Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez
 

 [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant
AuteurMessage
juju41



Nombre de messages : 42846
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 9:49

20 mai 2008
Sarkozy : la rédaction de Marianne "convoquée" pour rencontrer un fou à l'Elysée
"Convoquée" n'est, en réalité, pas le mot qui convient le mieux. Disons que quand la rédaction de Marianne, qui titrait il y a deux semaines "Putain, quatre ans...", est conviée en les personnes de Maurice Szafran (directeur) et de Nicolas Domenach (directeur adjoint de la rédaction) à rencontrer le chef de son Etat dans son bureau, pour une explication en règle d'une politique à laquelle les deux journalistes n'auraient rien compris (comment oseraient-ils en remettre le bien-fondé en question, dans le cas contraire ?), l'invitation ne se refuse pas : Sarko veut faire le paon devant deux journaleux qui, on s'en doute, ont des choses bien plus importantes et intéressantes à faire que de rencontrer un mégalo dans son burlingue ? Tant pis. Il faut tout laisser en plan, faire mine de considérer comme un honneur, voire comme un privilège rarement accordé, l'invitation du maître au château et s'y rendre. Même si l'on sait qu'on devra passer l'essentiel de son temps à la boucler, le paon n'aimant guère être interrompu, puisqu'il n'apprécie déjà pas qu' "on" parle quand il a décidé de faire la roue...

Pas ainsi que Nicolas Domenach a présenté ce qu'il semble avoir, au fond, considéré comme une corvée qu'il était nécessaire de remplir, mais on n'en était pas loin quand le directeur-adjoint de la rédaction de Marianne a informé, en préambule, les spectateurs du Petit Journal de Canal Plus qu'il devait commencer son récit de sa visite avec Szafran le matin même à l'Elysée par la diffusion d'une nouvelle d'une importance CRUCIALE pour le moral des Français : CA Y EST (!!!), le tapis Louis XIV qui trônait dans le bureau du chef de l'Etat, et qui était en réparation depuis une éternité, est enfin réparé ! Le petit Nicolas peut donc sautiller dessus, s'y allonger pour péter dans le tissu, ou même se cacher dessous pour déconner en attendant l'entrée d'un visiteur qu'il veut surprendre, comme l'improbable gamin qu'il n'a jamais cessé d'être (on polibloguise un peu le récit, hein) ! Consternation...

Vient ensuite un récit, plus détaillé, de l'entrevue, avec peu de temps après l'introduction de Szafran et de Domenach dans le bureau du président la vision d'un Sarkozy qui s'agite tellement qu'on l'imagine très bien aller et venir dans son bureau, ou rebondir sans cesse sur son siège, se gargarisant de ce qu'il voit comme une liste de travaux accomplis (les douze... mille travaux de Sarkozy), assommant littéralement Szafran et Domenach avec un invraisemblable Barnum de réalisations qui, sans lui, n'auraient jamais seulement été ébauchées (!) : "Et telle réforme ! Et telle autre ! Et celle-là, aussi ! Et celle-là encore !!! C'est du pipi de chat, ça ? HEIN ?".

Szafran et Domenach restent complètement ahuris. Abrutis, en fait, sonnés comme deux boxeurs qui viendraient de prendre une rafale de directs au menton, sidérés, étouffés, étranglés presque par le comportement du personnage, qui ne parle que pour lui, mais aussi par l'incroyable déferlement, la salmigondis de sarkouillonnades qui s'abat sur eux et les engloutit avant de les noyer instantanément, aussi sûrement que le mur d'eau d'un tsunami.

Pas le temps de prendre des notes (on suppose), pas le temps de poser la moindre question qu'on "voudrait" poser (on le comprend), Sarkozy est sur une autre planète. Où l'homme, dont on sent bien que Nicolas Domenach commence à le voir comme un taré d'un calibre jamais vu auparavant, se dépeint comme un super-héros, résolvant, terrassant les problèmes à la vitesse de l'éclair, et s'attaquant non pas à 1.000, mais à 10.000 chantiers en même temps ! Domenach ironisera d'ailleurs (grosso modo) : "quelque chose ne fonctionne pas ?" (Il y a une merde quelque part ? Il y a une couille dans le potage dans tel dossier, dont on ne parle pas ces jours-ci ?) "A chaque fois, C'EST, BIEN ÉVIDEMMENT, PARCE QUE NICOLAS SARKOZY NE S'EN EST PAS (encore) OCCUPÉ !"

...

Le délire complet... Plus on entend Domenach parler, plus l'ahurissement, voire l'effroi (?) de ce dernier gagnent le téléspectateur, car le récit est rapide, dense, varié. Comme a dû l'être le numéro du paon, sauf que là on ne parle plus de déconner, mais de faire une chronique de journaliste. Alors bilan riche en détails, qui amènent celui qui écoute Nicolas Domenach, pendant son passage au Petit Journal, à se demander si en parlant de Sarkozy, qui porte le même prénom que lui, Domenach n'est pas en train de parler d'un gars qui aurait pris un gobelet entier de comprimés de PCP en les faisant fondre sous la langue, ou du cas, plus problématique encore, d'un schizophrène non diagnostiqué, que des Français maintenus dans l'ignorance auraient porté à la plus haute responsabilité de l'Etat, seul un nombre restreint de personnes n'ayant pu que découvrir, au moins depuis le 19 mai 2007, que Nicolas Sarkozy souffrait, sans rire, d'une maladie mentale.

Mon sentiment en tout cas : les propos de Nicolas Domenach évoquaient tout à fait ceux qu'aurait pu tenir un psychiatre chargé d'évaluer le niveau de dangerosité d'un sociopathe, ou ceux, non moins inquiétants, d'un vieux routier de la criminologie, rencontrant pour la première fois de sa carrière un spécimen authentiquement unique, écoutant par exemple, avec autant d'horreur que d'effarement, le gourou d'une secte d'égorgeurs ayant des dizaines de victimes à son actif lui dérouler une litanie hallucinante de principes pseudo-théologiques dans lesquels il serait le seul à croire vraiment...

Si, dans l'émission de Canal Plus, Nicolas Domenach s'est employé à enrober un discours, jamais vraiment discourtois à l'endroit du chef de l'Etat, de petits clins d'oeil aux esprits affûtés dont il a le secret, on n'a pas pu s'empêcher de sentir poindre, derrière l'ironie de la situation décrite, la terreur, ravivée sans doute à chaque rencontre, mais parfaitement maîtrisée aujourd'hui, d'un homme qui pour la énième fois donnait le sentiment d'avoir rencontré un fou. Un vrai, pas de la catégorie de ceux qui font sourire un monde qui les tolère parce qu'ils l'amuse par leurs excentricités, mais plutôt le genre de déments qui effraient l'homme normal, quand face à quelqu'un qui est complètement incohérent, et qui est de plus en plus agité, on se demande avec une angoisse qui ne cesse de s'amplifier si la situation ne va pas dégénérer définitivement à chaque seconde qui suit. Et si, une fois la porte fermée, on a sans doute pu trouver tout ce qu'on voulait dans le bureau du président de la République Française, en fonction des époques, on n'y a encore jamais vu de camisole de force, à portée de main des visiteurs du Roy en cas de "crise" de ce dernier.

Nicolas Domenach n'a pas dit s'il aura été jusqu'à veiller, avec le même genre d'angoisse, à ce que que l'autre Nicolas ne se saisisse pas d'un coupe-papiers qui aurait pu être posé sur son bureau, pour l'agiter frénétiquement en l'air en continuant à parler à haute voix (toujours pour lui-même), tout en faisant constamment des pas rapides dans une sorte de course dénuée de sens autour de son bureau et de ses hôtes, mais à écouter la description faite par le journaliste de la rencontre qui les a réunis lui, Maurice Szafran et Nicolas Sarkozy, on se demande si le dernier des trois ne "devrait" pas être hébergé dans un centre comme celui dont il a lui-même annoncé l'ouverture à Lyon en 2008, où l'on tiendra sous bonne garde des dizaines d'individus présentant un potentiel de danger jugé trop élevé pour les renvoyer dans la "société".

Parlons-nous ici d'autres Nicolas Sarkozy ? Domenach ne dira pas un mot sur le sujet. Pas nécessaire pour ceux qui ont l'habitude de l'écouter, et qui doivent bien avoir remarqué, depuis le temps, dans ses chroniques du Petit Journal de Canal Plus ou ailleurs, qu'entre ce que Nicolas Domenach dit et ce qu'il faut entendre, il y a toujours une marge, une part d'ombre faite de choses qui ne peuvent pas se dire, et qu'il ne dit donc jamais. Mais qui s'entendent quand même !


http://poliblog.canalblog.com/archives/2008/05/20/9246465.html
Revenir en haut Aller en bas
signora

signora

Féminin Nombre de messages : 17197
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 10:04

Le délire complet ! il n'est qu'à voir sa colère lorsque l'afp n'a pas souhaité reprendre SON titre de dépêche concernant l'affaire SRoyal "Travailler plus pour gagner moins..."
Demande de comptes à l'afp...
Idem à l'Express...

Pour l'affaire ségo IL est allé jusqu'à appeler Raffarin en voyage en Chine afin de le faire intervenir ! Franchement il n'a pas d'autres occupations plus sérieuses ?

Ou se trouver face à Ségo une deuxième fois lui ferait-il peur ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 10:18

signora a écrit:
Le délire complet ! il n'est qu'à voir sa colère lorsque l'afp n'a pas souhaité reprendre SON titre de dépêche concernant l'affaire SRoyal "Travailler plus pour gagner moins..."
Demande de comptes à l'afp...
Idem à l'Express...

Pour l'affaire ségo IL est allé jusqu'à appeler Raffarin en voyage en Chine afin de le faire intervenir ! Franchement il n'a pas d'autres occupations plus sérieuses ?

Ou se trouver face à Ségo une deuxième fois lui ferait-il peur ?

Peur, je ne sais pas. Mais ce serait une concurrente sérieuse pour 2012, bien mieux préparée et plus aguerrie qu'elle ne l'était en 2007. D'où son intérêt à peine voilé pour Bertrand Delanoé qui ferait selon lui un meilleur adversaire, plus facile à battre.

Et il y a un autre concurrent de 2007 dont il aimerait bien être débarassé pour 2012, un concurrent dont il n'a pas vu venir la montée et qui, s'il avait été face à lui, aurait pu le battre : ce concurrent, c'est François Bayrou.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 10:24

agoravox par Tao David
lundi 19 mai 2008


L’ère Sarkozy et le triomphe du cynisme
Ces derniers temps, beaucoup de gens ont été choqués par les attaques en règle de l’UMP et de Nicolas Sarkozy contre les faibles (franchises médicales, pénalités contre les chômeurs, réemploi de retraités), contre les familles (carte famille nombreuse et allocations familiales), contre les morts et les ambulances (Mitterrand et Chirac…), contre les enseignants et leurs syndicats comme le rapporte Le Canard enchaîné… Concernant les derniers, c’est ce qui explique la provocation présidentielle sur le service minimum le soir de la grève suivie de manifestation du jeudi 15 mai. Et le président n’est pas le seul à faire dans la provocation et l’arrogance en ce moment : Xavier Darcos a ainsi déclaré que les grèves et les défilés ne changeront rien à ses décisions péremptoires, traitant au passage les lycées de bouffons ; quand Santoni propose, lui, un brin moqueur, des brassards à la japonaise aux enseignants grévistes. A quoi il faut ajouter le soutien éhonté aux dictateurs prédateurs (Chine, Tunisie, Tchad…).

Pour tous les honnêtes gens qui ne saisissent pas encore le soubassement idéologique marquant de ce régime, ces comportements paraissent incompréhensibles, irrationnels, voire contraires à la morale la plus élémentaire. Or, quand on comprend la philosophie qui opère à travers ces agissements détestables, tout est d’une clarté et d’une logique implacables. Le maître mot du régime semble être en effet le cynisme. Le leitmotiv du parti UMP et du président (qui n’arrive pas à s’en détacher pour être le président de tous les Français) semble être : « Quoi que vous pensiez, quoi que vous fassiez, nous n’en avons cure ! Nous écraserons les pauvres et nous nous inclinerons toujours devant le riche et le fort. Que cela soit entendu partout où besoin sera ! » Je vais essayer de démontrer, ci-dessous, cette thèse a priori polémique que j’avance, mais qui à vrai dire est soutenue par les faits.

Observateur attentif de la politique française, depuis un an, j’ai eu, comme beaucoup d’autres, un étrange sentiment sur l’action et le comportement de M. Sarkozy et de son gouvernement. La tendance lourde est au cynisme. Ce « scandale spirituel et moral » consistant, selon Peter Sloterdijk, à se montrer intraitable avec les pauvres et les faibles, doux et compréhensif avec les riches et les forts.


Dans sa Critique de la raison cynique, parue en 1983, en Allemagne, publié Chez Christian Bourgeois en 1987, le philosophe allemand, analyse magistralement ce fléau des temps modernes. Pour lever l’équivoque à l’égard de la philosophie cynique de la Grèce antique, il établit une nette distinction entre le cynisme ancien (kunisme) et le cynisme moderne. Tandis que le kunisme, héritage diogénien, était à la fois le rire satyrique, l’insolence révoltée, l’ironie transgressive, l’impertinence agissante, la provocation obstinée du faible contre l’immoralité des forts, le cynisme, lui, désigne l’attitude du fort tombant le masque, pour sourire narquoisement au faible tout en l’opprimant. Le kunique transgressait la morale dans le but de la sauver, le cynique, imbu de son sentiment de noblesse et de sa supériorité, s’arrange avec sa conscience et se moque de toute morale. L’exemple illustratif de ce mépris cynique vis-à-vis du faible, c’est l’attitude attribuée à Marie-Antoinette au moment des soubresauts révolutionnaires contre Louis XVI. S’étant enquise des raisons de l’agitation populaire, la Reine s’est vue répondre : « le peuple a faim ; majesté, il n’a pas de pain ». La réplique de la cynique a été : « Si le peuple n’a pas de pain, pourquoi ne mange-t-il pas des brioches ? » Ceci est un résumé saisissant de l’esprit cynique.

Après ce préambule, je voudrais montrer en quoi le régime de M. Sarkozy accomplit ce triomphe du cynisme moderne actuellement.

Depuis l’entrée en fonction de M. Sarkozy, on se rend compte que sa campagne électorale a été une accumulation de promesses intenables, un foisonnement de discours simplistes et d’argumentaires à l’emporte-pièce dont le but était juste électoral et enfin un cafouillage idéologique voulu et savamment orchestré. Au final, on peut dire que les Français ont été trompés de bout en bout. Vous me direz « ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes ». Soit !

On dit, a posteriori, que ce flou idéologique a été l’œuvre de H. Guaino, l’idéologue du président. Mais est-ce à l’insu du plein gré de M. Sarkozy. On peut sincèrement en douter. Toujours, est-il, qu’à deux, ils ont instrumentalisé, par exemple, les leaders historiques de la gauche tels que Jean Jaurès, Léon Blum et même Mitterrand. S’il faut leur concéder que Blum et Jaurès appartiennent à l’Histoire de la France, donc à tous, on peut leur rétorquer que ces leaders sont à prendre avec les valeurs et les œuvres qui ont été les leurs. On ne peut les prendre uniquement comme des marchandises à la sauce libérale, comme cela a été le cas pendant ces présidentielles. En effet, si ces derniers étaient chers au cœur de M. Sarkozy, il aurait pu au moins donner leur nom à un square ou à une rue dans sa riche municipalité de Neuilly. Mieux, il aurait, après son élection, protégé les acquis sociaux et politiques, par exemple, de Blum : 39 heures et congés payés, Sécurité sociale pour tous... Au lieu de cela, M. Sarkozy a entrepris de détruire systématiquement ces acquis. Comme dirait Julien Dray, M. Sarkozy aime les leaders de gauche lorsqu’ils sont morts et bien morts, lorsque les valeurs dont ils ont été porteurs se détricotent. Blum et Jaurès sont juste revendiqués par rapport à la lettre, mais pas aux actes.

Il est vrai qu’il récupère aussi des hommes de gauche (politiques et intellectuels) de leur vivant : ex. : André Glucksmann, qui voyait en Sarkozy : le "seul candidat aujourd’hui à s’être engagé dans le sillage de cette France du cœur, qui soutint les boat people vietnamiens, Solidarnosc, les dissidents russes ou les Tchétchènes". Mal lui en a pris, car, sitôt l’élection gagnée, le nouveau président est entré en idylle avec Poutine, dont il disait, pendant la campagne ne pas vouloir serrer la main. Dans les faits, notre président fonctionne depuis son élection suivant une maxime toute simple : « tendre avec les riches et les puissants, dur avec les faibles et les pauvres ».

Ce fonctionnement se vérifie en politique nationale, sur le plan de la politique économique et sociale, mais aussi dans les relations internationales.



Sur le plan national : Nicolas Sarkozy qui a battu campagne, comme candidat des vraies gens, des ouvriers et des sans-voix, n’a rien trouvé mieux à faire qu’à leur faire des pieds de nez : la nuit de son élection, c’est le Fouquet qu’il a choisi pour recevoir ses amis : entre autres, Bernard Arnault, Bouygues, Bolloré, Johnny Hallyday, Christian Clavier, Jean Reno, Bigard... Cela était en soi une indication sur la classe sociale pour laquelle le président entendait gouverner.

Dans la même semaine, c’est un modeste yacht, de son ami Bolloré, louable à 173 000 euros la semaine, en basse saison, que le président a choisi pour sa pause monacale, « pour, disait-il, habiter la fonction ». Passons sur les contreparties éventuelles pour un tel cadeau. Le nouveau président avait vite fait savoir, sans convaincre, il est vrai, que Bolloré n’avait aucun contrat avec l’Etat. Ce qui s’est révélé faux, puisque les tourniquets du métro parisien viennent de chez Bolloré. Mieux, Bolloré, qui exploite le bois africain est le quasi-relais de l’Etat français en Afrique, comme Bouygues le représente dans les secteurs des eaux et les télécommunications ivoiriens et autres... Pour couronner tout, le nouveau président a choisi la station estivale huppée de Wolfeboro (nord-est des Etats-Unis), dans une villa louée par ses amis à 30 000 dollars/semaine, pour, disait-il, « découvrir l’Amérique profonde ». A l’époque, son salaire mensuel, son argent de poche, toutes ses charges étant prises en charge par le Trésor public, était en gros de 6 000 euros par mois. Là aussi, on ne peut ne pas penser à des contreparties.


Sur le plan économique : la première mesure du président est symptomatique également. Le paquet fiscal a été un cadeau indécent fait aux plus riches de la société. A considérer même que les heures supplémentaires puissent bénéficier aux salariés, on peut dire que le paquet fiscal est le moyen par lequel le président soigne le cœur de son électorat, sa classe sociale : les grandes fortunes. On verra d’ailleurs que la suppression de fait de la durée légale du travail, annoncée par le président, le 28/11/2007, à travers la possibilité donnée aux entreprises (employeurs et employés) de négocier la sortie des 35 heures, va rendre caduques les heures supplémentaires. Si la durée légale n’existe plus, cela signifie que tout est permis, comme avant la Libération. Alors, il sera démontré, que le fameux « travailler plus pour gagner plus » ne signifie rien d’autre que travailler sans limite pour gagner moins.


Réforme des régimes spéciaux des retraites : pendant que le gouvernement et le président faisaient passer les chemineaux pour des privilégiés, car pouvant aller en retraite à 55 ans, avec environ 1 500 € mensuels, M. Sarkozy augmentait son propre salaire de 207 %. Et ne pouvant pas penser un instant qu’il n’a pas pensé à cette coïncidence, la conclusion est simple : « pensez ce que vous voulez, je vous em... ».

Pareil pour la promesse non tenue d’augmenter le pouvoir d’achat des plus pauvres, le Smic et les petites retraites notamment.


Non content de leur refuser toute augmentation, le président et son gouvernement transforment les pauvres en vaches à lait. Les franchises médicales introduisent la solidarité entre les malades et non plus entre les biens portants et les malades. C’est inéquitable à souhait. La redevance télé est désormais réclamée aux retraités de plus de 65 ans... A 50 % certes, mais cela reste une régression. Ces retraités ont pourtant voté en masse M. Sarkozy. C’est une drôle de façon de les en remercier. C’est cynique disons ! Dans la société sarkosyste du « travailler plus pour gagner plus », une chose est désormais sûre, chacun devra vivre pour travailler ! Notamment tous ceux qui n’auront jamais assez de salaire pour vivre dignement. Dans cette société du culte du travail pour le grand nombre désargenté et du culte de l’argent pour un petit nombre méritant, les pauvres, englués dans leur quotidien miséreux et laborieux, n’auront guère plus de temps de construire des relations sociales encore moins de solidarité de lutte ; ils ne peuvent que laisser les élites (économiques et politiques) fortunées, jouir de leurs richesses, acquises pourtant grâce à la force de travail des innombrables infortunés. Plus de société de loisirs et de congés pour tous, plus de durée légale du travail, plus donc non plus d’heures supplémentaires, pourtant promises à coup de slogans et de publicités... Plus de vie sociale... Ainsi se réinstaurera la société de classes naturelles dignes du XIXe siècle.

suite après
Revenir en haut Aller en bas
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 10:24

Sur le plan social, la gestion des émeutes de Villiers-Le-Bel révèle la facette cynique du président. Revenu de Chine, à l’époque, il déclara, tel un père fouettard que les émeutes « ont à voir avec la voyoucratie et non avec la crise sociale ». En confondant tous les émeutiers, sans la moindre nuance, comme à son habitude, avec les tireurs de policiers, le président sait qu’il est dans la fausseté mais il n’en a cure. Car la Vérité n’est pas un concept admis dans l’idéologie cynique ; la justice et l’équité non plus d’ailleurs.

La suite le démontrera. Le président a sommé le ministère de l’Intérieur de mettre tous les moyens, sous-entendus, légaux ou pas, pour retrouver les tireurs de policiers. Quelques jours plus tard, la police, tract à l’appui, mettait sur pied la prime à la délation. On se croirait aux Etats-Unis d’Amérique aux temps du Far-West. Mais, lors de ce discours, aucune incitation à faire la lumière sur l’événement déclencheur des émeutes n’a été signifiée par le président. La suite, on la connaît puisque le 18 février, à 6 heures du matin, ce sont 1 200 policiers, accompagnés de centaines de journalistes et caméras, qui investissent Villiers-Le-Bel et ses environs pour arrêter 33 suspects donnés par les délateurs rémunérés. Pendant ce temps, aucune nouvelle sur l’avancement de l’enquête concernant les deux jeunes morts lors de la collision de leur moto avec la voiture de police. Accréditant du même coup la thèse du deux poids deux mesures. Soupçons d’autant plus légitimes que l’enquête bâclée de la police, quelques heures après l’accident meurtrier, n’a pas donné un gage d’impartialité des services de police dans cette affaire. Or, on sait qu’à chaque « bavure » policière, l’enquête approfondie a presque toujours été en contradiction flagrante avec les conclusions de la police.

Il ne faut pas se méprendre sur ce que je veux dire. Qu’il soit dans tous les cas clair, on n’a pas le droit d’utiliser des armes à feu contre les policiers (ni sur quiconque d’ailleurs) qui dans leur grande majorité remplissent leur mission avec courage et abnégation. Les policiers ont d’ailleurs fait preuve de leur sens républicain élevé et d’un sang-froid remarquable en ne ripostant à aucun moment face aux coups de feu les visant. Cela doit être salué.

Cela étant dit, il faut éviter de donner à ces populations des « ghettos » le sentiment de deux poids deux mesures. Devant un tel sentiment tout autre population se révolterait. On a vu des députés, qui ne sont pas les pires voyous, protester à l’Assemblée nationale, contre la dépénalisation des affaires. Effectivement, quel sens de la justice donne-t-on aux gens lorsqu’on enferme à tour de bras les petits délinquants des quartiers défavorisés, à la moindre incartade, quand on fait la chasse aux criminels fraudeurs aux allocations familiales et aux indemnités de chômage, quand au même moment, on absout les crapules aux cols blancs de détournement de millions, voire de milliards d’euros ? Mais raison cynique oblige, c’est toujours facile d’être sévère avec les gens de peu qu’avec les riches.

A moins de vouloir une réplique rapprochée des émeutes du 25 novembre, on ne pouvait pas ne pas se presser de réparer la première fausse enquête de police. Il est vrai qu’on est habitué maintenant à cette attitude absurde de la part de l’Etat et de la police. Lors des événements graves de 2005 aussi, l’enquête sur l’électrocution des adolescents avait été également truquée par la police afin de disculper les policiers. On sait ce qui est arrivé.

Plus généralement, la justice sous le président Sarkozy consiste à enfermer les petits délinquants (loi sur la récidive, loi sur les criminels dangereux, fichage généralisé), à enfermer, en dehors de toute considération de justice, les malades mentaux et les petits trafiquants et à contrario d’absoudre les grands voleurs du cac40 et plus généralement le monde des affaires que chérit le président.

Rachida Dati, maîtresse d’œuvre de la nouvelle politique judiciaire, affirme qu’elle entend mettre sur pied un Etat de sûreté, afin de permettre aux honnêtes citoyens de profiter de leurs biens. Devant le tollé, elle avait fini par dire que si les délinquants sexuels ne se faisaient pas soigner, ce sera la prison définitivement. Mais si c’est derniers sont reconnus ainsi malades, n’est-ce pas à la société, au moment de leur condamnation, de prescrire en même tant que la sentence les condamnant l’obligation de soins ? Seulement, si l’on rapproche les attendus de cette énième loi anti-récidive de ce que le candidat Sarkozy affirmait, aux présidentielles, quant au caractère génétique de la pédophilie et des assassins d’enfants, on comprend que l’obligation de soin n’est qu’un alibi. Encore du cynisme !


Sur le plan des relations internationales : on se rappelle les railleries contre Ségolène Royal lors de sa visite en Chine au moment de la campagne présidentielle. M. Sarkozy avait indiqué que cela était indécent. Celui qui disait avoir un dégoût à serrer la main de Poutine n’a eu aucun problème, juste dans son premier mois de règne, à embrasser et tapoter Poutine dans le dos lors de son premier sommet de G8. Deux mois plus tard, il se rendait en Russie en visite officielle et, sept mois plus tard, il était, seul avec le président du Kazakhstan et Mahmoud Ahmadinejad d’Iran, à féliciter Vladimir Poutine pour le hold-up électoral de son parti aux dernières législatives russes. André Glucksmann, même légèrement sénile, l’apprendra à ses dépens lui qui a soutenu le candidat Sarkozy parce qu’il était le seul à pouvoir s’opposer à Poutine et à défendre les Tchétchènes. Sept mois plus tard, on est abasourdi de voir celui qui disait naguère, en campagne, « avec moi, la France sera du côté des opprimés du monde », à cirer les bottes de Bush, Poutine, les autorités chinoises, et surtout dérouler les tapis rouges et ouvrir les palais de la République à Kadhafi, tortionnaire des infirmières bulgares et du médecin d’origine palestinienne, qui se rendent compte qu’ils ont servi de monnaie d’échange. Il est pourtant prédateur du peuple libyen depuis près de quarante ans.

Mais, là aussi, c’est la même logique cynique qui opère : dur avec les faibles et les pauvres, doux avec la racaille argentée et les puissants, sans aucun égard aux peuples. Le même homme qui va encenser l’Amérique de Bush, qui félicite le tsar Poutine, qui rend visite au timonier Hu Jintao, donne le certificat d’historicité à l’Afrique blanche, fait un triomphe républicain à Khadafi, est le même qui va à Dakar insulter l’Afrique et l’homme noir. Passons sur l’ignorance et le mépris affichés à l’égard de l’Afrique, de son histoire et de ses civilisations.

Et lorsque les intellectuels africains protestent contre l’insulte, ils sont traités par l’idéologue du prince cynique de pseudo-intellectuels, incapables de comprendre une pensée politique profonde. Lui et son maître, si prompts à dénoncer la pensée unique, en France, se sont octroyé le droit quasi divin de tirer des conclusions aussi définitives que péremptoires sur ce qu’est l’Afrique, son histoire, ses civilisations, mais aussi sur ce qu’est l’homme africain. Juger de la prétention du personnage. Les pseudos-intellectuels sont entre autres : Achille Mbembé, universitaire camerounais enseignant aux Etats-Unis et en Afrique du Sud, Alpha Oumar Konaré, historien et ancien président du Mali, Adame Ba Konaré, historienne reconnue et épouse du président Konaré, Amadou Motar Mbow, ancien secrétaire général de l’Unesco, en France, même Dominique de Villepin, Benjamin Stora, Bernard Henri Lévy et tant d’autres... Tous ces gens n’ont aucune importance aux yeux du grand idéologue qu’est Henri Guaino, dont on ne connaît, par ailleurs, pas de travaux intellectuels dignes de ce nom.


On peut dire que M. Sarkozy, qui, naguère, commençait ses discours en disant : « je ne vous trahirai pas, je ne vous mentirai, je dis ce que je fais et fais ce que je dis » depuis douze mois fait exactement le contraire de ce qu’il avait promu. Et la presse étant amnésique depuis fort longtemps, personne ne le met devant ses contradictions. Surtout pas PPDA et Chabot, ses intervieweurs et complices attitrés, véritablement ectoplasmes journalistiques dénoncés comme tels d’ailleurs par le même Sarkozy, en privé, quelques jours après son interview.

A l’Afrique, il avait notamment promis de rompre avec la Françafrique, c’est-à-dire avec le soutien des potentats locaux et les chefs d’Etat prédateurs. Que fait-il ? Il s’accoquine tout simplement avec Omar Bongo, Sassou Nguésso, Abdoulaye Wade, Khadafi, Ben Ali, Deby, qui sont tous loin d’être des exemples de démocrates. Le super machin, Eurafrique, qu’il propose de mettre sur pied à la place de l’ancien machin françafricain, ne sera rien d’autre, dans ce contexte, qu’un autre instrument de domination (Jean-Marie Bockel, éphémère ministre - dit de l’ouverture - de la Coopération, qui avait cru aux promesses de ruptures du candidat l’apprendra à ses dépens...)

A l’égard de l’Afrique, le cynisme atteint encore des sommets inégalés. Notamment avec la nouvelle loi sur l’immigration et son test ADN exclusivement dédié à l’Afrique, pour ne pas dire aux Noirs. Cette loi dite d’immigration choisie stipule entre autres : de l’Europe de l’Est, on ne prendra que des personnes sans qualification et des manuels ; de l’Afrique, elle entend recruter des personnes hautement qualifiées, universitaires, chercheurs, ingénieurs et autres. Quelle hypocrisie, alors ! En effet, c’est le même qui, au Sénégal, en juillet 2007, déplorait la fuite des cerveaux en bonne intelligence avec Me Wade, forge des lois pour piller l’Afrique de ses ressortissants les plus qualifiés. Il y a en fait une visée insidieuse dans cette répartition des emplois : blanchir l’immigration par le personnel non qualifié de l’Est et garder une petite immigration noire qui ne dérangerait pas et qui s’intégrerait facilement eu égard à son niveau social.




Le monde néolibéral, pour ne pas dire bourgeois, que nous propose le président le plus fan de l’Amérique sera un monde où la classe des puissants et des riches s’allieraient pour bien exploiter et sucer le sang des sans-grades de tous les continents. L’idylle de notre président avec les grands affairistes français, avec les plus grands dictateurs tels que Poutine, Hu Jintao, Bongo, Ben Ali, Kadhafi, Deby… préfigure ce monde de la solidarité mondialisée des classes dominantes. C’est pourquoi, c’est à pouffer de rire que d’entendre le président et son idéologue, H. Guaino, nous parler de politique de civilisation et des valeurs morales et religieuses. Le cynisme est en effet aux antipodes des valeurs, de la morale et de l’idée de civilisation au sens de la sociabilité et du vivre mieux ensemble. En réalité, les nouvelles lubies du président, que ce soit la suppression de la Pub des médias publics, la politique de civilisation ou la rengaine sur les apports de la religiosité ou de la spiritualité à la civilisation, ne sont qu’autant de cache-misère. C’est l’écran de fumée qui vise à cacher le désert d’action notamment en faveur du pouvoir d’achat des Français et les trop nombreuses fausses promesses de sa campagne. Si tôt évoqués, ces thèmes sont d’ailleurs immédiatement chassés par de nouvelles fausses pistes.

Il n’y aura qu’une réaction concertée des pauvres et des faibles en face qui pourrait enrayer cette marche macabre. Et cela sera très difficile, pas seulement parce que les puissants ont les médias et la force avec eux, mais aussi parce que le cynique, même puissant, se posera toujours en victime d’un coupable imaginaire. Pour M. Sarkozy, qui est pourtant le dépositaire actuel de toute la puissance de l’Etat, le mal c’est la pensée unique, le pouvoir intellectuel gauchiste, Mai-68, les journalistes aigris, sa rivale malheureuse aux présidentielles, ses prédécesseurs (Mitterrand et Chirac notamment), les petits fraudeurs, les étrangers anti-français… Il est la victime et on lui en veut parce qu’il a réussi. Et il y a malheureusement des pauvres et des sans-grades qui le croiront.


http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=40016
Revenir en haut Aller en bas
signora

signora

Féminin Nombre de messages : 17197
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 10:33

@libre
Je suis OK avec ton analyse.
Et hier j'ai bien suivi Peillon il soutient la candidature de Royal. Et pensent que c'est vers le centre qu'il faudra chercher les alliances...
Alors, que Delanoë ira les prendre à gauche... voire à l'extrême gauche.

A ce jeu là pour sarko il vaut mieux se trouver face à Delanoë !!!

Qu'en penses-tu ?

Au fait tu as vu sur le fil que tu avais ouvert tu nous a fait faire une recherche en orthographe ...
Au temps pour moi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 11:30

Juju41, bravo pour cette brillante analyse de la politique de Sarkozy ! Je suis totalement d'accord avec toi.

signora a écrit:
@libre
Je suis OK avec ton analyse.
Et hier j'ai bien suivi Peillon il soutient la candidature de Royal. Et pensent que c'est vers le centre qu'il faudra chercher les alliances...
Alors, que Delanoë ira les prendre à gauche... voire à l'extrême gauche.

A ce jeu là pour sarko il vaut mieux se trouver face à Delanoë !!!

Qu'en penses-tu ?

Au fait tu as vu sur le fil que tu avais ouvert tu nous a fait faire une recherche en orthographe ...
Au temps pour moi Wink
Je ne sais pas si c'est mieux pour lui de se retrouver face à Bertrand Delanoé plutôt que face à Ségolène Royal. Mais au vu de l'analyse qui est faite par certains commentateurs, analyse que j'ai reproduit dans mon post précédent, pour lui, il semble que ce soit préférable.

De toutes façons, moi, ce que je veux, c'est que ce soit François Bayrou qui se retrouve face à lui et qu'il le batte.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 11:43

euh! Libre, l'analyse n'est pas de moi... je n'ai pas ce talent!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 11:49

juju41 a écrit:
euh! Libre, l'analyse n'est pas de moi... je n'ai pas ce talent!
Oups ! Effectivement. [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 162745 [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 822630

En tout cas, merci de nous l'avoir fait connaître. [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 962291 [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 239958
Revenir en haut Aller en bas
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 15:18

marianne2
Sarkozy : «Il faut tout faire soi-même»…
Par Nicolas Domenach. Si si, Sarkozy a changé : il est passé de l'hyperprésident à Sarkoman le super héros qui fait tout, ne délègue rien, pilote à fond. Et devinez qui occupe la place du mort?




C'est Nicolas Sarkozy en personne qui a corrigé l'incorrigible secrétaire général de l'UMP, Patrick Devedjian, coupable d'avoir gaffé, hier, en prétendant qu'il fallait supprimer la durée légale du travail, alors que le président veut l'assouplir par une loi à venir. C'est Nicolas Sarkozy lui-même qui a procédé, hier encore, aux ultimes arbitrages concernant la réforme constitutionnelle, notamment l'introduction de la règle d'or qui vise à empêcher le déficit budgétaire et à obtenir de vote des élus du Nouveau Centre, très à cheval là-dessus. C'est Nicolas Sarkozy encore, qui a décidé que le petit-déjeuner hebdomadaire des dirigeants de la majorité, se tiendrait à l'Elysée. C'est Nicolas Sarkozy toujours, qui va tenir, au Palais, une réunion hebdomadaire des ministres politiques sarkozystes, Hortefeux, Bertrand, Wauquiez, Woerth, Morano, dont Fillon ne fait pas partie. La main de fer élyséenne est moins que jamais de velours…
Notre héros a changé certes, mais en pire ou en meilleur ? C'est comme on voudra. C'est-à-dire en s'impliquant toujours plus et à tous les niveaux. Super-Sarko, c'est Super Héros, Batman, Superman, Spiderman, Iron Man à la fois. Sarkoman joue désormais tous les rôles de sauveur de la patrie.
Le président de la République ne se cache pas d'ailleurs de cette prétention maximaliste. Quand on le rencontre, il se met en avant sans vergogne. Il revendique cette hyperactivité que les bévues des uns, les gaffes des autres et les difficultés économiques rendraient plus que jamais nécessaire. « Je n'ai pas été élu, répète-t-il, pour faire arbitre, mais pour marquer des buts », pour attaquer d'abord, mais pour défendre aussi, pour jouer à tous les postes. Et pour sélectionner. Et pour entraîner. Et pour faire les commentaires. La présidence arbitrale, la présidence fainéante, avec le quinquennat, ce serait fini. L'Histoire de France s'accélèrerait à « donf ».
Des institutions à la communication moderne, le chef de l'Etat est obligé de se démultiplier, d'être sur tous les fronts politicio-médiatiques, sur tous les écrans. Si on ne les occupe pas, ils s'occupent de vous à votre détriment.
Nicolas Sarkozy n'en démord pas. Ce qui a raté – peu de choses selon lui qui se trouve plus en réussite que tous ses collègues étrangers -, donc ce qui a le moins bien marché, ces derniers mois, c'est ce qu'il n'a pas initié ni contrôlé : la loi TEPA, par exemple, que les socialistes, dit-il, sont parvenus à faire passer pour un texte cadeau en faveur des riches. La loi OGM, qui a divisé une majorité beaucoup plus conservatrice que lui. C'est un de ses problèmes, et le président ne le dissimule pas davantage : les siens n'aiment pas le mouvement, fut-il sarkozyste.

Sarkozy conduit. La place du mort, c'est pour Fillon
S'il a gagné la présidentielle, c'est en prenant ses distances avec sa famille politique, reconnaît-il. S'il peut aujourd'hui toujours gouverner sans que le pays soit bloqué, et avec des marges de manœuvres qu'il juge plus importantes que celles de ses collègues chef d'Etat, c'est parce qu'il leur a imposé l'ouverture et une politique de réformes tous azimuts que ses fieffés conservateurs ont du mal à suivre. D'autant plus qu'il estime que ni le secrétaire général de l'UMP, Patrick Devedjian, ni le patron du groupe parlementaire, Jean-François Copé, ne tiendraient leurs troupes ni ne les mobiliseraient dans une ambition réformatrice commune. « Je dois donc m'en occuper », confie-t-il avec gourmandise. Il faudra que ça suive !
On ne ralentit pas notre super héros qui considère qu'il a quatre ans, et non pas neuf années pour réforme la France. Son seul but, martèle-t-il, ce n'est pas de se représenter, c'est de laisser la marque d'un président qui, seul, aura eu le courage de « changer la société française ». Car il n'en démord pas. Ses prédécesseurs, sans doute parce qu'ils ont été usés par des décennies de lutte épuisantes pour la conquête du pouvoir, sont arrivés exsangues à la tête de l'Etat et n'ont plus qu'un seul objectif : s'y maintenir. Conserver le pouvoir le plus longtemps possible. Alors que Sarkozy ressasse qu'il envisage tout à fait de mener sa vie autrement, plus à sa guise, avec Carla, alors même que les contraintes élyséennes lui pèsent, l'obligent à vivre quasi-enfermé. Sinon, s'il sort avec elle, dit-il, ils sont immédiatement pourchassés par des dizaines de paparazzis et les photos alimentent alors les rumeurs folles selon lesquelles ils passeraient leur temps en vacances, quand ils n'ont pris que quelques heures de détente. Les Français le veulent auprès d'eux. Tout entier consacré à l'action. Et tous les autres doivent s'accrocher, tenter de suivre son rythme.
Pas question de trop déléguer. Cette gouvernance-là serait dépassée, qui pourtant permet d'amortir les conflits, de protéger le président des querelles triviales et d'épargner au pays les discordes et les mésaventures du quotidien. Non, il faut, selon lui, prendre des risques, coller à tout et à tous, car, on l'a vu par le passé, la moindre feuille de papier à cigarettes entre le président et le gouvernement devient une faille puis un gouffre mortel. Il le répète et il le répète encore : « C'est moi qui pilote, sinon j'occuperai la place du mort ». Celle-là, c'est pour Fillon.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

Jean-Luc

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 68
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 16:18

Citation :
Super-Sarko, c'est Super Héros, Batman, Superman, Spiderman, Iron Man à la fois.
C'est d'abord et surtout Mythoman ! [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 13665
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Invité
Invité



[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMar 20 Mai 2008 - 16:40

Avec un super-président qui super s'occupe de tout, c'est la super catastrophe qui nous attend.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 8:43

Sarkozy reprend sa casquette de patron de l'UMP

Charles Jaigu
le figaro 20/05/2008 | Mise à jour : 22:41 | .

Le chef de l'État (ici, lundi à Paris) veut à nouveau «faire de la politique» et retrouver les fondamentaux de son style, celui d'un président en campagne permanente «pour faire avancer les réformes».En marge d'un déplacement à Orléans, le chef de l'État a rencontré des militants de son parti.
Nicolas Sarkozy a-t-il trouvé le président qu'il veut être ? Après l'acte I, celui de l'hyperprésidence ultramédiatisée des commencements du quinquennat, puis les «erreurs» des premiers mois en 2008 qui se sont soldées par une chute dans les sondages et une «représidentialisation», le chef de l'État veut à nouveau «faire de la politique» et retrouver les fondamentaux de son style, celui d'un président en campagne permanente «pour faire avancer les réformes».

Nicolas Sarkozy considère d'abord que la chute dans les sondages est «enrayée». Pour un de ses conseillers, il considère aussi que «les Français souhaitent toujours les réformes, et qu'ils sont calés sur le cahier des charges de la présidentielle». «Il pense que les Français le comprennent, que le moment de flottement est passé», ajoute-t-il. Mardi, lors d'un déplacement à Orléans sur le thème de l'environnement, Nicolas Sarkozy s'est exclamé que les journalistes ne pouvaient pas lui faire «plus plaisir» qu'en soulignant qu'il avait «fait un discours de campagne».

(...)

Ce ressourcement dans les forces vives du parti «devrait se reproduire», admet son entourage. Mardi, l'ex-patron de l'UMP a remercié les militants, en leur promettant, à l'avenir, de «s'impliquer personnellement dans l'UMP». Il leur a aussi juré qu'il «continuerait les réformes». Et défendu, au passage «l'ouverture», en ajoutant : «Je vous ai débarrassé du FN, et regardez le triste spectacle de l'opposition». (...).


Rester au contact de la majorité

En effet, l'Élysée ressemble presque à un QG de campagne. Désormais, le petit déjeuner de la majorité, chaque mardi matin,(...). Le comité de liaison entre les différentes composantes de la majorité se réunira également à l'Élysée, «environ une fois par mois», précise-t-on. Sept ministres du gouvernement Luc Chatel, Éric Woerth, Xavier Darcos, Laurent Wauquiez, Xavier Bertrand, Brice Hortefeux et Nadine Morano seront également conviés «de façon régulière» à l'Élysée. Enfin, l'équipe dirigeante de l'UMP continuera de se réunir à l'Élysée, comme c'est le cas depuis un an. La semaine dernière, Nicolas Sarkozy s'en est expliqué à ses proches : «À chaque fois que mes amis m'ont demandé de rester en réserve, j'en ai retiré plus d'inconvénients que d'avantages.» Conclusion : «Quitte à en prendre plein la figure, je préfère faire les choses moi-même», a-t-il conclu.

Une allusion, entre autres, au dernier «couac» de la majorité sur les OGM. L'annonce que le service minimum à l'école serait désormais obligatoire est, selon ses proches, «l'exemple de ce qu'il veut faire à l'avenir». Autant d'initiatives ont été interprétées comme une mise en cause du premier ministre. Certains ont relevé que Nicolas Sarkozy multipliait les déplacements en province alors que son premier ministre allait à l'étranger, comme s'il était dessaisi des affaires intérieures. «Sarkozy veut accélérer la cadence, s'il le faut en bousculant les uns ou les autres, y compris son premier ministre», nuance un conseiller.
article intégral ici
http://www.politique-stream.fr/outpage.php?s=19&id=41844
Revenir en haut Aller en bas
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 12:48

florilège de Sarkonneries...

le Canard Enchainé 21/05

extraits de divers articles

1) les 35 heures rendent fous
(suite au couac des 35 heures)
Avant de charger Xavier Darcos de rectifier le tir, sarko a écumé:
"c'est quand même pas possible d'être autant entouré de cons! supprimer la durée légale du travail, c'est pas possible parce que,dans ce cas, il n'y a plus d'heures sup' et on flingue la loi TEPA"

2) les oreilles de Borloo
(suite au couac des OGM)
A l'appareil , la voix de Sarko hurlait:
"Vous êtes des branleurs, des incapables.Franchement vous êtes nuls!"
le tout répété 3 fois de suite.
Depuis Borloo s'est fait implanté des OGM: Oreilles Génétiquement Modifiées.

3)L'âme de Chirac

" parce que vous comprenez Chirac , vous?Il a quand même foutu une belle merde avec son histoire de referenduù sur la Turquie, votre Chirac.Enfin Paix à son âme... enfin son âme politique... enfin s'il en une" La trentaine de députés invités le 6 mai , par le chef de l'état , pour évoquer l'entrée de la Turquie dans l'UE, n'en sont toujours pas revenus.
"Sarkozy était surexcité, raconte l'un d'entre eux.Il nous a reçu sans cravate, nous apostrophant sans cesse, parlant de ses couilles... Je n'ai jamais vu cela.."


commentaire perso: moi, je vous dis, ce gars là il prend des substances illicites, c'est pas possible autrement.. affraid
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

Jean-Luc

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 68
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 12:54

Ou quand il oublie de prendre son Lexomil... [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 435348
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 12:59

autre extrait du canard qui donne une idée de la véritable immoralité des tous ces mecs...

La caserne de Chatel

(concernant le démantèlement des casernes)
résumé: Chatel se fait du soucis pour sa caserne..
Xavier Bertrand lui demande le nombre d'habitants à Chaumont."un peu plus de 20000 habitants"
Bertrand en se marrant:" Un conseil alors: Laisse Morin fermer ton régiment.Chaumont descendra sous les 20000.La commission des Lois vient d'adopter un amendement interdisant le cumul des fonctions de ministre et de maire , sauf pour les municipalités de moins de 20000 habitants"



conclusion perso: Il est normal de sacrifier l'économie d'une ville, pour sa propre petite personne...ça me dégoute, j'espère que les électeurs de Chaumont sauront s'en souvenir...et ce Bertrand est ignoble comme son maître!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 13:34

Jean-Luc a écrit:
Ou quand il oublie de prendre son Lexomil... [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 435348
Il devrait en faire une cure. [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 435348
Revenir en haut Aller en bas
Prouesse

Prouesse

Masculin Nombre de messages : 2869
Age : 34
Localisation : La Madeleine
Date d'inscription : 29/02/2008

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 13:42

Ou se faire curé à force de se prendre pour l'élu des dieux.

Pour revenir aux extraits, je ne sais pas si on peut faire entièrement confiance aux citations du Canard Enchainé, je me demande d'ailleurs toujours comment font ils pour les obtenir, mais les articles révèlent vraiment la folie qui prend notre président.

Cela me rappelle un billet, repris aussi sur ce forum, résumant la visite de Nicolas Domenech à l'Elysée.

Peut-on enfermer le président dans un hopital psychatrique (ou un monastère) pour de telle raison ?
Revenir en haut Aller en bas
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 13:52

depuis que le Canard existe, il n'a jamais eu le moindre procés...
quand autant d'avis concordent, on peut penser qu'il y a une part de vérité... en tout cas, c'est grave!!!!
Revenir en haut Aller en bas
signora

signora

Féminin Nombre de messages : 17197
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 14:09

Juju
Rappelle toi le livre "un mouton dans la baignoire" ... Tout cela était bien détaillé. On savait qu'il avait ce langage avec ses collaborateurs.
Les 53% de crétins qui ont voté pour lui, nous ont fait un p... de cadeau !
Revenir en haut Aller en bas
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 14:28

s'il n'y avait que le langage... mais moi ce qui me fait le pus peur, c'est cette agitation, incohérente, son impossibilité de se maîtriser, "parler de ses couilles " aux députés, c'est quand même pas banal... je sais que Chirac le faisait aussi , mais il le faisait de façon humoristique et certainement pas en public..d'ailleurs les étrangers l'ont remaqué aussi dans les réunions internationales, il est complètement dingo...
cette manière de vouloir tout régenter comme une obsession, la parano d'être trahi , je pense ( il en connait un rayon la-dessus), de mépriser tout le monde, c'est ahurissant!!!
Revenir en haut Aller en bas
signora

signora

Féminin Nombre de messages : 17197
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 14:31

Jusqu'à tripoter Angela Merkel ... qui pouvait plus supporter qu'il la touche ! mais parler de ses c**** ? jocolor je savais pas !

Quelle journée !
Revenir en haut Aller en bas
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 14:38

comme le coup des blagues à 2 balles au cimetières des résistants du Plateau des Glières... voir sur ce fil canard enchainé il y a quelques semaines. qu'il ricane et gesticule, dans un lieu de mémoire, et qu'il n'écoute pas les conseils de retenue de son attaché militaire...c'est grave...
Revenir en haut Aller en bas
Prouesse

Prouesse

Masculin Nombre de messages : 2869
Age : 34
Localisation : La Madeleine
Date d'inscription : 29/02/2008

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 14:49

Un enfant...
Revenir en haut Aller en bas
juju41

juju41

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 65
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 14:57

un "incapable" définiton juridique de l'enfant en plus de l'irresponsabilité...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitimeMer 21 Mai 2008 - 15:25

La meilleure de l'année

Citation :
Mardi, au cours de son déplacement dans le Loiret (LibéOrléans du 20 mai 2008), Nicolas Sarkozy a expliqué aux salariés d’une Pme locale les bienfaits de sa future loi sur les chômeurs «refusant deux offres d’emploi» correspondant à leur formation. Il s’est appuyé sur un exemple capté à l’Anpe de Melun (Seine-et-Marne) au cours d’un récent déplacement présidentiel. C’était le vendredi 16 mai. «Un agent m’a dit qu’il recherchait des plaquistes. Il a proposé à un chercheur d’emploi qualifié dans ce domaine, 63 offres dans l’année écoulée. Ce dernier les a toutes refusées. C’est honteux et ça on va le changer !». Contactée par Libération, la direction départementale de l’Anpe de Seine-et-Marne dément formellement cette information: «La personne qui lui a dit cela est déséquilibrée et n’aurait jamais dû être présente ce jour-là. Le président aurait pu comprendre qu’il avait, face à lui, une personne souffrant de troubles graves».

[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 166325 [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 166325 [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 166325 [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 435348 [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 435348 [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 435348 [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 435348 [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 435348
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Empty
MessageSujet: Re: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)   [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3) - Page 3 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes (chapitre 3)
Revenir en haut 
Page 3 sur 40Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 21 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pour se venger de son ex, la dentiste l'endort et lui arrache toutes les dents
» Celebgate : toutes à poil dans le nuage
» Le réve de toutes les filles
» Lumières qui s'allument toutes seules
» salut à toutes!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: Politique :: [Sarkozyland] Toutes les déclarations, critiques, bourdes-
Sauter vers: