Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chercher et enseigner à l'Université

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miaou

avatar

Féminin Nombre de messages : 4362
Age : 59
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Chercher et enseigner à l'Université   Lun 29 Déc 2008 - 13:34

Copie d'un texte paru dans les "Chroniques d'abonnés" du Monde (le lien ne fonctionne pas)

Au moment où la Ministre est en train de peaufiner un projet de décret destiné à punir les enseignants de l'Université qui se trouveraient être de « piètres chercheurs », il n'est peut-être pas inutile de faire connaître au public ce qu'est un travail de recherche.

Quand on présente, à la télévision, des images censées illustrer l'activité de recherche, on montre volontiers des personnes en blouse blanche devant des paillasses et des tubes à essais. Mais, dans la réalité, l'activité prend des formes très diverses et recouvre différentes phases préparatoires, qui prennent souvent bien plus de temps que la « paillasse » proprement dite. Si les biologistes cherchent dans des « laboratoires », il faut aussi se demander où sont les archéologues , les paléontologues, les mathématiciens, les psychologues, les astronomes, etc. ?

Car la recherche se fait d'abord avec la pensée. Chercher, c'est formuler des questions, nous disons des hypothèses, c'est mettre en œuvre des moyens de vérifier ou d'infirmer ces hypothèses et apprendre de ce travail suffisamment pour continuer, en reformulant d'autres questions dont on essaiera de faire la preuve, etc.. Tout ce qui se passe avant le moindre geste spécialisé dans le cerveau du chercheur, ou, de plus en plus souvent, dans les cerveaux des membres de l'équipe de recherche, fait partie de ce travail et peut être long. Car une hypothèse, et la réunion de tous les éléments nécessaires à son examen, ne s'improvisent pas.

Une hypothèse est le fruit d'observations, d'expériences et de connaissances étendues. Il serait naturellement vain et ridicule de réinventer ce qu'on sait déjà. Le chercheur est censé connaître TOUT ce qui a déjà été fait ou dit sur le sujet qui l'intéresse. Et s'il est vrai que les moyens informatiques permettent aujourd'hui de trouver plus facilement les ouvrages et les articles nécessaires à sa réflexion, la prolifération de ces derniers, due à une pression aggravée sur les chercheurs pour qu'ils publient beaucoup, fait contrepoids. Se documenter sur un sujet peut prendre des semaines, des mois ! Et comme les publications paraissent sans cesse, ce travail de documentation, ou « veille scientifique », n'est jamais véritablement terminé.

Parallèlement, il faut mettre en place la méthode, le protocole comme on dit souvent, qui pourra permettre d'avancer, en général, par petits pas, pour
valider ou invalider l'hypothèse de départ. Et il faut savoir qu'il est alors fréquent de s'apercevoir que cette hypothèse a besoin d'être remaniée, et que le protocole devra être modifié, lui aussi, au vu d'aléas qui ne sont pas tous prévisibles, et ce d'autant plus que la problématique est nouvelle... Car il est impossible de reproduire en laboratoire les conditions du terrain, impossible de mettre en place sur le terrain tous les éléments souhaités, et plus généralement, difficile ou impossible de prévoir ou d'effectuer tous les contrôles nécessaires... La recherche est faite de compromis entre les vœux sophistiqués et rigoureux du chercheur et une réalité incontournable.
C'est là qu'il doit être capable d'inférer les conséquences sur ses résultats de l'ensemble des éléments qu'il n'a pu maîtriser et c'est pourquoi le chercheur s'exprime toujours en termes de probabilités.

Il ne faut pas croire non plus, que les astronomes passent leurs nuits à promener leurs télescopes, au hasard. Une observation céleste aura fait
l'objet d'une longue préparation pour déterminer la probabilité d'une découverte. Il ne faut pas croire que les historiens se jettent sur les grimoires de la Bibliothèque Nationale sans une préparation soigneuse.
Il ne faut pas croire que les archéologues se mettent à faire des trous dans le sol au hasard. Il ne faut pas croire que les psychologues interrogent les passants dans la rue en leur posant des questions jetées sur le papier une heure avant. Et que dire des expériences de physique nucléaire, de modélisation informatique, de biologie médicale, etc. !

Faire de la recherche demande du temps. Du temps pour réfléchir et préparer les bonnes questions, du temps pour réfléchir et préparer les bons dispositifs d'investigation, et du temps, parfois beaucoup de temps pour comprendre les résultats qui n'ont pas l'habitude d'être forcément ceux qu'on attend. Et, ne pas vérifier une hypothèse pose au moins autant de questions que sa vérification.

Voilà rapidement dressé le tableau schématique de l'activité de recherche proprement dite.

Mais le quotidien de l'enseignant chercheur n'est pas toujours simple...

Mais un chercheur doit aussi communiquer avec la communauté scientifique. Il doit présenter ses recherches dans des congrès, publier des articles, voire des livres. Il lui faut donc écrire. Et l'on imagine volontiers qu'écrire un article, avec toutes les règles très strictes et très codifiées inhérentes à la
science, n'est pas chose facile. On ne s'assied pas devant son traitement de texte en se disant « tiens, je vais pondre un article ce matin ». Il faut décrire avec la plus grande minutie ce qui a été fait.

Il existe une règle : une recherche doit pouvoir être reproduite et par conséquent les résultats retrouvés à partir des seules informations présentées dans l'article. Il faut aussi discuter, commenter, mettre en perspective les résultats et référencer tous les travaux déjà publiés dans le domaine.

Mais voici qu'on demande maintenant au chercheur d'effectuer des tâches qui n'ont plus rien à voir avec la recherche proprement dite. Aujourd'hui, il lui faut écrire des contrats de recherche ! On se met même à juger de sa créativité en fonction du nombre de contrats obtenus ! Il lui faut donc aussi être un bon vendeur ! Savoir tourner son texte pour faire miroiter les « merveilleuses » retombées économiques de son travail !

De qui se moque-t-on ? Edison aurait-il prédit ... ? Pasteur aurait-il prédit ... ?

Qui est le partenaire privilégié du chercheur ? Le service de communication de son institut, formé à la publicité et à la vente ? Ou d'autres passionnés comme lui, prêts à s'investir pour comprendre un phénomène ?
Doit-il rechercher la rentabilité à court terme ou les découvertes à long terme ?

Et il y a aussi une chose qu'on oublie trop souvent. Un chercheur ne commence pas à chercher en entrant dans son bureau à 9 heures et ne cesse pas à 18 heures. Un chercheur ne peut même pas véritablement se mettre en grève, car il faudrait qu'il s'arrête de penser ! Un chercheur cherche en des lieux inattendus, en des circonstances qu'on pourrait croire improbables. Un chercheur peut réfléchir à ses travaux dans son lit, dans son bain, sur un télésiège, dans le métro et dans mille autres lieux et circonstances pour peu qu'il ait le loisir de permettre à sa pensée... de penser. Un enseignant de l'Université est censé avoir une telle activité à mi-temps. Les décrets prévus par notre ministre précisent même le nombre d'heures exactement ! On voit bien que ce partage est tout à fait théorique. Selon les moments, selon l'expérience en cours, il en sera ceci ou cela.

Mais,non content de produire des textes de haut niveau, il est aussi encouragé, souvent par lui-même qui en ressent le besoin, à écrire des manuels ou des ouvrages introductifs pour les étudiants. Ces ouvrages sont complexes, car il faut toujours négocier entre le côté pédagogique et le côté scientifique, sans tomber dans la simplification ou la schématisation trop fortes. Et qu'on ne fasse pas « le coup » des droits d'auteurs. Vu la taille des tirages, ils sont souvent symboliques !

Si l'on ajoute à cela, la durée des cours et leur préparation (car on n'a pas toujours la possibilité, surtout en premier cycle, de produire des enseignements autour de ses propres thèmes de recherche), les tâches annexes d'examen, de corrections (à une époque où la demande de contrôle
continu est très forte), de jurys, de direction de mémoires ou de thèses, d'innovation pédagogique (qui est malheureusement souvent le parent pauvre, faute de temps), de tutorat (pour les étudiants mais également les chargés de cours), de participation aux Conseils de gestion ou d'administration et les activités d'organisation pédagogique, et ceci pour un salaire correspondant à celui d'un cadre petit ou moyen dans le secteur privé, on commence à se faire une idée plus précise de l'ampleur de la tâche.

Que peut-il arriver, alors, si un chercheur, accaparé par ces tâches multiples, n'a plus de contact renouvelé et soutenu avec la littérature ? Le risque essentiel, c'est qu'il perde sa créativité et qu'il ne puisse plus formuler d'hypothèses innovantes, car celles-ci proviennent directement de la confrontation des savoirs et des idées.

Faut-il vraiment ajouter qu'un chercheur ne peut qu'être très consciencieux. La qualité d'une recherche, et le fait que ses résultats « tiendront » ou non avec le temps, est directement proportionnelle à la rigueur avec laquelle elle a été menée. Le quotidien du chercheur est fait de minutie et de contrôle, ce qui s'envisage mal lorsqu'il s'agit de grappiller par-ci, par-là des minutes entre des dizaines d'autres activités.

Alors, de grâce, laissons-les en paix en n'oubliant pas qu'aucune loi n'empêchera leur cerveau de travailler le dimanche.
Revenir en haut Aller en bas
Pierre-Henri



Masculin Nombre de messages : 6
Age : 44
Localisation : Bas-Rhin
Date d'inscription : 24/09/2008

MessageSujet: Re: Chercher et enseigner à l'Université   Sam 17 Jan 2009 - 12:20

Très bon texte, qui résume parfaitement la situation de la recherche. A mettre en parallèle avec un autre, d'un littéraire cette fois, Pierre Jourde :

http://bibliobs.nouvelobs.com/20090109/9827/manuel-de-destruction-culturelle-chapitre-1-luniversite

La politique actuelle de Valérie Pécresse est tellement hallucinante d'ignorance par rapport à ce qu'est le travail d'un chercheur qu'elle en devient impossible à comprendre. Dans l'esprit de la Ministre, qui ne connaît visiblement rien à la vie universitaire, un chercheur "produit" de la recherche comme une usine produit des objets manufacturés. Il suffirait d'avoir un "business plan," de "motiver" ses "employés" (*), de faire beaucoup de publicité pour présenter ses fausses nouveautés, et le tour serait joué.

Olivier Beaud raconte une magnifique anecdote. Il y a quelques années, un ministre de l'enseignement britannique visitait une grande université. Il commence son discours en disant quelque chose comme "chers amis, puisque vous êtes tous des employés de cette université..." Un chercheur l'interrompt aussitôt : "Monsieur le ministre, nous ne sommes pas des employés de l'université. Nous sommes l'université".

En France, le pays où l'on comprend tout à l'envers, on fait exactement le contraire : on transforme définitivement les chercheurs en petits fonctionnaires d'exécution payés au rendement. On multiplie les formulaires, les projets, les notes, les évaluations, les rapports qu'il faut rendre à plusieurs dizaines de bureaucraties différentes et concurrentes (l'ANR et l'AERES n'étant que les dernières en date...) sous peine d'être déclassé. Un chercheur passe sa vie à remplir des paperasses sur les recherches qu'il n'a plus le temps ni les moyens d'accomplir par ailleurs. Ainsi, les "meilleurs chercheurs", selon l'administration, sont ceux qui ont cessé de chercher pour s'adonner entièrement au travail admnistratif. Ceux qui n'ont pas entièrement renoncé à la vie intellectuelle, ceux qui essaient de s'extraire tant bien que mal de cette glue bureaucratique, ceux-là sont en revanche considérés comme des "mauvais chercheurs." Hé, diantre, bien sûr ! Où sont leurs projets, leurs évaluations, leurs formulaires ? Ces nigauds se contentent de faire progresser la connaissance humaine alors qu'un rapport bureaucratique suffit à démontrer leur excellence ! En d'autres termes : pour être un considéré comme un bon chercheur, il faut choisir la bureaucratie. Si on choisit de consacrer son temps à la  recherche, on risque d'être catalogué comme mauvais chercheur. Kafka est mort trop tôt.

Résultat, de plus en plus : la recherche française devient un monde d'illusion, une pure machine de marketing administratif. Les dernières dépenses consacrées au nouveau logo du CNRS, au moment même où cette institution supprime ses contrats post-doctoraux, l'illustrent tristement. On remplace les chercheurs par des DRH et des publicitaires. C'est le principe du "bifidus actif" : on invente quelque chose de totalement bidon, on saupoudre de termes pseudo-scientifiques ronflants ("excellence, innovation, interdisciplinaire...") et on donne ainsi l'illusion de la recherche sans en effectuer réellement.

Et il faudrait parler aussi des diplômes universitaires proprement dits, notamment la licence, qui ressemblent à des faux en écriture tellement leur niveau est faible.

C'est terrible à dire, mais il y a dans notre pays une bulle universitaire comme il y a ailleurs une bulle spéculatrice. Comme beaucoup de chercheurs, je me demande avec angoisse combien de temps cela va durer. Combien de temps la France parviendra-t-elle à faire semblant d'être un pays de recherche ? Combien de temps avant que le monde réalise que notre effort scientifique se limite à de nouveaux logos, à quelques mauvais slogans et à une "wal-martisation" générale de nos institutions universitaires ?


----------------
(*) les "motiver" suivant les techniques du management moderne, c'est à dire les sous-payer, les harceler, les menacer de licenciement...
Revenir en haut Aller en bas
Mairon

avatar

Masculin Nombre de messages : 546
Age : 28
Localisation : Somewhere
Date d'inscription : 14/01/2012

MessageSujet: Re: Chercher et enseigner à l'Université   Jeu 5 Avr 2012 - 0:26

Articles intéressants et toujours d'actualité.
Il y a pas mal de pesanteurs dans le monde universitaire qui pourraient assez simplement être supprimées ou diminuées. Cela donnerait davantage envie de se lancer dans la voie d'enseignant-chercheur, comme c'est mon cas (en lettres et sciences humaines). Certains critères d'évaluation sont terriblement contre-productifs à mon avis : ils peuvent aller au détriment de recherches originales, laisser céder à la tentation de faire du chiffre (diluer une recherche dans plusieurs articles alors qu'elle eût pu être condensée en un), et dévaloriser des chercheurs au prétexte qu'ils n'ont pas publié dans les revues-phare, à ce que j'ai cru comprendre. En effet le quotidien de prof-chercheur est bien rempli et le temps est parfois perdu aux occupations administratives parfois complexes et elles aussi contre-productives, où la part de "risque" est grande, surtout dans les domaines nouveaux/en formation/pas institués : une prof m'a raconté qu'elle travaille pour préparer un important colloque, est obligée d'envoyer les invitations (et donc de demander aux collègues français ou étrangers de préparer leurs communications) et de faire l'agenda précis, alors que le projet peut être annulé ou ne pas recevoir les subventions suffisantes au bout du compte. Des trucs superflus mais obligatoires forcent ces profs à reléguer la plupart ou l'intégralité de leurs recherches principales durant les vacances. Bref : la situation n'est pas vraiment celle que s'imagine la plupart des gens. Outre leurs occupations purement universitaires, dans leurs équipes de recherche, pas mal de profs gèrent en même temps des associations de recherche et de vulgarisation etc. Comme le dit le premier article, c'est assez loin du "il fait quelques heures de cours par semaine, il bouquine quelques livres à la bibliothèque, puis il écrit comme ça vient un petit article".

Bref, il y a des choses à revoir... Vu sur le papier, ou considéré dans l'idéal, le métier est passionnant (surtout l'aspect recherche, l'aspect enseignant passe moins, notamment lorsqu'il s'agit de s'occuper des étudiants de licence...). Mais il peut ne pas être considéré à sa juste valeur, en tout cas pas dans toutes ses composantes, et ça rejaillit sur les doctorants, ce qui est dommage.

Améliorer cela ne demande pas vraiment de moyens supplémentaires, ça entre bien dans le cadre des mesures de Bayrou pour la présidentielle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chercher et enseigner à l'Université   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chercher et enseigner à l'Université
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prérequis de l'université
» Où vous chercher pour combler vos places?
» Université populaire du Mouvement Démocrate
» fusillade sur le campus d'une université au usa !
» [mesure Sarko] la réforme des universités

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Débats et projets :: Exprimez-Vous sur les grands thèmes :: Education et Culture-
Sauter vers: