Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Encore 1 affaire de sanspapiers à Paris.Tentative de réponse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
georges jean



Masculin Nombre de messages : 173
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Encore 1 affaire de sanspapiers à Paris.Tentative de réponse   Jeu 30 Oct 2008 - 12:24

L'appellation de sans-papiers est incorrecte. Les étrangers en cause avaient des papiers : visas, titres de séjour ou récépissés de demandes d'asile. Ils connaissaient de ce fait la date de la fin du séjour dont ont leur refuse la reconduction. Cette autorisation non renouvelée, ils prennent volontairement le risque d’être dans l’illégalité. S'ils n'ont pas de papiers c'est du fait de cette situation illégale. L'expression "étrangers illégaux" est plus appropriée que celle de "sans-papiers" qui transforme un manquement à la loi en privation d'un droit.
Les autorités n’ont pas à fléchir face à la pression des personnes qui encouragent ces illégaux. Les Français ont en effet organisé leur destinée dans le cadre d’un État de droit ce qui postule qu’une situation illégale ne puisse être créatrice de droit.
Les associations qui tentent d'orienter la gestion de l'immigration ne doivent pas influer sur les décisions du gouvernement représentatif de tous les Français et, de fait, le remplacer pour la délivrance de titres de séjour. Nos concitoyens verraient alors qu’ils sont dessaisis de ce qui caractérise un pays démocratique : confier à des gouvernants la gestion du pays, y compris l’immigration.
Les autorités n'ont pas à céder à ces associations, cela d'autant plus que la délivrance d’une autorisation de séjour entraîne des conséquences financières importantes : adhésion à la sécurité sociale, aide sociale. Les militants des sans papiers ne prennent pas en charge sur leur propre budget les frais : hôtel, pécule, école, sécurité sociale, garderie, centre aéré et autres, des personnes auxquelles les autorités compétentes refusent des papiers. Ce serait pourtant à eux de payer et non à la collectivité puisque celle-ci, par ses représentants, estime qu’il n’y a pas lieu à délivrance d’un titre de séjour.
Les groupes qui tentent d'imposer les étrangers sans papiers obligent en fait leurs concitoyens à prendre en charge l'accueil de personnes non désirées, tout en dédaignant les conséquences que peuvent avoir des arrivées non légitimes, en particulier la montée de l'extrême droite. La régularisation d’illégaux peut en effet amener les Français à critiquer la présence d’étrangers et donc détériorer les relations de ces derniers avec nos concitoyens.
Les sans papiers créent de plus un trouble spécial dans une société où le citoyen ne peut sortir sans une multitude de papiers. Pour aller en voiture à la pêche à la ligne il lui faut le permis de pêcher, l'assurance de l'automobile, la carte grise, le permis de conduire. L'obtention d’un passeport, d’une carte d’identité, tient du parcours du combattant. Et chaque fois que l'on va chez le médecin ou le pharmacien il faut sortir la carte vitale. Les Français qui préparent leur retraite doivent retrouver tous leurs papiers, sinon ils sont financièrement sanctionnés. La théorie des "sans papiers" ne fonctionne pas non plus lorsque l'on veut inscrire un enfant à l'école.
Les Français semblent être devoir les seuls, dans leur propre pays, à être obligé d’être des « avec papiers » pour vivre.
Dans ces conditions les Français peuvent être choqués par le fait que l'on puisse obtenir des papiers avec pour seul motif le fait que les autorités compétentes ne veuillent pas les délivrer.
Par ailleurs les Français d'origine étrangère et les étrangers en situation régulière sont victimes d'un effet pervers résultat de la non expulsion systématique des étrangers illégaux. Faute de mettre en œuvre la police de l’immigration on devient plus sévère à l’égard des étrangers ou des Français d'origine étrangère qui ont de la famille à l'étranger. Un membre de cette dernière peut souhaiter venir en France pour raison familiale. Cependant si cette personne ne peut justifier d’un travail suffisamment rémunéré on lui refusera un visa. En effet on pense qu’une fois en France cet étranger peut être tenté pour «s’incruster» de devenir un illégal qui tentera de se faire qualifier de sans papiers afin d'obtenir une carte de résident.
Le refus d'expulser se fait au détriment des Français d'origine étrangère et de leurs familles restées dans leur pays d'origine. Comme l'on suspecte systématiquement ces dernières de vouloir tricher lorsqu'elles demandent un visa, c'est aux Français d'origine étrangère de se rendre à l'étranger s'ils veulent voir leur famille, le territoire national, leur territoire, étant de fait interdit à leurs proches.
C'est pourquoi les procédures d'expulsion des étrangers illégaux doivent être mises en œuvre ainsi que celles réprimant les personnes qui aide au séjour irrégulier. Ces dernières pour essayer d'imposer leur loi dénaturent les dispositions du code pénal en affirmant que le délit d'aide au séjour irrégulier qu'il prévoit constitue en fait un délit de solidarité. Il n'a pas à être tenu compte des personnes et des groupes qui font pression sur les gouvernants en les accusant à tort de vouloir réprimer la solidarité. De même les étrangers qui sont incités par des groupuscules à faire la grève de la faim n’ont pas à bénéficier d’un passe droit et ceux qui les manipulent doivent être poursuivis dans le cadre des textes relatifs à la mise en danger d'autrui.
Il n'est également pas admissible que certains utilisent de plus en plus le principe de la scolarisation de tous les enfants, y compris de ceux qui ne sont que temporairement en France, pour ensuite revendiquer, du fait de cette scolarisation, un droit au séjour permanent. Il s'agit là du détournement d'une disposition généreuse.
Depuis des années et avec persévérance les groupuscules inventent des méthodes, l'utilisation des enfants est la dernière, afin de remettre en cause le pouvoir que les citoyens ont délégué aux gouvernants légitimes afin de traiter les problèmes d'immigration.
Pour permettre la liberté de circulation des étrangers qui sont respectueux du pays d'accueil il faut une police de l'immigration. Il serait également important que les pouvoirs publics cessent de considérer comme des interlocuteurs valables les associations qui, en mettant en avant les étrangers délinquants, compliquent l'intégration des étrangers réguliers et des Français d'origine étrangère. Le problème de l'opportunité de verser des subventions à ces associations se pose également.

Plus généralement, concernant ce problème des sans papiers, il convient de constater que tous les pays au monde pose comme préalable la délivrance d'une autorisation à tout étranger désirant devenir résidant. De plus nul ne proteste lorsqu’un tel ou tel pays expulse un Français dépourvu de titre de séjour. Les accusations lancées à chaque expulsion de clandestins sont incompréhensible. Notre pays est un pays d’immigration qui ne peut accepter que des gens imposent leur présence avec comme seul argument le slogan "j’y suis j’y reste". Un pays de 60 millions d’habitants, qui accueille des gens de toute race, religion, origine, ne peut survivre à l’application de slogans démagogiques
Revenir en haut Aller en bas
johanono

avatar

Masculin Nombre de messages : 3612
Age : 35
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 24/08/2008

MessageSujet: Re: Encore 1 affaire de sanspapiers à Paris.Tentative de réponse   Jeu 30 Oct 2008 - 12:28

Le terme "sans papiers" fait simplement partie de ces litotes dont le débat politique français raffole... De la même manière qu'il y a des "sans-papiers", il y a aussi des "sans-abri", des "sans domicile fixe", des "personnes à mobilité réduite", etc. Apparemment, il est bien difficile d'appeler un chat un chat, une immigré clandestin un immigré clandestin, un handicapé un handicapé, un clochard un clochard.
Revenir en haut Aller en bas
capitole



Masculin Nombre de messages : 1104
Age : 48
Localisation : paris
Date d'inscription : 07/06/2008

MessageSujet: Re: Encore 1 affaire de sanspapiers à Paris.Tentative de réponse   Jeu 30 Oct 2008 - 13:05

euh je veux bien tout ce qu'on veut mais ce serait bien de se documenter avant de faire des grands discours :

- les étrangers en situation irrégulière ont l'aide méricale Etat,

- ils paient leurs impôts et un salaire, ce pour un grand nombre d'entre eux (et ils ne fraudent pas plus que les autres pour autant que j'ai pu voir...),

- c'est vrai que c'est insupportable ces associations qui viennent défendre les droits de l'homme et faire respecter les dispositions légales jusque dans les centres de rétention. Il faudrait leur en interdire l'accès et priver les étrangers de recours, ça réglerait le problème. D'ailleurs, c'est ce que les américains ont fait à GUANTANAMO et personne ne s'en plaint.

- le droit à l'éducation est reconnu par les conventions internationales et notamment celle de NY ; de plus les enfants ne sont pas expulsables. Il vaudrait mieux selon toi qu'ils aillent vendre du krack dès 5 ans plutôt que d'aller à l'école ou au Centre aéré ?

- la sévérité de l'administration dans l'octroi de visas ou de titres de séjour n'a rien à voir avec le nombre de personnes en situation irrégulière, que l'on ne connaît pas par définition et qui, selon les estimations, serait relativement stable. Il a en revanche beaucoup à voir avec un problème électoral et l'infiltration d'idées d'extrême droite complaisamment relayées par les médias et jusqu'à ce forum.

- les procédures d'expulsion sont exagérément coûteuses et ne servent à rien : expulser des milliers de roumains cette année alors que dans quelques mois ils seront dans l'UE, je voudrais que l'on m'en explique l'utilité alors qu'un placement en rétention + expulsion coûte en moyenne environ 15.000 € (et je ne parle pas des procédures annulées par le TA ou le JLD). Sans parler des reconduits en Espagne ou en Italie et des "boat people" qui viennent dans les DOM-TOM (environ 2/3 du nombre des reconduites) qui sont expulsés et qui reviennent le lendemain (quand ils ne meurent pas en route). Même certains policiers disent en privé que c'est ridicule, mais il faut bien gonfler les chiffres pour passer à la télé. C'est une politique du chiffre coûteuse et ridicule en plus d'être souvent illégale (plus de 50 % des expulsions sont annulées à Paris et ailleurs je ne sais pas) et parfois inhumaine.

- la police de l'immigration existe déjà, ça s'appelle la PAF, et il y a aussi un ministère qui s'en occupe au nom de l'identité nationale. Je pense que c'est déjà bien comme ça.

- il existe déjà des règles prévoyant l'octroi d'un visa de longue durée pour l'octroi de plusieurs titres de séjour. En revanche, l'article 8 de la Convention européenne des droits de l'homme autorise l'octroi d'un titre vie privée et familiale sans cette condition préalable.

Il faudrait sans doute que tous les pays du monde se réunissent pour abolir les droits de l'homme et faire plaisir à notre ami et tout le monde serait content.
Revenir en haut Aller en bas
georges jean



Masculin Nombre de messages : 173
Age : 40
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 21/10/2008

MessageSujet: Re: Encore 1 affaire de sanspapiers à Paris.Tentative de réponse   Jeu 30 Oct 2008 - 13:31

"il faudrait sans doute que tous les pays du monde se réunissent pour abolir les droits de l'homme et faire plaisir à notre ami et tout le monde serait content."

Il faudrait d'abord que le droit soit respecté pour ensuite parler des "droits de l'homme".
Revenir en haut Aller en bas
Boris

avatar

Masculin Nombre de messages : 726
Age : 62
Localisation : Espagne
Date d'inscription : 26/12/2007

MessageSujet: Re: Encore 1 affaire de sanspapiers à Paris.Tentative de réponse   Dim 2 Nov 2008 - 20:37

Cette politique migratoire qui n'en est pas une puisqu'elle a pour seul objectif de restreindre l'immigration est absurde à tous égards:

en bouclant les frontières on transforme l'immigration de circulation (ceux qui "viennent voir") en immigration d'installation (je reste car je ne pourrai ensuite plus revenir)

on boucle la "noria" (c.a.d 4 travailleurs sur les postes de trois, le 4ème retournant au pays) et le 4ème travailleur reste en France

on bafoue nos principes qui ne valent plus pipette sur le marché des valeurs

(etc)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Encore 1 affaire de sanspapiers à Paris.Tentative de réponse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Encore 1 affaire de sanspapiers à Paris.Tentative de réponse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quéffélec en anti-Normand dans Paris Match.
» Le Grand Paris
» La Normandie à Paris. 13 et 14 Juin.
» boutique MUFE pro sur Paris
» La monnaie de Paris ne connait pas la Normandie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: France-
Sauter vers: