Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
AuteurMessage
Gribouille



Nombre de messages : 1508
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 6 Déc 2012 - 18:04

Florange: La honte après la trahison, par Jacques Sapir

Citation :
Et cela continue. Comme si la liste des avanies infligées par le groupe MITTAL aux salariés de Florange ne suffisait pas, il faut que ce dernier achève de ridiculiser le gouvernement français et son Premier ministre ! Le groupe MITTAL vient d’annoncer le retrait du site de Florange pour le projet ULCOS, soutenu par la Commission Européenne. Ce n’est qu’un camouflet de plus, mais il met cruellement en lumière les mensonges du Premier ministre, hier soir, sur France-2.



L’accord avec MITTAL garantit qu’il n’y aura pas de licenciements ? À la bonne heure ; quand on regarde l’accord on voit que MITTAL prévoit plusieurs centaines de mises à la retraite anticipée et n’exclut pas des « départs volontaires ». Tout cela rappelle le plan social le plus traditionnel.
Le groupe MITTAL se serait engagé sur 180 millions d’euros d’investissements ? On apprend que 127 millions sont programmés pour des opérations de maintenance, nécessaires en tout état de cause, que seuls 53 millions peuvent être considérés comme des « investissements stratégiques ».
Il n’y aurait pas eu de repreneur ? ici encore Jean-Marc Ayrault prend ses aises avec la vérité des faits. Bernard Serin de Cockerill Maintenance était bien sur les rangs, et, derrière lui, le groupe russe SEVERSTAL, intéressé de longue date par l’acquisition d’ARCELOR, et qui avait été évincé en 2006 par MITTAL. Cela impliquait de réaliser une opération non seulement sur la partie « chaude » et la partie « froide » su site de Florange, mais d’y associer les autres établissements d’ARCELOR-MITTAL en France très probablement. Mais, une telle opération impliquait un plan stratégique pour la sidérurgie en France. Et de cela, en réalité, le Premier ministre et les libéraux du gouvernement ne veulent sous aucun prétexte.
Une nationalisation de Florange aurait coûté à l’État 1 milliard d’euros ? C’est, encore une fois, une contrevérité. La présence d’un repreneur assurait à l’État la possibilité de revendre les installations. La solution d’une participation dans une société d’économie mixte avec les repreneurs aurait été aussi possible. Dans tous les cas, les sommes dépensées auraient été nettement inférieures au milliard lancé à la cantonade par le Premier ministre.
L’annonce que MITTAL vient de rendre publique aura au moins eu l’avantage d’exposer en pleine lumière la situation tragique et ridicule dans laquelle s’est mis le gouvernement français. Tragique, parce que l’on joue avec le travail et avec la vie de centaines de personnes. Ridicule, parce que tout le monde peut voir à travers cet exemple que le gouvernement de la France ne compte pas, que l’on peut lui raconter des bobards en toute impunité. Et, le plus grave, c’est que cette réputation va coller à ce gouvernement. On le verra dans toutes les négociations qui auront lieu dans les semaines et les mois prochains avec de grandes entreprises. Il a visiblement échappé à Jean-Marc Ayrault que, derrière le cas Florange et ses relations avec MITTAL, il en allait de la crédibilité de son équipe pour tous les dossiers qui viendront s’ajouter à celui-ci. C’était bien pourquoi Florange avait valeur d’exemple. Si le gouvernement avait montré ne serait-ce qu’une once de fermeté, même avec des coûts, il aurait été en bien meilleure position pour négocier par la suite. La bêtise d’un choix à courte vue, de l’absence d’une politique d’ensemble, se paye toujours au centuple.

Le Premier ministre a désormais le choix entre deux solutions. S’il a un peu de courage, il doit renverser la table, annoncer rapidement la nationalisation de l’ensemble des sites de Florange et engager la négociation pour que MITTAL quitte le territoire français tout en ouvrant immédiatement des discussions avec les repreneurs pressentis. Ce faisant, il ouvre le débat sur l’avenir des activités sidérurgiques en France. S’il a un peu de dignité, il doit admettre qu’il s’est fait rouler dans la farine, et le gouvernement avec lui, et en tirer, par sa démission, la conclusion logique. Cet aveu vaudrait rédemption. À être l’homme qui, selon la Constitution, « conduit et dirige la politique de la nation », nul n’est obligé. Et ce n’est pas démériter que de le reconnaître. Mais, son choix se réduit à ces deux options.

Gageons, hélas, qu’il n’aura ni courage ni dignité, qu’il cherchera par quelques explications alambiquées à justifier l’injustifiable. On disait de l’ancienne social-démocratie qu’elle était couverte de crimes, par référence au rôle joué par le SPD dans l’écrasement sanglant de l’insurrection allemande de 1918. La nouvelle social-démocratie, si bien représentée par François Hollande et Jean-Marc Ayrault, s’est aujourd’hui couverte de honte.
Revenir en haut Aller en bas
AG59



Masculin Nombre de messages : 4591
Age : 41
Localisation : Orchies(59)
Date d'inscription : 23/03/2010

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 6 Déc 2012 - 23:35

j'avais entendu le jour même de l'annonce que le Site de Florange ne pouvait pas être concerné par ULCOS et que ça fait depuis 2004 qu'on parle de la fermeture de Florange. On peut toujours essayer sauver la bête mais vue comment elle est mal en point, il faudrait l'achever.

_________________
« Touche pas à mon pote-iron ! »
Jean-Luc
Revenir en haut Aller en bas
democ-soc



Masculin Nombre de messages : 2419
Age : 41
Localisation : Paris
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Ven 7 Déc 2012 - 7:54

AG59 a écrit:
On peut toujours essayer sauver la bête mais vue comment elle est mal en point, il faudrait l'achever.
Belle autocritique mais tu es trop dur avec toi meme.
C'est vrai que tes raisonnements economiques sont ceux d'une huitre de Noel, mais tu as sans doute d'autres qualités.

Sinon, pour comprendre un peu ce qui se passe a Florange et ses perspectives d'avenir, ya ca:
http://russeurope.hypotheses.org/556
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc



Masculin Nombre de messages : 17938
Age : 65
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Ven 7 Déc 2012 - 10:04

Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
AG59



Masculin Nombre de messages : 4591
Age : 41
Localisation : Orchies(59)
Date d'inscription : 23/03/2010

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Ven 7 Déc 2012 - 12:00

Ah democ-soc, ça ne me manquait pas tes critiques... mais bon, sans ligne claire et définie de l'orientation de la France, tes cas d'économies au coup par coup ne servent à rien. alors, le bulot que tu es peut rentrer dans sa coquille.

C'est un dossier surmédiatisé mais par contre tu ne râles pas sur les 10000 emplois détruit par jour et tu ne réjouis pas des 10000 autres créés.

_________________
« Touche pas à mon pote-iron ! »
Jean-Luc
Revenir en haut Aller en bas
democ-soc



Masculin Nombre de messages : 2419
Age : 41
Localisation : Paris
Date d'inscription : 14/07/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Ven 7 Déc 2012 - 17:01

AG59 a écrit:
Ah democ-soc, ça ne me manquait pas tes critiques... mais bon, sans ligne claire et définie de l'orientation de la France, tes cas d'économies au coup par coup ne servent à rien. alors, le bulot que tu es peut rentrer dans sa coquille.

C'est un dossier surmédiatisé mais par contre tu ne râles pas sur les 10000 emplois détruit par jour et tu ne réjouis pas des 10000 autres créés.
T'etais pas pour le produire en France toi, a une epoque?
Tu trouves que ya pas de consommation d'acier dans notre pays? Plus aucune voiture sur les routes?

T'as un cas concret où tu peux - comme Bayrou partisan d'une nationalisation temporaire - défendre ca, mais t'es tellement limité que ca te passe au dessus.
Tu repetes en boucle ce que tu entends sur TF1 et ailleurs, et je suis sur que tu n'as meme pas lu mon lien sur l'article fouillé de sapir.
Faut croire que tu ne sais pas lire et réflechir, tu sais juste repeter.

Pour finir la metaphore animale, tu es le perroquet et le bon toutou des oligarques du systeme.
Revenir en haut Aller en bas
AG59



Masculin Nombre de messages : 4591
Age : 41
Localisation : Orchies(59)
Date d'inscription : 23/03/2010

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Ven 7 Déc 2012 - 17:54

je suis toujours pour le produire Français mais une tenir une entreprise qui n'a pas assez de clients et qui n'est plus rentable, ça sert à rien de la maintenir. Une entreprise à une naissance et une mort, il va de même pour les lieux de productions.

Bayrou est pour la nationalisation temporaire si ca rentre dans une stratégie nationale donc que l'Etat veut se concentrer dans le secteur d'activité et c'est simplement pour sauver temporairement l'entreprise, il est contre.

Crois ce que tu veux, cela ne me touche pas

_________________
« Touche pas à mon pote-iron ! »
Jean-Luc
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mer 19 Déc 2012 - 9:27

Revenir en haut Aller en bas
museline



Féminin Nombre de messages : 1728
Age : 61
Localisation : Besançon
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mer 19 Déc 2012 - 11:14

Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Sam 12 Jan 2013 - 10:01

Négociation emploi : les principaux points de l'accord

au niveau national, je me fais cette réflexion, admettons que cet accord de flexibilité soit pratiqué par une majorité d'entreprise, c'est à dire baisse des salaires, et augmentation du temps de travail, le choc de pouvoir d'achat serait d'une violence inouie, et entrainerait une baisse de consommation énorme.. mettant en danger les entreprises dont le marché est intérieur.quant aux entreprises qui exportent, baisseront elles drastiquement leurs prix de production,et est ce que ça suffira à rivaliser avec les champions du dumping social? rien n'est moins sur, les écarts sont irrattrapables.
le seul exemple de l'Allemagne, avec sa modération salariale, et sa flexibilité, et malgré sa bonne position exportatrice, montre bien que en temps de crise globale, et si tous les "clients" extérieurs sont ruinés, la conso intérieur est si basse que ça finit en récession.
la France fait donc le choix d'appauvrir immédiatement ses citoyens, en espérant vendre à l'étranger,des produits qui pour la plupart sont concurrencés ailleurs,faute d'innovation, et l'innovation ça se construit dans le temps, ça ne se décrète pas d'un coup de fil,ou d'une loi.
une autre chose aussi, avec un euro qui est actuellement à 1,32 $, l'Europe n'a aucune chance de vendre plus, ça annihile les "réformes structurelles" consenties.

on va dire que je suis pessimiste( LOL!) mais si quelqu'un peut me démontrer objectivement avec des arguments solides et pas des "Yaka fokeu" , que ça va aller mieux, je suis preneuse.
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc



Masculin Nombre de messages : 17938
Age : 65
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Sam 12 Jan 2013 - 10:40

Quelques commentaires sur une partie de ces "principaux points" :

Surtaxation des CDD et embauche de jeunes en CDI :
– globalement positif, sous réserve que les droits au chômage des salariés concernés soient eux aussi améliorés.
– bémol sur les contrats saisonniers et CDD de remplacement : nombre d'employeurs peu scrupuleux tourneront l'intitulé des CDD afin de les faire passer comme tels (facile : au lieu de prendre un CDD en renfort, on affecte un salarié à ce renfort et on prend un CDD pour le cremplacer à son poste, et hop, passez muscade !).

Généralisation de la complémentaire santé :
– Ça part d'une bonne idée, mais peut être un surcoût important pour les TPE, et il faut que les entreprises aient le choix de l'organisme ET la possibilité d'en changer.

Des droits rechargeables à l'assurance-chômage en cas de reprise d'activité :
– ils réinventent l'eau chaude, ça existe depuis longtemps, et un "formateur pôle emploi" l'a même rappelé à un des mes "condisciples" pas plus tard que la semaine dernière !

Les droits à la formation se conserveront d'une entreprise à l'autre :
– Ça aussi, ça part d'une bonne intention, mais ça risque d'être un frein à l'embauche dans le cas où le salarié possède un reliquat important de DIF, quelle qu'en soit la cause. Ça dépendra donc beaucoup de la "concertation" prévue.

Création d'une période de mobilité externe volontaire avec droit de retour :
– Très bonne idée – pour le salarié, qui limite les risques de mauvais choix – mais "avec l'accord de l'employeur" réduira la mise en œuvre à pas grand-monde…

Temps partiel : une durée minimale de 24 heures par semaine :
– Bonne intention, mais mauvaise idée tel quel. Un encouragement aux horaires hebdomadaires renforcés serait préférables – par exemple en augmentant le salaire minimal en sens inverse de l'horaire, de sorte qu'une personne à temps plein coûte moins cher que 2 à mi-temps, et une à 24 h/semaine moins cher que 2 se partagent ces 24 h, etc.

Des salariés dans les conseils d'administration des grands groupes :
– Très bien mais barre beaucoup trop haute. Ça devrait être obligatoire dès 100 salariés !

Accords de maintien dans l'emploi :
– Attention, danger ! Les entreprises trouveront toujours un biais pour ne pas respecter leurs engagements tout en évitant les sanctions. Rolling Eyes

Mobilités internes :
– Je ne vois pas ce que ça changera par rapport à l'habituel « tu acceptes ta mutation LÀ-BAS ou tu es licencié ! » Suspect
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Gribouille



Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 46
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Sam 12 Jan 2013 - 11:39

juju41 a écrit:
Négociation emploi : les principaux points de l'accord

au niveau national, je me fais cette réflexion, admettons que cet accord de flexibilité soit pratiqué par une majorité d'entreprise, c'est à dire baisse des salaires, et augmentation du temps de travail, le choc de pouvoir d'achat serait d'une violence inouie, et entrainerait une baisse de consommation énorme.. mettant en danger les entreprises dont le marché est intérieur.quant aux entreprises qui exportent, baisseront elles drastiquement leurs prix de production,et est ce que ça suffira à rivaliser avec les champions du dumping social? rien n'est moins sur, les écarts sont irrattrapables.
le seul exemple de l'Allemagne, avec sa modération salariale, et sa flexibilité, et malgré sa bonne position exportatrice, montre bien que en temps de crise globale, et si tous les "clients" extérieurs sont ruinés, la conso intérieur est si basse que ça finit en récession.
la France fait donc le choix d'appauvrir immédiatement ses citoyens, en espérant vendre à l'étranger,des produits qui pour la plupart sont concurrencés ailleurs,faute d'innovation, et l'innovation ça se construit dans le temps, ça ne se décrète pas d'un coup de fil,ou d'une loi.
une autre chose aussi, avec un euro qui est actuellement à 1,32 $, l'Europe n'a aucune chance de vendre plus, ça annihile les "réformes structurelles" consenties.

on va dire que je suis pessimiste( LOL!) mais si quelqu'un peut me démontrer objectivement avec des arguments solides et pas des "Yaka fokeu" , que ça va aller mieux, je suis preneuse.

Je suis assez surpris que ce fameux "accords de maintien dans l'emploi" subsiste
- sauf erreur de ma part, les médias qui ont laissé leur antenne ouverte aux représentants syndicaux n'ont pas mentionné cette mesure pendant la semaine. Elle sort du chapeau le samedi matin, pendant le WE, un peu comme une nouvelle trahison des syndicats contre les salaries qu'ils représentent.
- rien que le terme employé "accords de maintien dans l'emploi" me révulse quand il s'agit de fait, de monnayer une baisse de salaire contre une perspective de chômage.
- Au bout des deux ans, l'histoire ne dit pas que l'accord est oui ou non renouvelable. Il sera en pratique renouvelable si la situation de l'entreprise ne s'améliore pas. Le risque est grand de voir les entreprises en difficulté pousser le procéder jusqu'au bout, avant une délocalisation ou une liquidation de l'établissement. C'est de la manipulation quand on laisse entendre que ce serait temporaire.
- On a vu ce que ça a donné avec Continental, tous les groupes qui prévoient une fermeture d'un établissement vont se jeter sur cette brèche en pressurant les salariés avant de les jeter. La différence est qu'ils pourront jouer, non plus seulement sur le temps de travail mais sur les salaires.
Personnellement, c'est un dispositif qui par le biais de sa généralisation ouvre la porte à des baisses de salaire en chaîne. Je n'exclus pas non plus des réactions violentes de la part des salariés qui auront été essorés, puis virés. Certains prédisaient la fin du CDI pour satisfaire les marchés sous la présidence de Hollande. Je constate qu'il a même pas attendu un an pour mettre un dispositif dangereux de flexibilisation des salaires. Comme le souligne juju, la baisse programmée des salaires peut engendrer un cycle vicieux auto-entretenu de baisse de la demande intérieure et de montée du chômage.
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Sam 12 Jan 2013 - 12:05

si encore ça peut créer de l'emploi, mais je n'y crois pas un instant,ça augmente la précarité, c'est tout..je pense que l'angoisse des salariés va augmenter, ne sachant plus exactement ce que leur réservera l'avenir, comment faire des projets de long terme..achat de logement en particulier, si ils peuvent être jetés du jour au lendemain. et au final, la chute de conso globale par anticipation, risque de devenir dramatique..

Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Sam 12 Jan 2013 - 12:09

Revenir en haut Aller en bas
Gribouille



Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 46
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Sam 12 Jan 2013 - 12:43

juju41 a écrit:
si encore ça peut créer de l'emploi, mais je n'y crois pas un instant,ça augmente la précarité, c'est tout..je pense que l'angoisse des salariés va augmenter, ne sachant plus exactement ce que leur réservera l'avenir, comment faire des projets de long terme..achat de logement en particulier, si ils peuvent être jetés du jour au lendemain. et au final, la chute de conso globale par anticipation, risque de devenir dramatique..


Les économistes du travail sont d'accord avec toi. Ils n'ont pas trouvé de lien entre rigidité du marché du travail et taux de chômage. Pourtant, sur les médias, le lien entre chômage et rigidité du marché du travail est supposée de manière implicite pour justifier tout projet en faveur de plus de flexibilité. Je ne sais comment on peut qualifier ce biais permanent de la part des médias, à part la qualifier de propagande ou de manipulation.
Revenir en haut Aller en bas
Gribouille



Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 46
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Lun 14 Jan 2013 - 12:46

Dans le registre démocratie bla-bla, la chronique de Dominique Seux sur France Inter qui revenait ce matin sur les accords portant sur la réforme du marché du travail.

Marché du travail : un bon accord?

Une phrase a attiré mon attention qui révèle pas mal de choses.
Citation :
Tactiquement, les négociateurs ont bien joué. Tout le monde – médias compris – s’est focalisé sur la taxation des CDD alors que c’était le doigt qui cache la lune ou si vous voulez un cache-sexe du sujet principal, donner plus de poids aux accords d’entreprise. Pour avoir plus de flexibilité interne et moins recourir à la flexibilité externe. D’où les deux nouveautés : un, les procédures de licenciement sont simplifiées, tant mieux ; deux, les entreprises pourront négocier des accords sur les salaires et le temps de travail si elles maintiennent l’emploi – le mot important est négocier. Tout le monde peut y gagner. Tout le monde sauf les juges et les avocats ! C’est un accord de flexisécurité ou, plutôt, de sécuflexibilité.

Il apparaît assez clairement que l'on a tout fait pour cacher la vraie nature des négociations aux français. Pendant qu'on nous rassurait d'un coté sur la taxation des CDD abusifs, les syndicats et le Medef de l'autre, discutaient en réalité sur la simplification des licenciements, et surtout sur la possibilité de négocier au sein des entreprises des baisses de salaire.
Bien entendu Seux se félicite que ces accords auront lieu dans le cadre de négociations entre salariés et employeur. Mais derrière cet argument pseudo démocratique, nous savons que la négociation ne peut être réelle que si le poids de chacun est équilibré. Comment peut on équilibrer les discussions si vous devez négocier la fermeture de votre usine et la perte de votre emploi contre une baisse de votre salaire ? Négocier dans ce contexte est absurde, et il n'y a pas de raisons de se réjouir. Il n'y a pas non plus de raisons de sauter de joie quand vos représentants dissimulent leurs vrais intentions pour signer un accord, le samedi matin, au petit jour, quand tout le monde a le dos tourné.
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Lun 14 Jan 2013 - 12:53

surtout que ça a déjà été fait plusieurs fois dans certaines usines, où les salariés ont acceptés une baisse de salaire, pour soit disant pérenniser les emplois.. elles sont où ces usines? ben elles sont parties ailleurs quand même..parce que quoiqu'on fasse, on ne sera jamais aussi bas en salaires que l'indonésien à 0,77 euro/heure..
le prétexte est fallacieux, c'est comme depuis 40 ans, les baisses de charges à répétition devaient préserver l'emploi.. on a vu..
Revenir en haut Aller en bas
Gribouille



Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 46
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mar 15 Jan 2013 - 20:33

Accord sur la réforme du marché du travail : en attendant la Troïka

J'entendais ce matin que des journaux régionaux auraient fait leur gros titre de cette réforme pour souligner quelques points catastrophiques pour les salariés. La CGT et FO qui ont refusé de signer l'accord font le tour des députés mais se gardent d'aborder la question du lancement d'une grève générale à l'échelle nationale. Ce qui serait, à mon avis, la seule preuve susceptible de montrer leur véritable volonté à s'opposer contre ce texte.
Après la réforme des retraites sous Sarkozy, l'application de la règle d'or Sarkozy-Hollande, nous sommes passés à la troisième phase qui est celle de la réforme du marché du travail. Je note aussi que les coupes massives dans les dépenses publiques de l'ordre de 30 milliards par an sont déjà programmées par le gouvernement Hollande.
Il est fascinant de faire un parallèle entre le fameux courrier de la BCE qui enjoignait Berlusconni à appliquer ces réformes à l'Italie et celles menées en France depuis 2-3 ans.
L'incroyable diktat de Trichet à Berlusconi
On se rend compte que l'agenda du gouvernement français est en réalité préparé à Bruxelles et à la BCE. Nos hommes politiques de droite comme de gauche ne sont que des pantins qui appliquent servilement les ordres d'experts et de technocrates non élus.
Revenir en haut Aller en bas
LaChouette



Nombre de messages : 4366
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Sam 19 Jan 2013 - 11:36

Voyage dans la France du plein-emploi



Un des ingrédients de la recette (à partir de 03:13) à soumettre à tous nos élus (et pas seulement locaux)?

Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Mar 5 Fév 2013 - 8:45

Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 7 Fév 2013 - 12:10

Le groupe pharmaceutique britannique GSK (GlaxoSmithKline) devrait annoncer la fermeture de son site de Notre-Dame de Bondeville, près de Rouen, qui emploie 700 salariés. Sous l'effet notamment de ses difficultés en Europe en raison de l'impact des "mesures d'austérité"

Le site GSK France de Notre-Dame de Bondeville est spécialisé dans les médicaments contre les maladies cardio-vasculaires. Le siège de GSK France, situé à Marly-le-Roi (Yvelines), pourrait également être concerné par une réduction d’effectifs.

http://www.challenges.fr/entreprise/20130207.CHA6070/glaxosmithkline-gsk-france-se-met-au-regime-minceur.html


impact des mesures d'austérité en Europe.. je crains que ça devienne la nouvelle raison des fermetures d'usines..pas grave, continuons le combat, il reste encore quelques pans debout en France, une bonne cure d'austérité finira bien par les abattre..
Revenir en haut Aller en bas
Gribouille



Masculin Nombre de messages : 1508
Age : 46
Localisation : Basse-Normandie
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 7 Fév 2013 - 12:52


Chez Sanofi à Toulouse. Le site va fermer. Je pense que ces images illustrent le désespoir de ces gens et leur colère.
Le ministre de l'intérieur craint des troubles sociaux dans les mois qui viennent. La crainte est-elle fondée ?
En tous les cas, regardez, cette vidéo, c'est la confrontation entre deux mondes.




Résumé des sanofi face à la Direction à... par asi

Du coté des économistes ultra-libéraux, on s'étonne et on se félicite qu'avec avec le nombre de baffes que se prennent les salariés, il ne se soient pas encore révoltés. Auraient-il compris que c'est pour leur bien qu'on flexibilise leur contrat de travail, qu'on augmente la durée de cotisation pour les retraites et qu'on augmente les impôts pour redistribuer les recettes aux entreprises au nom de la compétitivité ?
Revenir en haut Aller en bas
juju41



Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 62
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Jeu 14 Fév 2013 - 10:30

Alerte rouge sur les entreprises françaises de taille intermédiaire

Citation :
1% des ETI ont fait faillite en 2012
A l'origine de ces mauvais chiffres, la situation particulièrement délicate des ETI, ces entreprises de taille intermédiaires qui emploient entre 250 et 4999 salariés. "Ces entreprises qui font tant défaut à l'économie françaises mais qui sont à l'inverse au coeur du modèle allemand, sont dans une situation alarmante", s'inquiète l'économiste Khalid Ait Aya, l'un des auteurs de l'étude.Quarante-cinq ont dû mettre la clé sous la porte l'an passé (soit quasiment autant que lors de la récession de 2009), ce qui représente un "taux de casse" de 1%! Pour chaque faillite d'ETI, c'est quasiment 27 millions d'euros de dettes fournisseurs qui partent en fumée. "La nouveauté de la crise actuelle, c'est que de plus en plus de grosses ETI sont poussées à la faillite""Elles sont aujourd'hui prises dans un cercle vicieux dans lequel tous les points de fragilité détectés s'auto-alimentent", explique Fréderic Wissocq, l'autre auteur de l'étude. C'est parce qu'elles dégagent une rentabilité insuffisante que la préservation de la trésorerie l'emporte toujours sur l'investissement, limitant ainsi la montée en gamme donc les gains de parts de marché et donc la profitabilité....ainsi de suite. "La durée et la violence de la crise ont révélé leurs fragilités intrinsèques", conclut Fréderic Wissocq. Si elles ne représentent qu'un quart des exportations, elles emploient un quart des salariés en France. Alors à quand un plan ORSEC spécial ETI ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans   Aujourd'hui à 15:04

Revenir en haut Aller en bas
 
Notre industrie a perdu 36 % de ses effectifs en 30 ans
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 19 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
 Sujets similaires
-
» Le Président d'Honneur de notre forum
» notre choix pour les 3 sièges
» OGM, du port de Sète à notre assiette
» 1790 - Cimetière St-Roch, Cimetière Protestants, Ossements Notre-Dame ...
» Sainte-Adresse - Notre-Dame-des-Flots

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: France-
Sauter vers: