Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Portrait salé

Aller en bas 
AuteurMessage
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 60
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Portrait salé   Mar 16 Déc 2008 - 16:20



On latest from Sarkozy, an editorial grain of salt
By John Vinocur
Monday, December 15, 2008

PARIS:
If you live in Europe and your president, or people speaking in his
name, are talking up preparation "without delay" of an unprecedented
European Union-Russia economic and security zone, would you think that
might wind up big news in the local papers?
Or if, in the same breath, that presidential voice says it has won
the battle for European leadership over Angela Merkel of Germany and,
to boot, has made confidential military cooperation agreements with
Britain that include nuclear weapons?
Funny thing how those assertions were presented to readers in France as nothing especially remarkable.
It's not that there's anything wrong with the alertness of editors
here. Rather, the discretion (Page 10 or Page 6 placement concerning
the clippings I'm looking at now) reflects the caution these days that
meets much of what Nicolas Sarkozy says about the world.
The circumstances last week involved Sarkozy or whoever was
authorized to speak for him (psst, you can bet the farm and the shack
at the shore it was Sarko) attempting to recast him as a second-term
Master of the Universe in 2009, regardless of his exit Dec. 31 from the
EU presidency. Top-notch reporters from publications like Le Figaro and
Le Monde were asked in to listen.
The result, from a collage of the newspapers' accounts, was another
burst of the kind of language that makes the French president's critics
say he is vain and erratic, bordering on the irresponsible; or his
advocates seek to define him as dynamic, constantly inventive, and the
only politician saving Europe from what Sarkozy calls "deathly boredom."
This time out, even through the light journalistic fog of imprecise
attribution (akin to "the White House thinks" or "Downing Street
believes"), Sarkozy outdid himself.
He proposed setting up, immediately, "a common economic space"
between the EU and Russia that, protected by its own "security space,"
including Ukraine and Turkey, would effectively keep Turkey out of EU
membership.
Don't mind the Russians, the presidential voice urged. And perhaps
finding something reassuring in the falling value of the ruble and the
Kremlin's dramatically diminished energy revenues, said, "a country
suffering from so many serious problems could not throw itself at
territorial conquests."
The contradictions were extraordinary. Only the week before, in
Helsinki, Western countries meeting with Russian leaders effectively
vetoed a plan, promoted by Sarkozy with Moscow's support, to hold a
summit meeting in Paris in June on a "new security architecture for
Europe." It had been widely dismissed as a plan to water down NATO.
Last Tuesday, Sarkozy's new line, accepting Russian opposition to
Ukraine's possible entry into NATO, was, "If the Warsaw Pact existed
and was installing missiles in Belgium, don't you think we'd support
the pro-French part of Belgium?"
What missiles? None are planned for Ukraine. And, for that matter, what EU-Russian economic and security space?
A diplomat in Brussels, who tracks such concerns, said he never
heard of it and, if past performance was a guide, tended to regard the
proposal as another case of "throwing spaghetti against a wall and
seeing if any sticks."
As for Merkel, Le Monde's version of the briefing said, "The Élysée
considers that Mr. Sarkozy won the battle for leadership of Europe over
Merkel. Abandoning the idea of a directorate of big countries, Mr.
Sarkozy believes he brought over Greece, Portugal, the Netherlands, as
well as Spain and Belgium, to his side, and in the process, reversed
the balance of power."
Voilà. France 5, Germany 0. A perfect way to reassure the Germans on
Sarkozy's calculability! Not to mention guaranteeing himself Eastern
Europe's support for his 2009 game plan as antagonist to the Czech
Republic's pro-American instincts when it assumes the EU presidency on
Jan. 1.
The danger doesn't come from Russian arms, Karel Schwarzenberg, the
Czech foreign minister, said last week in remarks that could have been
aimed at Sarkozy. "The danger is that the Russians don't accept the
idea that we don't belong to their empire anymore. For them, everything
has to be done with their permission. This is not a Soviet territory.
You can't stop reminding them."
Then there's Britain. Le Monde's account reported "confidential
agreements have been made to deepen military, notably nuclear,
cooperation."
In Brussels, the dubious diplomat said, "this might come as a
surprise to the British." If not, a party to a secret deal talking
about it for publication could end up as an embarrassment for Gordon
Brown.
Sarkozy certainly could not be doing Brown any domestic political
favors either by lamenting, as reported, the poor state of the pound.
Or by predicting, "London will finish up by adopting the common
currency."
Indeed, that was exactly what a Sarkozy friend had told him would
not be the most helpful thing for Gordon's new best friend to say.
Soon enough, according to some Europeans, Germans in particular, the Sarkozy fantasy and free-fire zone will reach its limits.
The demarcation would be Barack Obama's entry in the White House,
bearing issues like Iran, Afghanistan, and France's capacity to
function as a team player in the context of its return to NATO's
unified command in April.
It's then that the rules allowing Sarkozy's seemingly boundless
capacity to move from old friend to new, from passionate old position
(as a would-be Atlanticist) to eager new standpoint (as a Gaullist
reborn) grow very much tougher.
Obama will have too little time to waste - and too much power,
credibility and persuasiveness - not to ask Sarkozy if he wants to risk
a return to French irrelevance by promoting his own importance with a
policy hodgepodge he and France can't deliver.
French editors seem to be the first to have understood.
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 16 Déc 2008 - 16:25

bien envoyé...heureusement que le Monde n'est pas dupe.. mais c'est pas chez nous à part Marianne, qu'on lirait ça.. quoique sur le nouvel obs traduction de l'article de Newsweek
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20081215.OBS5560/dans_newsweek__un_president_au_bord_du_gouffre.html
si jean-luc peut nous donner la traduction, merci!
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 16 Déc 2008 - 17:33

Bon, c'est un peu bâclé petit-nègre, mais voilà :
Citation :
Si vous vivez en Europe et que votre président, ou les gens parlant en son nom, vantent les mérites de la préparation "sans retard" d'une Union économique Européenne-Russie et d'une zone de sécurité sans précédent, croiriez-vous que cela pourrait mettre fin aux grandes nouvelles dans les journaux locaux ?
Ou si, dans le même souffle, que la voix présidentielle déclare avoir gagné la bataille pour le leadership européens sur Angela Merkel d'Allemagne et, de plus, a fait des accords de coopération militaires confidentiels avec la Grande-Bretagne qui incluent des armes nucléaires ?
Drôle de chose, la manière dont ces assertions ont été présentées aux lecteurs en France comme rien de particulièrement remarquable.
Ce n'est pas qu'il y ait une quelconque erreur dans la vigilance des rédacteurs ici. Plutôt la discrétion (page 10 ou page 6 concernant les coupures que je regarde maintenant) reflète la prudence de ces jours-ci qui rejoint une grande partie de ce que Nicolas Sarkozy dit du monde.
Les circonstances de la semaine dernière ont impliqué Sarkozy ou ceux qui ont été autorisés à parler pour lui (psst, vous pouvez parier la ferme et la cabane sur la plage que c'était Sarko) essayant de le recadrer comme un Maître de l'Univers du deuxième terme en 2009, sans tenir compte de sa sortie le 31 décembre de la présidence d'UE. On a demandé aux reporters d'excellentes publications comme Le Figaro et Le Monde d'écouter.
Le résultat, d'un collage des comptes des journaux, était un autre éclatement de la sorte de langue qui fait dire aux critiques du président français qu'il est vain et imprévisible, en touchant l'irresponsable; ou ses avocats cherchent à le définir comme dynamique, constamment inventif et le seul politicien sauvant l'Europe de ce que Sarkozy appelle "l'ennui cadavérique."
Cette fois, même en tenant sompte du léger flou journalistique (semblable "à la Maison Blanche pense" ou "le Downing Street croit"), Sarkozy s'est surpassé.
Il a proposé d'établir, immédiatement, "un espace économique commun" entre l'UE et la Russie qui, protégé par son propre "espace de sécurité," en incluant l'Ukraine et la Turquie, garderait efficacement la Turquie de l'adhésion à l'UE.
Ne surveillez pas les Russes, préconise la voix présidentielle. Et en trouvant peut-être quelque chose de rassurant dans la valeur en baisse du rouble et les revenus de l'énergie radicalement diminués du Kremlin, a dit, "un pays souffrant de tant de problèmes sérieux ne pouvait pas se lancer dans des conquêtes territoriales."
Les contradictions étaient extraordinaires. Rien que la semaine précédente, à Helsinki, les pays de L'Ouest se rencontrant avec les chefs russes ont efficacement bloqué un plan, promu par Sarkozy avec le soutien de Moscou, pour tenir une rencontre au sommet à Paris en juin sur une "nouvelle architecture de sécurité pour l'Europe." Il avait été largement écarté comme un plan pour jeter l'OTAN à l'eau.
Mardi dernier, la nouvelle ligne de Sarkozy, en acceptant l'opposition russe à l'entrée possible de l'Ukraine dans l'OTAN, était, "si le Pacte de Varsovie a existé et installait des missiles en Belgique, vous ne croyez pas que nous soutenions la partie pro-française de la Belgique ?"
Quels missiles ? Aucun n'est planifié pour l'Ukraine. Et, d'ailleurs, quel espace économique et de sécurité EU-russe ?
Un diplomate de Bruxelles, qui piste de telles inquiétudes, a dit qu'il n'en a jamais entendu et, si la performance passée était un guide, conçu pour considérer la proposition comme un autre cas "de lancer des spaghetti contre un mur pour voir s'il y en a qui collent."
Quant à Merkel, la version du briefing du journal Le Monde a dit, "L'Élysée estime que M. Sarkozy a gagné la bataille pour le leadership de l'Europe contre Merkel. En abandonnant l'idée d'un conseil d'administration de grands pays, M. Sarkozy croit qu'il a amené la Grèce, le Portugal, les Pays-Bas, aussi bien que l'Espagne et la Belgique, de son côté et dans le processus, a inversé la balance de pouvoir."
Voilà. France 5, l'Allemagne 0. Un parfait moyen de rassurer les Allemands sur la prévisibilité de Sarkozy! Sans parler du fait de garantir lui-même le soutien de l'Europe de l'Est en faveur de son plan de jeu de 2009 comme l'antagoniste aux instincts pro-américains de la République Tchèque quand il suppose la présidence d'UE le 1er janvier.
Le danger ne vient pas des armes russes, a dit Karel Schwarzenberg, le ministre des Affaires étrangères tchèque, la semaine dernière dans les remarques que pourrait avoir été visé à Sarkozy. "Le danger consiste en ce que les Russes n'acceptent pas l'idée que nous n'appartenons plus à leur empire. Pour eux, tout doit être fait avec leur permission. Ce n'est pas un territoire soviétique. Vous ne devez pas arrêter de leur rappeler."
Alors il y a la Grande-Bretagne. Le compte-rendu du Monde a dit que "on a fait que les accords confidentiels approfondissent la coopération militaire, notamment nucléaire."
À Bruxelles, le diplomate douteux a dit, "cela pourrait causer une surprise aux Britanniques." Sinon, un parti favorable à la publication d'une affaire secrète pourrait se retrouver embarrassant pour Gordon Brown.
Sarkozy ne pouvait pas faire certainement de faveurs politiques intérieures à Brown, chacun déplorant, comme annoncé, le pauvre état de la livre.
Ou en prédisant, "Londres finira en adoptant la devise unique."
Effectivement, c'était exactement ce qu'un ami de Sarkozy lui avait dit : ce ne serait pas la meilleur chose à dire pour le nouveau meilleur ami de Gordon.
Très bientôt, selon certains européens, les Allemands en particulier, la fantaisie de Sarkozy et la zone de tir libre atteindront ses limites.
La démarcation serait l'entrée de Barack Obama à la Maison Blanche, en apportant des questions comme l'Iran, l'Afghanistan et la capacité de la France à fonctionner comme un joueur d'équipe dans le contexte de son retour à l'ordre unifié d'OTAN en avril.
C'est alors que les règles permettant la capacité apparemment infinie de Sarkozy de passer d'un vieil ami à un nouveau, de la vieille position passionnée (comme Atlantiste soi-disant) au nouveau point de vue (comme re-né en tant que Gaulliste) deviennent beaucoup plus dures.
Obama aura trop peu de temps à perdre - et trop de pouvoir, de crédibilité et de persuasion - pour ne pas demander à Sarkozy s'il veut risquer un retour au manque d'à propos français en promouvant sa propre importance avec un salmigondis de politique que lui et la France ne peuvent pas livrer.
Les rédacteurs français semblent être les premiers à avoir compris.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 16 Déc 2008 - 17:42

" lancer des spaghetti contre un mur pour voir s'il y en a qui collent."

ça résume très bien la tactique sarkozienne!
à part ça, l'article est très bon!
Revenir en haut Aller en bas
Elfyn

avatar

Masculin Nombre de messages : 457
Age : 27
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 16 Déc 2008 - 20:27

Miaou a écrit:
The circumstances last week involved Sarkozy or whoever was authorized to speak for him (psst, you can bet the farm and the shack at the shore it was Sarko) attempting to recast him as a second-term Master of the Universe in 2009, regardless of his exit Dec. 31 from the EU presidency.

Eh bien, on en apprend des choses...
International Herald tribune, adressé aux expatriés anglophones : environ 250 000 lecteurs, c'est déjà ça !
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 60
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Sam 14 Fév 2009 - 11:02




When Nicolas met Carla

Avec une interrogation: pourquoi ce silence dans la presse française?
(même si, personnellement, je m'en bats l'œil)
"Her account of working out with Sarko was replayed -- and usually
distorted -- everywhere else, but not in France. There are some things
that the people do not need to know about the President of the
Republic
."

Mais Rue89 expliquait que Carla ne faisait plus vendre. Derait-elle déjà "out". Nous, on voudrait que son compagnon actuel le soit, dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 60
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Sam 14 Fév 2009 - 19:45

Impairing the European Union, Gibe by Gibe



Des disputes de gamins dans la cour de récré!

Une analyse intéressante cependant sur la situation en Europe.
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 60
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Lun 27 Juil 2009 - 11:23

Molting Season: Sarkozy’s New Feathers
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 60
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mer 30 Sep 2009 - 18:25



Sarkozy’s Obama Envy

By Christopher Dickey | NEWSWEEK

With comments below !
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 60
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 1 Déc 2009 - 10:00

Chameleon Bonaparte
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 5 Jan 2010 - 14:36

Dead Man Walking?



President Nicolas Sarkozy, once a political wizard, is suddenly fumbling the most important issues. What happened?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 5 Jan 2010 - 15:08

Traduction de Google (approximative) :

Dead Man Walking?
Le président Nicolas Sarkozy, une fois un assistant politique, est tout à coup besoin de fouiller les questions les plus importantes. Qu'est-il arrivé?

La semaine dernière néfaste des plus rudes année, le président Nicolas Sarkozy à la date où sa bien-hyped taxe sur le carbone a été jugée anticonstitutionnelle-doesnt de bon augure pour 2010, soit. Il ya un an, le Français était sur une dynamique élevée. Il venait de son séjour couronné de succès que président en exercice de l'Union européenne, au cours de laquelle il avait réussi à sceller une trêve dans le Caucase et d'inventer le groupe G20 des pays puissants face à la crise économique. Le chaos pur et simple, au niveau mondial et national, a joué à ses points forts. Son sac fidèle de manœuvres politiques continuaient à travailler leur magie à la maison. Et un manque de leadership mondial, comme les États-Unis la transition à une nouvelle administration, a fourni à Sarkozy de l'espace pour le travail de son mojo l'échelle mondiale.

Mais les derniers mois de 2009 ont été remplis de reculs politiques, ouvert querelles au sein de son propre parti, et gaffes inhabituelle à la maison, y compris un scandale de népotisme dommageables impliquant son fils, Jean. Et pendant que Sarkozy était presque venu à compter sur des rassemblements internationaux comme l'OTAN et le G20 sommets de lui donner une impulsion nouvelle popularité, le rendez-vous décevants Copenhague environnementale a été, malgré ses meilleurs efforts, loin d'un autre spectacle Sarkozy. Certains commentateurs français se demander si Sarkozy a perdu son "magic touch". Certains même repérer le moment où il déchu de ses compétences à la chaude journée de Juillet dernier quand il s'est évanoui pendant le jogging, comme si, comme le corps-Flick satisfait Snatcher thriller politique, il s'était réveillé une autre personne, un politicien klutzy médiocre.

Dernier renversement de Nicolas Sarkozy de 2009, une surprise qui est venu comme il était en vacances au Maroc, est emblématique de ces troubles récents, qui ont usé de sa popularité et revigoré ses adversaires, et qui laissent présager de nouveaux dans cette nouvelle année. Le 29 décembre, la France Cour constitutionnelle jeté de Sarkozy chèrement dite taxe sur le carbone, un prélèvement sur les pollueurs censé être le pivot de ses références écologiques (et une priorité politique du budget 2010 de la France). Le tribunal a jugé inconstitutionnelle la législation, estimant qu'elle était inéquitable et inefficace dans la lutte contre le changement climatique en ce qu'elle en fait exemptées 93 pour cent des pollueurs industriels et plus de la moitié de tous les émetteurs de carbone du gaz. Il a rejeté les excuses du gouvernement, l'envoi de la taxe à leur planche à dessin. Attendez-vous à un nouveau projet de 20 janvier.

Il s'agit d'une nouvelle grève contre "Ouverture," tactique de Nicolas Sarkozy de braconnage sur le terrain des rivaux politiques 'de gauche et d'extrême droite, qu'elle soit politique ou personnel, pour étouffer l'opposition. (Convaincre la figure populaire socialiste Bernard Kouchner à devenir son ministre des Affaires étrangères en 2007 demeure de Sarkozy avancer le plus célèbre ouverture.) Ces derniers mois, ouverture a montré ses limites que Sarkozy a été pris à l'aveuglette virant à gauche ou à droite, apparemment sans penser pleinement à travers la politique ou ses conséquences. Sa fidélité à ouverture ministres qui ont exprimé leur soutien à Roman Polanski à Septembre bouleversé son centre-base droite. Et son effort pour définir l'identité "nationale française" pour séduire les électeurs d'extrême droite s'est avérée très controversé. Cette fois-ci, sentant une menace du Parti vert après leur montrant étonnamment forte dans les élections au Parlement européen de Juin, Nicolas Sarkozy a vanté dans un discours Septembre que la taxe sur le carbone était à parité avec la légalisation de l'avortement et la fin de la peine de mort. Mais aujourd'hui, la Cour constitutionnelle a fait comprendre clairement à quel point le contenu du projet de loi à la hauteur de sa prétendue révolution verte. Elle a officiellement articulé les plus avant les critiques de Sarkozy le réformateur, qu'il est plus de style que de fond et rapide à plier aux exigences des lobbies.

Maintenant Sarkozy est coincé devoir Reprise débat houleux à l'automne dernier sur la taxe sur les élections régionales importantes Mars seulement 10 semaines de suite. La nouvelle taxe, à force d'être une nouvelle taxe, est impopulaire. Mais Sarkozy ne peut pas reculer parce qu'il était personnellement investi dans le poussant à travers la première fois (et certes le principe, sinon la facture finale, a été louable progressif). Pourtant, les choses ont changé depuis l'automne dernier. À l'époque, la venue de Copenhague sommet sur le climat, qui fait long feu misérablement en Décembre tissés comme une chance pour la France d'être exemplaire, un rôle que le français ont tendance à apprécier. Mais l'échec de Copenhague, paradoxalement, élimine ce sentiment d'urgence. Le nouveau calendrier également les ruines d'une adroite préélectorale régime Sarkozy avait éclos. La taxe sur le carbone est inhabituel en ce qu'il vise à changer un comportement plus que de DPA du budget de l'Etat. Pour aider à faciliter cette dernière en loi, Nicolas Sarkozy a décidé de ménages (mais pas les entreprises) seraient remboursés en fonction de certains facteurs prédictifs de leur utilisation de carbone (si elles ont accès au transport public, par exemple). Dans le plan original, les remboursements des ménages aurait sorti, Sarkozy a déclaré, sous forme de revenu des crédits d'impôt et les contrôles verte "en Février, juste avant les élections. Le calendrier intelligent mai ont apaisé les électeurs clé et la base nerveux de Sarkozy quelques semaines seulement avant le scrutin. Mais même s'ils retravailler le projet de loi, il ne sera pas à temps pour que la question du remboursement avant le scrutin commence.

Décision de justice la semaine dernière laisse les principaux intérêts des entreprises hésitent et encouragerait les partis d'opposition comme les socialistes et les Verts avant le vote important dernière avant la campagne 2012 l'élection présidentielle débute. Un piètres résultats de Mars pourrait donner une nouvelle vie à des adversaires qui semble hors de propos il ya un an et compliquer reste des réformes de Sarkozy. Et le rebond, il faudra une bonne dose de son toucher ancienne magie, celle qu'il avait avant cette jog prétendument fatidique de Juillet. Vous savez que vous êtes dans une année difficile quand votre scénario évoque un retour du corps-Snatchers.

© 2010
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 60
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 6 Juil 2010 - 23:02

VU DE SUISSE - En France, le pouvoir “carbonisé”

Les Suisses n'ont guère apprécié Woerth. Ils ne sont pas tendres
Affaire Bettencourt : les banques suisses chargent Eric Woerth

Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 60
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Lun 19 Juil 2010 - 21:51

French Heiress vs. Daughter and Political Intrigue
Revenir en haut Aller en bas
LaChouette



Nombre de messages : 4366
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 3 Aoû 2010 - 23:35

Les Jeux Sont Faits
The long, sad end to the presidency of Nicolas Sarkozy.
Revenir en haut Aller en bas
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 60
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 17 Aoû 2010 - 23:27

http://www.theaustralian.com.au/news/world/nicolas-sarkozy-evokes-memories-of-gestapo-by-rounding-up-roma-for-expulsion/story-e6frg6so-1225906227893


Dernière édition par Miaou le Mer 18 Aoû 2010 - 0:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
LaChouette



Nombre de messages : 4366
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Re: Portrait salé   Mar 17 Aoû 2010 - 23:43

Crying or Very sad Sad pale
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Portrait salé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Portrait salé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Portrait chinois
» Un village français refuse le portrait du président Sarkozy
» mon petit portrait
» Portrait chinois capillaire
» Le portrait chinois culinaire !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: From the rest of the World-
Sauter vers: