Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Universités, quelques pistes de réforme

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
modorange

avatar

Masculin Nombre de messages : 1491
Age : 28
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 12 Mai 2008 - 14:59

Bonjour à tous,

l'échec à l'université est un problème majeur de notre pays. Aussi, depuis quelques temps je réfléchis de temps en temps à des idées pour améliorer les choses, voici quelques unes ce des idées :

- Des frais d'inscription proportionnels aux heures de travail

D'une part nous avons les Universités qui manquent d'argent, d'un autre coté des étudiants qui sont obligés de travailler alors qu'ils sont dans des filières qui demandent beaucoup de travail. Face à ce problème, pourquoi ne pas établir des frais d'inscription proportionnels aux nombre d'heures de cours, ce qui est plus logique ?
Bien entendu, il ne faut pas se leurrer, il va falloir augmenter en parallèle les frais d'inscription pour permettre aux universités d'investir davantage. Mais l'idée de base est d'obliger les élèves qui ont 10-15h de cours par semaine à travailler pour financer l'université au lieu de glander... Voici une échelle pour donner une idée des frais d'inscription :

En parallèle il faut mettre en place un prêt public à taux zéro sur de très longues échéances pour permettre aux étudiants ou aux parents de payer ces frais d'inscription sans réellement s'endetter.

Moins de 10h/semaine : 2500 € pour l'année
Entre 10 et 15h/semaine : 2000 € pour l'année
Entre 16 et 20h/semaine : 1000 € pour l'année
Entre 21 et 25h/semaine : 250 € pour l'année
Plus de 25h/semaine : 50 € pour l'année

Rappel : pour les boursiers, les frais d'inscription sont presque gratuits.

- Aménager le travail pour les étudiants

Afin de permettre aux étudiants de trouver du travail plus facilement du travail, j'ai plusieurs pistes.
La première, c'est qu'en parallèle d'autoriser le travail le Dimanche, je pense qu'il serait intéressant de rendre archi prioritaire ce créneau du Dimanche aux étudiants. En effet, ce n'est pas à une mère ou à un père de famille (par exemple) de travailler le Dimanche.
En plus de permettre à des étudiants de toucher de l'argent, cette mesure offrirait aux étudiants une expérience professionnelle, toujours intéressante.

Deuxième idée, dans les deux emplois sans charges proposés par François Bayrou, permettre un troisième emploi sans charge, celui ci devant être obligatoirement un étudiant.

Troisième idée, ne plus supprimer les bourses pour les étudiants qui travaillent.

- Les parcours, plus de flexibilité !

Je pars de mon constat : je suis censé être en Biologie-Géologie. Je me tape des matières comme les Maths, la Chimie et la Physique, qui ne me servent à rien. J'aurais voulu faire prof de SVT mais aussi d'Histoire-Géo, et j'aurais bien aimé avoir la possibilité de remplacer les Maths, la Physique et la Chimie par de l'Histoire et de la Géographie, même si au final je travaillais plus.

Cette situation, beaucoup la connaissent. Aussi, je pense que ce serait une bonne idée de donner la possibilité de fusionner plusieurs licences. Pour ce faire, il faudrait diviser les enseignements des licences en deux catégories, la première, les enseignements fondamentaux et obligatoires qui font l'esprit même de la licence (donc par exemple en Biologie : la Biochimie, la Bio Animale, Bio Végétale, Bio Cellulaire...) et les enseignements périphériques, destinés à offrir des passerelles pour des étudiants désirant se réorienter (Donc en Biolo : Maths, Physique et Chimie).
L'idée, c'est de pouvoir permettre à un étudiant de pouvoir suivre une "super licence", où les enseignements périphériques seraient remplacés par les enseignements obligatoires d'une autre licence.

En général un tel procédé donnera beaucoup d'heures de travail aux étudiants. Je pense qu'il est donc légitime d'offrir une majoration de 25% des bourses pour ceux qui suivraient une "super licence".


Autre idée, dans ce système de "super licence", donner la possibilité à l'étudiant de remplacer ses enseignements périphériques par un stage professionnel rémunéré. Dans cette situation, la majoration des bourses n'est plus d'actualité. Mais bien évidement, c'est plus facile de valider (avoir plus de 10 de moyenne) une unité d'enseignement pratique/professionnelle, qu'une unité écrite. Donc ça compense.


Enfin, il serait intéressant de récompenser les étudiants qui suivraient cette fois ci deux licences à la fois (bi licence, Droit et Economie par exemple). Ainsi, augmenter ces étudiants d'un échelon de bourses pourrait être une piste intéressante (et pour ceux qui n'en touchent pas, ils passeraient à l'échelon 0 qui permet, sans toucher les bourses, de bénéficier des avantages qu'ont les boursiers, sur les frais de Sécu et d'inscription par exemple).

- Éviter les échecs

Pour éviter les échecs à l'Université, je propose plusieurs solutions.

La première, c'est de rendre obligatoire la mise en ligne des cours des professeurs sur internet.

La seconde, c'est de rendre obligatoire pour les professeurs de compléter les cours par des références à des ouvrages pour permettre aux étudiants en difficulté de bénéficier d'un support supplémentaire de compréhension du cours.

La troisième, c'est de sanctionner les élèves qui manqueraient systématiquement les cours.
Aujourd'hui, seules les absences en TP sont sanctionnées. Il faut étendre cette sanction aux TD, avec évidement plus de tolérance (manquer un ou deux TD d'affilée ce n'est pas un drame).



Voilà je crois que j'ai assez fait le tour. ^^
Qu'en pensez vous ?
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Modorange
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 12 Mai 2008 - 16:00

des bonnes idées, et des moins bonnes, à mon avis

l'histoire des frais d'université proportionels au nombre d'heures de cours n'est pas géniale, car heures de cours ne signifie pas heures de travail, certaines filières (je pense à histoire de l'art) n'ont pas énormément d'heures de cours mais la réussite nécéssite de nombreuses heures de travail. J'ai un amis là dedans qui travaille bien plus que moi avec beaucoup moins d'heures de cours


en revanche, la modification des bourses en fonction des région est nécéssaire, quand je vois que des gens de clermont touchent 500€ par mois, avec 120€ de loyer, je pense que c'est beaucoup trop, alors que la même bourse dans une fac parisienne...

Après il faudrait rendre les cours à la fac vraiment obligatoires, glander aux frais de la princesse ce n'est pas du tout une bonne solution, si les étudians ne veulent pas faire d'études, qu'ils fassent un cycle cour en alternance

Pour la flexibilité je suis assez d'accord avec toi, laisser plus de choix à chacun pour faire en fonction de ses goûts est un bon moyen de favoriser la réussite et de motiver les étudiants
Revenir en haut Aller en bas
modorange

avatar

Masculin Nombre de messages : 1491
Age : 28
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 12 Mai 2008 - 16:37

Pour les frais proportionels ont peut toujours tenir en compte des heures de travail en dehors des cours si c'est flagrant, mais faut pas pousser non plus, il y a des filières où on a beaucoup de temps. N'est ce pas ?

Pour les bourses régionales, c'est une bonne idée j'y avais songé aussi mais quels critères retenir ?
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Modorange
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 12 Mai 2008 - 17:00

il y a des filières ou certains prennent beaucoup de temps certes, mais ca existe aussi là où il y a de nombreuses heures de cours, certains ne se gènent pas pour ne pas y aller.

Pour les bourses régioneles, cela devrait être fixé en fonction des logements disponibles, du coût de la vie etc.

Par exemple je ne trouve pas normal que des étudiants bénéficient des bourses et des logements étudiants, alors que d'autres n'ont que l'un ou que l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Prouesse

avatar

Masculin Nombre de messages : 2869
Age : 33
Localisation : La Madeleine
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 12 Mai 2008 - 20:04

Combien connaissent ou ont connu un pote qui touche les bourses et sèche les cours pour aller travailler au mac do ?
Revenir en haut Aller en bas
Nadette

avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 46
Localisation : Courbevoie
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 12 Mai 2008 - 20:49

J'ai une question à propos de la partie éviter les échecs. A mon époque lointaine et reculée (années 89/92) au début de l'année, on nous donnait un gros dossier de documents écrits avec une liste bibliographique pour l'année pour chaque UV. Ca ne se fait plus?
Revenir en haut Aller en bas
modorange

avatar

Masculin Nombre de messages : 1491
Age : 28
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mar 13 Mai 2008 - 8:50

Prouesse a écrit:
Combien connaissent ou ont connu un pote qui touche les bourses et sèche les cours pour aller travailler au mac do ?

Yen a pas tant que ça.
En fait la plupart de ceux que tu décris sont des gens qui ont commencé l'année mais qui ont arrêté car ils n'avaient plus la motivation.

Moi par exemple il m'est arrivé de secher des TD de Chimie (pour ne pas les citer) qui me gonflaient vraiment, et à chaque fois que j'y allais ça me bourrait le crâne car je ne comprenais rien. ^^

Tout ça pour dire qu'il ne faut pas se tromper de problème, il y a de gros profiteurs, mais pas tant que ça...

Nadette a écrit:
J'ai une question à propos de la partie éviter les
échecs. A mon époque lointaine et reculée (années 89/92) au début de
l'année, on nous donnait un gros dossier de documents écrits avec une
liste bibliographique pour l'année pour chaque UV. Ca ne se fait
plus?

Nan parce que ces to***ds de profs ne veulent pas donner de support en général pour forcer les etudiants à venir en cours. Parfois il arrive que des profs donnent un support, mais c'est systématiquement un document incomplet qu'il faut completer.

Il faut en finir avec cette sanction qui pèse sur tous les étudiants à cause d'une minorité qui ne vient pas en cours et qui profite du système ! (d'où l'idée en parallèle de mieux contrôler la présence des élèves; en TD notament).
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Modorange
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mar 13 Mai 2008 - 8:58

c'est ce qui se fait en DUT (enfin dans le mien) contrôle des présence avec renvoi au bout de trois absences et la plupard des profs donnent un polly et/ou le cours. Certains le donnent après pour que les élèves suivent d'autres avant.
Revenir en haut Aller en bas
modorange

avatar

Masculin Nombre de messages : 1491
Age : 28
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mar 13 Mai 2008 - 9:04

vincent15 a écrit:
c'est ce qui se fait en DUT (enfin dans le mien) contrôle des présence avec renvoi au bout de trois absences et la plupard des profs donnent un polly et/ou le cours. Certains le donnent après pour que les élèves suivent d'autres avant.

Voilà c'est bien ce que je dis. ^^ En DUT, c'est plus strict donc les profs sont plus enclins à donner des support, car ils savent que les étudiants vont quand même venir.
Il faut mettre en place un système similaire à l'université.
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Modorange
Prouesse

avatar

Masculin Nombre de messages : 2869
Age : 33
Localisation : La Madeleine
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mar 13 Mai 2008 - 9:14

Ma remarque était là pour appuyer 2 points.
Le manque d'orientation et de suivi, et le manque de contrôle des présences.

L'idée d'avoir des cours basiques auxquels se rattacheraient des cours annexes est intéressante. J'y pensais moi même depuis quelques années.
Mais je l'envisage plutôt dès le lycée.
Actuellement, le bac S est devenu l'enseignement maître car il couvre un large enseignement (math, physique mais aussi 2 langues, histoire, philo).
Je proposerai la même solution que modorange, une base et des annexes. La 2nde pourrait encore conserver son caractère général, puis l'orientation.

Je me souviens en fin de seconde avoir fait le difficile choix entre sciences de l'ingénieur et SVT. J'aimais les 2 matières. J'ai du abandonné la SVT au profit de la SI, avec son bagage chimie + électronique qui ne m'intéressait pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mar 13 Mai 2008 - 9:51

c'est une bonne idée
ca permettrait à ceux qui ne savent pas quoi faire d'avoir une connaissance plus large et à ceux qui souhaitent se spécialiser d'avoir quand même un bagage général important

quand à l'orientation post bac je connais bien le problème, j'en ais fait les frais, les conseiler racontent n'importe quoi (enfin ceux sur qui je suis tombé), résultat : deux ans de perdus (enfin c'est jamais perdu mais deux ans de cotisation retraite en moins :p
Revenir en haut Aller en bas
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 19 Mai 2008 - 17:50

Bonjour,

Et il y a une solution qui permettrait un excellent financement des universités et aurait aussi l'avantage de responsabiliser les étudiants. C'est de leur faire financer leurs études par l'emprunt.

Pour cela il faut que les remboursements, qu'ils auront à effectuer en rentrant dans la vie active, soient acceptables. C'est très possible.

Il suffit de revenir à une gestion monétaire qui a fait ses preuves, pendant plus d'un siècle, et qui a permis les 30 glorieuses.

Avec une inflation moyenne de 7 %, ce qui devrait satisfaire François Bayrou car il admire la gestion de la VGE qui a laissé une France peu endettée avec une inflation moyenne dépassant 10 % pendant son septennat, et un léger différé de remboursement après la fin de leurs études (1 à 2 ans) avec un taux d'intérêt symbolique (1 à 2%) c'est-à-dire (-5 à –6%) en taux réel et une durée de remboursement de 10 à 15 ans.

Que les matheux fassent leurs calculs, ils verront que c'est très acceptable.

Ceux qui lisent mes interventions peuvent penser que je suis monomaniaque, parce que je réclame en permanencede remettre la monnaie au service du peuple et du progrès.

Avec l'amélioration de l'habitat, l'augmentation du revenu des ménages qui investissent dans leur logement, et les investissements à long terme nécessaires à la préservation de la planète, voilà un domaine où une inflation normale (7 à 8 %) permettrait d'agir efficacement.

Très cordialement

M. C.
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 19 Mai 2008 - 18:03

Prouesse,

Simple remarque pour les futurs ingénieurs,
Il ne suffit pas de trouver des solutions, il faut aussi savoir les expliquer clairement et brièvement et ce éventuellement dans la ou les langues de ses partenaires.
Personnellement, j'ai beaucoup regretté d'avoir trop privilégié le côté scientifique et pas assez celui de la communication.
Cela m'aurait permis de me rendre plus utile et de faire une meilleure carrière.
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
Prouesse

avatar

Masculin Nombre de messages : 2869
Age : 33
Localisation : La Madeleine
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 19 Mai 2008 - 18:50

Je connais le piège et je suis tombé dedans.
C'est bien pourquoi je propose un paquet d'enseignement de base, et que tout ne soit pas au choix.

Pour l'exemple du bac S, pourquoi obliger un élève à suivre une LV2 ? Ne pourrait-il pas, s'il le souhaite, approfondir sa LV1 ?
Je pense par contre que la LV1 devrait être obligatoire, mais cela demande débat.
Quelqu'un qui se destine à rester à un marché purement français (simple exemple), ne pourrait-il pas même oublier la LV1 ? Il aura tout de même les bases depuis le collège (ett parfois la maternelle).

Ce que je regrette, c'est qu'on est pas plus de choix qu'entre 3 grands formats. Et lorsqu'on a enfin le choix en université, il est quasiment trop tard, et certain passeront plusieurs années à essayer, chercher.
Revenir en haut Aller en bas
Tyu



Masculin Nombre de messages : 5
Age : 30
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 19 Mai 2008 - 19:27

Je trouve très infondée l'idée d'échelonner les frais d'inscription selon le nombre d'heures de cours. Cela ne constituerait pas vraiment un système équitable.
Le Confédération Etudiante, jeune syndicat étudiant réformiste, réclame depuis sa création que les frais d'inscription suivent les revenus de la famille, un peu comme l'impôt sur le revenu. Ainsi, on augmenterait les frais d'inscription pour tout le monde, mais bien davantage pour les plus riches.

Quant à l'idée d'encourager (de forcer?) les étudiants qui ont 10, 15h de cours à travailler pour financer l'université, je le trouve encore plus infondée.
Si les heures de cours sont si peu nombreuses dans les facultés, c'est uniquement par manque d'argent. Et les heures de cours supplémentaires que les étudiants devraient avoir (certainement le double), ils doivent les compenser en travaillant leurs cours à côté, et ont aussi des devoirs à faire.
Personnellement étudiant en droit, je dois avoir une vingtaine d'heures de cours magistraux, et 4h seulement de TD pr semaine. Mais à coté, on travaille sur des manuels, on a deux ou trois dissertations fleuves à rédiger par semaine, alors si en plus on nous contraint à travailler à coté...
Revenir en haut Aller en bas
modorange

avatar

Masculin Nombre de messages : 1491
Age : 28
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 26 Mai 2008 - 10:27

Tyu > Le problème à l'université, c'est que tout le monde soutient fièrement qu'il travaille avec acharnement et qu'il ne peut avoir une vie professionnelle à côté.
Quelqu'un qui a 15 heures de cours par semaine, va en avoir en moyenne 3 par jour. Si on ajoute, au grand maximum, quatres heures de travail supplémentaire par jour, on arrive à 7 heures. Cela laisse amplement de la marge à un contrat à temps partiel d'un peu plus d'une dizaine d'heures hebdomadaires, rémunérés de l'ordre de 200-300 d'euros par mois.

L'idée de faire payer les riches plus cher n'est pas bonne selon moi, car il n'y a pas assez de riches en France pour que les revenus réalisés soient importants. Échelonner les frais d'inscription permettrait de dégager plus d'argent.
Comme tu le dis, le manque de TD est du à un manque d'argent. Si l'université a plus d'argent, elle pourra assurer plus de TD et du coup réduire la charge de travail personnelle.

mconstant > L'idée des prêts est intéressante, mais elle pose des problèmes. En France, on n'aime pas le risque. Faire un prêt c'est prendre un risque, ce qui risque de décourager des familles à engager leur fils dans le supérieur. En conséquence, je pense que l'idée du prêt n'est bonne que si le remboursement commence après le premier emploi stable (et s'arrête temporairement à la perte de l'emploi), et non pas dans un délai fixe et arbitraire, quitte à ce qu'il y ait des gens qui profitent du système. Je préfère un système moins rentable, mais qui fasse que les familles auront plus confiance, qu'un système arbitraire mais très économique.
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Modorange
modorange

avatar

Masculin Nombre de messages : 1491
Age : 28
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 26 Mai 2008 - 10:30

Prouesse > La flexibilité dans les lycées, c'est plutôt séduisant. Ça m'aurait beaucoup plu. Mais concrètement, comment fait quelqu'un qui se serait totalement trompé d'orientation ? Il devrait chambouler tous ses enseignements, en commencer depuis le début... ça risque pas de créer un joyeux bordel non ?


Dernière édition par modorange le Lun 26 Mai 2008 - 11:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Modorange
Prouesse

avatar

Masculin Nombre de messages : 2869
Age : 33
Localisation : La Madeleine
Date d'inscription : 29/02/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Lun 26 Mai 2008 - 11:26

Je pense que plus de flexibilité permettrait d'éviter de se tromper d'orientation.

Aujourd'hui, on fait justement Bac S car il regroupe beaucoup de matières, un large éventail pour son choix d'orientation. Mais il perd tout son caractère scientifique. Les programmes de mathématiques ont été constamment revu à la baisse pour permettre aux élèves de travailler d'autres matières, peut-être moins utile pourtant pour leur orientation.

Avec une 2nde large en matières, et la possibilité par la suite de prendre les différentes matières qui nous intéressent, on pourrait alors tenter tout ce qui nous plait avant de choisir sa voix. Un peu de chimie, d'économie et tiens, philo aussi.

Sinon, l'idée de prêt est intéressante, mais a-t-on besoin de l'Etat pour ça ?
N'y a-t-il pas moyen, via une association de mettre un tel schéma en place ? Ou la création d'une banque qui sait.

Par contre, pour le travail, je ne sais pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mar 27 Mai 2008 - 18:08

L'idée de prêts aux étudiants n'est intéressante que
dans le cas où la monnaie est mise au service du peuple, c'est-à-dire quand
elle permet de faire aux étudiants des crédits à taux réel négatif.
Avec la gestion monétaire actuelle, les banques privées qui
financeraient des études supérieures aux étudiants,sur la base des coûts
des grandes universités américaines, auraient toutes les chances
d'en endetter à vie
un bon nombre ce qui est impensable.

Une monnaie au service du peuple est une monnaie qui permet
de réaliser les besoins de la société en les faisant financer par la richesse
dormante. C'est ce que fait l'inflation et c'est pourquoi elle est
honnie par les ploutocrates,
qui ont réussi à en faire confier la gestion
aux banquiers centraux, avec pour seule mission la stabilité,
qui permet la
prédation (taux réel positif) et favorise l'instabilité économique et la
spéculation….
…..Je ne pense pas qu'il faille faire bosser les étudiants
dans les petits boulots parallèlement à leurs études.

Celles-ci doivent leur permettre d'apprendre l'efficacité,
la rapidité et le traitement simultané de sujets variés.

Organiser la vie des étudiants, en y incluant 2, 3 ou 4
heures par jour de petits boulots, serait une grave erreur.
Il est excellent que les étudiants travaillent mais dans le cadre de stages
formateurs en vue de leur carrière professionnelle.

L'intérêt des « Prépas » est d'apprendre à
travailler vite et à s'organiser, mais c'est un régime qu'il serait très
mauvais de continuer au-delà de 2, à la rigueur 3, ans car il est beaucoup trop
polarisé sur des sujets restreints.

Par ailleurs, les cours magistraux dans de grands amphis
devraient être remplacés par des cours sur Internet avec contrôle de
participation des étudiants.
Ceux-ci pourraient dialoguer avec le prof par l'intermédiaire d'une
interface d'assistants qui lui transmettraient les questions les plus posées.
Cela permettrait d'éviter beaucoup de déplacements (perte de
temps et fatigue inutile) et de reporter tous les investissements sur les
travaux pratiques effectués par petits groupes.

Ce n'est qu'une suggestion qui pourrait être approfondie.
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
modorange

avatar

Masculin Nombre de messages : 1491
Age : 28
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mar 27 Mai 2008 - 23:34

"Par ailleurs, les cours magistraux dans de grands amphis
devraient être remplacés par des cours sur Internet avec contrôle de
participation des étudiants.
Ceux-ci pourraient dialoguer avec le prof par l'intermédiaire d'une
interface d'assistants qui lui transmettraient les questions les plus posées.
Cela permettrait d'éviter beaucoup de déplacements (perte de
temps et fatigue inutile) et de reporter tous les investissements sur les
travaux pratiques effectués par petits groupes."

~> Excellente idée !!
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Modorange
Floran

avatar

Nombre de messages : 1955
Localisation : France
Date d'inscription : 13/12/2007

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mar 27 Mai 2008 - 23:55

modorange a écrit:
"Par ailleurs, les cours magistraux dans de grands amphis
devraient être remplacés par des cours sur Internet avec contrôle de
participation des étudiants.
Ceux-ci pourraient dialoguer avec le prof par l'intermédiaire d'une
interface d'assistants qui lui transmettraient les questions les plus posées.
Cela permettrait d'éviter beaucoup de déplacements (perte de
temps et fatigue inutile) et de reporter tous les investissements sur les
travaux pratiques effectués par petits groupes."

~> Excellente idée !!
D'abord tout le monde doit avoir internet. Ensuite, en fac, on controle pas la présence, l'imposait serait malvenu et inutile. Les TD dans la majorité des études, sauf exception, ne coutent rien et ne nécessitent pas de besoins particuliers. Quand on est grand on peut s'adresser au prof ou aux chargés de TD. Et en gros, à part Internet, cette proposition s'appelle le lycée!
Les cours magistraux quand ils sont bien faits sont très pédagogique, la forme importe peu quand le prof est bon.
Revenir en haut Aller en bas
modorange

avatar

Masculin Nombre de messages : 1491
Age : 28
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mer 28 Mai 2008 - 11:59

Sauf que toutes les facultés possèdent une salle informatique avec accès internet.

Les TD coutent... il faut payer le professeur...

"Quand on est grand on peut s'adresser au prof ou aux chargés de TD."
>> Sauf que la plupart du temps ils en ont rien à foutre, se dépêchent de formuler une explication à la va vite et s'en vont vite fait bien fait le plus promptement possible.

"Et en gros, à part Internet, cette proposition s'appelle le lycée!"
>> Ben non... Il n'y a pas de tronc commun, il y a moins d'heures de cours, beaucoup plus d'autonomie etc...

"Les cours magistraux quand ils sont bien faits sont très pédagogique, la forme importe peu quand le prof est bon."
>> Sauf que, mon cher ami, une immense majorité des cours magistraux ne sont que des relectures de fiches préparées, sans aucune explication. Et en plus, en général, le prof va beaucoup trop vite pour que les étudiants puisse noter consciencieusement le cours et écouter les très rares explications/indications de l'intervenant.

La très faible rentabilité des cours magistraux n'est plus à démontrer...
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Modorange
Floran

avatar

Nombre de messages : 1955
Localisation : France
Date d'inscription : 13/12/2007

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mer 28 Mai 2008 - 12:31

modorange a écrit:
Cela permettrait d'éviter beaucoup de déplacements (perte de
temps et fatigue inutile)
Si en suite tu précices, je te cite : "toutes les facultés possèdent une salle informatique avec accès internet." dans ce cas on n'évite pas les déplacements... hum,hum. Puis vaut mieux être 200 dans une salle Internet que dans un amphi???

A te lire, le problème vient des profs aux cours formatés et qui s'en tapent des étudiants et se tapent des étudiantes. Dans ce cas, quelque soit la forme Internet ou pas, un prof nul est un prof nul. Et des chargés de TD nuls sont légions aussi. (j'ai des noms,lol)

Prendre en note un cours, c'est pas compliqué, j'ai su le faire, c'est bien la preuve!

Ensuite, faire les cours sur Internet je ne vois en quoi cela permet de "reporter tous les investissements sur les travaux pratiques effectués par petits groupes", où est le gain financier, d'autant s'il faut financer des GRANDES salles informatiques.

"Il n'y a pas de tronc commun, il y a moins d'heures de cours, beaucoup plus d'autonomie etc..." Si tu veux rajouter des TD, y'aura plus de cours et moins d'autonomie, comme au lycée.

Je ne pense pas que le problème de l'Université soit les cours magistraux. Les TD m'ont ennuyé, pris du temps sur ma semaine et pas appris grand chose...
Revenir en haut Aller en bas
modorange

avatar

Masculin Nombre de messages : 1491
Age : 28
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/01/2008

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Mer 28 Mai 2008 - 17:53

Floran a écrit:
modorange a écrit:
Cela permettrait d'éviter beaucoup de déplacements (perte de
temps et fatigue inutile)
Si en suite tu précices, je te cite : "toutes les facultés possèdent une salle informatique avec accès internet." dans ce cas on n'évite pas les déplacements... hum,hum. Puis vaut mieux être 200 dans une salle Internet que dans un amphi???

Sauf que c'est pas moi qui ait écrit ça...

Floran a écrit:
A te lire, le problème vient des profs aux cours formatés et qui s'en tapent des étudiants et se tapent des étudiantes.

J'ai pas dit ça, là tu carricatures.

Citation :
Dans ce cas, quelque soit la forme Internet ou pas, un prof nul est un prof nul. Et des chargés de TD nuls sont légions aussi. (j'ai des noms,lol)

Sauf que au moins, si le cours est sur internet, tu n'as pas à gérer les frais de fonctionnement du cours. Donc quitte à avoir un prof nul, autant que ça coute le moins cher.

Citation :
Prendre en note un cours, c'est pas compliqué, j'ai su le faire, c'est bien la preuve!

Sauf que quand ça va trop vite c'est strictement impossible de le faire rigoureusement.

Citation :
Ensuite, faire les cours sur Internet je ne vois en quoi cela permet de "reporter tous les investissements sur les travaux pratiques effectués par petits groupes", où est le gain financier, d'autant s'il faut financer des GRANDES salles informatiques.

Les salles informatiques existent déjà.
Et ça permet une plus grande flexibilité dans les horaires, ça diminue les frais de fonctionnement de l'établissement... ce n'est pas rien.

Citation :
Je ne pense pas que le problème de l'Université soit les cours magistraux. Les TD m'ont ennuyé, pris du temps sur ma semaine et pas appris grand chose...

Les TD sont un complément du CM à la base. Dans ma filières ("Biologie") ils sont très importants.
Revenir en haut Aller en bas
https://twitter.com/Modorange
Floran

avatar

Nombre de messages : 1955
Localisation : France
Date d'inscription : 13/12/2007

MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   Jeu 29 Mai 2008 - 17:58

Excuses-moi mais ton "excellente idée" fait que tu approuves cette idée et participe à son paradoxe, de dire faisons pas internet pour ne pas bouger, et allons à la fac pour les écouter dans la salle informatique. Ce n'est pas tes propos, certes, mais tu les approuves.

Ensuite, dans une salle (avec des casques), on doit mettre les premières, deuxième, troisième, quatrième,cinquième années, voire plus, ainsi que les étudiants voulant avoir accès au net "juste comme ça". Je confirme que les salles sont matériellement trop petites, ou il faut me donner l'adresse de l'Université.

On peut, certes dématérialiser les cours, on peut très bien aussi donner une clé USB le jour de l'inscription et lui dire "Tiens et viens aux TD qui ton géniaux car on a un budget". Budget? faire des salles informatiques coutent en frais fixes...comme un amphi voire plus.

La flexibilité, un plus sans doute mais je ne vois pas comment cette dématérialisation des cours va entrainer une flexibilité, si c'est le cas pourquoi pas. Juste je ne vois pas comment. L'idée consiste à passer le cours en direct sur le net, à moins qu'on le mette sur le net come un film.

On peut moderniser les cours magistraux (permettre aux profs de mettre des images etc..) mais les difficultés des universités en France ne sont surement pas liés à cela, c'est observer le problème de manière restreinte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Universités, quelques pistes de réforme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Universités, quelques pistes de réforme
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [mesure Sarko] la réforme des universités
» Quelques informations sur le nouveau permis de conduire
» salon forme, mode et beauté à Dijon
» Prérequis de l'université
» Université populaire du Mouvement Démocrate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Débats et projets :: Programme du Modem - Boite à idées-
Sauter vers: