Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Analyse : La tentation inflationniste,

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Alain BERTIER



Nombre de messages : 2692
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Jeu 10 Juil 2008 - 22:21

Je ne contredirai plus mconstant, certain qu'il nous expliquera bientôt comment il organise les échanges internationaux, ou s'il fermera bientôt les frontières faute d'instruments de paiements.
Revenir en haut Aller en bas
Gribouille

avatar

Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 48
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Ven 11 Juil 2008 - 13:49

Je pense que mconstant aura beaucoup de mal à me convaincre de fermer les frontières. J'ai dèjà donner mon opinion sur l'impact des délocalisations notamment sur le chômage. Le monde globalisé que l'on nous décrit dans les journaux de TF1 à longueur de temps n'est pas dans les statistiques du commerce international puisque les échanges restent majoritairement intrazones.
pour ce qui est de l'inflation, (désolé dans remettre une couche) mais les choix actuels ne sont pas encore entre une croissance sans inflation ou avec inflation ceci tant que les salaires évolueront moins vite que les gains de productivité. Le choix réside, et c'est en cela que je doute de la neutralité de la banque centrale, dans qui va payer la taxe inflationniste liée à l'uagmentation du coût des matières premières. La banque centrale a délibérèment choisi de la faire peser cette taxe inflationniste essentiellement sur les ménages sans se soucier de la baisse du revenu réel que cela suppose et de son impact à CT sur la consommation. Est-ce que préserver coute que coute les marges des entreprises quitte à faire plonger la consommation principal moteur de la croissance, est une bonne politique. J'en doute fortement. C'est certes, un problème de pilotage macroéconomique, mais le choix de la BCE est proche de l'intégrisme religieux par son coté excessif.
Revenir en haut Aller en bas
pourleboss

avatar

Masculin Nombre de messages : 3430
Age : 63
Localisation : 69100 VILLEURBANNE
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Sam 12 Juil 2008 - 7:44

Les pays arabes doivent être, aujourd'hui, extrêmement puissants parce qu'extrêmement riches. Et s'ils créaient une... monnaie ?...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tmt1.fr
Gribouille

avatar

Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 48
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Sam 12 Juil 2008 - 7:54

Une monnaie convertible en pétrole ?
Revenir en haut Aller en bas
Alain BERTIER



Masculin Nombre de messages : 2692
Age : 79
Localisation : DREUX
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Sam 12 Juil 2008 - 8:03

pourleboss a écrit:
Les pays arabes doivent être, aujourd'hui, extrêmement puissants parce qu'extrêmement riches. Et s'ils créaient une... monnaie ?...

Ils ont chacun une monnaie :

Algérie Dinar DA

Arabie saoudite Riyal SRIs

Bahreïn Dinar BD

Émirats Dirham

Iraq Dinar ID

Koweït Dinar KD

Libye Dinar LD

Oman Rial

Qatar Riyal QR

Mais comme elles ne s'appuient pas sur des économies fortes elles ne sont pas beaucoup utilisées internationalement. Leurs exportations de pétrole sont payées en monnaies fortes qu'elles n'ont pas besoin de convertir dans la monnaie locale; elles sont conservées tel quel comme réserves ou réinvesties en occident.
Revenir en haut Aller en bas
pourleboss

avatar

Masculin Nombre de messages : 3430
Age : 63
Localisation : 69100 VILLEURBANNE
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Sam 12 Juil 2008 - 8:09

Gribouille...?
c'est pour du beurre, ce que je dis... c'est de la provoc' pour le fun du matin (qui n'arrête pas le pèlerin !).
Mais aussi pour dire que... le choc de civilisations ne fait peut être que commencer et qu'il serait bon qu'il nous vienne l'idée de réfléchir en "sortant du cadre".
Qu'éventuellemnt, notre civilisation est à bout de souffle et que quelques marqueurs - du genre "taxons tout et tout le monde car nous ne savons plus rien créer, que dans notre cerveau, il n'y a plus que cette boucle" - devraient nous inciter à lever la tête de nos oreillers et ouvrir les yeux.

L'amérique se "casse la gueule" !!!!......
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tmt1.fr
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Sam 12 Juil 2008 - 8:10

Gribouille a écrit:
Une monnaie convertible en pétrole ?
Le pétrodinar, of course.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Sam 12 Juil 2008 - 14:19

Gribouille,

Je suis très heureux qu'Alain ne veuille plus me contredire car, au lieu de me contredire, il m'attribue des intentions ou propos que je n'ai jamais eus.

Par exemple je n'ai jamais voulu fermer les frontières, je défends le principe des montants compensatoires au profit des plus démunis ou des énergies propres ou des investissements en développement durable suivant les cas.

Actuellement, cela ne poserait aucun problème d'organiser ce type de prélèvement. De nombreux pays appliquent, au coup par coup, des taxes pour défendre leurs secteurs économiques. Par exemple les Américains en matière d'acier. Aujourd'hui certains pays en développement ferment leurs frontières aux exportations de denrées alimentaires, plus pour en empêcher l'augmentation des prix à l'intérieur, ce qui mettrait leur population dans des conditions extrêmement précaires, que pour ne pas partager avec leurs voisins, et ils ont raison de le faire.

Malheureusement ce que je dis va contre les dogmes de la secte ultra-libérale, qui n'ont qu'un but : brimer le grand nombre au profit de quelques-uns. (Voir les définitions de dogmes et de secte).

À propos de monnaie, je dis que depuis le début de la crise des « subprime » la BCE s'est montrée la championne du monde en matière de secours aux spéculateurs. Elle en est glorifiée par la nomination de Jean-Claude Trichet comme homme de l'année du Financial Times, et les satisfecit des grands banquiers internationaux. Tout ça n'a pas grand-chose à voir avec les intérêts des peuples européens.
Jean-Claude Trichet ose répéter à satiété, qu'il faut maîtriser la hausse salariale pour conserver le pouvoir d'achat de l'euro. En clair il veut diminuer le pouvoir d'achat de la majorité des citoyens pour favoriser celui de la monnaie.

Côté américain, en cette période électorale, les responsables ne peuvent pas se mettre à dos les financiers. Ils prônent donc le renforcement du dollar mais, sachant (contrairement à la BCE) que c'est l'économie réelle qui est prioritaire, et qu'il faut tenir compte du peuple, ils prennent des mesures qui vont dans le bon sens:


  • Blocage à leur niveau des remboursements de nombreux crédits immobiliers pour empêcher leurs détenteurs de devenir insolvables.
  • Attribution de très importants avoirs d'impôt, et relance de l'économie par le fort abaissement des taux d'intérêt (mesures inflationnistes)
Ils ont coupé la poire en deux, en attendant le résultat des élections présidentielles.

Je dis que le monde occidental est globalement sur-endetté (en moyenne beaucoup plus que la France), au profit du capitalisme financier qui ne représente que très peu de monde.

Le moyen le plus efficace pour en sortir est d'organiser la reprise de la croissance et du progrès social par des mesures inflationnistes. Si l'inflation atteint 7 %, cela réduira toutes les dettes de moitié en 10 ans, et si
elle atteint le maximum raisonnable de 10 % ce résultat sera atteint en 7 ans. C'est comme ça que VGE a laissé une France peu endettée.


Ainsi, ce que je préconise est très réalisable, c'est le passage de l'argent roi ploutocratique à la démocratie humaniste.

Seuls les dogmes que l'on refuse de discuter peuvent contredire les solutions que je préconise.

Je ne dis pas qu'elles sont faciles à appliquer car, pour ce faire, il faut convaincre d'abord nos partenaires humanistes.
Malheureusement le lobby de l'argent a réussi à imposer ses contrevérités qui contredisent à tort les avancées économiques qui ont fait leurs preuves durant les 30 glorieuses.
On a autant de travail à faire à l'heure actuelle pour assurer la pérennité de la planète qu'on en avait en 1945 pour relancer l'économie occidentale.


Les deux grands arguments contre les pratiques économiques solidaires appliquées pendant les 30 glorieuses sont :

Ø « C'était une autre époque » Or le seul véritable changement depuis c'est celui de la stabilisation monétaire qui a ralenti les amortissements, et provoqué l'endettement généralisé.

Ø « C'est l'augmentation du prix du pétrole qui a stoppé les grandes 30 glorieuses » Si cet argument était vrai, quand le pétrole a rebaissé à son niveau d'origine, la croissance aurait dû reprendre son niveau antérieur. Cela n'a pas été le cas.
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
Alain BERTIER



Masculin Nombre de messages : 2692
Age : 79
Localisation : DREUX
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Sam 12 Juil 2008 - 14:38

Alors, par où on commence?
Revenir en haut Aller en bas
Catel



Nombre de messages : 99
Localisation : Nice
Date d'inscription : 19/09/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Dim 13 Juil 2008 - 14:13

Par augmenter tous les prix et les salaires de 10%
Revenir en haut Aller en bas
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Lun 14 Juil 2008 - 20:13

Catel

Ce que tu proposes là serait déjà un grand progrès par rapport à ce que fait la BCE et aussi notre gouvernement.

Cela reviendrait à augmenter les salaires en même temps que les prix au lieu de laisser les prix monter en bloquant les salaires.

Mais en abandonnant le simplisme ultralibéral ont peut faire beaucoup mieux.

Ø D'abord indexer les salaires (au moins jusqu'à un niveau nettement upérieur à celui du salaire médian) sur l'inflation, comme cela se faisait en France jusqu'en 1983, et que les Belges et les Luxembourgeois continuent de faire.

Ø Et financer tout ce qui est profitable pour la société sans aucune hésitation.

Pour cela, il faut prêter avec des taux d'intérêt différenciés en fonction de l'intérêt que les dépenses ont pour la société.

  • Les dépenses indispensables doivent se faire à des taux d'intérêtréels nettement négatifs (Taux très inférieurs à l’inflation),
  • celles qui sont superflues à des taux d'intérêt très supérieurs à celui de l'inflation.
C'est malheureusement pratiquement le contraire que feront nos responsables actuels.

La BCE, avec l'accord tacite de nos gouvernements, finance très largement, et à bas coût, les opérations de spéculation du capitalisme financier, mais laisse les banquiers prêter à des taux usuraires, à un niveau qui ne s'étaitjamais vu, aux citoyens en difficulté qui n'arrivent pas à joindre les deux bouts.

Nos représentants politiques devraient se scandaliser officiellement des discours de Jean-Claude Trichet, qui ne cesse de répéter, en termes voilés, qu'il faut baisser le pouvoir d'achat des salariés pour préserver celui de l'euro.

Qu’attend le Conseil de l'Europe, et notre président, pour intimer à la BCE et particulièrement à son responsable d'arrêter de prodiguer ce genre de conseil qui finira par faire haïr l'Europe par ses citoyens de base.

Enfin, Éric Conan et Hervé Nathan sauvent l'honneur du journalisme en écrivant dans Marianne :
« on mesure à quel point les appels du gouverneur de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, à contenir les salaires sont indécents et constituent une provocation à la haine de classe »


Dernière édition par mconstant le Mer 16 Juil 2008 - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
Gribouille

avatar

Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 48
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Mar 15 Juil 2008 - 13:13

A mconstant,
j'aimerais réagir à la phrase des deux journalistes. Je la trouve imprécise dans le sens où il est de bon ton de s'en prendre au pdt de la BCE aujourd'hui. Et je fais le pari, que demain on l'accusera de tous les maux de la terre quand tout ira mal. Le bucher est déjà préparé pour le consumer. Et ça rassurera nombre de politiques comme Sarkozy de trouver un bouc émissaire pour assumer leurs erreurs économiques.
Personnellement, du point de vue strictement économique, la politique du pouvoir d'achat de Sarkozy est plus dommageable pour la croissance française que toutes les interventions de la BCE.
Il faut bien se mettre à l'évidence que derrière la politique du pouvoir d'achat se dessine un nouveau pacte social autour du partage de la valeur ajoutée entre salaires et profits. Aujourd'hui, on a le sentiment que le mode normal d'augmentation des salaires n'est plus le partage des gains de productivité mais les heures supplémentaires ou la participation des salariés aux bénéfices de l'entreprise. On notera deux choses, 1) la prééminence de l'individualisation des salaires au détriment de décisions collectives qui assure un rapport de force favorable aux employeurs et 2) un caractére pro-cyclique dans le mode de fixation des salaires.
Ainsi, dans une conjoncture dégradée et des carnets qui se vident, les salariés devront sacrifiés leurs heures supplémentaires et le montant de la participation assumant du même coup le risque économique jusque là normalement assumé par les entreprises.
Aprés avoir dit cela, il ne fait aucun doute que la poltique économique de Sarkozy amplifiera le cycle économique dans le mauvais sens dans les prochains mois quand l'ancien mode de fixation des salaires aurait pu jouer un rôle de stabilisateur de l'activité économique.
Revenir en haut Aller en bas
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Mer 16 Juil 2008 - 19:40

À Gribouille :

Au moins toi tu es prêt à discuter les arguments des autres. Je t'en félicite.
Jean-Claude Trichet ne risque pas de devenir un bouc émissaire car c'est probablement la personnalité la mieux défendue du monde politico-économique.
C'est le grand prêtre de « l'argent roi ». À ce titre, il bénéficie du soutien indéfectible du capitalisme financier.

Il est tellement bouffi d'orgueil qu'il ose faire la leçon aux chefs de gouvernement qui représentent les pays de l'Euroland.
Quand il parle, il le fait avec dédain pour ses interlocuteurs. Quand il prend des mesures de restriction monétaire, il donne l'impression de jouir de son pouvoir.
Non seulement il prend très souvent de mauvaise mesure, mais encore il le fait de manière extrêmement déplaisante.

Un autre grand financier français, Michel Camdessus, qui a probablement été plus nocif encore que Trichet, car son action était mondiale, ne mérite pas une telle réprobation car il a travaillé, consciencieusement en voulant faire le bien, sous l'influence des experts américains qui dominaient le Conseil d'administration du FMI dont il était le bras armé.
Son action, au nom du FMI, a provoqué de graves crises sociales en Afrique, a aggravé énormément la crise économique du Sud-est asiatique, puis celle de l'ex-l'URSS, et celle d'Amérique du Sud dont l'Argentine. (Voir J. Stiglitz).

La BCE a un pouvoir énorme sur l'économie de l'Euroland,
le niveau de l'euro conditionne directement nos importations et nos exportations.
Un euro fort augmente les importations diminue les exportations et réduit l'emploi.

Jean-Claude Trichet a été jusqu'à affirmer que l'euro fort, en permettant des importations à bas coût, augmentait le pouvoir d'achat des Européens. Ce serait vrai si les Européens se limitaient aux financiers qui l'entourent. Mais, en réalité, l'euro fort diminue les salaires distribués à la grande masse des petits et moyens salariés.
L'euro fort fait baisser le pouvoir d'achat des classes populaires et renforce celui des catégories les plus favorisées.

Jean-Claude Trichet pense aussi que, s'il manque d'argent, le peuple en restreignant ses achats fait baisser les prix. C'était vrai en économie fermée, mais cela ne s'applique pas dans notre marché ouvert.

La politique monétaire de la BCE conditionne l'activité économique de l'Euroland, donc de la France. C'est à l'intérieur de la dynamique économique impulsée par la BCE que Sarkozy, et notre gouvernement, peuvent agir.

Je suis d'accord avec toi pour dire que la politique de pouvoir d'achat de Sarkozy est nulle, car elle est plus idéologique qu'économique.

1) Ses diminutions d'impôts ont bénéficié beaucoup plus aux classes favorisées, qui n'en avaient pas extrêmement besoin, qu'aux bas revenus qui ont du mal à joindre les deux bouts.

2) Sa détaxation des heures supplémentaires est une pure manœuvre idéologique qui a pour but de valider le slogan « Travailler plus pour gagner plus ».
À l'inverse de la réduction du temps de travail, elle va limiter fortement la flexibilité des entreprises, celles-ci, en cherchant à profiter au maximum des heures supplémentaires, n'en disposeront plus pour augmenter instantanément leur capacité de travail en cas de besoin.
Elles augmentent un peu les salaires distribués, mais cette augmentation va uniquement à ceux qui ont déjà les meilleurs emplois. Cette augmentation principalement payée par les caisses sociales,sera-t-elle compensée par le budget.

Comme je l'ai dit à plusieurs reprises sur le forum, si Sarkozy voulait augmenter et au moins maintenir le pouvoir d'achat, la première mesure qu'il aurait dû prendre était l'indexation systématique des salaires sur l'augmentation des prix concernant les couches populaires.
Personne ne peut prétendre défendre le pouvoir d'achat sans prendre cette mesure qui s'impose aussi bien en matière de justice sociale que d'efficacité économique.

Tant que nous aurons un sous-emploi massif (chômage, temps partiel imposé, précarité…) Le partage du revenu se fera en faveur du capital.
La mesure Sarkozyste sur les heures supplémentaires est un moyen parmi d'autres de maintenir le sous-emploi à un niveau élevé, pour faire pression sur les salaires.
Tout le discours contre les 35 heures, dont François Bayrou fut malheureusement le champion, a pour effet (ou pour but) de créer une France à nombreuses vitesses, dans laquelle les écarts de revenus entre branches professionnelles croîtront au détriment de la cohésion sociale.

L'État doit veiller à ce que les conditions de travail et de revenus soient suffisamment homogènes entre les différents citoyens. Le programme du Medef, qui influence beaucoup Sarkozy, est en train de détruire ce qui reste de la cohésion sociale nationale.

Comme tu le vois, sur le fond, je suis d'accord avec toi.

Mais je pense que tu sous-estimes énormément l'influence de la politique monétaire.

Tout montre que c'est le changement fondamental de politique monétaire qui a fait régresser la progression de la dynamique économique et sociale de la France, et maintenant de l'Europe, par rapport à celle du reste du monde.
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
Gribouille

avatar

Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 48
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: ; il   Ven 18 Juil 2008 - 9:06

Mconstant,
je suis effectivement beaucoup plus sceptique sur le rôle de la BCE. Je pense que son impact sur l'inflation est nul alos que la stabilité des prix est sa mission première. L'inflation, je veux dire la mauvaise inflation passe davantage par les salaires que par les taux d'intérêts. Cependant, je suis plus inquiet sur les fluctuations actuelles de l'Euro et ses effets sur l'activité économique (des variations de l'odre de 10% en quelques mois sont inacceptables !). On confond un peu trop souvent un Euro fort avec un Euro stable face à des pays qui ont a priori les mêmes spécialisations que nous comme les Etats-Unis. Dès lors une stabilité face au $ assurerait une visibilité aux exportateurs européens et une concurrence plus saine des deux coté de l'Atlantique axée sur les qualités intrinsèques des entreprises non des fluctuations artificielles des monnaies. La sous-évaluation du Yuan me gêne moins car elle condamne à terme la Chine à des spécialisations à bas salaires à forte intensité en main d'oeuvre, activités disparues en Europe.
De toute manière, je le répète, et je le répèterai toujours, l'essentiel du commerce international reste intra-zone ce qui devrait nous laisser des marges de manoeuvre pour des politiques autonomes pour stimuler la croissance à l'échelle européenne.
L'Europe n'est pas une citadelle assiègée comme on veut nous le laisser croire. C'est l'argument de base qui sert à justifier un chantage à l'emploi dont le vrai objectif est de modifier le partage de la valeur ajoutée en défaveur des salaires (je crois me souvenir que la moitié de l'augmentation des bénéfices des entreprises ces dernières années provenait de la non distribution des gains de productivité aux salariés).
Avec 20 ans de recul, nous savons que la restauration des marges des entreprises n'a pas servi à doper l'investissement, à créer de l'emploi et de la croissance car les deux déterminants de l'investissement significativement testés dans les modèles économètriques sont la demande, donc la consommation, et la profitabilité (où l'on retrouve indirectement le demande). Les coûts des facteurs sont insignifiants.
Enfin, je ne suis pas foncièrement contre une croissance plus inflationniste même si dans ce domaine il y des excés à ne pas dépasser. Dans mon esprit et dans l'état actuel des choses (chômage massif dans certains pays européens), la croissance devrait être un objectif prioritaire pour les autorités publiques. L'inflation, un objectif secondaire.
J'ai pu noté que les partisans de ce point de vue étaient de plus en plus nombreux. Rien qu'hier sur la BBC, un économiste réclamait plus d'inflation pour soutenir la croissance. Comme quoi, le pragmatisme américain face à cette crise est effarant parfois.
Revenir en haut Aller en bas
Alain BERTIER



Masculin Nombre de messages : 2692
Age : 79
Localisation : DREUX
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Ven 18 Juil 2008 - 10:21

Alain BERTIER a écrit:
Alors, par où on commence?

A moins que j'aie loupé quelque chose, je ne vois toujours pas les actions qu'il faut mener pour corriger ce qui doit l'être.

Mais peut-être que des incantations pour la punition du coupable de tous nos (édition) maux, le vilain Trichet, suffiront ...


Dernière édition par Alain BERTIER le Ven 18 Juil 2008 - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Ven 18 Juil 2008 - 10:50

Alain BERTIER a écrit:
Mais peut-être que des incantations pour la punition du coupable de tous nos mots, le vilain Trichet, suffiront ...
C'est plutôt l'Académie Française qui se mêle de nos mots. lol!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Alain BERTIER



Masculin Nombre de messages : 2692
Age : 79
Localisation : DREUX
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Ven 18 Juil 2008 - 10:55

J'y crois pas ! J'ai fait ça?
Avec ta permission je vais corriger, c'est trop douloureux ...
Revenir en haut Aller en bas
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Ven 18 Juil 2008 - 13:01

Gribouille :

Tu as raison quand tu dis : « Avec 20 ans de recul, nous savons que la restauration des marges des entreprises n'a pas servi à doper l'investissement, à créer de l'emploi et de la croissance car les deux déterminants de l'investissement significativement testés dans les modèles économètriques sont la demande, donc la consommation, et la profitabilité (où l'on retrouve indirectement le demande) ».

Tu mets le doigt là sur ce qui a provoqué le passage du capitalisme entrepreneurial au capitalisme financier à savoir « la stabilisation monétaire ». Avec elle, le responsable financier d'une entreprise a plus intérêt à utiliser ses disponibilités financières pour spéculer que pour investir. Il a tout intérêt à les garder au chaud en attendant de pouvoir faire « de bons coups ».
Il peut même gagner de l'argent (en euros constants) en plaçant à très court terme ses disponibilités avec un taux réel positif.


Si nous avions une monnaie fondante, comme durant les 30 glorieuses, l'argent placé à court terme ( taux réel de crédit négatif) perdrait du pouvoir d'achat tous les jours. Le responsable financier a alors intérêt à investir ses disponibilités le plus vite possible et le plus simple est de le faire dans l'entreprise.

Mieux que cela, il a intérêt à anticiper ses investissements car, même avant de travailler, ils gagnent de l'argent. En procédant par avance à ses approvisionnements ils gagnent l'argent….Dès les blés livrés aux coopératives, les agriculteurs approvisionnaient leurs engrais pour l'année suivante en payant cash, ils avaient même intérêt à le faire sur emprunt.

Le capitalisme entrepreneurial créait de l'emploi et de la richesse. Le capitalisme financier qui ne crée pas la richesse, détruit de l'emploi avec la croissance de la productivité.

Il faut soutenir la demande. Le moyen le plus juste pour le faire est d'indexer les bas revenus sur l'augmentation des prix les concernant. Ainsi, ce serait les riches qui subiraient les augmentations de coûts comme ceux des matières premières. Ils en ont les moyens sans diminuer leur consommation.

Alain :

À mon avis, ce n'est pas Trichet le responsable de tous les maux, car Trichet est fondamentalement un banquier, et les banquiers ont dans les gènes de faire fructifier l'argent.

La première chose pour faire fructifier l'argent c'est de l'empêcher de fondre.

Pour mettre l'argent au travail, il faut le faire fondre et cela seuls les responsables politiques sont capables de le décider en fonction des besoins de la société.

Les responsables de la faible croissance économique et du chômage structurel sont les politiques qui, en donnant le pouvoir monétaire à des banquiers, nous ont fait sortir de la démocratie pour nous soumettre à la ploutocratie.
Comment François Bayrou peut-il se dire l'ennemi de l'argent roi alors qu'il a confié la politique économique du Modem, qui conditionne la politique sociale, à un banquier ?
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
Alain BERTIER



Masculin Nombre de messages : 2692
Age : 79
Localisation : DREUX
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Ven 18 Juil 2008 - 17:53

Comme je m’y suis engagé, je ne veux pas contredire mconstant qui y arrive très bien tout seul, je désire simplement rétablir la vérité sur un point : François Bayrou n’a pas confié la politique économique à un banquier, Jean Peyrelevade. Il a simplement demandé à quelqu’un qui a une bonne maîtrise de la théorie économique (et qui n'est plus banquier, il est maintenant retraité) d’animer la commission qui va alimenter l’appareil politique du Mouvement démocrate sur tous les sujets économiques intéressants. Cette commission a tenu sa première réunion hier soir, et on a pu constater que si JP participait activement à la discussion concernant tous les aspects de ce que devait produire la commission, afin d’en faire un instrument efficace, il a aussi affirmé à plusieurs reprises que les participants auraient toute liberté sur les modalités de fonctionnement, et les sujets abordés. Le choix politiques seront faits par les organes du mouvement qui en sont responsables, et en premier par FB, mais pas seulement. Ils pourront faire ces choix grâce au matériel fourni par la commission (analyses et propositions). Au sujet des participants, il y en avait une soixantaine qui n’avaient pas été sélectionnés, c’étaient simplement des gens intéressés par l’économie vue du MoDem ; ils ont tous opté librement pour travailler dans un ou plusieurs groupes.

Je crois qu’au lieu de poser des questions orientées sur le choix de Bayrou, il serait plus constructif de participer à la Commission Économique pour constater comment cela se passe vraiment. A ce sujet, les personnes intéressées qui n’auraient pas pu venir à la première réunion doivent utiliser le compte rendu qui sera fait bientôt pour reprendre contact.
Revenir en haut Aller en bas
Alain BERTIER



Masculin Nombre de messages : 2692
Age : 79
Localisation : DREUX
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Lun 21 Juil 2008 - 12:59

Un nouveau billet à 100 milliards de dollars au Zimbabwe


Le Figaro
21/07/2008 | Mise à jour : 08:13 |


Les autorités du pays tentent ainsi une nouvelle fois de remédier à la sévère pénurie de devises qui frappe l'économie.


Du jamais vu. Le Zimbabwe met en circulation à partir d'aujourd'hui un nouveau billet de banque d'une valeur de… 100 milliards de dollars zimbabwéens (soit environ 1 dollar américain).
Les autorités du pays tentent ainsi une nouvelle fois de remédier à la sévère pénurie de devises qui frappe l'économie.
Dans ce pays où l'hyperinflation caracole à plus de 2,2 millions de pour cent, une demi-douzaine de nouveaux billets ont déjà été mis en circulation depuis le début de l'année.
En janvier, un billet de 10 millions de dollars avait ainsi été lancé, puis en avril de 50 millions, en mai dernier des billets de 100 et 250 millions puis d'un demi-milliard.
--------------------

Des disciples de mconstant probablement ...
Revenir en haut Aller en bas
melpat

avatar

Masculin Nombre de messages : 179
Age : 57
Localisation : Hérault - Marseillan
Date d'inscription : 13/07/2008

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Lun 21 Juil 2008 - 13:04

Le Zimbabwe, il rentre quand dans l'europe que l'on rigole
Revenir en haut Aller en bas
http://capmarseillan.free.fr/
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Lun 21 Juil 2008 - 13:17

Ça rappelle l'Allemagne de 1923. J'ai même des timbres de cette époque.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Lun 21 Juil 2008 - 13:30

des timbres à combien de marcs ?
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Lun 21 Juil 2008 - 13:38

Je ne sais plus, faudrait que je remette la main sur le classeur où j'ai archivé ça (j'ai abandonné la collection de timbres en 1967), mais je me souviens que certains étaient libellés en "milliarden". En marks (avec un k).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Lun 21 Juil 2008 - 19:24

Alain,

Si je comprends bien, tu m’incites à participer à la commission économique du modem.

C'est avec plaisir que j'y participerais si Paris m’y invite.

Depuis que je suis passé de l'UDF au Modem lors de sa création, bien que j'aie payé ma cotisation de 2008, je n'ai encore jamais rien reçu de Paris.

Peux-tu me dire à qui il faut que je m'adresse pour pouvoir participer, sans trop me déplacer, aux débats sur au moins un ou deux de mes sujets de compétence :

Ø les TPE/PME
Ø les retraites
Ø le temps de travail
Ø le revenu inconditionnel pour tous (revenu d'existence)
Ø et bien évidemment les problèmes monétaires qui conditionnent tout le reste.

Le tout dans une optique de développement durable.

Je t'en remercie par avance.

vincent15

Je me souviens aussi d'avoir possédé dans les années 50 des planches entières de timbres libellés en milliards de Marks. Je ne me souviens pas si c'était en unités, dizaines ou + !
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
Alain BERTIER



Masculin Nombre de messages : 2692
Age : 79
Localisation : DREUX
Date d'inscription : 07/12/2007

MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   Lun 21 Juil 2008 - 19:40

@mconstant
J'ai fait la remarque qu'il serait plus constructif de participer aux travaux de la commission plutôt que de critiquer son président sur un aspect de sa carrière. Si tu partages ce point de vue, j'en suis ravi.
Pour l'instant on attend le compte-rendu de la première réunion qui décrira le fonctionnement souhaité de la commission, ainsi que les noms et coordonnées des coordinateurs. Cela devrait apparaître sur le site du Mouvement : http://www.mouvementdemocrate.fr/ à la rubrique Vie du MoDem.
Je ne pense pas qu'il faille attendre une invitation individuelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Analyse : La tentation inflationniste,   

Revenir en haut Aller en bas
 
Analyse : La tentation inflationniste,
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ne nous fais pas entrer en tentation, mais délivre-nous du méchant. — Mat. 6:13.
» L'Île de la tentation
» Saskia Elyana Evans • Le meilleur moyen de résister à la tentation, c'est d'y céder !
» L'idée d'avoir un amant me travaille de plus en plus ....
» les bons plans - topic de la tentation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Débats et projets :: Exprimez-Vous sur les grands thèmes :: Socio-Economie-
Sauter vers: