Le tissu de notre société est en train de se défaire. »

Les habitants des cités de banlieues souffrent, tout comme ceux des villages, de la démission de l’Etat. Face à l’échec des politiques menées depuis vingt-cinq ans, François Bayrou appelle à une reconstruction en profondeur.


« Les banlieues, c’est l’immense échec français. Comment peut-on laisser se "durcir" des zones de non-droit et de désespérance ?

Alors que l’État est omniprésent là où tout va bien (dans le centre de Paris, quelle profusion d’uniformes et de gyrophares !), il a complètement disparu des endroits où cela va mal : dans les banlieues sensibles comme dans les zones rurales en difficulté.

Alors l'Etat semble y arriver de l'extérieur, en position d'intrusion ou de contrôle. Et il y intervient pour réprimer, la situation tourne à l'affrontement. Tout le monde a peur : en lisant les articles sur les agressions des Tarterêts, on a appris que les policiers avaient pour consigne de ne pas entrer dans la cité et de se contenter de patrouiller autour !

Il y a trois directions à suivre.
En tout premier lieu, inverser notre politique et réimplanter l'Etat au coeur de ces quartiers, pour y incarner la sécurité et le service public. Pas seulement la police de proximité, mais l'Etat de proximité. Pas seulement l'Etat répressif, aussi l'Etat qui protège et qui aide.

Je propose qu'il y ait désormais un sous-préfet qui représente l'État dans chacun de ces quartiers. Avec si possible des fonctionnaires habitant dans les quartiers. Et je suis prêt à les recruter parmi les hommes et les femmes des quartiers, et ils entreront ainsi dans la fonction publique.

Je propose que des conseils de quartier soient désormais élus ; ils se réuniront sous l'autorité du maire, en présence du sous-préfet.

Deuxièmement, en profondeur, un travail de mixité sociale. Cela passe par la destruction des barres d’habitation qui doivent l’être. Ainsi pourra-t-on mélanger les populations : faire se côtoyer des conditions moyennes, des réussites et des situations de crise. Il importera aussi de proposer d’autres localisations d’ensembles de logement : défaire et éviter les ghettos, y compris dans l’architecture et la géographie.

Enfin, c’est par l’école et la famille que tout passe. Un très grand nombre de familles se trouvent sans repères face à l’éducation de leurs enfants. Dans les cités, le collège est en première ligne. Il faut y ramener le calme : en sortir les jeunes qui déstabilisent leur classe ou leur établissement, en créant des structures scolaires de recours ; et introduire des parcours d’excellence, des classes de réussite, précisément dans ces quartiers dit sensibles. Proposer dans ces quartiers-là les mêmes options qu’ailleurs, et faire en sorte qu’y enseignent les meilleurs de nos maîtres.


Il faut prouver que la réussite est possible partout. »


FB


Lien(s):
Discours de Bordeaux, 7 février 2007
Interview dans Paris-Normandie, le 26 octobre 2006
Interview dans Libération, 26 octobre 2006
Revenir en haut Aller en bas
etolie

avatar

Féminin Nombre de messages : 270
Age : 49
Localisation : Dans le ventre de la France (Limousin et Creuse)
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: La mauvaise banlieue de M. Sarkosy   Mer 16 Mai 2007 - 11:19

La Banlieue… la mauvaise banlieue aux faubourgs infestés d’une pègre mal identifiée entre magouilles vénielles et banditisme attesté.

Cela commence tôt, de plus en plus tôt. On y trouve des maraudeurs de 10 ans, des chapardeurs ou tagueurs de 12, de petites terreurs de 14, et parfois de véritables gangsters, violeurs ou trafiquants montés en graine d’assassins à peine sortis de l’adolescence. Ces banlieues là sont des cités grouillantes de détritus humains, peuplée pourtant aussi d’habitants tranquilles, avec sa part de patriarches immigrés, d’aïeules fragiles aux chiches retraites.

C’est un monde animé de familles houleuses, tassées dans des logements délabrés par le temps et la désinvolture des occupants eux mêmes, un univers de générations antagonistes amalgamées dans des enchevêtrements de traditions désuètes et de convictions mal comprises.

Dans ces endroits là, les immeubles sont autant de cathédrales démesurées où les rues portent des noms de poètes et d’écrivains parachutés dans ce labyrinthe monumental où chaque immeuble est un navire. Les grands noms de la pensée humaine n’y sont plus que des troubadours perdus, des ménestrels désuets, au message intellectuel et social balayé par l’ignorance et les lois d’un monde antagoniste.

La non espérance y infuse pêle-mêle, chez les jeunes, déchus à leurs propres yeux, en échec scolaire souvent même avant de s’être assis sur un banc de classe. Ces gamins-là croupissent, écartés des normes du monde, négligés par des enseignants consternés, désarmés et impuissants, oubliés d’un système éducatif tentaculaire.

Mortifié, déprécié, rabaissé ce rebut s’organise, se structure et s’invente des codes où l’orgueil piétiné se redresse, où les normes sociales abrogées laissent place à une loi féroce et primitive, faite de principes où la transgression devient un étendard. C’est ainsi que cette faune malchanceuse, mal née et mal aimée se fait l’otage de caïds piteux, petits suiveurs médiocres de meneurs minables.

Ainsi naissent les meutes de gavroches nuisibles et malfaisants, hordes humaines régies par des règles animales, véritable gangrène d’un univers où les valeurs universelles se diluent dans la violence. Les filles, doublement frappées par l’infortune d’être nées femmes et celle d’être la proie expiatoire de toutes les frustrations, purgent dans cet univers leurs multiples sentences, cernées par un chantage social permanent.

Petites filles austères, dissimulées sous le triple voile de l’Islam, de la peur de l’affront et de la crainte d’être jugées, ou mômes déjantées tenues par la faune masculine pour des « putains » ou des « traînées » pour avoir osé afficher un ourlet succinct, une opinion désinvolte ou une attitude audacieuse. Les autres figurants de ce manège infernal, pris à la gorge par l’ignorance, le désœuvrement et la pauvreté, renoncent, s’esquivent ou se réfugient dans des comportements outranciers qui suent le désespoir et la haine. La phobie de l’autre qui se mue en répulsion instinctive ou en exécration brute, tonne, éclate et déferle, entretenant un engrenage aberrant où le dénouement fatidique se partage entre illégalité et dépendance.

Car le délinquant, le sale petit con a été un nourrisson acceptable et même un bambin innocent. Il est en quelque sorte tombé du nid commun, pour lui, il n’y a pas eu d’éducation, nationale encore moins.

Rendons aux parents le devoir d’éduquer, et à l’instruction publique le devoir d’apprendre à tous ceux qui ne sont pas anormaux ou handicapés (et dans ce cas des structures adaptées doivent répondre à leurs besoin) à lire, à écrire et maîtriser les 4 opérations de base. Tous.

Si vraiment la carence familiale se révèle et que la famille ne peut prendre en charge les gamins, eh bien, des pensionnats encadrés par des éducateurs leur donneront les bases de la vie en groupe, dès 9 ans, si nécessaire. La pratique d’un sport collectif, école de l’amitié et de la rigueur doit s’inscrire dans ces programmes. Les enfants ne sont pas enlevés aux parents qu’ils voient le Week-end et pendant tout ou partie des vacances. Enfin, chaque gamin en déroute apprends à faire sont lit au carré, a observer les lois de la pension (pas d’excès, pas de sadisme et pas de militaires en armes et trellis)

Vous allez me dire, ma chère, sur quoi diable vous appuyez vous. Eh bien sur l’expérience de ce que se passe à postériori quand le dérapage scolaire et social entre 8 et 11 ans n’est pas corrigé.

J’ai tenu durant plusieurs années aux USA, un centre de désintoxication, principalement crack, héroïne, médicaments, alcool un peu. Mes méthodes se fondaient sur l’entrée VOLONTAIRE du patient. Mais, après ce premier « oui », les portes se fermaient pour deux mois. La violence physique n’était pas tolérée, par contre, les groupes de paroles étaient ouverts jours et nuits. Et le personnel « maternait » oui, vous avez bien lu, «nous donnions un succédané de l’amour d’une mère six mois était de 90 % et à cinq ans de 75 %. 75 % sans drogue, sans alcool, pas toujours sans cigarette. Le taux de personne exerçant un emploi était toujours à 5 ans de presque 100%. Quelques uns avaient repris des études.

Je ne suis pas toubib, mais Docteur en psychologie et… en Informatique. Je « fabriquais » donc des bons bidouilleurs en montage de PC, installation de logiciel, entraînement à la saisie et même initiation à la PAO.

Donc, je sais que ça peut marcher, particulièrement pour les enfants de personnes récemment immigrées qui ne peuvent pas transmettre à nos futurs petits Français ce qu’est la France. Marcher en douceur, en revoyant la famille de façon régulière et valorisée.

Cordialement à tous flower
Revenir en haut Aller en bas
clematitedusud

avatar

Féminin Nombre de messages : 67
Age : 44
Localisation : Paris, 12ème criconscription
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mer 16 Mai 2007 - 11:27

TRés beau
Merci
Revenir en haut Aller en bas
enzo



Nombre de messages : 14
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 16/05/2007

MessageSujet: A bruits   Mer 16 Mai 2007 - 15:08

bruits a écrit:
je suis educ en foyer d'accueil d'urgence pour les 16-18 ans, en gros (tres gros) je m'occupe de quelques jeunes dont plus personne ne veut...
alors bien sur il faut de la prévention, de l'éducation, de la présence dans ces quartiers difficiles, mais quand on propose un projet professionel a un gamin, déja plus ou moins installé dans la marginalité, et qu'il te regarde droit dans les yeux en te disant : " non mais tu reves, qu'est ce que je vais me faire chier a bosser comme un con pour un salaire de creve la faim, alors qu'en une semaine avec le biz (décoder buziness) je tapes minimum 500 euros." remplacer la ponctuation par enc... et le point final par vient pas me casser les c....
bah oui y'a des fois c'est raide, y'a des fois ou le découragement pointe le bout de son nez, mais si y'a 1 jeune sur 10 qui arrive a s'en sortir je suis content et c'est ca qui fait continuer...

Bruits, j'admire réellement ce que tu fais car ce n'est pas facile. Et j'aimerais ton avis sur un petit exemple précis, qui m'a été raconté par un ami, animateur de "classes découvertes" et directeur adjoint de colonies de vacances, à la FOL.

X a 13 ans. Il vit avec sa tante, dans une cité désaffectée, non en banlieue mais dans une petite ville de province (20000 habitants). Je ne me souviens plus si X est Français ou non, il est en tout cas d'origine algérienne, mais ce n'est pas cet aspect des choses qui est important.

Voici quelques mois, X a décidé de monter son mini-kebab à domicile, avec la complicité de sa tante bien entendu. Il fait les courses le matin au Mutant du coin, achète le pain, la viande, les épices, les légumes, et passe sa journée à proposer et à vendre ses kebabs-frites depuis sa fenêtre, au premier étage de l'immeuble.

La petite affaire marche bien : X vend en moyenne une cinquantaine de kebabs par jour. Les habitants de la cité le connaissent ou entendent parler de lui, il ne viendrait à personne l'idée de le dénoncer. Rencontré par un animateur socio-culturel, X raconte son histoire et est parfaitement conscient que son activité est illégale. Mais X sait lire, écrire, compter, et fait ses calculs : chaque kebab lui coûte moins d'1 euro au supermarché, il le revend 3,50 euros (prix "ordinaire" du marché du kebab). Soit 2,50 euros de bénéfice. A 50 kebabs par jour, cela fait 125 euros par jour, soit 3750 euros par mois. Le tout non déclaré, non soumis au moindre impôt. Une fois amortis les frais initiaux pour la cuisine, X gagne confortablement sa vie.

Avant de te demander ton point de vue, bruits, je voudrais savoir si tu es d'accord avec ceci : l'activité de X est totalement illégale mais n'a pas grand chose d'immoral. X ne fait pas la guerilla dans la rue, n'est coupable d'aucune violence à personne, ne crâme aucune voiture, ne fait pas de trafic de drogue, ne met pas sa soeur aux enchères.

Quelle est la solution ? L'animateur socio-culturel à qui X racontait son activité était parfaitement impuissant à le convaincre de retourner dans le cadre de la loi. C'est normal : il s'agit de faire des études, longues, suivies d'une période incertaine à l'issue de laquelle X trouvera peut-être un boulot légal, encore que le faciès de X a tendance à constituer un délit. Boulot qui ne sera pas rémunéré 3750 euros par mois, et qui sera soumis aux impôts. La société a t-elle quelque chose de mieux à proposer à X ? Qu'a t-il à gagner, en dehors de la légalité ?

Personnellement je suis sans réponse. J'ignore si des petits trafics dans le même style sont répandus, je crains qu'ils ne le soient.
Revenir en haut Aller en bas
etolie

avatar

Féminin Nombre de messages : 270
Age : 49
Localisation : Dans le ventre de la France (Limousin et Creuse)
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mer 16 Mai 2007 - 15:16

bruits a écrit:
je suis educ en foyer d'accueil d'urgence pour les 16-18 ans, en gros (tres gros) je m'occupe de quelques jeunes dont plus personne ne veut...
alors bien sur il faut de la prévention, de l'éducation, de la présence dans ces quartiers difficiles, mais quand on propose un projet professionel a un gamin, déja plus ou moins installé dans la marginalité, et qu'il te regarde droit dans les yeux en te disant : " non mais tu reves, qu'est ce que je vais me faire chier a bosser comme un con pour un salaire de creve la faim, alors qu'en une semaine avec le biz (décoder buziness) je tapes minimum 500 euros." remplacer la ponctuation par enc... et le point final par vient pas me casser les c....
bah oui y'a des fois c'est raide, y'a des fois ou le découragement pointe le bout de son nez, mais si y'a 1 jeune sur 10 qui arrive a s'en sortir je suis content et c'est ca qui fait continuer...

Les flics tolèrent les petits trafics pour essayer de remonter vers les plus gros. Parfois, les mômes sont des indics et de toutes façons le fait qu'ils soient mineur les "protègent". Pour une infraction constatée, le jugement et son exécution (pas forcément de la prison mais une "délocalisation du délinquant) devraient se faire dans les 3 jours. Autrement, ça ne sert à rien.

Bien cordialement flower
Revenir en haut Aller en bas
bruits

avatar

Masculin Nombre de messages : 44
Localisation : 44
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   Mer 16 Mai 2007 - 18:13

enzo,
c'est un petit malin ce jeune X, et pout te répondre franchement cette forme de délit me plait meme plutot bien, je m'explique: il ne fait de mal a personne, n'empoisonne pas d'autres gosses avec je ne sais quelle drogue, c'est sur il est hors la loi a un niveau administratif mais ca s'arrete la, quand je parlais de biz dans mon post c'est recel, drogue etc, et si son affaire marche bien il lui faut plutot un conseil pour se monter en micro société a ce petit malin... il faut lui expliquer ce qu'il risque a un niveau pénal s'il se fait choper et l'ammener a construire un projet légal etc. il semble loin d'etre bete donc ca peut marcher...

etolie,
les flics ne savent plus comment faire, la justice est beaucoup trop lente vis a vis des délits etc, mais le soucis aussi c'est qu'un gamin doit etre multi récidiviste avant que quelque chose lui tombe sur le nez, crois moi les rappels a la loi ils en ont rien a carrer... et le cv pour certains c'est pas bac+ qui compte mais zonzon+... je sais c'est triste mais c'est la réalité. Pour ce qui est de délocaliser les délinquants c'est bien sur une tres bonne idées mais il y a un cruel manque de structure pour les accueillir, meme avec une ordonance du juge en poche...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Grand Thème] sécurité, banlieues, police de proximité
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» véhicule de police de retour d'une "patrouille de police de proximité"
» [Grand Thème] La politique de sécurité routière
» Rapport sur la lutte contre l'insécurité - 2014 (Mission d'information Blazy)
» Insécurité, trafic de drogue et cambriolages
» Opération de police de grande ampleur à Villiers-le-Bel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Débats et projets :: Exprimez-Vous sur les grands thèmes :: Sécurité et Justice-
Sauter vers: