Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La guerre en direct

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
d'avalie noire

avatar

Masculin Nombre de messages : 2414
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: La guerre en direct   Ven 8 Aoû 2008 - 16:17

MOSCOU, 8 août 2008 (AFP) - Plus de dix soldats russes des forces de maintien de la paix ont été tués à Tskhinvali, la capitale de l’Ossétie du Sud, dans l’offensive géorgienne, a annoncé vendredi le ministère russe de la Défense, selon l’agence Interfax.
Revenir en haut Aller en bas
d'avalie noire

avatar

Masculin Nombre de messages : 2414
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Ven 8 Aoû 2008 - 16:21

Et pour comprendre un peu ce qui se passe, l'inévitable lien :

http://www.quindiblog.eu/log/politique_monde_russe/index.html
Revenir en haut Aller en bas
d'avalie noire

avatar

Masculin Nombre de messages : 2414
Age : 50
Localisation : France
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Ven 8 Aoû 2008 - 16:29

Des centaines d'habitants de la capitale ossète tués





La Géorgie et la Russie seront «en état de guerre» s'il se confirme que des troupes et des armements russes sont entrés en Ossétie du Sud, a déclaré vendredi le secrétaire du Conseil national de sécurité géorgien. Après une semaine d’escarmouches entre la Géorgie et la région séparatiste d’Ossétie du Sud qui a fait 20 morts, il semblerait que cette fois-ci, ce soit bien la guerre.

La capitale de l'Ossétie du Sud, Tskhinvali, est désormais «entièrement sous contrôle géorgien», a affirmé vendredi à l'AFP le porte-parole du ministre géorgien de l'Intérieur Chota Outiachvili. La ville a été «presque entièrement détruite» par les bombardements géorgiens, a, de son côté, déclaré le commandant des forces russes de maintien de la paix. Des centaines d'habitants de la capitale de l'Ossétie du Sud, Tskhinvali, ont été tués, d'après le président ossète.

«Des postes des forces de maintien de la paix (russes) ont été pris sous le feu des forces géorgiennes. Conséquence, plus de dix soldats ont été tués et environ 30 blessés», a déclaré le commandement de l'infanterie russe. Des détachements de la 58e armée russe sont arrivés à proximité de Tskhinvali «pour venir en aide aux soldats russes des forces de maintien de la paix».

>> Voir le reportage vidéo (en anglais) de Reuters..


Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a affirmé vendredi que des «scènes de nettoyage ethnique» avaient été signalées dans des villages en Ossétie du Sud. «Le nombre des refugiés augmente. Une crise humanitaire menace», a ajouté le chef de la diplomatie russe.

En riposte, une colonne militaire russe est entrée dans la région indépendantiste d'Ossétie du Sud en Géorgie, ont annoncé les agences russes citant des témoins. Le président géorgien Mikhaïl Saakachvili a dénoncé une incursion russe en territoire géorgien. «150 chars russes, des personnels armés et d'autres véhicules sont rentrés en Ossétie du Sud», a t-il précisé. «Je dois aussi dire que les forces géorgiennes ont abattu deux avions russes sur le territoire géorgien».



>> Pour comprendre comment on est arrivé là, le décryptage de notre correspondant à Moscou...

En riposte à une manœuvre de l'armée géorgienne, trois avions russes auraient bombardé vendredi matin le territoire géorgien, a annoncé à l'AFP un porte-parole du ministère géorgien de l'Intérieur. Un poste de police à Kareli, un village proche de l'Ossétie du Sud et la ville de Gori aurait été visé. La Russie a démenti que ses forces aériennes aient attaqué la Géorgie.

«Le monde entier aura des problèmes»


Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a informé le président américain George W. Bush à Pékin que des volontaires russes étaient prêts à partir combattre en Ossétie du Sud et qu'il serait «difficile de les retenir». De son côté, le président géorgien Mikheïl Saakachvili a déclaré que «le monde entier aura des problèmes» si la Russie reste impunie après son agression militaire contre la Géorgie.

La Maison-Blanche avait réagi vendredi matin au conflit entre la Russie et la Géorgie en appelant «toutes les parties» à résoudre pacifiquement le conflit. Le secrétaire général de l'OTAN Jaap de Hoop Scheffer a lui appelé à un «arrêt immédiat des affrontements armés» en Ossétie du Sud et à l'ouverture de «discussions directes» entre les parties en conflit.

Vano Shlamov AFP ¦ Lancer de missiles géorgiens le 8 août 2008 contre des troupes séparatistes d'Ossétie du Sud, non loin de Tskhinvali, la capitale d'Ossétie du Sud





document.getElementById("legendePhotoVisible").innerHTML = document.getElementById("legendePhotoInVisible").innerHTML;


V.G. (avec agence)


20Minutes.fr, éditions du 08/08/2008 - 08h29

dernière mise à jour : 08/08/2008 - 16h09



http://www.20minutes.fr/article/244240/Monde-Des-centaines-d-habitants-de-la-capitale-ossete-tues.php
Revenir en haut Aller en bas
khany

avatar

Nombre de messages : 818
Date d'inscription : 13/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Ven 8 Aoû 2008 - 17:00

Et pendant ce temps là, la plupart des jt français ont les yeux braqués sur pekin ....(en tout cas ce midi) la garde à vue de Depardieu fils ... bref des infos vraiment importantes quoi
Revenir en haut Aller en bas
Elfyn

avatar

Masculin Nombre de messages : 457
Age : 26
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Ven 8 Aoû 2008 - 17:10

L'état du conflit par le Monde : http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/08/08/comment-la-situation-a-degenere-en-ossetie_1081424_3214.html#ens_id=1036786

Que va faire l'OTAN en cas de poursuite prolongée des combats (l'UE, de belles déclarations, on le sait) ? Les Etats-Unis ? Même si rien ne nous permet de dire quel pays a enclenché le premier les hostilités, je pense que la Géorgie ne tiendra pas très longtemps contre un état tel que la Russie...
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 59
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Lun 11 Aoû 2008 - 0:00

Le conflit aux portes de l'Europe s'envenime. La région est une poudrière, en conflit larvé depuis des années. Les Russes envahissent le pays quand tous les regards sont tournés vers Pékin, et quand les pays occidentaux sont affaiblis (difficultés de l'Europe, élections aux US, crise économique majeure). Cela n'enlève pas sa part de responsabilité au gouvernement géorgien.

La Géorgie compte sur l'Union Européenne. Mais son président actuel est en vacances (même s'il a envoyé Kouchner sur place et qu'un communiqué est parti de l'Elysée). Ce que fustige Cambadélis: "Sarkozy doit "abréger ses vacances"

D'autres chefs d'Etat européens prennent le relais.

AFP:
Géorgie: Berlusconi a appelé Poutine pour lui demander une trêve immédiate (Ansa)
"Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a appelé dimanche le Premier ministre russe Vladimir Poutine pour lui demander une trêve immédiate en Ossétie du sud, selon des sources gouvernementales, citées par l'Ansa.Le chef du gouvernement a fait cette demande après l'annonce 'un cessez-le-feu par la Géorgie, ont souligné ces sources."

La Géorgie prête à un cessez-le-feu: Londres presse la Russie d'accepter
"Le ministre britannique des Affaires étrangères David Miliband a appelé samedi la Russie à accepter une proposition de cessez-le-feu géorgienne en soulignant que la "priorité immédiate pour la communauté internationale était de mettre fin au conflit"."La responsabilité qui incombe aux ouvernements russe et géorgien est à présent évidente", a déclaré M. Miliband.

"L'offre de cessez-le-feu du gouvernement géorgien est particulièrement bienvenue. A présent nous attendons du gouvernement russe qu'il accepte cette offre et soit d'accord pour un cessez-le-feu immédiat, conformément à ses engagements internationaux à respecter l'intégrité territoriale de la Géorgie", a déclaré M. Miliband."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La guerre en direct   Lun 11 Aoû 2008 - 9:32

Miaou a écrit:
Ce que fustige Cambadélis: "Sarkozy doit "abréger ses vacances"
Sarko s'est entretenu par téléphone avec Angela Merkel. Hier il a été confirmé par l'Elysée qu'il se rendrait en Russie. On ne peut donc pas dire qu'il ne fait rien.

Il ne faut pas s'opposer pour s'opposer mais seulement quand cela est nécessaire. Et dans le cas présent, pour l'instant, cela ne l'est pas.
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 59
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Lun 11 Aoû 2008 - 11:54

Disons qu'il semble moins actif que d'autres chefs de gouvernement européens, dont Berlusconi qui est intervenu personnellement auprès de Poutine.

Peut-être attend-il le retour de Kouchner pour prendre une position plus officielle?
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Lun 11 Aoû 2008 - 13:24

Les vraies raisons de la guerre en Géorgie



Le président géorgien est-il tombé dans le panneau de la provocation russe ? Toujours est-il qu'il a donné à Moscou une belle occasion de chercher à reconquérir son influence perdue dans le Caucase.





suite ici

http://www.marianne2.fr/Les-vraies-raisons-de-la-guerre-en-Georgie_a90227.html
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Mar 12 Aoû 2008 - 8:38

le 12/08/2008 à 07:54 Le Point.fr

Le conflit Russie-Géorgie heure par heure
lepoint.fr (avec agence)



Les opérations militaires en Ossétie du Sud sont "en grande partie terminées", a affirmé lundi la Russie, qui a accusé les Etats-Unis d'essayer de les gêner, tandis que la Géorgie dénonçait de nouveaux bombardements de son teritoire. © AFP

Un conflit militaire multimodal doublé d'une redoutable bataille médiatique. Lepoint.fr vous propose de prendre connaissance des principales informations du jour entre Géorgiens, Russes et la communauté internationale.

Les forces russes en Géorgie. Les forces armées russes sont entrées en territoire géorgien près de la ville de Senaki, à l'ouest de la Géorgie. Motif invoqué par Moscou : empêcher de nouvelles attaques géorgiennes contre l'Ossétie du Sud. C'est une première depuis le début du conflit russo-géorgien. Jusqu'à présent, les opérations des troupes russes se limitaient aux deux territoires séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud, où Moscou dispose depuis les années 1990 de forces de maintien de la paix, ainsi que dans les gorges de Kodori, une région de l'Abkhazie en partie contrôlée par Tbilissi.
D'autre part, la Russie affirme que les opérations militaires en Ossétie du Sud sont "en grande partie terminées". Lundi matin, des affrontements avaient encore lieu en Abkhazie et aux abords de la capitale géorgienne, Tbilissi. Dans la nuit de dimanche à lundi, l'aéroport international ainsi que les villes de Gori et de Poti ont été bombardés par l'aviation russe.

La Russie rejette le texte de sortie de conflit signé par la Géorgie. Le premier vice-Premier ministre russe Sergueï Ivanov écarte les "propositions de paix" de l'Union européenne (UE) pour un cessez-le-feu avec la Géorgie en Ossétie du Sud. Selon lui, Tbilissi doit négocier directement la fin du conflit avec les régions concernées. Ce texte a vu le jour dans le cadre de la mission de médiation conduite par le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner , dont le pays préside l'UE, et le président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Alexander Stubb. Ce texte repose sur trois points principaux : respect de l'intégrité territoriale de la Géorgie, cessation immédiate des hostilités et rétablissement de la situation qui prévalait antérieurement sur le terrain.

Bernard Kouchner évacué d'urgence de Gori. Alors qu'ils se trouvaient à Gori en Géorgie, le président géorgien et le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner ont été évacués d'urgence dans deux véhicules distincts en raison de la présence suspecte d'un hélicoptère non identifié. Ces derniers jours, les habitants de Gori, la plus grande ville géorgienne située près de l'Ossétie du Sud, ont été durement touchés par le conflit militaire. Quelques heures plus tard, la Géorgie a annoncé que les forces russes avaient pris possession de cette localité. "Les forces armées géorgiennes ont reçu l'ordre de quitter Gori et de fortifier les positions près de Mtskheta pour défendre la capitale", a ainsi déclaré le secrétaire du Conseil de sécurité géorgien. Mtskheta se trouve à 24 km de Tbilissi, la capitale géorgienne, qui est elle-même située à 90 km de Gori.

"La Russie veut occuper toute la Géorgie". Dans un discours à la nation diffusé à la télévision, le président géorgien Mikheïl Saakachvili a accusé la Russie de vouloir occuper la Géorgie. "Cette provocation visait à occuper l'Ossétie du Sud, l'Abkhazie et puis enfin toute la Géorgie", a-t-il déclaré. Pour sa part, le secrétaire du Conseil de Sécurité géorgien Alexandre Lomaïa estime que la Russie "semble avoir l'intention de renverser le gouvernement" géorgien et d'"occuper le pays".

"Pas de panique" à Tbilissi, les Français bientôt rapatriés.(...)

suite ici

http://www.lepoint.fr/actualites-monde/le-conflit-russie-georgie-heure-par-heure/924/0/266269
Revenir en haut Aller en bas
frantibus

avatar

Masculin Nombre de messages : 381
Age : 70
Localisation : émigré en Valais, Suisse
Date d'inscription : 19/08/2007

MessageSujet: L'Ouest ne peut se laisser faire   Mar 12 Aoû 2008 - 11:21

Saakashvili n'est sûrement pas un saint et il faut au plus vite vérifier s'il a réellement causé des crimes de guerre comme le clament les russes. Son attitude est provocatrice et n'aide en rien l'Occident. Pour gagner contre le gros chat il fallait se faire petite souris.

Maintenant c'est toute la région qui va se déstabiliser, évidemment au profit de la Russie qui redresse la tête. Ca arrange bien Poutine, dont le plan militaire d'invasion de la Géorgie était prêt depuis longtemps. Il va grignoter petit à petit.

Si l'Occident ne réagit pas fermement ce sera demain l'annexion de la Géorgie puis, dans la foulée, celle de tous les états qui bordent la Mer Caspienne. La Russie veut établir le monopole absolu sur le pétrole de la région, avant d'attaquer plus tard les champs pétrolifères au cœur de l'Océan Arctique dégagé de sa banquise (la Russie ne fera jamais rien contre le réchauffement climatique).

Une telle puissance coûtera cher à l'Europe dans les décennies qui viennent.

frantibus
Revenir en haut Aller en bas
frantibus

avatar

Masculin Nombre de messages : 381
Age : 70
Localisation : émigré en Valais, Suisse
Date d'inscription : 19/08/2007

MessageSujet: Les enjeux pétroliers du Caucase   Mar 12 Aoû 2008 - 12:41

Article clair et intéressant:
http://www.mediapart.fr/journal/international/110808/georgie-les-enjeux-caches-du-petrole-et-du-gaz-du-caucase
(ça vaut le coût de s'abonner à mediapart)
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 59
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Mar 12 Aoû 2008 - 13:03

Citation :
(ça vaut le coût de s'abonner à mediapart)
Vraiment, et l'engagement est mensuel Cool

Et on comprend mieux certains enjeux, l'appel de Berlusconi à Poutine, la non-condamnation de l'intervention militaire russe par la présidence de l'Europe.

Début de l'article:
"Officiellement, le conflit entre la Géorgie et la Russie sur l'Ossétie du Sud porte sur des questions d'indépendance, de reconnaissance des minorités russes et droits des peuples à disposer d'eux-mêmes. Derrière les combats et les mots, se joue un autre conflit plus sourd, qui oppose depuis plus de dix ans la Russie et les Etats-Unis: celui du contrôle du pétrole et du gaz du Caucase et de la mer Caspienne."

Quelques informations complémentaires, au sujet de Nabucco (projet de nouveau gazoduc partant de l'Azerbaïdjan pour rejoindre le réseau gazier européen en Hongrie, en passant par la Géorgie, la Turquie, la Roumanie et la Bulgarie. Une façon de contourner royalement la Russie.):
"Mais les promoteurs du projet européen n'ont même pas besoin de Gazprom pour s'enferrer. Car l'Europe est loin de parler d'une même voix sur le sujet. Entre les tenants de la manière forte à l'égard de Moscou, ceux qui prônent l'approche graduée, ceux qui poussent à la coopération, et ceux qui fluctuent au gré des circonstances, il y a des boulevards de discorde que Moscou ne se prive pas d'emprunter."
"Au niveau même du projet, ce n'est pas l'entente cordiale
...Gaz de France, en revanche, a été éconduit. Ce dernier réfléchit maintenant à rejoindre le projet South Stream de Gazprom et de l'ENI. De leur côté, la Hongrie et la Bulgarie se verraient bien aussi rejoindre l'alliance russo-italienne."

L'approvisionnement énergétique de l'Europe est en cause, et les principaux acteurs ne sont pas des philanthropes.

Voici la bibliographie donnée par Mediapart sur le web, puis l'historique:

L'International Crisis Group a publié des éléments de contexte (en anglais) sur les tensions séparatistes dans la région.

Un entretien réalisé en avril par le think tank américain
Council on foreign relations, avec Elizabeth Furlon, spécialiste de la Géorgie, revient sur les motivations de la Russie en Géorgie.

Les raisons pour lesquelles, selon
The Economist, la Géorgie ne veut surtout pas d'une guerre avec la Russie.

L'ONG ReliefWeb (qui dépend de l'ONU) publie des informations, plusieurs fois par jour, sur la situation en Abkhazie.

Un dossier de la Revue des conseillers du commerce extérieur de France, consacrés aux pays émergents du Caucase: Ouzbékhistan, Kazakhstan, etc., à télécharger ici.

Un reportage de la chaîne info
Euronews, réalisé en partenariat avec le Parlement européen, sur le projet de gazoduc Nabucco.

Un article du site Nouvelle Europe, sur le «nouveau grand jeu» de l'or noir en Mer noire.


La Géorgie depuis l'indépendance en douze dates :
Septembre 1990
L'Ossétie du Sud s'autoproclame république fédérée au sein de l'URSS, au même titre que la Géorgie. C'est le point de départ d'affrontements entre Géorgiens et Ossètes.
Avril 91
La Géorgie obtient son indépendance.
Juin 1992
Cessez-le-feu en Ossetie du Sud. Tbilissi perd le contrôle de la région. Une force de maintien de la paix est mise sur pied, composée de Russes, d'Ossètes et de Géorgiens.
Juillet 92
La Géorgie est admise à l'Onu.
L'Abkhazie proclame son indépendance. De violents combats éclatent dans l'été entre Géorgiens et Abkhazes.
Août 1993
Mise en place de la MONUG, la Mission d'observation des Nations unies en Géorgie.
Octobre 1993
La Géorgie devient membre de la Communauté des Etats indépendants (CEI).
Avril-mai 1994
Cessez le feu en Abkhazie. Tbilissi perd le contrôle de la région, désormais
sous surveillance de la Monug (ONU) et de forces russes.
Novembre 2003
La «Révolution des Roses» place Mikhail Saakachvili au poste de président.
Les relations entre Tbilissi et Moscou se tendent encore davantage.
Janvier 2005
Saakachvili propose un plan d'autonomie à l'Ossétie du Sud, qui le rejette et exige l'indépendance.
Mai 2005
Inauguration à Bakou, en Azerbaïdjan, de l'oléoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (BTC).
Avril 2008
La Russie renforce sa présence militaire en Abkhazie et en Ossétie du Sud.
Août 2008
La Géorgie lance une offensive militaire en Ossétie du Sud et la Russie réplique, faisant redouter le scénario de l'escalade militaire.

[D'autres chronologies plus touffues : ici et ]
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Mer 13 Aoû 2008 - 9:03

Sarkozy et Medvedev ont présenté, hier, un plan qui traduit l’intransigeance russe.
De notre correspondante à Moscou LORRAINE MILLOT
QUOTIDIEN : mercredi 13 août 2008

Nicolas Sarkozy n’a pas ménagé sa peine. Hier soir, il était à Tbilissi pour convaincre le président géorgien, Mikhaïl Saakachvili, d’accepter le «plan de paix» négocié en début de journée à Moscou. Près de cinq heures durant, le président de l’Union européenne s’est acharné, hier, au Kremlin, à négocier avec Dimitri Medvedev et Vladimir Poutine, pour finalement ressortir avec un projet particulièrement osé : il prévoit le retrait des troupes d’intervention russes en Géorgie, mais oublie - au moins momentanément - le principe jusqu’alors sacro-saint de l’intégrité territoriale de la Géorgie. En clair, la guerre pourrait s’arrêter, mais la Géorgie n’aurait plus forcément droit à récupérer ses provinces d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie.


C’est la première fois que le principe de l’intégrité territoriale géorgienne disparaît du texte dans un projet de règlement international du conflit. Six principes ont été retenus par les deux chefs d’Etat : le non-recours à la force, la cessation définitive des hostilités, l’accès à l’aide humanitaire, le retour des forces géorgiennes à leurs cantonnements antérieurs, le retrait russe et «l’ouverture de discussions internationales sur le statut futur» de l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. «On va se faire engueuler par tout le monde», pressentait Bernard Kouchner, à la sortie de la négociation au Kremlin. Le ministre français des Affaires étrangères, reparti aussitôt avec Sarkozy pour Tbilissi, va maintenant devoir convaincre non seulement la Géorgie, mais aussi les 26 autres pays de l’Union européenne, que ce compromis n’est pas un nouveau Munich, qui entérine le fait accompli russe.

«De ma part, il n’y a aucun renoncement mais une forme de lucidité», a commencé à plaider, hier, Nicolas Sarkozy, expliquant que l’objectif était dans l’immédiat de «renouer le dialogue» et non de «régler tous les problèmes». Medvedev et lui sont d’accord sur le principe de la «souveraineté» de la Géorgie, a aussi assuré Sarkozy, nouvelle formule allégée qui, dans l’acceptation russe, peut aussi très bien signifier le détachement des provinces rebelles. Dimitri Medvedev a d’ailleurs confirmé assez clairement, hier, que la Russie ne veut plus entendre parler «d’intégrité territoriale» de la Géorgie, qu’elle reconnaissait encore (sur le papier) jusqu’à cette guerre. L’intégrité repose «sur le désir des gens de vivre dans un même Etat», a expliqué le président russe. «C’est une question à laquelle doivent répondre Ossètes et Abkhazes, en prenant compte de ce qui s’est passé ces derniers jours», a poursuivi Medvedev, rappelant à cette occasion aussi le précédent du Kosovo : un exemple récent de sécession territoriale entériné par les Occidentaux, au grand dam, cette fois-là, de Moscou.

Couleuvre.
Comme pour enfoncer le clou, ou confirmer que ce plan Medvedev-Sarkozy sera bien difficile à accepter pour les Géorgiens, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a ensuite menacé Tbilissi de nouvelles «mesures» si elle rejetait ce document en six points. Nicolas Sarkozy pourra toujours dire qu’il a obtenu de Moscou un arrêt des bombardements russes sur la Géorgie, annoncé hier par Medvedev, juste avant son arrivée à Moscou. A voir la mine grave de Sarkozy, il semblait bien pourtant que le président français avait conscience d’avoir dû avaler une belle couleuvre russe. Sur le fond du conflit, «nous n’avons clairement pas réglé le problème aujourd’hui», a avoué le président français, rappelant à juste titre que nombre de diplomates s’y sont déjà cassé les dents depuis plus de quinze ans

suite ici
http://www.liberation.fr/actualite/monde/344812.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Jeu 14 Aoû 2008 - 10:10

09h46 lu
Géorgie : Sarkozy "fourbe" (presse polonaise)
Par Gilles Klein le 14/08/2008 La presse polonaise, comme celle des pays baltes, critique l'intervention française dans le conflit entre la Russie et la Géorgie lui reprochant d'être trop complaisante avec la Russie. La Pologne se plaint de ne pas être entendue au sein de l'Union Européenne, et la crise en Géorgie, où elle avait une position dure contre la Russie, ne fait que la renforcer dans cette impression.

Une phrase de Nicolas Sarkozy a été particulièrement mal prise :

"Il est parfaitement normal que la Russie veuille défendre ses intérêts ainsi que ceux des Russes en Russie et des russophones à l'extérieur de la Russie"

"De tels propos du président en exercice de l'Union européenne, n'expriment pas, à coup sûr, la position de la Pologne" écrivait le quotidien polonais Gazeta Wyborcsa cité par l'AFP.

Gazeta Wyborcsa du mercredi 13 août 2008



Le tabloïd polonais Super Express n'hésitait pas à qualifier Nicolas Sarkozy de "fourbe" en titrant un éditorial paru mercredi 13 août "Le président polonais et le fourbe français"

http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=1404
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La guerre en direct   Jeu 14 Aoû 2008 - 10:26

A mon avis, il faut absolument que l'on resserre les liens dans l'union européenne, et construire une force d'intervention européenne, cette crise le montre, on aura plus de poids dans les relations internationalles, et comme les autres "blocs" semblent de moins en moins raisonnable, je crois qu'on en aurait bien besoin
Revenir en haut Aller en bas
marco11

avatar

Masculin Nombre de messages : 5812
Age : 51
Localisation : Ouest
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Jeu 14 Aoû 2008 - 10:31

Allez , il va encore se faire des " amis " au sein de l'Europe , il


s'en fout , il écoute poutine et medvedev .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La guerre en direct   Jeu 14 Aoû 2008 - 10:39

Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Jeu 14 Aoû 2008 - 10:59

SOS Géorgie ? SOS Europe !
André Glucksmann, philosophe, et Bernard-Henri Lévy, philosophe, directeur de la Règle du jeu, membre du conseil de surveillance de Libération.
QUOTIDIEN : jeudi 14 août 2008
0 réaction
N’allez pas croire à une affaire simplement locale : il s’agit probablement du tournant le plus décisif de l’histoire européenne depuis la chute du mur de Berlin. Ecoutez Moscou donner de la voix : «génocide !» accuse Poutine, qui n’a pas daigné prononcer le mot lors du 50e anniversaire d’Auschwitz ; «Munich !» évoque le tendre Medvedev, insinuant que la Géorgie, avec ses 4,5 millions d’habitants, est la réincarnation du IIIe Reich. Nous nous garderons de sous-estimer les capacités mentales de ces dirigeants. Aussi devinons-nous qu’en feignant l’indignation, ils manifestent leur volonté de frapper un grand coup. Visiblement, les spin doctors du Kremlin ont révisé les classiques de la propagande totalitaire : plus mon mensonge est gros, mieux je cogne.

Qui a tiré, cette semaine, le premier ? La question est obsolète. Les Géorgiens se sont retirés d’Ossétie du Sud, territoire que la loi internationale place, rappelons-le tout de même, sous leur juridiction. Ils se sont retirés des villes avoisinantes. Convient-il qu’ils se retirent aussi de leur capitale ? La vérité est que l’intervention de l’armée russe hors de ses frontières, contre un pays indépendant membre de l’ONU, est une première depuis l’invasion de l’Afghanistan. En 1989, Gorbatchev avait refusé d’envoyer les tanks soviétiques contre la Pologne de Solidarnosc. Eltsine s’est bien gardé, cinq ans plus tard, de permettre aux divisions russes d’entrer en Yougoslavie pour soutenir Milosevic. Poutine lui-même n’a pas pris le risque de faire donner ses troupes contre la «révolution des Roses» (Géorgie, 2002) puis la «révolution orange» (Ukraine 2004). Aujourd’hui, tout bascule. Et c’est un monde nouveau, avec de nouvelles règles, qui risque d’apparaître sous nos yeux.

Qu’attendent l’Union européenne et les Etats-Unis pour bloquer l’invasion de la Géorgie, leur amie ? (...)
suite ici
http://www.liberation.fr/rebonds/345021.FR.php
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La guerre en direct   Jeu 14 Aoû 2008 - 11:12

je crois qu'il doivent se retirer de Georgie... enfin pour les russes
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Jeu 14 Aoû 2008 - 14:16

Infos Belges, vu que chez nous , c'est Sarkozy superman...

La mission de Sarkozy en Géorgie amplement critiquée à l'est de l'UE
La mission de paix en Géorgie du président français Nicolas Sarkozy a suscité un grand nombre de critiques dans les anciens pays communistes de l'UE, où on lui reproche son manque de fermeté face à la Russie.

Sa petite phrase sur le droit de la Russie à défendre les intérêts "des russophones à l'extérieur de la Russie", est mal passée dans une région où existe d'importantes minorités russophones. Le tabloïde polonais Super Express est allé jusqu'à qualifier Nicolas Sarkozy de "fourbe français". "Dans des temps difficiles, on peut devenir un héros mais il est plus facile et plus prudent d'être un fourbe", a écrit le journal mercredi dans un commentaire.

Ces attaques sont nouvelles pour Nicolas Sarkozy, qui depuis un an avait réussi à nettement redresser l'image de la France, largement écornée par le mépris de Jacques Chirac. L'absence de référence à l'intégrité territoriale de la Géorgie dans son plan de paix en six points a également irrité les dirigeants baltes et polonais. "Nous pensons que dans les documents présentés la nuit dernière - à la fois à Moscou et à Tbilissi - il manque le principal élément, le respect de l'intégrité territoriale de la Géorgie", ont indiqué dans une déclaration commune quatre dirigeants polonais et baltes, publiée après leur retour d'un bref voyage de soutien à Tbilissi.

"Cela doit y figurer. C'est la violation de règles qui ont été à la base de la paix en Europe pendant plusieurs dizaines d'années en Europe", avait déploré dès mercredi matin le président polonais Lech Kaczynski. Et dans un langage allusif, il a fermement attaqué le document mis au point à Moscou par le président français et les dirigeants russes, qui permet un retour à une autonomie de fait aux régions séparatistes pro-russes de Géorgie, l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie.

"C'est une région où l'on voit bien ce que valent les initiatives formulées dans un papier dicté loin d'ici, quelque part dans le Nord. Cela ne vaut rien", a-t-il dit. Lech Kaczynski et des trois dirigeants baltes avec lesquels il a fait le voyage de Tbilissi - les président lituanien Valdas Adamkus et estonien Toomas Hendrik Ilves, ainsi que le Premier ministre letton Ivars Godmanis - n'ont pas hésité à publier une déclaration qui sonne comme une contre-proposition au plan Sarkozy.

suite ici

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/380138/2008/08/13/La-mission-de-Sarkozy-en-G-orgie-amplement-critiqu-e-l-est-de-l-UE.dhtml
Revenir en haut Aller en bas
bestfriend



Nombre de messages : 237
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Ce qui est sûr ...   Jeu 14 Aoû 2008 - 15:03

...c'est que la violence employée par les russes est totalement démesurée. Ils ont pris parti en bombardant jusque dans les faubourg de Tbilissi et coulé des bateaux géorgiens après avoir signé le cessez-le-feu.

Difficile de dire qui a raison sur le fond. Il s'agit d'un énième conflit nationaliste ou ethnique et c'est toujours très difficile à arbitrer, comme on l'a vu dans les balkans.

On a beau jeu de souligner que Sarkozy est complaisant envers Moscou, mais d'autres occidentaux disent que le gouvernement géorgien a joué avec le feu. Il m'est difficile d'avoir une opinion bien arrêtée dans l'état de mes connaissances actuelles.

C'est bizarre tout de même que les types qui flinguaient Sarko en affirmant qu'ils s'alignait sur la politique américaine (ex. le PS et le PS-bis) sont parfois les mêmes qui sur des dossiers récents comme celui de la Syrie, du Liban, de la libération de Bettancourt, et sur la Géorgie disent exactement la même chose que les néo-conservateurs américains.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 66
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Jeu 14 Aoû 2008 - 15:39

bestfriend a écrit:
On a beau jeu de souligner que Sarkozy est complaisant envers Moscou, mais d'autres occidentaux disent que le gouvernement géorgien a joué avec le feu.
Ce n'est pas parce que le gouvernement géorgien a joué avec le feu que ça légitime le comportement de Moscou.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
bestfriend



Nombre de messages : 237
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Jeu 14 Aoû 2008 - 15:58

"Ce n'est pas parce que le gouvernement géorgien a joué avec le feu que ça légitime le comportement de Moscou".

C'est bien le propos du début de mon message.

Et je considère le président géorgien bien plus fréquentable que la bande à Poutine.

Tiens exemple du délire russe :
"LONDRES - Le vice Premier ministre russe Sergueï Ivanov a déclaré mercredi que l'intervention russe en Géorgie était comparable à la réponse américaine aux attentats du 11-Septembre."

Saakachvili est-il un nouveau Massoud (dont les russes n'ont pas forcément un bon souvenir) ou un nouveau Ben Laden ??
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: La guerre en direct   Ven 15 Aoû 2008 - 11:38

L'Ossétie du Sud sera désormais ossète à 100%, affirme son président


15/08/2008-[10:38] - AFP


MOSCOU, 15 août 2008 (AFP) - L’Ossétie du Sud a été vidée de sa population géorgienne pendant le confit avec Tbilissi et celle-ci n’y reviendra pas, a affirmé vendredi le président de la république indépendantiste, Edouard Kokoïty, au quotidien russe Kommersant.

L’Ossétie du Sud, qui fait officiellement partie de la Géorgie mais s’est autoproclamée indépendante en 1992 après la chute de l’URSS, comptait avant l’offensive géorgienne et la riposte russe plusieurs enclaves peuplées majoritairement de Géorgiens. "Ils (les Géorgiens) ont évacué la population civile. Il n’y avait donc personne (dans les enclaves géorgiennes) à part des soldats géorgiens. Et là où des civils étaient restés, nous avons organisé un couloir et nous leur avons donné la possibilité de partir", a-t-il dit. "Nous n’avons plus l’intention d’y laisser entrer qui que soit", a-t-il ajouté alors qu’on lui demandait si les civils géorgiens pourraient y revenir. Les Géorgiens représentaient environ un tiers de la population d’Ossétie du Sud qui comptait quelque 70.000 habitants avant le conflit, déclenché dans la nuit du 7 au 8 août par les Géorgiens. "Plus de 18.000 réfugiés ossètes de Géorgie se trouvent actuellement en Ossétie du Nord (république de la Fédération de Russie). Il nous faut les faire revenir en Ossétie du Sud", a souligné M. Kokoïty, suggérant ainsi qu’ils pourraient s’installer dans les villages géorgiens. Ce territoire séparatiste est désormais déterminé à obtenir sa reconnaissance, toute comme l’Abkhazie, autre région séparatiste de Géorgie, après l’échec de l’opération militaire géorgienne pour la récupérer par la force.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La guerre en direct   

Revenir en haut Aller en bas
 
La guerre en direct
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» La guerre en direct
» OPERATION SERVAL, près de 1000 PHOTOS EXCEPTIONNELLES - LA GUERRE EN DIRECT
» La guerre du Vietnam
» La Guerre Froide
» Dans quelle arme serviriez vous en cas de guerre?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: Monde-
Sauter vers: