Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tempête mondiale sur le coût de l’alimentation (VO)

Aller en bas 
AuteurMessage
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Tempête mondiale sur le coût de l’alimentation (VO)   Ven 4 Avr 2008 - 10:38

à traduire SVP
contreinfo
Mis à Jour le : 3 avril 2008 16:23
Tempête mondiale sur le coût de l’alimentation (VO)
3 avril 2008Du Soudan à l’Afghanistan, du Salvador à l’Egypte, le renchérissement des aliments de base met en péril des millions de familles qui peinent chaque jour à se procurer de la nourriture et doivent pour ce faire sacrifier toutes les autres dépenses, y compris celles de santé et d’éducation des enfants et renoncent même parfois à s’éclairer le soir, faute de moyens.


A ‘Perfect Storm’ of Hunger
The U.N.’s World Food Program is struggling as costs of food and fuel skyrocket while the numbers of people needing help surge across the globe. Millions are in danger.


Par Edmund Sanders et Tracy Wilkinson, Los Angeles Times, 1er avril 2008

KHARTOUM, SUDAN - For 15 years, he’s been a “grocer” for Africa’s destitute. But he’s never seen anything like this.

Pascal Joannes’ job is to find grains, beans and oils to fill a food basket for Sudan’s neediest people, from Darfur refugees to schoolchildren in the barren south.

Lately Joannes has spent less time shopping and more time poring over commodity price lists, usually in disbelief.

“White beans at $1,160,” the white-haired Belgian, 52, cries in despair over the price of a metric ton. “Complete madness ! I bought them two years ago in Ethiopia for $235.”

Joannes is head of procurement in Sudan for the World Food Program, the United Nations agency in charge of alleviating world hunger.

Meteoric food and fuel prices, a slumping dollar, the demand for biofuels and a string of poor harvests have combined to abruptly multiply WFP’s operating costs, even as needs increase. In other words, if the number of needy people stayed constant, it would take much more money to feed them. But the number of people needing help is surging dramatically. It is what WFP Executive Director Josette Sheeran calls “a perfect storm” hitting the world’s hungry.

The agency last month issued an emergency appeal for money to cover a shortfall tallied at more than half a billion dollars and growing. It said it might have to reduce food rations or cut people off altogether.

The most vulnerable are people like those in Sudan, whom Joannes is struggling to feed and who rely heavily, perhaps exclusively, on the aid. But at least as alarming, WFP officials say, is the emerging community of newly needy.

These are the people who once ate three meals a day and could afford nominal healthcare or to send their children to school. They are more likely to live in urban areas and buy most of their food in a market.

They are the urban poor in Afghanistan, where the government has asked for urgent help. They are families in Central America, who have been getting by on remittances from relatives abroad, but who can no longer make ends meet as the price of corn and beans nearly doubles.

“This is largely a new caseload,” John Aylieff, the emergency coordinator for the WFP’s assessment division, said at the agency’s Rome headquarters.

Aylieff and his staff assess the vulnerability of people in 121 countries. About 40 of the nations have been judged to be at risk of serious hunger, or already suffering from it.

The criteria include : how much does the country rely on imported food ; how large is the urban population ; what is the current rate of inflation, and what portion of their income do families spend on food (in Burundi, for example, it’s 77% ; in the U.S. it’s 10%).

In the short term, officials predict food riots and political unrest, as has occurred in recent weeks in Pakistan, Indonesia and Egypt. In Egypt, shortages of government- subsidized bread recently triggered strikes, demonstrations and violence in which seven people died.

In the longer term, overall health worsens and education levels decline.

“Finally they end up selling their productive assets [and] that pretty much means they will remain economically destitute, even when things come back to normal,” said Arif Husain, senior program advisor for the assessment division, who recently moved to the WFP’s Rome headquarters after years in Sudan.

Countries are taking steps to avert widespread hunger. Some, like Egypt and Indonesia, have quickly expanded subsidies ; others, like China, have banned exports of precious commodities.

Afghanistan was the first country to request urgent help. President Hamid Karzai in January asked the agency to feed an additional 2.5 million people, most of them urban poor, in addition to the 5 million rural people the agency already feeds.

In Kabul, the Afghan capital, Abdul Fatah and his wife Nooriya raise their five children on her teacher’s salary ; he lost his government job a year ago.

“Life is getting harder day by day,” said Fatah, who is 45 but looks far older. “We cannot even buy meat once a month.”

The price of wheat in Afghanistan has risen by more than two-thirds in the last year. Because staples such as rice, oil and beans are also expensive, Fatah and his wife are sometimes unable to buy pens and notebooks for the children to use in school. Unable to afford both food and lamp oil, the household goes to sleep early.

Kabul homemaker Mahmooda Sharif, a mother of three, said that instead of eating meat twice a week, her family can now afford it only twice a month. The cost of food competes with school expenses and medical bills. She has delayed dental visits because she can’t afford them.

A world away in El Salvador, in hills that once yielded abundant harvests of coffee, signs of malnutrition are spreading.

Salvadorans need twice the money to buy the same amount of food they could purchase a year ago, meaning their nutritional sustenance is cut in half, the WFP says.

“My children ask for food, and how can I not feed them ? They ask for some eggs, beans, and I give it to them,” said Maria De Las Mercedes Ramirez, a 41-year-old mother of five. “I, as the mother, will eat less.”

The Ramirezes are one of about 70 families living in shacks on a desolate coffee plantation near the town of Taltapanca, abandoned more than a decade ago when coffee prices took a dive. Most of the families are run by mothers ; the fathers have left to find work in the Salvadoran capital, or out of the country.

Ramirez lives on about $80 a month that comes from wages her husband sends and the little she can eke from an occasional job pruning coffee plants. What Ramirez spends on corn has shot up more than 50% in the last few months, cooking oil is up 75%, and beans have doubled in price.

Many families rely heavily on schools that give students one meal a day.

“You can see a lot of concern in their faces when they come to pick up their kids,” principal Delsy Amilia Chavez said of the mothers. “And some of the mothers are anemic. They can’t afford to eat beans and aren’t getting the iron they need.”

The school meals are provided by the WFP, but the agency is transferring the program to the government and reports that some schools have been unable to continue them.

Carlo Scaramella, the WFP country director in El Salvador, said hurricanes and drought last year added an additional 160,000 people to the 100,000 that the agency was already feeding. One million are at risk, he said.

In Egypt, President Hosni Mubarak ordered army-owned bakeries that produce 1.2 million loaves a day to pour more bread onto the general market.

The government also allocated almost $1 billion to bread subsidies for 2008. It subsidizes 210 million loaves of flat round bread a day, the main item on most Egyptians’ daily menu. As commodity prices soared, subsidized bread became precious, and fights broke out in queues at bakeries and stores.

The price of unsubsidized bread has gone up 10 times, and rice doubled in a single week, said Farag Wahba Ahmed, an official with Egypt’s Chamber of Commerce.

In Sudan, where the WFP oversees the largest emergency food operation in the world, aid officials are drafting contingency plans for coping with a smaller supply. In Darfur, especially, they must tread carefully.

“There’s no way we can come in and say, ‘We have no more food,’ ” Joannes said. “It would create riots.”

Darfur, the beleaguered region in western Sudan, accounts for three-fourths of the WFP’s operation here, which in total distributes 632,000 metric tons of food valued at $700 million to 5.6 million people (more than in Afghanistan, Bangladesh and Indonesia combined).

The WFP has sought to lower costs by turning to regional markets to buy food. Buying from local farmers helps the budget since it eliminates shipping costs. But because the WFP is such a big buyer, it has to be careful not to distort the market.

A 30% increase in costs in Sudan in the last four months is blamed chiefly on rising prices for locally produced sorghum. The WFP is already absorbing 6% of the national production and fears that buying more would destabilize the market.

Joannes boasts that he found a good deal recently on a mix of lentils from Ethiopia, buying them for only $700 a metric ton, far less than the going rate for white beans. But bargains are hard to find.

Back in Rome, Nicole Menage, head of the food procurement service, receives daily, sometimes hourly, reports on rising prices and falling reserves. It’s like a mammoth board game, with multiple moving pieces.

She and her associates last year managed to find in China 12,000 tons of maize needed urgently in nearby North Korea. Then, suddenly, China slapped on an export ban and the agency ended up finding the maize in Tanzania.

“The only tool we have is to stretch the net as far as possible,” she said.

Sanders reported from Khartoum and Wilkinson from Rome. Special correspondent M. Karim Faiez in Kabul, Noha El-Hennawy of The Times’ Cairo Bureau and special correspondent Alex Renderos in Taltapanca contributed to this report.


--------------------------------------------------------------------------------

Publication originale Los Angeles Times
Revenir en haut Aller en bas
Alain BERTIER



Masculin Nombre de messages : 2692
Age : 79
Localisation : DREUX
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Tempête mondiale sur le coût de l’alimentation (VO)   Ven 4 Avr 2008 - 11:01

Et si on associait la question du prix des produits alimentaires à la lutte contre l'obésité en occident?
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Tempête mondiale sur le coût de l’alimentation (VO)   Ven 4 Avr 2008 - 11:12

Traduction imparfaite (automatique à peine retouchée), mais compréhensible :

Une 'Tempête absolue’ de la Faim
Le Programme d'Aliments Mondial de l'ONU se bat alors que que les prix d'aliments et de combustible montent en flèche pendant que les nombres des gens ayant besoin de l'aide montent à travers le globe. Les millions sont en danger.

Par Edmund Sanders et Tracy Wilkinson, Los Angeles Times, 1er avril 2008

KHARTOUM, SOUDAN - Depuis 15 ans, il a été "un épicier" pour l'Afrique indigente. Mais il n'a jamais vu rien comme cela.

L'emploi de Pascal Joannes est de constater que les grains, les haricots et les pétroles remplissent une corbeille d'aliments pour les gens les plus nécessiteux du Soudan, des réfugiés Darfur à schoolchildren dans le sud aride.

Dernièrement Joannes a dépensé moins de temps en faisant des achats et plus de temps en se plongeant dans les prix courants marchandise, d'habitude dans l'incrédulité.

“Les haricots blancs à $1 160,” le belge à-cheveux-blanc, 52 ans, crie dans le désespoir sur le prix d'une tonne métrique. “Folie complète! Je les ai achetés il y a deux ans en Éthiopie pour $235 .”

Joannes est la tête d'obtention au Soudan pour le Programme d'Aliments Mondial, l'agence de Nations Unies responsable de soulager la faim mondiale.

Les aliments météoriques et les prix du combustible, un dollar chutant, la demande pour biocarburants et une suite de pauvres récoltes se sont combinés pour soudainement multiplier les frais d'exploitation de WFP, même comme l'augmentation de besoins. Autrement dit, si le nombre des gens nécessiteux est resté constant, il faudrait beaucoup plus d'argent pour les nourrir. Mais le nombre des gens ayant besoin de l'aide monte radicalement. Il est que le Directeur exécutif WFP Josette Sheeran appelle “la tempête absolue" frappe le monde affamé.

L'agence le mois dernier a lancé un appel d'urgence à l'argent pour couvrir un déficit correspondant à plus d'un demi-milliard de dollars et en augmentation. Il a dit qu'il devrait réduire des rations d'aliments ou priver les gens entièrement.

Les plus vulnérables sont les gens comme ceux au Soudan, que Joannes se bat pour nourrir et qui dépendent lourdement, peut-être exclusivement, de l'aide. Mais au moins comme alarmant, les fonctionnaires de WFP disent, est l'émergence d'une communauté de nouveaux nécessiteux.

Ceux-ci sont les gens qui avant mangeaient trois repas par jour et pouvaient se permettre des soins médicaux normaux ou envoyer leurs enfants à l'école. Ils vivront mieux dans les régions urbaines et achèteront la plupart de leurs aliments dans un marché.

Ce sont les pauvres citadins en Afghanistan, où le gouvernement a demandé l'aide urgente. Ce sont des familles en Amérique Centrale, qui ont reçu des versements de parents à l'étranger, mais qui ne peuvent plus joindre les deux bouts alors que le prix de grain et de haricots double presque .

“C'est clairement une nouvelle clientèle,” a déclaré John Aylieff, le coordinateur d'urgence pour la division d'évaluation du WFP, au siège social de Rome de l'agence.

Aylieff et son personnel évaluent la vulnérabilité des gens dans 121 pays. On a jugé qu'environ 40 des nations sont menacées de la faim sérieuse, ou en subissant déjà.

Les critères incluent : combien font le pays compte sur les aliments importés; comment grand est la population urbaine; ce qui est le taux actuel d'inflation et que portion de leur revenu font les familles dépensent sur les aliments (au Burundi, par exemple, c'est 77 %; aux Etats-Unis c'est 10 %).

À court terme, les fonctionnaires prédisent des émeutes alimentaires et des troubles politiques, comme s'est produit dans les semaines dernières au Pakistan, l'Indonésie et l'Egypte. En Egypte, les insuffisances de gouvernement - le pain subventionné a récemment déclenché des grèves, des démonstrations et une violence dans laquelle sept personnes sont mortes.

À un terme plus long, la santé générale se détériore et le niveau d'éducation décline.

“Finalement ils finissent par vendre leurs capitaux productifs [et] ce qui signifie presque qu'ils resteront économiquement indigents, même quand les choses reviendront à la normale,” a dit Arif Husain, le conseiller de programme aîné pour la division d'évaluation, qui a récemment bougé au siège social de Rome du WFP après les années au Soudan.

Les pays prennent des mesures pour éviter la famine étendue. Certains, comme l'Egypte et l'Indonésie, ont vite développé des subventions; d'autres, comme la Chine, ont interdit des exportations d'articles précieux.

L'Afghanistan était le premier pays à demander l'aide d'urgence. Le président Hamid Karzai en janvier a demandé à l'agence de nourrir 2,5 millions de personnes supplémentaires, la plupart d'entre eux les pauvres urbains, en plus des 5 millions de personnes rurales que l'agence nourrit déjà .

À Kaboul, la capitale afghane, Abdul Fatah et sa femme Nooriya élèvent leurs cinq enfants sur son salaire d'enseignant; il a perdu son emploi gouvernemental il y a une année.

“La vie devient plus dure jour après jour,” a dit Fatah, qui a 45 ans, mais semble bien plus vieux. “Nous ne pouvons pas même acheter de la viande une fois par mois.”

Le prix de blé en Afghanistan est monté par plus que les deux tiers dans l'année dernière. puisque les produits de base comme le riz, le pétrole et les haricots sont aussi chères, Fatah et sa femme sont quelquefois incapables d'acheter des stylos et des cahiers pour les enfants pour utiliser dans l'école. Incapable de se permettre tant les aliments que le pétrole de lampe, la maison va dormir tôt.

La femme d'intérieur de Kaboul Mahmooda Sharif, mère de trois enfants, a dit qu'au lieu de manger la viande deux fois par semaine, sa famille peut maintenant se le permettre seulement deux fois par mois. Le prix d'aliments rivalise avec les frais scolaires et les factures médicales. Elle a retardé des visites dentaires parce qu'elle ne peut pas se permettre eux.

Un monde loin à Salvador, dans les collines qui ont une fois produit des récoltes abondantes de café, les signes de malnutrition s'étend.

Les Salvadorans ont besoin deux fois plus d'argent pour acheter la même quantité d'aliments qu'ils pouvaient acheter il y a une année, ce qui signifie que leur valeur nutritive nutritive est coupée dans la moitié, le WFP dit.

“Mes enfants demandent des aliments et comment puis-je ne pas les nourrir ? Ils demandent quelques oeufs, haricots et je le leur donne,” a dit Maria De Las Mercedes Ramirez, une mère de 41 ans de cinq enfants. “Moi, en tant que mère, je mangerai moins.”

Les Ramirezes sont une des quelque 70 familles vivant dans les baraques sur une plantation de café désolée près de la ville de Taltapanca, abandonné il y a plus d'une décennie quand les prix de café se sont effondrés. La plupart des familles sont dirigées par les mères; les pères partent pour trouver le travail dans la capitale salvadorienne, ou sortent du pays.

Ramirez vit avec environ $80 par mois qui vient des salaires que son mari envoie et peu elle peut profiter d'un emploi occasionnel taillant des usines de café. Que Ramirez dépense sur le grain a grimpé de plus de 50 % dans quelques mois derniers, l'huile de cuisson est en hausse de 75 % et les haricots ont doublé de prix.

Beaucoup de familles dépendent lourdement des écoles qui donnent aux étudiants un repas un jour.

“Vous pouvez voir beaucoup d'inquiétude dans leurs visages quand ils viennent pour recueillir leurs gamins,” a dit le chef Delsy Amilia Chavez des mères. “Et certaines des mères sont anémiques. Ils ne peuvent pas se permettre de manger de haricots et ne reçoivent pas le fer dont ils ont besoin.”

Les repas scolaires sont fournis par le WFP, mais l'agence transfère le programme au gouvernement et dit que quelques écoles ont été incapables de les continuer.

Carlo Scaramella, le directeur de pays WFP à Salvador, a dit que les ouragans et la sécheresse l'année dernière ont ajouté 160 000 personnes supplémentaires aux 100 000 que l'agence nourrissait déjà . Un million sont menacés, il a dit.

En Egypte, le Président Hosni Mubarak a ordonné aux boulangeries militaires qui produisent 1,2 millions de pains par jour de verser plus de pain sur le marché général.

Le gouvernement a aussi alloué presque $1 milliard de subventions pour le pain en 2008. Il subventionne 210 millions de pains de pain rond plat un jour, l'article principal sur le menu quotidien de la plupart d'Égyptiens. Comme les prix marchandise sont montés, le pain subventionné est devenu précieux et les luttes ont éclaté dans les queues aux boulangeries et aux magasins.

Le prix de pain non subventionné est monté 10 fois et le riz a doublé dans une semaine simple, a dit Farag Wahba Ahmed, un fonctionnaire avec la Chambre de commerce de l'Egypte.

Au Soudan, où le WFP supervise la plus grande opération d'aliments d'urgence dans le monde, les fonctionnaires d'aide font le brouillon des plans d'éventualité pour s'occuper de plus petites réserves. Dans Darfur, surtout, ils doivent marcher soigneusement.

“Il n'y a aucune façon que nous pouvons entrer et dire, ‘Nous n'avons plus d'aliments,’” Joannes a dit. “Il créerait des émeutes.”

Darfur, la région assiégée dans le Soudan occidental, représente trois quarts de l'opération du WFP ici, qui l'en somme distribue 632,000 tonnes métriques d'aliments évalués à $700 millions à 5.6 millions de personnes (plus qu'en Afghanistan, Bangladesh et Indonésie combinée).

Le WFP a cherché à baisser des prix en tournant aux marchés régionaux pour acheter des aliments. L'achat des fermiers locaux aide le budget comme il élimine des prix maritimes. Mais parce que le WFP est un tel grand acheteur, il doit être prudent de ne pas dénaturer le marché.

Une augmentation de 30 % dans les prix au Soudan dans les quatre mois derniers est blâmée principalement sur les prix montant pour le sorgho localement produit. Le WFP absorbe déjà 6 % de la production nationale et craint que l'achat plus déstabilise le marché.

Joannes se vante qu'il a trouvé un bon filon avec un mélange de lentilles de l'Éthiopie, en les achetant pour seulement $700 la tonne métrique, beaucoup moins que le taux allant pour les haricots blancs. Mais les affaires sont dures à trouver.

En arrière à Rome, le Ménage de Nicole, la tête du service d'obtention d'aliments, reçoit tous les jours, quelquefois toutes les heures, les rapports sur les prix montant et les réserves tombant. Il ressemble à un jeu de société gigantesque, avec les morceaux mouvants multiples.

Elle et ses associés l'année dernière ont réussi à trouver en Chine 12 000 tonnes de maïs nécessaires d'urgence dans la Corée du Nord proche. Alors, subitement, la Chine donnée une claque sur un interdit d'exportation et l'agence a fini par devenir trouver le maïs en Tanzanie.

“Le seul instrument que nous avons doit tendre le filet autant que possible,” a-t-elle dit.

Reportage de Sanders de Khartoum et de Wilkinson de Rome. Le correspondant spécial M. Karim Faiez à Kaboul, Noha El-Hennawy du Bureau de Caire du Times et du correspondant spécial Alex Renderos dans Taltapanca ont contribué à ce rapport.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Tempête mondiale sur le coût de l’alimentation (VO)   Ven 4 Avr 2008 - 11:18

merci , Jean-Luc!
bon je vais remettre cet article dans le fil "faim et droits de l'homme"... c'est Sa place malheureusement
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tempête mondiale sur le coût de l’alimentation (VO)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tempête mondiale sur le coût de l’alimentation (VO)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tempête mondiale sur le coût de l’alimentation (VO)
» Qu'elles ont étés vos plus grosses tempêtes !
» A savoir: Amsterdam, Capitale mondiale du livre 2008
» Réchauffement climatique (chapitre 2)
» Consegnati a Cuneo i riconoscimenti ai deportati della Seconda Guerra Mondiale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: From the rest of the World-
Sauter vers: