Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 débat sur l'éducation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 15 ... 29  Suivant
AuteurMessage
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 10:23

puisque la première session de dialogue le Modem et les partis de gauche sera celle de l'Education, voici le point de vue de Vincnet Peillon, quel est votre avis, par rapport à ses propositions et que proposez vous..( on pourra peut-être faire une synthèse et l'envoyer à Bayrou, qui ne sera pas présent appramment, puisque Peillon refuse que des "présidentiables " soient dans la salle.; bizarre quand on sait que LUI est un candidat putatif...

Vincent Peillon et l'Education, enfin on parle politique !
Revenir en haut Aller en bas
johanono



Masculin Nombre de messages : 3612
Age : 34
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 24/08/2008

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 11:14

Citation :
* « Augmenter le salaire des enseignants de 50%. »

Les conditions de travail des profs étant ce qu'elles sont, il est clair que ce métier suscite de moins en moins de vocations. Beaucoup de jeunes profs sont là uniquement par défaut, et leur niveau d'instruction est lui-même parfois assez affligeant. Si une revalorisation salariale peut susciter de nouvelles vocations, pourquoi pas, mais ça ne suffit pas.

S'ils sont mieux payés, il faut aussi qu'ils soient responsabilisés. Par exemple, que les chefs d'établissement aient des pouvoirs de contrôle accrus. Selon quels critères ? Cela reste à définir, mais une telle responsabilisation est nécessaire.

Citation :
* « Augmenter le temps de présence des enseignants dans l'établissement de 50%. »


Tout dépend pour quoi faire. Je rejoins ce qui est dit dans l'article. Si c'est pour demander aux profs de faire dans l'établissement ce qu'ils ont l'habitude de faire chez eux, aucun intérêt. Si c'est pour renforcer leur présence auprès des élèves, par exemple avec des études surveillées le soir, pourquoi pas. Une augmentation du temps de présence serait aussi une contrepartie à la revalorisation salariale.

Citation :
* « Mettre dans les établissements difficiles des enseignants très chevronnés. »

Cette mesure, c'est l'Arlésienne. Apparemment, tous les gouvernements s'y essayent, mais personne n'y arrive. A part avec un intéressement salarial, je ne vois pas comment on peut arriver à mettre en place une telle mesure.

Là encore, si on décide d'augmenter les salaires de 50%, on pourrait exiger une telle contrepartie. Tout ceci serait à négocier.

Citation :
* « Faire travailler les élèves au moins trois semaines de plus par an. »

Tout dépend pour quoi faire. Et quand je lis ceci :

Citation :
* « Remettre à plat les programmes et supprimer 20% des horaires d'enseignement des élèves. »

Alors je m'inquiète. affraid On augmente la présence des élèves, mais on supprime des heures d'enseignement. Où passe la différence ? J'en déduis que Peillon veut augmenter le temps consacré à des activités autres que des activités d'enseignement. J'en déduis aussi que Peillon s'inscrit dans la lignée de cette vaste fumisterie néo-pédagogiste qui veut que l'école ne soit pas seulement un lieu de transmission de savoir, mais également un lieu de vie tendant à l'épanouissement des enfants.

Ce sont ces nouvelles pédagogies qui sont la principale cause de la situation actuelle. Tant qu'on ne reviendra pas à des méthodes d'enseignement traditionnelles, rien ne changera. A ce titre, on peut lire l'appel pour la refondation de l'école lancé il y a maintenant quelques mois par plusieurs chercheurs. On peut également lire le toujours très intéressant blog de Jean-Paul Brighelli, ou encore le site du collectif "Sauver les lettres".

Il conviendrait aussi d'offrir aux profs les moyens juridiques de contenir un phénomène grandissant, celui des parents qui contestent la moindre décision des profs de leurs enfants, et qui prennent systématiquement la défense de leurs morpions face à leurs profs. Voir notamment cet article assez édifiant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 11:31

« Faire travailler les élèves au moins trois semaines de plus par an. »

Comme Johanono, tout dépend pour quoi faire.


« Augmenter le salaire des enseignants de 50%. »

Les enseignants sont très mal payés. Donc oui.


« Augmenter le temps de présence des enseignants dans l'établissement de 50%. »

Citation :
Si c'est pour faire ce qu'ils font chez eux : préparer les cours, corriger les devoirs....peu d'intérêt.

Mais s'il s'agit d'être aussi à disposition des élèves qui en ont besoin, d'accord. Reste à voir sous quelle forme.

Idem.


« Remettre à plat les programmes et supprimer 20% des horaires d'enseignement des élèves. »

Remettre à plat les programmes, oui.

Supprimer 20% des horaires d'enseignement des élèves, ça dépend pour quoi faire et de la réforme des programmes et du temps d'enseignement que l'on veut faire.


« Mettre dans les établissements difficiles des enseignants très chevronnés. »

Oui. Mais ça suppose selon moi de revoir le système des points.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 11:35

johanono a écrit:
Alors je m'inquiète. affraid On augmente la présence des élèves, mais on supprime des heures d'enseignement. Où passe la différence ? J'en déduis que Peillon veut augmenter le temps consacré à des activités autres que des activités d'enseignement. J'en déduis aussi que Peillon s'inscrit dans la lignée de cette vaste fumisterie néo-pédagogiste qui veut que l'école ne soit pas seulement un lieu de transmission de savoir, mais également un lieu de vie tendant à l'épanouissement des enfants.

Ce sont ces nouvelles pédagogies qui sont la principale cause de la situation actuelle. Tant qu'on ne reviendra pas à des méthodes d'enseignement traditionnelles, rien ne changera. A ce titre, on peut lire l'appel pour la refondation de l'école lancé il y a maintenant quelques mois par plusieurs chercheurs. On peut également lire le toujours très intéressant blog de Jean-Paul Brighelli, ou encore le site du collectif "Sauver les lettres".

Dans certains pays l'enseignement ne se fait que le matin et l'après-midi est consacré à d'autres activités. Et je n'ai jamais entendu dire que les résultats qu'ils obtenaient étaient moins bons que les nôtres.

Alors certes, ces modèles-là ne sont pas transposable tels quels dans notre système déducatif mais on peut quand même s'en inspirer sans tomber dans la "fumisterie néo-pédagogiste".
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 13:11

je reprends la version courte de l'appel pour une refondation de l'Ecole
ici
http://www.refondation-ecole.info/fileadmin/refondation/Documents/appel_refondation_ecole.pdf

je suis tout à fait d'accord sur les constats , causes et remèdes..
pour avoir traversé l'école en tant que déléguée de parents d'élèves pendant 20 ans, j'ai eu tout loisir de faire le même constat...

je pense que le degré le plus important de l'Ecole est la Maternelle.vouloir réformer les degrés supérieurs sans s'attaquer au fond du pb dés le plus jeune age, c'est perdre son temps, et son argent...contrairement à ce que pense Darcos, la maternelle n'est pas une garderie, qui se contenterait de simples puéricultrices ou animatrices..
J'ai constaté que les enfants issus de milieux défavorisés( sur le plan intellectuel, pas forcément lié au niveau social, même si la plupart d'entres eux sont effectivement dans des catégories sociales basses), qui ne peuvent développer CHEZ EUX, un langage correct, avec un niveau de compréhension et d'élocution d'un certain nombre de mots indispensables, qui ne peuvent construire une phrase correcte , sont condamnés à stagner , et même à regresser, au cours de leur scolarité entière.

Il est fondamental de travailler sur l'oralisation des tout-petits, ça demande des personnels formés pour ça, spécifiquement, et il me semble que la formation des profs d'école est trop généraliste.Il faudrait créer une Vraie spécialité d'enseignement de maternelle, avec des profs motivés et non comme maintenant des profs balancés dans une maternelle(au gré des postes) , alors qu'ils n'ont jamais même fait un stage( et encore un stage si court n'apprend rien) dans une maternelle...je connais le pb puisque ma soeur est instit, depuis peu, et qu'elle a démarré sa carrière dans une grande section de maternelle,avec 30 enfants, dont plus de la moitié d'origine étrangère,et plusieurs cas sociaux graves...pas facile de démarrer ainsi et d'obtenir des résultats concluants, et de donner une chance égale à chacun de ces petits...donc , un jeune prof démarre sa carrière , en sachant déjà qu'il ne pourra pas mener sa mission à bien, c'est desespérant...

Donc mon premier point fondamental
-Création d'une spécialité Maternelle, avec formation spécifique.
et obligation de résultat pour tous les élèves ( sauf cas de retard mental)
à la sortie de maternelle, un enfant doit comprendre ce que le prof lui dit, et doit être capable de formuler des réponses intelligibles en bon français

Ecole primaire:

là aussi je suis d'accord que les apprentissages fondamentaux sont impératifs..
il faut admettre que savoir lire, écrire, et compter , c'est avoir les OUTILS
pour apprendre..
les premiers cycles du primaire devraient se contenter d'apprendre à utiliser ces outils correctement, et à mettre en pratique ces outils dans diverses matières , sans vouloir accumuler des tas de cours inadaptés..
exemple,apprendre à utiliser les outils dans la vie de tous les jours, faire comprendre à l'enfant que avec ces outils, il pourra lire des livres,ou avoir des renseignements( par exemple lire les panneaux , pour s'orienter, lire une carte routière, reconnaitre de produits ou des marques dans un magasin , lire une recette de cuisine, ou une règle du jeu)mais aussi écrire , exprimer des sentiments, correspondre avec les autres, etc..et enfin calculer, (sans calculette, je vois des gosses de 7 ans avec des calculettes, maintenant...), le calcul étant partout, ne serait ce que pour acheter et payer...
tant que ces outils ne sont pas acquis totalement, il est dérisoire de vouloir apprendre une langue étrangère, faire l'informatique...ce qui compte c'est l'autonomie complète.

une fois ces ouitls acquis parfaitement, il est tellement plus facile de commencer à découvrir les matières l'histoire, la géo, les sciences, et à apprendre , à débattre, et s'approprier le savoir avec plaisir...

Donc pour mon deuxième point Fondamental

Redonner à l'Ecole Primaire son rôle d'apprentissage des fondamentaux.apprentissage de l'autonomie, apprentissage de la recherche personnelle... 3 bases pour le collège..

bien évidemment le suivi des élève sen difficultés doit être obligatoire , et le contrat de l'Ecole primaire doit être rempli pour tous..
pour ce quie st du rythme scolaire, je pense que la semaine des 4 jours est débile, j'étais contre ...les enfants ne peuvent pas être en pleine concentration durant des heures, l'alternance des apprentissages d'outils et des activités d'éveil , ainsi que informatique et sports, sont fondamentales.. et d'ailleurs, dans l'éveil, les outils sont utilisés sans arrêt, mais sous forme plus ludiques..il ya des rythmes biologiques , il faut les suivre..
je trouve inadmissible qu'on adapte les horaires d'école, aux contraintes économiques, une fois de plus le marchand passe avant l'humain.

petit rajout, concernant les parents d'élèves, surtout ceux qui sont peu lettrés, il faut trouver une synergie, en parallèle avec l'école, pour leur proposer s'ils le désirent un accompagnement soit en langue , soit en perectionnement des outils..afin de les valoriser vis à vis de leurs enfants, et leur donner envie de les voir progresser..un parent qui sent qu'on s'interesse à lui, sera plus exigent vis à vis du travail de son enfant à la maison...

troisième degré le Collège

Une fois les outils acquis, l'autonomie bien gérée, et le plaisir d'apprendre bien installé, le parcours au collège devient un parcours de recherches de connaissances, de compréhension , de réflexion et de déduction..
les cours devraient dans ce cas être d'abord axés sur les grandes connaissances, dans le premier cycle du collège.. disons une palette de connaissances nécessaires non seulemnt pour la suite, mais au moins pour avoir une culture de base correcte, qui permettra plus tard de s'en sortir, meêm avec un bagage scolaire relativement bas..et bein entendu un suivi scolaire adapté, pour donner ces bases indispensables.
parce que j'en ai trop vu des gosses paumés qui ne comprennaient pas ce que disaient les profs, la langue étant devenue une ennemie, d'où la violence induite, et le refus de travailler,parce qu'ils se sentent exclus de ce monde..
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 13:26

duexième cycle du Collège

les bases sont posées, il faut maintenant commencer à spécialiser, et là, si els élèves ont bien leurs bases, naturellemnt ils pourraient commencer à choisir des options d'approfondissement,plus proches de leurs envies..
et à ce stade, les métiers manuels ne dovent plus être considérés comme des poublles à élèves perdus...je trouve lamentable, la manière dont certains profs dévalorisent tout ce qui n'est pas purement intellectuel...( je l'ai vu dans les commissions d'orientation pour les BEP, CAP etc..)
le lien entre le collège et l'entreprise doit commencer , et chaque élève devrait faire 2 stages, l'un dans un métier dit intellectuel, et l'autre dans un métier dit manuel..que chacun puisse voir les différences, les avantages , et les inconvénients...

Ensuite vient le moment de l'orientation

ce moment ne devrait pas être une orientation par défaut mais par intêret.. si les bases sont bonnes, les outils acquis, l'autonomie suffisante, et les renseigenemnts sur les différentes études et métiers correctement donnés, les élèves devraient pouvoir choisir plus sereinement une filière sans être dévalorisés, mais au contraire encouragés...la suite coulerait de source, et els résultats du lycée , ou de la formation professionnelle seraient très bons...

pour venir sur un plan plus techniques, il mes emble que dans le système que j'évoque, les profs et les élèves seraient plus sereins, que les heures seraient certainement plus efficaces, et que donc, s'acharner sur un programme hebdomadaire de 32 à 35 heures serait inutile, car l'autonomie( celle qu'on retrouve dans les pays nordiques) permet de travailler en dehors des cours.; par contre les heures en moins seraient compensées en heures de soutien pour tous ceux qui ont des difficultés , pas forcément intellectuelles mais aussi sociales, car travailler dans une chambre qu'on partage avec 3 ou 4 frères et soeurs, ça n'est pas l'idéal...
donc oui les profs doivent être plus présents, et mieux payés
à condition que les heures sup soient efficaces.; contrôle des resultats des cours de soutien.

voilà ma vision de l' Ecole, une école d'excellence, pour tous, évidemment
Revenir en haut Aller en bas
johanono



Masculin Nombre de messages : 3612
Age : 34
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 24/08/2008

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 14:21

libre a écrit:
« Augmenter le salaire des enseignants de 50%. »

Les enseignants sont très mal payés. Donc oui.

Oui, mais comme je l'ai dit, il faut aussi qu'il y ait des contreparties à cette augmentation. Par exemple, une plus grande présence des enseignants dans les établissements scolaires (avec notamment les études surveillées le soir), un pouvoir de contrôle accru du chef d'établissement, ou la nomination de profs expérimentés dans les établissements difficiles. Tout ceci est à négocier avec les syndicats concernés, mais une augmentation sans aucune contrepartie n'aurait pas beaucoup de sens.
Revenir en haut Aller en bas
johanono



Masculin Nombre de messages : 3612
Age : 34
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 24/08/2008

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 14:51

juju41 a écrit:
je pense que le degré le plus important de l'Ecole est la Maternelle.vouloir réformer les degrés supérieurs sans s'attaquer au fond du pb dés le plus jeune age, c'est perdre son temps, et son argent...

L'échec scolaire au lycée ou à la fac est souvent le fruit de lacunes accumulées depuis le plus jeune âge.

Et forcément, quand des lacunes apparaissent à la maternelle, on perd du temps en primaire à tenter de les combler. Alors forcément, le programme du primaire n'est complètement réalisé. Du coup, au collège, il faut également combler le retard pris au primaire. Et ainsi de suite jusqu'à l'enseignement supérieur : à chaque stade de la scolarité, on perd son temps à tenter de combler les lacunes accumulées auparavant.

Donc forcément, plutôt que de vouloir réformer le lycée pour faire on ne sait trop quoi exactement, il faudrait d'abord s'attaquer à la maternelle et au primaire. Si un bâtiment ne tient pas debout, c'est en général parce que les fondations ne sont pas solides. Et si les fondations ne sont pas solides, réparer la toiture ne servira à rien.

Citation :
Il est fondamental de travailler sur l'oralisation des tout-petits, ça demande des personnels formés pour ça, spécifiquement, et il me semble que la formation des profs d'école est trop généraliste.

Ne pas oublier non plus qu'un enseignement insatisfaisant en maternelle et au primaire nuira toujours avant tout aux jeunes issus de milieux populaires. Ceux des milieux aisés pourront toujours compter sur leurs parents pour combler les lacunes de l'école. Ceux des milieux populaires ne peuvent compter que sur l'école, surtout si, en plus, leurs parents ne parlent pas français à la maison.


Citation :
Ecole primaire:

là aussi je suis d'accord que les apprentissages fondamentaux sont impératifs..
il faut admettre que savoir lire, écrire, et compter , c'est avoir les OUTILS
pour apprendre..

C'est ça qui a été perdu de vue avec les nouvelles pédagogies. On prétend favoriser l'épanouissement des enfants, les amener à réfléchir par eux-mêmes plutôt que de débiter du par coeur. C'est bien gentil, mais pour réfléchir, pour s'exprimer, pour comprendre, il faut d'abord maîtriser certains fondamentaux. On voudrait permettre aux enfants de faire de jolies constructions, de jolis dessins, mais on ne leur donne pas les outils de base. Ca ne peut pas marcher.

Citation :
tant que ces outils ne sont pas acquis totalement, il est dérisoire de vouloir apprendre une langue étrangère, faire l'informatique...ce qui compte c'est l'autonomie complète.

une fois ces ouitls acquis parfaitement, il est tellement plus facile de commencer à découvrir les matières l'histoire, la géo, les sciences, et à apprendre , à débattre, et s'approprier le savoir avec plaisir...

+1

Citation :
pour ce quie st du rythme scolaire, je pense que la semaine des 4 jours est débile, j'étais contre ...les enfants ne peuvent pas être en pleine concentration durant des heures, l'alternance des apprentissages d'outils et des activités d'éveil , ainsi que informatique et sports, sont fondamentales.. et d'ailleurs, dans l'éveil, les outils sont utilisés sans arrêt, mais sous forme plus ludiques..il ya des rythmes biologiques , il faut les suivre..
je trouve inadmissible qu'on adapte les horaires d'école, aux contraintes économiques, une fois de plus le marchand passe avant l'humain.

Les contraintes économiques, ce sont souvent les contraintes imposées par les parents eux-mêmes. Si l'école le samedi a été supprimée, c'est notamment parce que ça permet à des parents de partir en week-end !

Quant à la semaine de 4 jours, les avis sont partagés. Moi-même, je n'ai pas d'avis tranché sur la question.

Il y a autre chose qui m'agace, en matière d'éducation, c'est le relativisme culturel à la Bourdieu. L'idée est que l'école ne ferait que transmettre la culture des classes dominantes, ce qui discriminerait les jeunes issus des classes populaires. Il faudrait donc adapter l'école à son public. Car la culture des classes populaires, c'est en général plutôt le néant. La culture est plutôt l'apanage des classes dominantes, mais c'est précisément parce que les classes dominantes ont cette culture qu'elles sont dominantes. En prétendant s'adapter à ce public, on les enferme en réalité dans leur ignorance et leur médiocrité, alors qu'il faudrait justement les en sortir, de leur permettre d'accéder au savoir, à la connaissance. Dans "élève", il y "élever" : le but de l'école doit d'abord être d'élever les jeunes, de les tirer vers le haut. C'est l'Allégorie de la caverne...

Par ailleurs, je pense qu'il faudrait aussi poser la question du port de l'uniforme à l'école. Je vais peut-être passer pour un vieux réac ringard, mais il me semble que la tyrannie de la mode qui pèse sur les jeunes aujourd'hui est très souvent source de violence entre les jeunes, et source de conflit entre les jeunes et leurs parents. Le port de l'uniforme ne règlerait pas tous les problèmes, bien sûr, mais il en règlerait une bonne partie.
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 15:11

je termine mon laïus..


Quatrième Degré : le Lycée- la Formation Professionnelle



Si l’orientation et l’apprentissage de l’autonomie, et l’approfondissement de certaines matières sont concluantes, le parcours au lycée devient , une préparation pour un projet, pas forcément de métier, mais au moins d’études supérieures, et limiter les échecs dans le supérieur .

Le choix des sections ou des modules( à ce stade, on peut considérer que dés la première, le système de modules peut être envisagé, avec une autonomie de plus en plus grande, afin de préparer les élèves à la fac, ou aux Ecoles supérieures) doit tenir compte du projet défini en fin de collège, avec l’orienteur et le conseil de profs (pas forcément ceux de l’élève, mais plutôt un comité spécialiste selon l’orientation désirée).



Pour les filières techniques et professionnelles, si les élèves y entrent volontairement avec la certitude de faire le Bon choix, si on ne les a pas jetés là, parce que rien d ‘autre n’était possible, je suis persuadée que beaucoup seraient de très bons professionnels sûrs d’eux, et capables de trouver du travail, et aussi de continuer leurs études s’ils le désirent .Les passerelles doivent être présentes à tous les niveaux, car il n’est rien de pire que de dire à un élève qu’il est CONDAMNE à cette filière, sans autre voix de sortie..




Tout ceci est la réflexion de 20 ans comme déléguée de parents d’élèves de la maternelle au lycée, j’ai eu la chance que mes enfants soient plutôt de bons élèves, mais j’ai surtout partagé les problèmes de centaines d’enfants et de parents, j’ai aussi pris connaissance de la difficulté d’enseigner dans ce système à la dérive, et je salue les enseignants pour leur travail et leur dévouement.




pour répondre à Johanono, je n'étais pas pour l'uniforme, et finalement, je commence à penser qu'effectivement, ça permettrait de "gommer" les différences sociales, du moins à l'intérieur de l'établissement, et limiterait les pb de rackets , quoique maintenant le racket se fait sur les téléphones portables, et le fric...

pour la semaine de 4 jours, je sais bien que les parents plaident pour, mais ils sont aussi les premiers à râler parce que le gamin est épuisé..on rejoint un pb plus intime qui est l'éducation familiale...les mêmes laissent le gamin veiller et regarder la télé, le soir..mais soyons réalistes, un enfant ne peut pas être performant intellectuellement 6 heures par jour, 4 jours par semaine.. et de plus, les enfants en difficulté qui doivent suivre des cours de soutien en supplément, sont de ce fait contraints à des horaires encore plus fatigants.. je doute que cette aide soit utile si elle arrive après une journée déjà très chargée..
Revenir en haut Aller en bas
Matunis



Masculin Nombre de messages : 287
Age : 28
Localisation : Villeurbanne (69)
Date d'inscription : 16/07/2009

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 15:57

J'aimerai juste faire une petite réflexion au niveau de l'apprentissage des langues. J'ai eu la chance de suivre un cursus très orienté apprentissage de la langue Anglaise (9h/semaine en 6ème...) et d'être presque bilingue aujourd'hui. Cependant, on se plaint généralement du faible niveau moyen en langues à la sortie du lycée.

Pourquoi ? J'ai pu comparer un peu avec les autres formations justement. Ils ne font pas d'oral. Dès la 6ème le but de l'apprentissage de l'Anglais est de passer le bac. Or, passer son bac n'est pas savoir parler la langue de manière satisfaisante. Ce bac est uniquement à l'écrit pour les Terminale S par exemple. C'est ridicule, notamment en raison du faible coefficient qui ne motive pas trop le travail dans cette matière.

Par conséquent, les génies (ou pas) de l'éducation nationale ont eu une idée: vu qu'ils sont mauvais à la fin, on a qu'à commencer plus tôt ! Résultat: en début de primaire et même en maternelle ! Ma petite soeur avec qui j'ai beaucoup d'écart avait, je m'en souviens, de l'espagnol de l'anglais et de l'allemand. Certes à petites doses, mais en maternelle ! C'est complètement ridicule. Déjà parce que ça passe avant ou en même temps que les "vraies" bases. Deuxièmement parce que tout l'effort conjugué en 5 ans pour l'anglais par un petit de cet âge là sera rattrapé en 15mns par un élève de 6ème. Alors...
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Dim 20 Sep 2009 - 18:24

Conte philosophique...

Nous nous sommes tant aimés


Quand le socialisme abandonne l’école…
Revenir en haut Aller en bas
pil



Masculin Nombre de messages : 6
Age : 56
Localisation : Brest
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 21 Sep 2009 - 3:06

J'ai eu une bonne éducation à l'école publique en 1966 et 1971. Alors ?
Revenir en haut Aller en bas
pourleboss



Masculin Nombre de messages : 3430
Age : 62
Localisation : 69100 VILLEURBANNE
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 21 Sep 2009 - 8:04

Johanono réactionnaire !!!! bin merde alors !
La seule fois où je suis d'accord - en globalité - avec ce qu'il dit !...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tmt1.fr
pourleboss



Masculin Nombre de messages : 3430
Age : 62
Localisation : 69100 VILLEURBANNE
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 21 Sep 2009 - 8:12

Les bouleversements structurels espérés par vincent Peillon sont une chose... une sorte de réglages de moteur.

En fait, il faudrait changer le moteur et commencer par analyser, soupeser, vérifier "ceux qui apprennent à ceux qui doivent apprendre". Leur idéologie... leurs connaissances... leur assujettissement politique.

Et là, en place d'un bouleversement structurel, il pourrait y avoir un "séïsme politique".

Peillon ne fait pas de politique, là, il fait de la mécanique.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tmt1.fr
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 21 Sep 2009 - 8:52

pour info

Même assouplie, la carte scolaire n’a pas favorisé la mixité




Si elle a apporté davantage de transparence, la réforme lancée il y a deux ans a eu tendance à creuser le fossé entre « bons » et « mauvais » établissements
Revenir en haut Aller en bas
tulipe2



Nombre de messages : 1772
Localisation : Paris
Date d'inscription : 08/11/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 21 Sep 2009 - 13:35

Dans les notes internes au ministère de l'Education Nationale (dans le rapport sur la réforme du premier degré publié par l'Inspection générale, à l'intention du ministre) : une note signée de deux ispecteurs généraux. Qu’en pensez-vous ?



« Dans l'immédiat, il est indispensable de lutter contre les habitudes de grignotage du temps installées avec les sorties scolaires et les interventions extérieures, qui déconcentrent les élèves et qui font perdre beaucoup de temps sur les apprentissages, en prenant des mesures de restriction des empiètements tolérés, et parfois encouragés, sur le temps scolaire, en revoyant et limitant les agréments et autorisations. »
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 21 Sep 2009 - 14:15

je pense que les intervenants extérieurs et les sorties scolaires, sont valables, à condition qu'elles soient dans le droit fil de l'acquisition des outils et de l'apprentissage de travail personnel.. par exemple, nos élèves de primaire vont au bord de la Loire éxaminer la faune et la flore, on peut utiliser ce temps d'observation, à l'oralisation de constats, au comptage des specimens, au classement, etc.. si c'est juste une balade, ça ne sert à rien...
Revenir en haut Aller en bas
pourleboss



Masculin Nombre de messages : 3430
Age : 62
Localisation : 69100 VILLEURBANNE
Date d'inscription : 22/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 21 Sep 2009 - 17:01

Sortir de l'école et "toucher du doigt" la science, c'est une forme de "respiration" qui ne doit pas être abandonnée. Si c'est pour aller lêcher les vitrines, effectivement, c'est pas nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.tmt1.fr
Jean-Luc



Masculin Nombre de messages : 17938
Age : 65
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 21 Sep 2009 - 17:06

Sauf si c'est en vue d'une dissertation sur le thème « La salive est-elle un bon succédané au liquide lave-vitres ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
khany



Nombre de messages : 818
Date d'inscription : 13/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 21 Sep 2009 - 17:29

globalement du même avis que vous. (notamment sur la spécificité de la maternelle)

pour les intervenants, çà peut être une bonne chose (par exemple les visites d'anciens déportés ou résistants... ) mais cela dépend beaucoup de la personne, la pédagogie çà n'est pas donné à tout le monde .

pour les langues, l'oreille des enfants est effectivement plus "souple" que celle des adultes mais une leçon hebdomadaire n'est pas assez efficace, c'est trop peu.
les écoles où une partie des leçons se font en langues (régionales ou étrangères) montrent des enfants très à l'aise dans les 2 langues.
(c'est également le cas dans les familles multilingues, dans d'autres pays aussi, où les habitudes de diffusions d'émissions en VO sous titrée, rendent le maniement d'une autre langue plus intuitif et naturel qu'en France) .
Il faudrait favoriserà ce compte là des écoutes de textes (CD audio) et la diffusion à la télé en VO (çà commence avec le cable et la TNT mais çà devrait être un choix systématiquement possible)

Pour ce qui est du rythme, il faudrait revoir cette histoire de soutien surtout. Il est destiné à des enfants en difficulté, ceux qui peinent, qui doivent fournir déjà plus d'efforts et on leur rajoute, qui 30mn, qui 1h (selon les écoles) de soutien 2 à 4 fois par semaine. On leur rallonge encore la journée, les efforts de concentration. Pour ceux là il vaudrait bien mieux basculer ces heures là le mercredi ou le samedi matin.

il faudrait également revoir la tonne de paperasserie que doivent remplir les enseignants , de réunion de concertation pour voir comment on va faire la prochaine réunion (la partie "mamouth" du ministère). J'exagère à peine. Rien que comme parents élu, je dois me faire la réunion de préparation du Conseil d'administration du collège puis la réunion du conseil d'administration elle même, sachant que les professeurs ont , eux, en plus une réunion pédagogique pour préparer la réunion préparatoire (vous avez suivi?) et c'est la même chose à tous les niveaux....

il faudrait également revoir les moyens informatiques dans les établissements. Ici , le collège vient de mettre en place le "cartable en ligne". Chaque professeur est censé remplir ce qui est fait au fur et à mesure dans les programmes pour que les absents puissent rattraper au fur et à mesure. Bonne idée. Sauf que il y a 85 professeurs dans l'établissements et pas vraiment les moyens informatiques sur place en quantité. Du coup, ils doivent le faire après les cours ... ou alors camper sur place.
Si on veut que les profs soient plus présents dans les établissements, çà commence aussi par mettre à leur disposition des locaux, des ordinateurs, des documentations ou des connections internet , bref de quoi avancer leur travail tout en étant disponible pour les élèves et les parents demandeurs (comme aux etats unis pour le coup) . Sinon, comme les profs ont également une vie après les cours, il ne faut pas attendre d'eux qu'ils soient là tous les jours jusqu'à 19h et ensuite rentrent chez eux préparer des cours jusqu'à minuit ! Assurer l'aide aux devoirs , ce ne peut pas être possible tous les soirs, ou alors c'est à mon avis au détriment de la préparation des cours, surtout en début de carrière quand il faut les bâtir complètement, ces cours.

(pour info quand je préparais mes formations pour adultes la première fois, je passais 1h30 pour une heure devant mes stagiaires et maintenant je passe encore 1 à 2heures pour chaque journée, pour les adapter à mes 12 stagiaires -bien moins qu'une classe donc- vérifier mes docs les mettre à jour etc ...et je n'ai aucune correction à prévoir)
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 11 Jan 2010 - 11:33

Revenir en haut Aller en bas
Miaou



Féminin Nombre de messages : 4358
Age : 58
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 11 Jan 2010 - 13:49

L'incompréhension entre le collège et les familles n’est pas une fatalité: http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/01/11/l-incomprehension-entre-le-college-et-les-familles-n-est-pas-une-fatalite_1289949_3224.html#ens_id=1289992

Descoings-Minc-Sebag, le triangle infernal de la diversité

Sur les voeux de NS:
- 20 minutes: "
VOEUX A L'EDUCATION ET LA RECHERCHE
30% de boursiers, sinon rien"
- Le Figaro:Quotas de boursiers: Sarkozy persiste
- Le Monde: M. Sarkozy veut des grandes écoles pour tous mais sans quota (http://lemonde.fr/societe/article/2010/01/11/m-sarkozy-veut-des-grandes-ecoles-pour-tous-mais-sans quota_1289952_3224.html#ens_id=1088072

Il sait tellement dire tout et son contraire dans un même discours, voire dans une même phrase, que personne ne comprends ce qu'il dit.


Revenir en haut Aller en bas
Miaou



Féminin Nombre de messages : 4358
Age : 58
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 12/07/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 11 Jan 2010 - 14:03

Dans les suggestions plus haut , je rajouterais ceci (j'avais déjà évoqué ceci sur un autre fil)
- au niveau collège (éventuellement lycée), affectation de la salle de classe aux élèves et non à l'enseignant, ce qui éviterait les perturbations lors des changements de salle et le quart d'heure de discipline avant la reprise du cours (je sais, les profs n'en veulent pas en général)
- attribution d'un bureau à chaque professeur, qui soit un lieu de travail, avec outils appropriés (informatique,..) et où les élèves, les parents, les collègues peuvent aller le voir, ou dans lequel il puisse suivre le travail de quelques élèves.
Revenir en haut Aller en bas
signora



Féminin Nombre de messages : 17026
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 11 Jan 2010 - 14:11

Descoin, minc, sabag le trio infernal de la diversité ...

M^me si vous avez peu de temps lisez l'article ci-dessus mis en ligne par miaou, un régal !

Citation :
Qu’aurait pensé l’imprécateur de Bouvard et Pécuchet du spectacle attendrissant qu’offrent aujourd’hui les duettistes de la discrimination positive, Richard Descoings et Alain Minc ? Ou faut-il dire le trio, tant les idées — le mot est peut-être un peu exagéré — qu’ils défendent semblent l’écho des propositions de Yazid Sabeg, le commissaire à la diversité, à l’égalité des chances et à l’auto-satisfaction

.......................

Citation :
Comment s’étonner que les responsables desdites Grandes Ecoles s’émeuvent de ce discours calibré pour plaire… pour plaire à qui, d’ailleurs ? Le Monde ouvre ses colonnes aux chantres de l’« affirmative action » (2), et les hauts responsables du Figaro ne leur sont pas hostiles, malgré ce qu’en disent avec talent tel ou tel de leurs collaborateurs (3). Touchante unanimité. Les uns et les autres se sont-ils demandé ce qu’en pensent leurs lecteurs ? Ce qu’en pensent les enseignants ? Ce qu’en pensent même les jeunes — y compris ceux que cela semble concerner ? Croient-ils vraiment que tant de parents ou grands-parents d’élèves veuillent voir passer devant leurs enfants ou leurs petits-enfants des gosses qui se sont donné la peine de naître… de l’autre côté du périphérique ?

.........................

Citation :
Restait à la Bêtise un dernier bastion à conquérir, les classes préparatoires. Une ultime forteresse à raser, les grandes écoles. Nous y sommes presque. On en reviendra d’ici peu à un système d’« entretiens » faussés et de cooptation vraie, un pseudo « mérite » qui ressemblera fichtrement au piston. Seuls des concours anonymes, de haut niveau, où n’apparaissent ni la couleur de la peau, ni les (in)croyances religieuses, peuvent assurer le renouvellement des cadres et l’éclosion des talents — la vie d’une République. Les propositions d’aujourd’hui, outre leur inconséquence pédagogique, marquent la fin d’une certaine… identité française. Quand le communautarisme frappe à la porte et que les démagogues l’entrouvrent, nous pouvons tout redouter — y compris le Quatrième Reich.


Dernière édition par signora le Lun 11 Jan 2010 - 14:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
signora



Féminin Nombre de messages : 17026
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Lun 11 Jan 2010 - 14:14

@miaou

Affectation de la salle aux élèves et non aux enseignants ?
Combat de parents d'élèves perdu !
Je m'y suis cassé le nez ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: débat sur l'éducation   Aujourd'hui à 15:08

Revenir en haut Aller en bas
 
débat sur l'éducation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 29Aller à la page : 1, 2, 3 ... 15 ... 29  Suivant
 Sujets similaires
-
» l'éducation de son enfant sans frustration
» Quand l'éducation "alternative" isole...
» éducation, sv, pression sociale
» Quel type d'éducation pour les enfants issus de l'immigration?
» intérêt éducation nationnale vs intérêt de l'enfant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: France-
Sauter vers: