Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le partage du temps de travail selon Larrouturou

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Ven 4 Nov 2011 - 23:31

Je viens de terminer le livre de Pierre Larrouturou : Pour éviter le krach ultime

Il décrit dans ce livre les raisons pour lesquelles selon lui, il faut partager le temps de travail plutôt que de courir derrère la croissance à tout prix.

Il souligne en premier lieu que les gains de productivité des quarante dernières années ont essentiellement profité aux classes supérieures, avec une baisse relative des salaires par rapport au PIB. L’augmentation de la bulle financière et immobilière en sont pour lui des symptôme. Selon lui, si on était au niveau de répartition des années 70 en salaires, 120 milliards d’euros supplémentaires iraient dans la protection sociale via les cotisations (et 200 milliards si on était au niveau de 1982).
Il estime donc que le problème est le chômage, et que plus de travailleurs permettraient d’augmenter la part relative de salaires.

Selon lui, il n’y a pas de corrélation entre la croissance et la baisse du chômage, il attribue la baisse de chômage autour de 2000 aux emplois précaires créés par le PS, et à la sortie de chômeurs du dispositif sans emplois. Il prend comme exemple d’autres pays occidentaux dont la croissance n’a pas impacté le taux de chômage.

Il nie ensuite que la situation est meilleure en Allemagne, ou la durée moyenne de travail serait de 30,5 heures (car il y a beaucoup de petits boulots), estimant que les différences de taux de chômage ne sont que cosmétiques.

Ensuite il explique que les gains de productivité réalisés depuis 70 sont largement supérieures à celles de la révolution industrielle (multiplication par 5 alors que la révolution industrielle représentait un doublement), et que si à l’époque le chômage avait baissé, utiliser la croissance pour arriver au même résultat était aujourd’hui une idée complètement obsolète.

Il revient également sur les différentes mesures qui ont diminué la part des salaires dans le PIB, comme la loi Pompidou-Giscard de 73 et la politique de Delors à partir de 83.

Il précise que les répartitions du PIB, et l'augmentation du nombre et de la richesse des plus riches est comparable aux chiffres de 1929. L’impossibilité pour ces gens de dépenser leur argent étant à l’origine des bulles immobilières et financières.

Il donne également l'exemple de l’évolution des marges sur la nourriture, avec une baisse de 5% des produits alimentaires dans la grande distribution en 30 ans, mais une baisse de 40% des prix d’achat aux producteurs.

D’après lui, on pourrait récupérer 25 milliards en créant une nouvelle tranche de l’impôt sur le revenu et en revenant à la fiscalité des années 2000 sur les grandes entreprises, et 15 milliards qui partent dans les paradis fiscaux.

Il précise également que la solution n’est pas meilleure dans les pays du Sud, car la part des salaires en Chine est restée quasiment identique à celle de 1995.

Il souligne aussi la désindustrialisation, montrant par exemple que la part des automobiles produites en France était passée de 57% à 30%. Cependant, il souligne également que la France est le pays du monde qui attirait le plus d’investisseurs par rapport au PIB avant la crise. Il souligne également que la France était déficitaire, mais excédentaire hors zone euro, et que la productivité en France est la troisième du monde. Pour lui, la désindustrialisation n’était donc pas due à un manque d’atout du pays, mais bien à un transfert vers des pays moins coûteux.
Pour lui, il est illusoire de compter sur l’industrie de pointe pour s’en sortir dans l’avenir, la Chine ayant prévu de faire des TGV et avions dans la prochaine décennie.


Pour lui il faut revenir aux idées du conseil national de la résistance et de la déclaration de Philadelphie (prélude aux accords de Bretton Woods), disant que le but premier de l’économie était d’obtenir le plein emploi, et que les états devaient aller en ce sens.

Il dit donc qu’il faut inventer un nouveau contrat social, et inventer la prospérité sans croissance.

Il préconise notamment la semaine de 4 jours (32 heures), en précisant que des entreprises l’avaient déjà fait en France et ailleurs, notamment Kellogg en 1917, Danone dans les années 90, et 400 entreprises aujourd’hui.

Il défend ensuite la souplesse dans la gestion du temps de travail en fonction de l’activité économique, en soulignant que la diminution temporaire en Allemagne avait sauvé 500.000 emplois (car 1000.000 de salariés sont passés à mi-temps)

Pour lui, cette mesure serait globalement neutre, car il préconise l’adoption d’une décote de 8% sur les charges patronales (correspondant au surcoût pour le maintient du salaire), financé par la baisse du chômage, et sur tous les emplois (alors que pour les 35 heures, c’était dégressif en fonction du salaire). Pour lui l’échec des 35 h s’explique par le fait que c’était un surcoût pour l’entreprise, mais sans inciter à embaucher, notamment car certains temps de pauses passaient en RTT et parce que c’était dilué sur plusieurs jours, et parce que les heures supplémentaires ont par la suite été favorisées.

Il estime que passer à 4 jours permettrait de créer 1.000.000 d’emplois, mais qu’il faut faire preuve de souplesse dans l'utilisation du temps de travail, par exemple, dans certains cas avec une semaine de 5 jours mais des congés en plus, dans d’autres avec des périodes de creux à 3 jours et des périodes à 5 voire 6. Le passage à 4 jours, qui ne serait pas coûteux pour les entreprises, leur apporterait plus de souplesse en leur donnant une grande marge de manoeuvre sur l’année, favorisant les emplois stables plutôt que les intérims et mi-temps (car le personnel serait déjà formé et qu’il serait en capacité de fournir un nombre conséquent d’heures supplémentaires). Un bonus/malus à la précarité pourrait être assorti (diminution des charges si une entreprise fait plus appel aux CDI que la moyenne du secteur, augmentation dans le cas contraire).

Pour lui, il faut profiter de la semaine de 4 jours pour favoriser la formation professionnelle, réant ainsi de nouveaux emplois et améliorant l'efficacité des salariés tout au long de leur vie.

Mais il préconise également d'autres mesures :
- Glass Steagal Act (séparation des banques de dépôt et d’affaires)
- Boycot total par l’état des banques et entreprises situées dans les paradis fiscaux.
- Augmentation des tranches supérieures de l’impôt sur le revenu (précisant que le taux en France pendant les 30 glorieuses était de 70%, et qu’il était monté à 90% aux US, avant de diminuer à nouveau à partir des années 70)
- Taxe tobin pour diminuer la spéculation
- Meilleure gestion du chômage : au Danemark, il y a 4 fois plus de conseillers par chômeur.
- Service civil
- Promotion de l’agriculture durable => 25% d’emplois agricoles en plus
- Obligation de mise au norme du batiment => création d’emplois spécialisés
- Politique de logement pour faire baisser les prix
- Économies d’énergies
- Développement d’énergies renouvelables
- Aides en faveur des PME
- Régulation de la monnaie
- Développement de compétences en recyclage et réparations
- Lutte contre les ententes illicites


Dernière édition par vincent15 le Ven 4 Nov 2011 - 23:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Marencau

avatar

Masculin Nombre de messages : 1140
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Ven 4 Nov 2011 - 23:37

Bel effort de résumé, merci beaucoup. Smile

Je vais lire tout ça attentivement et j'écrirai un commentaire sur le sujet demain !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Ven 4 Nov 2011 - 23:39

Je n'ai partagé que les idées purement économiques, il parle aussi pas mal de la crise, du fait que la Chine et l'Allemagne ne sont pas solides, (en cas de crise chinoise, ce serait au moins 40% de chômeurs).

Un bémol sur son idée de rénovation des bâtiments obligatoires, car quand les gens n'ont pas les moyens, les bâtiments tomberaient en ruine faute d'être vendus à ceux qui ont les moyens de les rénover, il faut trouver autre chose.

Il parle aussi d'harmoniser à l'intérieur de l'Europe, pour construire une Europe puissante économiquement, militairement, etc, ce que je n'approuve pas forcément (ce fameux fantasme français de l'Europe dominée par la France qui domine le monde).

Il parle de guerre contre le réchauffement climatique pour relancer l'économie.
Revenir en haut Aller en bas
Marencau

avatar

Masculin Nombre de messages : 1140
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 12:24

Voilà, je te dois bien un petit commentaire. Smile

Alors déjà il faut que je reconnaisse que je partage beaucoup des constats "classiques" des alternatifs ici refaits par Larrouturou: salariés privés des gains de productivité depuis l'importation du néolibéralisme, le chômage est LA priorité, situation en Allemagne peu reluisante, la croissance n'est pas une fin en soi, etc.

Mais il y a quand même plusieurs choses qui me font tiquer sérieusement.

Déjà, nier le fait que croissance du PIB et réduction du chômage sont liés... non, désolé, c'est juste aberrant. Je me doute de ce que sont ses exemples, et en fait tout ça illustre qu'il faut différencier la croissance réelle et la croissance fictive et que le PIB n'est pas l'indicateur ultime. Par exemple, en effet, lors de l'externalisation massive et de l'ère des sociétés de service, le PIB a grimpé sans raison aucune et c'est une "fausse" croissance. Mais c'est en dehors de la réalité... Là dessus il y aurait beaucoup à dire mais je dirai simplement: quand Sapir montre les failles de l'indicateur, Larrouturou le suit bêtement.

Sur le lien gains de productivité/chômage, c'est très malhonnête et c'est un sophisme complet. En effet, c'est nier les évolutions qui ont eu lieu au sein de cette même période. Qu'au début nous avions des gains massifs de productivité ET des grosses créations d'emploi ET de la croissance, mais que par la suite les gains ont chuté, la croissance stagné et le chômage explosé. Rien que ça, et sans même parler du concept de productivité lui-même qui est assez nébuleux en dehors de l'industrie.

Sur le calcul de réduction du travail lui même. Évidemment, si on baisse le temps de travail de 8%, pour que ce soit neutre pour les entreprises il ne faut pas seulement baisser les charges de 8% mais aussi les salaires !!! Ou alors on baisse les charges de beaucoup plus. Et effectivement, si on considère que l'état payait un chômage à tout le reste de la population au chômage, on s'y retrouve à peu près de toute manière si on fait les calculs. Mais tout de même. Cela suppose que si le bilan est neutre pour l’État ET pour les entreprises, il l'est forcément... pour les salariés. Et là, on voit bien l'erreur, ou alors il me faut plus d'explications. On ne peut pas prétendre que c'est neutre pour tous et que les chômeurs y gagnent au change ! C'est une arnaque logique ! Non, en fait les chômeurs y gagnent en gagnant plus et en travaillant, les salariés gagnent du temps de repos supplémentaire et ensuite si on ne veut pas plomber les entreprises il reste un coût important pour l’État. Donc les fameux gains de productivité dans les entreprises dont on clamait que les salariés avaient été exclus sont finalement chargés... par l’État.

On pourrait faire payer partiellement ou totalement les gains de productivité aux entreprises. Comme ça l'était pour les 35h qui ont un peu rétabli le cours normal des choses. Mais alors le coût du travail augmente. Des marchés sont perdus à l'international dans ce contexte de libre-échange et c'est reparti pour du chômage.

Et là comment ignorer la mondialisation dans tout ça ? A part en chaussant les lunettes idéologiques, je ne vois pas. A la place, on va s'acharner sur les méchants paradis fiscaux (mais ne contrôlons surtout pas non frontières). Surtout je ne comprend pas le lien logique:

"il est illusoire de compter sur l’industrie de pointe pour s’en sortir dans l’avenir, la Chine ayant prévu de faire des TGV et avions dans la prochaine décennie."

Et avec cette remarque + le constat de dumping social et écologique, il est toujours opposé au protectionnisme ??? Incompréhensible.

Mais c'est là où l'on bute sur le problème. D'après Larrouturou, on est dans une situation satisfaisante où l'on doit partager nos gains mal répartis. Que fume-t-il, ça doit être de la bonne ? Forcément, à partir du moment où l'on rejette que la croissance permet de créer de l'emploi (lol), on a besoin de rien du tout. Oublions la balance commerciale tiens. Ce n'est qu'un indicateur de rien du tout, il suffit de répartir ce qu'on a déjà, tout va bien madame la marquise. Je suis conscient qu'il parle de relance, mais sans prendre en compte cet indicateur c'est juste encore une fois du mauvais keynésianisme. Surtout qu'à l'heure actuelle les salaires sont largement insuffisants et beaucoup de gens travaillent sans s'en sortir...

Conclusion: un début de bon constat et d'analyse, mais on s'arrête en chemin pour mettre des lunettes idéologiques qui ignorent le problème de la mondialisation et l'horreur de la situation actuelle. Pire que ça, je le trouve les yeux rivés sur des indicateurs économiques décalés de la réalité comme la productivité et sans prendre conscience de la vie des plus pauvres (les salaires sont trop bas!). Gênant pour un économiste de gauche.

P.S: certaines de mes critiques et remarques peuvent être à côté car je me base sur tes propos et ce que j'en ai compris + des articles sur internet, mais je n'ai pas toute sa pensée en main Wink


Dernière édition par Marencau le Sam 5 Nov 2011 - 12:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 12:30

Je crois que ton texte gagnerait en compréhensibilité en remplaçant les "coups" par des "coûts". Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Marencau

avatar

Masculin Nombre de messages : 1140
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 12:32

Oups ! Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 13:29

En effet, je pense que c'est surtout de l'incompréhension, même si deux ou trois de tes objections méritent de s'attarder

Marencau a écrit:
Forcément, à partir du moment où l'on rejette que la croissance permet de créer de l'emploi (lol), on a besoin de rien du tout. Oublions la balance commerciale tiens. Ce n'est qu'un indicateur de rien du tout, il suffit de répartir ce qu'on a déjà, tout va bien madame la marquise.
Justement, il souligne que l'important est la balance commerciale, qu'elle explique en grande partie le chômage, mais n'est pas seule responsable. en revanche, pour lui le responsable n'est pas la mondialisation, mais la concurrence avec la Chine, et pour lui il faut se protéger exclusivement de la Chine, ce qui doit être fait via des négociations pour que la Chine augmente ses salaires, et si elle ne le fait pas par l'arrêt du libre échange. Je suis d'accord avec toi sur la légèreté de cet argument, car la Chine serait remplacée par un autre état très rapidement.

Après ton argumentation sur la croissance est un peu légère tu ne trouve pas ? Je veux bien te croire que la croissance crée des emplois, mais combien faudrait il produire réellement pour le supprimer ? Et même si on a assez de consommation pour éponger toute la production, a-t-on assez de matières premières ?
C'est une vraie question hein...


Marencau a écrit:
Sur le lien gains de productivité/chômage, c'est très malhonnête et c'est un sophisme complet. En effet, c'est nier les évolutions qui ont eu lieu au sein de cette même période. Qu'au début nous avions des gains massifs de productivité ET des grosses créations d'emploi ET de la croissance, mais que par la suite les gains ont chuté, la croissance stagné et le chômage explosé. Rien que ça, et sans même parler du concept de productivité lui-même qui est assez nébuleux en dehors de l'industrie.
Il a des graphiques repris par l'INSEE qui montrent une augmentation à peu près continue sur la période 1970-2000, mais c'est tout secteur confondu en effet.

Marencau a écrit:
Évidemment, si on baisse le temps de travail de 8%, pour que ce soit neutre pour les entreprises il ne faut pas seulement baisser les charges de 8% mais aussi les salaires !!! Ou alors on baisse les charges de beaucoup plus. Et effectivement, si on considère que l'état payait un chômage à tout le reste de la population au chômage, on s'y retrouve à peu près de toute manière si on fait les calculs.
C'est un principe général, mais pour lui il faut que les syndicat, les patrons et l'état discutent des modalités secteur par secteur pour répartir la différence. Il estime aussi que les salaires augmenterons naturellement quand le chômage diminuera, vu le manque de main d'oeuvre. Il y a aussi les autres marges de manoeuvres qui devront augmenter le pouvoir d'achat.


Dernière édition par vincent15 le Sam 5 Nov 2011 - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 13:32

On ne peut pas obliger une entreprise à embaucher.

Baisser les charges patronales en échange du passage aux 32 heures ne signifiera pas obligatoirement créations d'emplois, un certain nombre d'entreprises préférant se mettre le bénéfice dans la poche et, comme avec les 35 heures d'Aubry, ce sera plus de pression sur les salariés de l'entreprise à qui on demandera d'en faire autant qu'avant mais avec un temps de travail plus court.

Pour le reste, je partage l'avis de Marencau :

Citation :
D'après Larrouturou, on est dans une situation satisfaisante où l'on doit partager nos gains mal répartis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 13:33

ce n'est pas que 32 heures, c'est la semaine de 4 jours, difficile de fermer le quatrième jour

De plus il n'exclue pas de conditionner cette exonération à l'augmentation de la masse salariale
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 14:01

ben voyons.. nous on est aux 35h, si on passait aux 32h, c'est pas 3 h en moins, qui nous feront embaucher! j'en ai marre des donneurs de leçons qui n'en foutent pas une ramée, dans une entreprise!et bien sur 32 h payées 35.. je suppose.. et avec ça, on doit être compétitifs, avoir des couts plus bas, et payer quand même un max de charges..c'est beau comme un camion ses idées! LOL!

l'idée même de forcer un entrepreneur à faire quelque chose, ça me déprime.. celui qui prend les risques a le droit de faire ses choix.c'est marrant parce que ça, c'est le côté que les verts oublient très facilement( je dis les verts, parce que Larroutourou en est un des conseillers).. le dirigisme outrancier m'insupporte..

c'est comme dire que la rénovation d'un logement doit être obligatoire, la mère Joly l'a déjà dit, elle interdirait une vente immobilière si le logement n'est pas rénové avant la vente.. bonjour, les dégats! qui a les moyens de rénover, un bien qu'il doit vendre par obligation, et non par spéculation?

les verts sont des bornés..des incapables..
Revenir en haut Aller en bas
Marencau

avatar

Masculin Nombre de messages : 1140
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/07/2011

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 14:33

@vincent

Ta réponse est d'un grand intérêt pour moi car ce n'est pas le même Larrouturou que j'ai pu lire ailleurs ! Exemple:

Citation :
Que pensez-vous du concept de démondialisation ?

Il ne faut pas se tromper de diagnostic : les délocalisations représentent 15% des destructions d'emplois. Les 85% restant sont dus aux gains de productivité. La production industrielle aux Etats-Unis est stable depuis dix ans, alors que dans le même temps les emplois industriels ont chuté. Même chose en Europe. La question fondamentale n'est donc pas la mondialisation mais les gains de productivité et ce qui devrait être leur corollaire : le partage du temps de travail.
Enfin bon, tant mieux s'il accepte l'idée de protection (ne serait-ce que vis à vis de la Chine).

Citation :

C'est un principe général, mais pour lui il faut que les syndicat, les patrons et l'état discutent des modalités secteur par secteur pour répartir la différence. Il estime aussi que les salaires augmenterons naturellement quand le chômage diminuera, vu le manque de main d'oeuvre. Il y a aussi les autres marges de manoeuvres qui devront augmenter le pouvoir d'achat.
Je suis d'accord: moins de chômeurs = moins de pression et montée des salaires dans une certaine mesure. Mais de là à dire que ça va monter naturellement c'est quand même assez gros alors que les entreprises sont en train de souffrir de la concurrence étrangère et que toute augmentation de salaire jouent contre elles (c'est tout le problème de la mondialisation) et il n'y a pas que la Chine dans ce jeu là. De plus, toute politique de relance (que je souhaite) ne peut s'effectuer qu'avec une balance commerciale à l'équilibre... une montée des salaires aujourd'hui générerait massivement de la dette extérieure. C'est un problème énorme.

Citation :
Après ton argumentation sur la croissance est un peu légère tu ne trouve pas ? Je veux bien te croire que la croissance crée des emplois, mais combien faudrait il produire réellement pour le supprimer ? Et même si on a assez de consommation pour éponger toute la production, a-t-on assez de matières premières ?
C'est une vraie question hein...
Effectivement, je ne me suis pas trop appesanti sur le sujet Wink
Simplement prouver que la croissance créé des emplois c'est un peu une idée incongrue pour moi. Enfin c'est comme ça, suffit de voir une entreprise qui a une forte croissance organique : elle recrute. Je ne vois pas trop ce qu'il y a en dire. Le fait qu'il y ait des économies d'échelle dans une certaine mesure est un fait, que les employés soient pressurisés et que les gains soient mal répartis est un autre problème. Mais de toute façon, je ne suis pas contre la réduction du temps de travail qui est en soit une bonne idée pour réduire le chômage. Je m'y oppose simplement dans le contexte actuel et surtout lorsqu'on ose présenter cela comme LA solution à une grande partie du chômage alors qu'il y a de moins en moins d'emplois et que la situation se détériore. Alors quand on me parle d'une solution "neutre" pour tout le monde comme une répartition alors que demain il y aura encore moins d'emplois et que la situation actuelle est tout sauf satisfaisante, je m'agace.

Il est évident qu'il ne faudra pas faire la course à la croissance, ne serait-ce que d'un point de vue écologique. Mais aujourd'hui il faut absolument retrouver le chemin de la croissance, pas pour faire la course à la consommation ou je ne sais quoi. Simplement parce que très bientôt on sera en récession. Lorsqu'on sera dans une situation plus stable, qu'avec un SMIC on pourra vivre décemment alors là, oui, on pourra parler de réduire le temps de travail.

Mais sinon tu peux jouer à faire la même chose quel que soit le taux de chômage ! 25% de chômage ? On s'en fout, on travaille 26h, réduction des charges équivalentes, et avec les même hypothèses que précédemment on arrive à du plus ou moins neutre pour l'Etat et les entreprises (j'ai fais le calcul). C'est tout le problème: on ignore tout des problèmes pratiques pour une entreprise et à aucun moment on ne parle de la masse totale de travail disponible qui se réduit malgré ce que dit Larrouturou. En fait, avec sa méthode, on arrive à une conclusion: les charges patronales devraient être supprimées et la différence se récupère alors dans le temps de travail réduit. Problème: les TPE et PME. Eh oui, quand on a 40000 employés on peut créer beaucoup d'emplois en réduisant le temps de travail. Mais quand tu as moins de 10 employés (au hasard), la réduction permet de gagner 0 emploi. Pire, une fraction de temps de travail gagnée sur un commercial ne peut pas être additionnée à celle d'un ouvrier pour créer un emploi... bref. Neutral
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 14:37

enfin un raisonnement concret et logique.. merci Marencau
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 15:18

Marencau a écrit:
Le fait qu'il y ait des économies d'échelle dans une certaine mesure est un fait, que les employés soient pressurisés et que les gains soient mal répartis est un autre problème.
Ça dépend du nombre d’hectopascals.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
yann 35

avatar

Masculin Nombre de messages : 8789
Age : 41
Localisation : France
Date d'inscription : 18/05/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 18:08

Je n'ai pas lu le livre de PL mais vu le résumé livré ici par Vincent, je pense que Marencau et juju feraient bien de le lire car visiblement il y a la réponse à leurs questions/interprétations...
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 18:21

la variation du temps de travail selon les besoins, vient d'être votée par la majorité.; c'est à dire que d'une semaine à l'autre, les salariés ne sauront plus s'ils bossent plus ou moins, ça peut être 30 heures une semaine, et 40 h la suivante..au bon vouloir du patron..je ne trouve pas ça très positif, car les salariés ont aussi une vie ailleurs, qu'au boulot, et donc, les changements incessants d'emploi du temps, ne leur seront pas favorables.. je vois que Larroutourou trouve ça très bien..on voit qu'il n'a pas de famille à gérer , pour une femme, c'est super, la nounou, horaires variables, etc..en général, les nounous n'aiment pas trop qu'on change d'une semaine à l'autre les horaires de garde..

Citation :
l'article 40 : : «
Modulation du nombre d'heures travaillées sur courte période sans
requalification du contrat de travail : la mise en place d'une
répartition des horaires sur une période supérieure à la semaine et au
plus égale à l'année prévue par un accord collectif ne constitue pas une
modification du contrat de travail
» qui devrait, tout simplement, permettre aux entreprises de faire travailler leurs salariés durant 48 heures une semaine et 10 heures la suivante sans que ceux-ci ne puissent s'y oppose
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 19:34

Encore une fois, tout dépend de la manière dont c'est fait...

Il défend une variabilité du temps de travail négocié dans le contrat de travail, et donne l'exemple des entreprises agro-alimentaires qui ont une activité variable selon les mois.

Aménager le temps de travail ne veut pas forcément dire le faire du jour au lendemain sans demander aux salariés !



Sinon très honnêtement, avec la mécanisation, je ne vois pas comment on peut gérer une production raisonnable sans réaménager le temps de travail. On ne va pas travailler comme au XIXème siècle ! Je préfère encore que les gens soient au chômage plutôt que de les payer pour des emplois totalement inutiles (et il y en a !).

Que ce ne soit pas la solution face à la crise, mais je reste persuadé que passer à quatre jours est une bonne idée, aussi bien sur le plan social qu'économique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 20:17

"Aménager le temps de travail ne veut pas forcément dire le faire du jour au lendemain sans demander aux salariés !"

On se demande sur quelle planète tu vis. Sur la planète Bisounours ?

Ton truc, c'est valable dans les grosses boîtes (et encore) où la direction a en face d'elle des organisations syndicales qui ont suffisamment de poids pour négocier ces choses là.

Dans les autres où ça se joue directement entre le patron et ses salariés, c'est déjà nettement moins évident, surtout si le patron est peu enclin au dialogue social.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 20:33

bon ben très bien, repassons au 48 heures par semaine comme ça ça ne bougera pas d'une semaine sur l'autre
Rolling Eyes

Revenir en haut Aller en bas
yann 35

avatar

Masculin Nombre de messages : 8789
Age : 41
Localisation : France
Date d'inscription : 18/05/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 20:37

vincent15 a écrit:
Je préfère encore que les gens soient au chômage plutôt que de les payer pour des emplois totalement inutiles (et il y en a !).
C'est le principe des plans sociaux, on réorganise la production pour supprimer les emplois "inutiles"... Moi ça ne me dérange pas les emplois inutiles dans le privé, même si ça ne dure pas évidemment...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 20:42

Les gens disent que les chômeurs sont des fainéants, mais il vaut mieux être fainéant que se fatiguer pour rien !!!
Revenir en haut Aller en bas
yann 35

avatar

Masculin Nombre de messages : 8789
Age : 41
Localisation : France
Date d'inscription : 18/05/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Sam 5 Nov 2011 - 20:45

Vu comme ça, pour la personne elle-même, d'accord, mais bon je préfère qu'une entreprise privée paye un emploi plutôt que la collectivité paye des allocations...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Dim 6 Nov 2011 - 0:47

vincent15 a écrit:
bon ben très bien, repassons au 48 heures par semaine comme ça ça ne bougera pas d'une semaine sur l'autre
Rolling Eyes


Passons directement à 1 mn de travail par semaine et zéro et il n'y aura plus de chômeurs. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Dim 6 Nov 2011 - 7:45

vincent15 a écrit:
Je préfère encore que les gens soient au chômage plutôt que de les payer pour des emplois totalement inutiles (et il y en a !).
Et de très bien payés, même. Nos politiques (et leurs "protégés") en savent quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
LaChouette



Nombre de messages : 4366
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Dim 6 Nov 2011 - 10:09

Inspecteur de l'académie de Paris par exemple, pantoufle confortable de droite comme de gauche...
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   Dim 6 Nov 2011 - 10:27

et les comités théodule! fromage de la république où grenouillent des has been, en mal de sièges, ou des copains..

il existe 697 comités « Théodule » pour conseiller le premier ministre et les autres ministres. Les étranges intitulés foisonnent : comité de la prévention et de la précaution (sic), comité national de l’initiative française pour les récifs coralliens, commission nationale d’indemnisation des dégâts du gibier, etc..

liste officielle ici
http://www.scribd.com/doc/71532342/Budget-2012-la-liste-des-comites-Theodule
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le partage du temps de travail selon Larrouturou   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le partage du temps de travail selon Larrouturou
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La directive européenne sur le temps de travail est-elle pour les Militaires ?
» Temps de travail
» Besoin de votre aide pour définir mes possibilités (maladie et temps de travail)
» Temps de travail des militaires du CSTAGN
» Répartition du temps de travail CCN51

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Débats et projets :: Exprimez-Vous sur les grands thèmes :: Socio-Economie-
Sauter vers: