Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mer 24 Oct 2012 - 14:46

juju41 a écrit:
mouarf..
l'Etat va aider a banque de PSA à hauteur de 7 mlliards( c'est nous qui payons), mais avec des contreparties.. on se dit ah! enfin, ils deviennent intelligents! ..mais.. il y un Mais! la direction de PSA accepte de ne pas verser de stock options pendant 3 ans, fort bien, MAIS, refuse de péréniser les emplois, ou de geler tout plan social..et voilà, patatra.. le gouvernement a encore joué petit bras avec nos sous..on va payer, pour rien, surtout qu'en parallèle, le même gouvernement vient de durcir le malus des bagnoles fabriquées par PSA, ce qui, on s'en doute ne va pas aider à vendre, et encore quelques milliards( c'est nous qui payons) vont disparaitre en fumée..avec un résultat absolument nul..

allez un coup de shadok!


Ils sont aussi nuls que leurs prédécesseurs qui officiaient pendant le quinquennat de Sarko.
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Ven 26 Oct 2012 - 11:02

Revenir en haut Aller en bas
Gribouille



Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 46
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Sam 27 Oct 2012 - 17:21

Les non-dits d'un choc de compétitivité pour la France

Ne nous voilons pas la face, derrière le "choc de compétitivité" qu'on essaie de nous vendre sur les médias se cache toujours le rôle délétère de l'Euro sur notre économie.
Revenir en haut Aller en bas
Gribouille



Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 46
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Lun 29 Oct 2012 - 7:43

Compétitivité : le patronat fait monter la pression avant le rapport Gallois

Ce ne sont pas des pigeons mais des vautours. Ou comment restaurer ses marges sans aucun effort.
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Lun 29 Oct 2012 - 11:09

Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Lun 29 Oct 2012 - 12:54

une très bonne lettre ouverte d'un directeur financier de PME


Lettre ouverte aux grands patrons français

http://resultat-exploitations.blogs.liberation.fr/finances/2012/10/lettre-ouvert-aux-grands-patrons.html


attention les " propositions " de réductions de dépenses sont purement du second degré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 8 Nov 2012 - 18:43

Revenir en haut Aller en bas
LaChouette



Nombre de messages : 4366
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mar 27 Nov 2012 - 11:15

Revenir en haut Aller en bas
johanono



Masculin Nombre de messages : 3612
Age : 34
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 24/08/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mar 27 Nov 2012 - 20:59

Montebourg aurait pu se passer de ses attaques contre Mittal.

Quant au fond du sujet (la nationalisation), Montebourg a raison.

On ne peut pas, d'un côté, gueuler contre ces méchantes multinationales étrangères qui rachètent des usines françaises avant de les fermer, et de l'autre, rester les bras ballants quand on est confronté à un cas concret d'une usine apparemment rentable mais menacée de fermeture par son propriétaire étranger.

Par le passé, Sarkozy s'était emparé de dossiers similaires, il avait notamment promis aux salariés de Gandrange qu'il ne les laisserait pas tomber, et on sait ce qu'il en fut.

Avec cette idée de nationalisation, Montebourg a le mérite d'essayer d'apporter une solution concrète. Evidemment, la nationalisation est une solution provisoire : l'Etat n'a pas vocation à être durablement propriétaire de sites industriels, il devra donc tôt ou tard revendre les sites ainsi nationalisés. N'empêche que si une nationalisation peut empêcher Mittal de faire des c... avec ce site, alors j'ai envie de dire : pourquoi pas ?
Revenir en haut Aller en bas
signora



Féminin Nombre de messages : 17026
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Sam 1 Déc 2012 - 12:30

info Nordnet

Florange: le compromis fraîchement accueilli, Montebourg contesté
PARIS (AFP) - 01/12/2012 10:58




Des salariés d'ArcelorMittal écoutent la déclaration du Premier ministre Jean-Marc Ayrault à la télévision, le 30 novembre 2012 à Florange. (AFP-Jean-Christophe Verhaegen)


Le compromis trouvé sur Florange par Jean-Marc Ayrault avec ArcelorMittal a été fraîchement accueilli par les syndicats, qui doutent de l'engagement réel de Mittal, et isole le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, promoteur d'une nationalisation.

Au terme de plusieurs semaines de bras de fer entre le premier groupe sidérurgique mondial ArcelorMittal qui voulait fermer les hauts fourneaux mosellans et Arnaud Montebourg qui menaçait de nationaliser l'ensemble du site pour le revendre à un mystérieux repreneur, la tête de l'exécutif a rendu un jugement de Salomon.

"Jusqu'à la dernière minute quasiment, on nous a fait croire que la nationalisation temporaire était acquise. On n'a pas compris du tout ce pataquès de dernière minute où Jean-Marc Ayrault a annoncé une piste qui n'avait jamais été évoquée", a déclaré Edouard Martin, l'emblématique leader de la CFDT de Florange, samedi sur RTL.

Lui-même avait qualifié la veille au soir M. Ayrault de "traître".

Le responsable fédéral de Force Ouvrière Frédéric Souillot s'est pour sa part déclaré "satisfait" mais redoute de la "poudre aux yeux".


Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, à Matignon à Paris le 30 novembre 2012. (AFP-Kenzo Tribouillard)


Dans la classe politique, Harlem Désir, premier secrétaire du PS, a appelé "toutes les forces sociales et économiques" à se mobiliser "pour l'avenir de Florange et de l'industrie française". La présidente du FN, Marine Le Pen, a de son côté regretté "que le gouvernement n'ait pas profité de cette nouvelle crise de l'acier lorrain pour définir un plan d'ensemble en faveur de la sidérurgie française".

Au final, ArcelorMittal accepte d'investir 180 millions d'euros sur cinq ans, de maintenir en état de fonctionnement les hauts fourneaux s'ils doivent être utilisés plus tard dans le cadre du projet européen de captage de CO2 Ulcos, et d'opérer au fil de l'eau des réductions d'effectifs parmi les 629 salariés en jeu, mais sans licenciements secs.

Le ministre du Travail Michel Sapin a dit samedi sur Europe 1 "comprendre les réactions de scepticisme des salariés".

"Compte tenu des antécédents, de ce que les salariés ont pu connaître, des batailles qu'ils ont menées et que M. Mittal leur a volées en ne tenant pas ses promesses, oui nous serons extrêmement attentifs, jour après jour, à ce que les engagements fermes et inconditionnels soient tenus par M. Mittal", a déclaré le ministre.


Le syndicaliste CFDT Edouard Martin réagit après les déclarations du Premier ministre Jean-Marc Ayrault sur l'avenir d'ArcelorMittal, le 30 novembre 2012 à Florange. (AFP-Jean-Christophe Verhaegen)


Lakshmi Mittal, le patron d'ArcelorMittal, a été souvent critiqué par les responsables syndicaux comme ne tenant pas ses promesses.

Pour M. Martin, "si le patron n'était pas Mittal on aurait pu crier quasiment victoire", mais, a-t-il ajouté, Lakshmi Mittal "n'a jamais respecté les engagments qu'il a pris".

Politiquement, le dénouement devrait avoir un goût amer pour Arnaud Montebourg, trublion du gouvernement qui n'a pas su faire pencher complètement en sa faveur l'arbitrage de Matignon. Il est resté silencieux depuis l'annonce.

M. Montebourg, qui exaspère parfois jusque dans son camp à cause de ses coups d'éclat, s'est retrouvé isolé au sein du gouvernement malgré le succès de sa proposition de nationalisation temporaire qui a rallié de nombreux soutiens sur presque tout l'échiquier politique.

"Montebourg voulait vraiment nationaliser. Mais pas les autres", selon une source gouvernementale.

Du côté du gouvernement, il sera toujours possible d'argumenter que le travail de M. Montebourg a été utile pour faire plier Lakshmi Mittal. "On s'en est servis comme arme dans la négociation", selon la source gouvernementale.

Sur le fond, plusieurs incertitudes demeurent: l'application effective de l'accord par ArcelorMittal (qui ne s'est toujours pas exprimé samedi matin) et le projet Ulcos.

Dans son rapport au gouvernement de juillet sur l'avenir de Florange, l'expert Pascal Faure évoquait les nombreuses menaces qui planent sur Ulcos, projet "lourd et non rentable", "pavé de très nombreuses incertitudes techniques et financières" et qui risque de faire face à des difficultés juridico-administratives.

Pour M. Faure, si "Ulcos peut être l'occasion de faire de Florange le premier site sidérurgique de nouvelle génération", "l'avenir du site ne saurait uniquement dépendre de sa réalisation compte tenu des incertitudes inhérentes à sa mise en oeuvre.

Commentaire perso : j'aurais bien dit^pourquoi pas aussi ? dommage ... Je comprends que les syndicalistes soient un peu échaudés par les promesses de Mittal !
Mais je me demande si cette nationalisation aurait été "permise"par l'Europe ?
Quant à contester Montebourg ce serait dommage ... peut être en effet cela a permis de débloquer la situation. Il est courageux reconnaissons lui cette qualité.


A suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc



Masculin Nombre de messages : 17938
Age : 65
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Sam 1 Déc 2012 - 12:57

Ça change quand même de Sarko avec Gandrange… Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Gribouille



Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 46
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Lun 3 Déc 2012 - 10:34

FLORANGE: la trahison du “socialisme” compassionnel

Citation :
les méthodes de MITTAL. Lors de la privatisation de la sidérurgie sud-africaine, MITTAL, qui avait racheté environ 80% des capacités de production, n’a pas investi mais a augmenté les prix des produits laminés de 30%, tuant ainsi l’industrie automobile locale1, et compromettant dans une large mesure la stratégie de développement adoptée par le nouveau pouvoir de Pretoria2.
Citation :
Pourtant, il faut rappeler qu’une stratégie de développement des activités « chaudes » (les hauts-fourneaux) est parfaitement possible. On sait depuis des dizaines d’années que la production de fonte et d’acier dégage des gaz à hautes températures, qui n’étaient jusqu’à présent que source de pollution. Or, depuis environ dix ans se sont développées des activités permettant la réutilisation de ces gaz, soit pour produire de l’énergie, soit pour développer des productions chimiques à haute valeur ajoutée. Le haut-fourneau ne doit plus être envisagé comme une entité unique mais comme la pièce centrale d’un ensemble d’activités liées, on peut ici parler de « cluster », dont la somme dégage des profits importants, ce qui contribue à faire baisser fortement le coût de l’acier produit. Contrairement à une idée reçue, la sidérurgie n’est pas une activité du passé, mais une activité d’avenir entraînant dans son sillage des activités connexes à haute technologie. Mais, ceci implique des investissements importants, et une association entre la société productrice d’acier et des sociétés chargées de ces activités connexes. Or, cette logique est diamétralement opposée à la logique financière de MITTAL. Investir dans la création d’un « cluster » de ce genre à Florange, ce qui serait possible et rentable, reviendrait à immobiliser des investissements dans la sidérurgie au moment où le groupe cherche à se désendetter
Citation :
Si l’on peut comprendre pourquoi MITTAL ne veut pas réaliser ces investissements (et il est clair que les sommes annoncées ne correspondent nullement à une telle stratégie) on peut se demander pourquoi il refuse de vendre la totalité du site, les parties « chaudes » et parties « froides » incluses. La réponse tient en deux mots : profits et non-concurrence. La partie « froide » su site dégage des profits satisfaisants pour le groupe MITTAL, dont il a besoin dans sa logique de désendettement. Par ailleurs, la vente du site dans son ensemble ouvrirait la porte à un repreneur qui serait en mesure, surtout s’il est mû par une réelle logique industrielle, d’exercer une concurrence importante sur les autres installations de MITTAL en France. En fait, et c’est ce dont les adversaires d’une nationalisation du site ne se sont absolument pas rendu compte tout à leurs glapissements hystériques, comme ceux de dame Parisot, la nationalisation est aujourd’hui le seul moyen pour réintroduire de la concurrence dans une activité qui, de fait, est fort peu concurrentielle.
Citation :
Aujourd’hui, en favorisant un compromis boiteux avec MITTAL et en refusant de prendre ses responsabilités, le gouvernement français rend à nouveau impossible l’émergence d’une réelle stratégie industrielle. On peut spéculer sur les raisons de ce choix. Il y a probablement l’idée reçue que la sidérurgie est une activité « du passé », si courante chez les non-spécialistes et les demi-banquiers qui peuplent les cabinets ministériels socialistes. Il y a sans doute aussi l’idée qu’il suffit de trouver une demi-mesure qui pourra passer, avec l’aide d’agences en communication, pour un succès véritable. Il est vrai que cette attitude tend à devenir un système dans ce gouvernement. On peut craindre enfin une raison politique : abaisser le remuant Arnaud Montebourg au profit du très libéral Moscovici, dont il est notoire qu’il s’est plus occupé des élections internes au PS que de son ministère cet été.
Revenir en haut Aller en bas
AG59



Masculin Nombre de messages : 4591
Age : 41
Localisation : Orchies(59)
Date d'inscription : 23/03/2010

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Lun 3 Déc 2012 - 11:16

espérons,vue que Mittal a été mis sous les projecteurs, qu'il tiendra ses promesses cette fois ci.

Il parait qu'il y a aussi un accord secret passé entre Mittal et Ayrault sur l'unité de production qui concerne sa circonscription.

_________________
« Touche pas à mon pote-iron ! »
Jean-Luc
Revenir en haut Aller en bas
signora



Féminin Nombre de messages : 17026
Localisation : lyon
Date d'inscription : 15/07/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mar 4 Déc 2012 - 10:43

Je suis assez surprise pour le noter ici, c'est bien la première fois que je me retrouve entièrement d'accord avec les propos d' HGuaino ... Rolling Eyes

Il a bien raison la nationalisation temporaire de l'usine mittal aurait été une bonne chose ce dernier semble avoir en tête de transférer hors de France et même hors de l'Europe l'ensemble de ce type d'industrie. Pour ceux que cela interesse n'hésitez pas à aller écouter son propos sur le site d'RMC il était ce matin l'invité de JJBourdin.

Et il n'est pas le seul à droite à penser ainsi ... Mittal doit être observé et tenir ses engagements.
Revenir en haut Aller en bas
SaPa



Masculin Nombre de messages : 7155
Age : 60
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mar 4 Déc 2012 - 18:17

il le dit ... mais le pense t il ...?? il dit rarement ce qu'il pense ...
Obama l'a fait ... En Allemagne aussi
Mais Hollande ...Il a pris l'Habitude de se coucher
il Suffit que Madame Parisot lui fasse la leçon ou Merkel ...
remarque avec Sègolène ...
Ca devait pas etre marrant tous les jours
Revenir en haut Aller en bas
SaPa



Masculin Nombre de messages : 7155
Age : 60
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mar 4 Déc 2012 - 18:36

AG59 a écrit:
espérons,vue que Mittal a été mis sous les projecteurs, qu'il tiendra ses promesses cette fois ci.

Il parait qu'il y a aussi un accord secret passé entre Mittal et Ayrault sur l'unité de production qui concerne sa circonscription.


Mittal c'est Goldman Sachs ...
http://www.lefigaro.fr/societes-etrangeres/2008/06/30/04011-20080630ARTFIG00343-lakshmi-mittal-rentre-au-ca-de-goldman-sachs.php

Ce sont les Sauterelles ...Ils sont là pour tout bouffer
on avait une bonne occasion pour s'en débarrasser
avec ce Gouvernement ...on est parti pour se faire dépecer
pourtant en France ...on a des banques aussi
et l'epargne des Français ... c'est mieux qu'il serve notre économie
que de jouer à la Bourse
ils ne font pas ce qu'ils ont promis
Ca mérite une Motion de Censure
ce gouvernement est trop faible
il a besoin d'une Ouverture au Centre ...
Revenir en haut Aller en bas
SaPa



Masculin Nombre de messages : 7155
Age : 60
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mar 4 Déc 2012 - 19:02

"Montebourg voulait vraiment nationaliser. Mais pas les autres", selon une source gouvernementale...

Quels autres et pourquoi ...??
Revenir en haut Aller en bas
Gribouille



Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 46
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mer 5 Déc 2012 - 13:53

Florange: La trahison... bis, par Jacques Sapir

Citation :
Ainsi, c’était donc ça. L’accord avec MITTAL, sur lequel on pouvait déjà avoir des doutes importants compte tenu de la « réputation » de la société à ne pas tenir ses promesses, se révèle n’être qu’un plan social camouflé.
Citation :
On lit sans problème la stratégie de MITTAL, qui consiste à menacer, en cas de nationalisation de l’ensemble du site de Florange, de cesser ses investissements dans le reste du pays, et qui menace donc l’emploi. Cette stratégie est efficace, mais elle ne l’est que parce que le gouvernement ne veut pas traiter du problème dans son ensemble, c’est-à-dire de l’ensemble des installations de MITTAL en France. On dira que le coût serait extrêmement élevé. Non, si on le fait dans une logique où ces activités seraient reprises par un ou plusieurs repreneurs. La question de la gestion et des activités commerciales serait réglée par des sociétés déjà existantes.

Jean-Marc Ayrault prétend que ce repreneur n’existe pas. Or, les deux sites de Florange sont connus pour intéresser beaucoup de monde, le groupe russe SEVERSTAL entre autres, mais pas seulement. La possibilité de trouver un repreneur était bien présente, mais à la condition d’une reprise globale du site. C’est sur cette ambiguïté qu’a jouée le Premier ministre pour imposer l’accord qu’il voulait. Cet homme, de Notre Dame des Landes à Florange, sera désespérément resté un élu local.
Citation :
La mise en place d’une logique industrielle d’ensemble cohérente et la seule réponse possible à l’attitude du groupe MITTAL. Les éléments de cette logique existent, ainsi que les partenaires, qu’il s’agisse de sociétés françaises ou de sociétés étrangères. Mais, cette logique étant contradictoire avec celle de MITTAL, il convient donc de se débarrasser de ce groupe, et pour cela d’en nationaliser l’ensemble des établissements sur le territoire français.
Citation :
Où, plus précisément, c’est bien la volonté de penser le développement d’ensemble de l’industrie, les coexistences de filières sur un même site, qui est aujourd’hui absente dans le pôle libéral de ce gouvernement, représenté par Sapin, l’homme qui accepte le chômage, par Moscovici, l’homme qui accepte l’Euro et les pertes de compétitivité qui en découlent, et par Ayrault, Premier ministre plus attaché à sa circonscription qu’aux intérêts du pays et de l’ensemble de ses travailleurs.

Oui, le « socialisme » compassionnel a bien trahi les travailleurs de Florange, et d’autres trahisons se préparent, qui laisseront toutes un goût de plus en plus amer. Jusqu’à ce que ce gouvernement soit régurgité par ceux là même qui l’ont élu.
Revenir en haut Aller en bas
SaPa



Masculin Nombre de messages : 7155
Age : 60
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mer 5 Déc 2012 - 20:00

La Finance ... qui murmurait à l'oreille du Gouvernement Hollande ...



Revenir en haut Aller en bas
SaPa



Masculin Nombre de messages : 7155
Age : 60
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mer 5 Déc 2012 - 20:11

Jacques Attali : " Ces Gens Là ..."




http://www.francetvinfo.fr/florange-les-syndicats-se-sentent-trahis-apres-leur-rencontre-avec-ayrault_182005.html#xtor=RSS-3-[france]

Florange : les syndicats se sentent "trahis" après leur rencontre avec Ayrault
le 05/12/2012

FLORANGE - "On sort de Matignon avec des questions sans réponse", lâche, dégoûté, Edouard Martin, le délégué CFDT de Florange, mercredi 5 décembre, dans la cour de Matignon. A l'issue de leur rendez-vous avec Jean-Marc Ayrault, censé lever leurs doutes quant à l'accord signé entre le gouvernement et l'industriel Mittal, les syndicats du site sidérurgique mosellan n'ont pas caché leur dépit.

"Nous contestons l'accord qui a été signé (...), aujourd'hui la logique du gouvernement rejoint la logique industrielle de Mittal et c'est dangereux", s'est insurgé Yves Fabbri, le délégué CGT. Son syndicat "refuse l'accompagnement social de cet accord, (...) cette politique de casse qui va entraîner de la précarité supplémentaire en Lorraine". "On se sent trahis, dix-huit mois de lutte pour en arriver là, à rien, une coquille vide"
.
Revenir en haut Aller en bas
SaPa



Masculin Nombre de messages : 7155
Age : 60
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mer 5 Déc 2012 - 20:21

http://www.20minutes.fr/economie/1058447-florange-deux-poids-lourds-siderurgie-ete-prets-a-reprendre-site

Florange: Deux «poids lourds» de la sidérurgie auraient été prêts à reprendre le site

le 05/12/2012



http://www.20minutes.fr/ledirect/1058509/florange-repreneur-existait-bel-bien-selon-najat-vallaud-belkacem
Florange: Le repreneur existait bel et bien, selon Najat Vallaud-Belkacem
le 05.12.12

Bernard Serin, président du FC Metz et président de CMI, groupe notamment spécialisé dans la sidérurgie, était le repreneur évoqué par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg pour le site de Florange, rapportent lundi plusieurs médias.

>>> Le gouvernement s'est-il fait rouler par ArcelorMittal?

Arnaud Montebourg avait indiqué la semaine passée avoir trouvé un repreneur, "un aciériste, un industriel", susceptible d'investir près de 400 millions d'euros dans la rénovation des installations du site lorrain.
Revenir en haut Aller en bas
SaPa



Masculin Nombre de messages : 7155
Age : 60
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 6 Déc 2012 - 16:39

>>> Le gouvernement s'est-il fait rouler par ArcelorMittal?
Réponse : Oui ...

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/12/06/97001-20121206FILWWW00472-arcelormittal-a-enfume-tout-le-monde.php

ArcelorMittal a "enfumé tout le monde"
le 06/12/2012

Le retrait par ArcelorMittal du projet Ulcos, annoncé aujourd'hui par la Commission européenne, montre que le groupe industriel "a enfumé tout le monde", s'est emporté le leader syndical Edouard Martin (CFDT). Cette annonce signe "l'arrêt de mort de la filière liquide", dont font partie les hauts fourneaux lorrains, a ajouté Edouard Martin, contacté alors qu'il rentrait de Paris où il avait participé la veille à une réunion avec le premier ministre.

Le projet européen Ulcos est un prototype de captage-stockage de CO2 pour réduire drastiquement la pollution de l'industrie de l'acier. Florange est l'un des sites candidats à un financement européen pour mener ce projet
Revenir en haut Aller en bas
SaPa



Masculin Nombre de messages : 7155
Age : 60
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 6 Déc 2012 - 16:46

Le projet européen Ulcos est un prototype de captage-stockage de CO2 pour réduire drastiquement la pollution de l'industrie de l'acier. ??

Ca sert strictement à rien ... c'est encore de l'enfumage ...on est habitué ...et de l'argent gaspillé par l'Union Européenne...vu que le Changement Climatique n'a rien à voir avec les Gaz à Effet de serre
Revenir en haut Aller en bas
SaPa



Masculin Nombre de messages : 7155
Age : 60
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/09/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 6 Déc 2012 - 16:52

Signora ...t'aurais pas vu Le Réchauffement Climatique ??

On a du le perdre ...
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc



Masculin Nombre de messages : 17938
Age : 65
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 6 Déc 2012 - 17:26

SaPa a écrit:
vu que le Changement Climatique n'a rien à voir avec les Gaz à Effet de serre
Question enfumage, toi tu es plus buté qu'une mouche contre une vitre ! Arrête de débiter cette imbécillité, tu nous saoules !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Gribouille



Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 46
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 6 Déc 2012 - 18:04

Florange: La honte après la trahison, par Jacques Sapir

Citation :
Et cela continue. Comme si la liste des avanies infligées par le groupe MITTAL aux salariés de Florange ne suffisait pas, il faut que ce dernier achève de ridiculiser le gouvernement français et son Premier ministre ! Le groupe MITTAL vient d’annoncer le retrait du site de Florange pour le projet ULCOS, soutenu par la Commission Européenne. Ce n’est qu’un camouflet de plus, mais il met cruellement en lumière les mensonges du Premier ministre, hier soir, sur France-2.



L’accord avec MITTAL garantit qu’il n’y aura pas de licenciements ? À la bonne heure ; quand on regarde l’accord on voit que MITTAL prévoit plusieurs centaines de mises à la retraite anticipée et n’exclut pas des « départs volontaires ». Tout cela rappelle le plan social le plus traditionnel.
Le groupe MITTAL se serait engagé sur 180 millions d’euros d’investissements ? On apprend que 127 millions sont programmés pour des opérations de maintenance, nécessaires en tout état de cause, que seuls 53 millions peuvent être considérés comme des « investissements stratégiques ».
Il n’y aurait pas eu de repreneur ? ici encore Jean-Marc Ayrault prend ses aises avec la vérité des faits. Bernard Serin de Cockerill Maintenance était bien sur les rangs, et, derrière lui, le groupe russe SEVERSTAL, intéressé de longue date par l’acquisition d’ARCELOR, et qui avait été évincé en 2006 par MITTAL. Cela impliquait de réaliser une opération non seulement sur la partie « chaude » et la partie « froide » su site de Florange, mais d’y associer les autres établissements d’ARCELOR-MITTAL en France très probablement. Mais, une telle opération impliquait un plan stratégique pour la sidérurgie en France. Et de cela, en réalité, le Premier ministre et les libéraux du gouvernement ne veulent sous aucun prétexte.
Une nationalisation de Florange aurait coûté à l’État 1 milliard d’euros ? C’est, encore une fois, une contrevérité. La présence d’un repreneur assurait à l’État la possibilité de revendre les installations. La solution d’une participation dans une société d’économie mixte avec les repreneurs aurait été aussi possible. Dans tous les cas, les sommes dépensées auraient été nettement inférieures au milliard lancé à la cantonade par le Premier ministre.
L’annonce que MITTAL vient de rendre publique aura au moins eu l’avantage d’exposer en pleine lumière la situation tragique et ridicule dans laquelle s’est mis le gouvernement français. Tragique, parce que l’on joue avec le travail et avec la vie de centaines de personnes. Ridicule, parce que tout le monde peut voir à travers cet exemple que le gouvernement de la France ne compte pas, que l’on peut lui raconter des bobards en toute impunité. Et, le plus grave, c’est que cette réputation va coller à ce gouvernement. On le verra dans toutes les négociations qui auront lieu dans les semaines et les mois prochains avec de grandes entreprises. Il a visiblement échappé à Jean-Marc Ayrault que, derrière le cas Florange et ses relations avec MITTAL, il en allait de la crédibilité de son équipe pour tous les dossiers qui viendront s’ajouter à celui-ci. C’était bien pourquoi Florange avait valeur d’exemple. Si le gouvernement avait montré ne serait-ce qu’une once de fermeté, même avec des coûts, il aurait été en bien meilleure position pour négocier par la suite. La bêtise d’un choix à courte vue, de l’absence d’une politique d’ensemble, se paye toujours au centuple.

Le Premier ministre a désormais le choix entre deux solutions. S’il a un peu de courage, il doit renverser la table, annoncer rapidement la nationalisation de l’ensemble des sites de Florange et engager la négociation pour que MITTAL quitte le territoire français tout en ouvrant immédiatement des discussions avec les repreneurs pressentis. Ce faisant, il ouvre le débat sur l’avenir des activités sidérurgiques en France. S’il a un peu de dignité, il doit admettre qu’il s’est fait rouler dans la farine, et le gouvernement avec lui, et en tirer, par sa démission, la conclusion logique. Cet aveu vaudrait rédemption. À être l’homme qui, selon la Constitution, « conduit et dirige la politique de la nation », nul n’est obligé. Et ce n’est pas démériter que de le reconnaître. Mais, son choix se réduit à ces deux options.

Gageons, hélas, qu’il n’aura ni courage ni dignité, qu’il cherchera par quelques explications alambiquées à justifier l’injustifiable. On disait de l’ancienne social-démocratie qu’elle était couverte de crimes, par référence au rôle joué par le SPD dans l’écrasement sanglant de l’insurrection allemande de 1918. La nouvelle social-démocratie, si bien représentée par François Hollande et Jean-Marc Ayrault, s’est aujourd’hui couverte de honte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Aujourd'hui à 15:02

Revenir en haut Aller en bas
 
Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 18 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Président d'Honneur de notre forum
» notre choix pour les 3 sièges
» OGM, du port de Sète à notre assiette
» 1790 - Cimetière St-Roch, Cimetière Protestants, Ossements Notre-Dame ...
» Sainte-Adresse - Notre-Dame-des-Flots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: France-
Sauter vers: