Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Modem dans les médias (divers)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28
AuteurMessage
gillou



Nombre de messages : 9070
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Jeu 4 Sep 2014 - 16:17

Le maire MoDem de Pau peut désormais intervenir en direct à la télévision sans quitter sa ville.
Il a étrenné son studio le 27 août sur iTélé.


François Bayrou n'a plus besoin d'être à Paris pour intervenir en direct à la télévision.
Il dispose d'un studio tout équipé à Pau, non loin de la mairie qu'il dirige depuis le printemps.


Il l'a étrenné le 27 août sur iTélé. En fond d'écran: une photo de la ville.  

L'ancien candidat à la présidentielle a récupéré une installation complète - caméras, régie, fond vert, mobilier - mise en place au début des années 2000 à l'initiative de l'ancien maire André Labarrère.
L'idée était alors de lancer une chaîne de télévision locale.
Celle-ci n'a jamais vu le jour et le studio, doté d'un matériel de pointe, est resté inutilisé pendant plus de dix ans.
La municipalité a juste eu besoin d'acquérir un système de transmission aux normes et deux micros de table.


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/tele-bayrou-en-direct-de-pau_1572219.html#awbKBsfgo7UMyF3b.99
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Dim 21 Sep 2014 - 17:35

Tous les articles après les U.R. de Bretagne ici :

https://news.google.com/news/story?pz=1&cf=all&ned=fr&hl=fr&q=bayrou&ncl=dg_87w17NX4u5-MuZiCQ44c2vxvuM&cf=all&scoring=d
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Mer 8 Oct 2014 - 21:23

Bayrou n'exclut pas une confrontation avec Sarkozy en 2017

Le secrétaire général du parti centriste Marc Fesneau confirme la possibilité d'un rapprochement avec Alain Juppé, tout en rappelant les ambitions de son président en cas de candidature de Nicolas Sarkozy.

Pendant que l'UDI avance vers l'élection de son nouveau président, le MoDem organise son propre calendrier, tout en réaffirmant sa stratégie de rapprochement avec Alain Juppé.
Marc Fesneau, le secrétaire général du MoDem, l'a confirmé mercredi au Scan, en exposant deux points prioritaires du calendrier du Mouvement démocrate: la structuration du réseau en vue des prochaines élections départementales de 2015 et la mise en situation du parti en cas de dissolution de l'Assemblée nationale.

Au MoDem, on pense qu'un certain nombre de questions, telles celles du positionnement de l'UDI après l'élection de son président ou de la reconquête de l'UMP par Nicolas Sarkozy, trouveront leur réponse dès l'automne 2015.
Mais déjà, les esprits veulent avancer dans un esprit constructif en misant sur l'hypothèse Alain Juppé.
Dans cette optique, Marc Fesneau estime que le travail sur une «base programmatique» doit être privilégié plutôt que des accords de partis, afin de ne pas laisser s'installer une image «politicienne».
Selon lui, l'aile gauche du MoDem suivrait sans problème François Bayrou dans une campagne de soutien à Alain Juppé.

«Il ne laissera pas l'espace vide»

Les élections départementales de 2015 seront l'occasion de «consolider l'ancrage» des dernières municipales durant lesquelles le MoDem était parvenu à doubler le nombre de ses élus, selon le maire de Marchenoir, un village de sept cents habitants situé dans le Loir-et-Cher.

Aujourd'hui, le parti de François Bayrou compte 1800 élus et conseillers municipaux. «Il n'y aura aucune difficulté pour François Bayrou pour les parrainages» en vue d'une éventuelle candidature présidentielle en 2017, prédit Marc Fesneau.

Le secrétaire général du MoDem estime aussi qu'à l'UDI, les forces actuelles sont assez solides aujourd'hui pour résister aux assauts de Nicolas Sarkozy.
«Un bon centriste est un centriste prudent», confie-t-il en promettant que François Bayrou sera non seulement très vigilant pour défendre l'indépendance du centre, mais qu'il «ne laissera pas l'espace vide» si Nicolas Sarkozy était désigné comme le candidat de la droite à la présidentielle de 2017.

Pour Fesneau, Bayrou ne souhaite pas s'enfermer dans une logique de primaires ouvertes qui le contraindraient à en respecter le résultat.
Il juge que l'idée d'union nationale n'a jamais été aussi demandée et que le président du MoDem aurait donc une carte à jouer, en se positionnant comme un candidat de rassemblement.

Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Sam 18 Oct 2014 - 18:00

EXCLUSIF.Sondage : Bayrou et Borloo, toujours incontournables au centre

Au centre, il y a François Bayrou, Jean-Louis Borloo... et les autres.
C'est ce que montre le sondage Odoxa* pour Le Parisien-Aujourd'hui en France et i-Télé.

Le score est sans appel : 48% des personnes interrogées jugent que le président du MoDem, ancien candidat à la présidentielle, est celui qui incarne le mieux le centre.

Retour de Sarkozy : Bayrou rejette la «soumission» du centre Retour de Sarkozy : Bayrou rejette la «soumission» du centre Présidence de l'UDI : Lagarde et Morin qualifiés, Jégo éliminé et furieux Présidence de l'UDI : Lagarde et Morin qualifiés, Jégo éliminé et furieux Arrive derrière lui Jean-Louis Borloo (31%), qui s'est pourtant retiré de la vie politique à la suite d'ennuis de santé.

Un coup dur porté à ceux qui rêvent de prendre la succession de ce dernier à la tête de l'UDI.
Les militants choisiront le 13 novembre prochain entre Hervé Morin et Jean-Christophe Lagarde.
Deux personnalités reléguées au second rang dans l'esprit des sondés. Le premier, ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy, n'est qu'à 11%.
Pour le second, le député-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis), c'est encore pire : seulement 2% des personnes interrogées citent son nom.

Le centre peine à être incarné par de nouvelles têtes, mais aussi à s'imposer sur l'échiquier politique. S'ils sont 71% à juger qu'il est utile à la vie politique française, 79% des sondés pensent néanmoins qu'il ne pèse pas un poids politique important.

Lien ici : http://www.leparisien.fr/politique/sondage-bayrou-et-borloo-toujours-incontournables-au-centre-17-10-2014-4221127.php
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Sam 10 Jan 2015 - 15:11

Bayrou chez Hollande à l’Elysée

En sa qualité de président du Modem, François Bayrou a rencontré François Hollande hier matin, à l’Élysée.
La veille, le Président de la République avait en effet annoncé son souhait de rencontrer les leaders des principaux mouvements politiques du pays.

Un programme toutefois perturbé par l’actualité matinale, et notamment la prise d’otages en Seine-et-Marne. Ce qui a probablement raccourci les entretiens. A l’issue d’une réunion de crise place Beauvau « Je l’ai rencontré alors qui sortait d’une réunion de crise Place Beauvau », raconte ainsi le maire de Pau.

François Bayrou dit avoir rencontré un chef de l’État « très fortement mobilisé » au regard événements traversé par le pays mais aussi soucieux de voir une population soudée.
« Il m’a aussi renseigné sur certains éléments en sa disposition dont vous comprendrez que je ne peux les rendre public. »

L’élu palois a également plaidé pour l’unité nationale. « Nous avons eu avec le Président de la République un échange fondé sur l’idée que quand des choses très graves se passent, il n’y a qu’une réponse possible.
C’est l’unité du pays.
Avec François Hollande, nous nous connaissons depuis longtemps, et je lui ai dit qu’il était nécessaire que les responsables politiques manifestent l’unité. »

Dépasser les affrontements

Déjà la veille, après l’annonce de l’exclusion du FN de la marche prévue dimanche à Paris, le leader centriste avait déclaré que c’était « une mauvaise décision d’exclure qui que ce soit. »
Et d’expliquer, « quels que soient l’origine, la sensibilité ou le bulletin de vote des citoyens, on doit favoriser le rassemblement plutôt que la division.
Il faut qu’on comprenne qu’il y a des moments dans la nation où il faut dépasser les affrontements politiques. Les logiques d’états-majors ne sont pas adaptées à la gravité de la situation. »

Des propos qui ne sont finalement très proches de ceux qu’il a prononcé vendredi soir au Palais Beaumont de Pau, lors de sa cérémonie de vœux.

lien : http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/01/10/bayrou-chez-hollande-a-l-elysee,1227763.php
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Ven 6 Fév 2015 - 10:43

François Bayrou bien dans sa Pau

Le président du MoDem passait pour un littéraire éloigné des réalités.
Depuis son élection dans la cité d'Henri IV, il dévoile un esprit pratique, plongé avec bonheur dans l'action concrète.
Transposer ce succès à Paris?
La tentation demeure.


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/francois-bayrou-bien-dans-sa-pau_1647856.html#6jsVus33Yy62c2wq.99
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Sam 7 Fév 2015 - 9:04

2017, dernier essai pour François Bayrou ?

Pour la présidentielle, François Bayrou soutient à ce jour Alain Juppé.
Mais si celui-ci échoue...


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/politique/2017-dernier-essai-pour-francois-bayrou_1648170.html#hMp5klT4ByMLTvKL.99
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Mar 24 Fév 2015 - 20:39

JUPPÉ ET BAYROU, ENSEMBLE AU SOMMET

C’est le duo choisi par les Français. Alain Juppé et François Bayrou trônent, pour la première fois, respectivement à la première (66%, +1) et à la deuxième place (57%, stable) de notre tableau de bord politique Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio.
Certains y verront peut-être l’équation magique de la prochaine présidentielle.
Les compères bordelais et béarnais disposent en tout cas d’un atout : ils sont populaires auprès de l’ensemble des Français et, surtout, ils dépassent leurs camps naturels.
Alain Juppé bénéficie d’une bonne opinion auprès de 61% des sympathisants de gauche et François Bayrou auprès de 65% quand Nicolas Sarkozy en réunit 19%.


Lien ici : http://www.parismatch.com/Actu/Politique/Sondage-Ifop-pour-Paris-Match-Alain-Juppe-et-Francois-Bayrou-ensemble-au-sommet-715886

Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Sam 18 Avr 2015 - 8:44

2017: Pourquoi Bayrou sera candidat

Le directeur du Crec, Alexambre Vatimbella, analyse les raisons qui vont très certainement pousser le président du Modem à se présenter une quatrième fois comme candidat pour les présidentielles.

Alexandre Vatimbella est un journaliste français.
Il est, depuis 2008, directeur de la rédaction de l'agence de presse LesNouveauxMondes.org, qui est spécialisée sur les pays émergents et la mondialisation.
Il est également le directeur du Crec (Centre d'étude & de recherche du centrisme), un centre indépendant sur la pensée politique centriste, avec le site Le Centrisme.

Laissons un peu de côté les débats politiciens ou les controverses sur les ambitions personnelles et tâchons de comprendre, politiquement parlant, pourquoi il y a toutes les chances que François Bayrou soit une nouvelle fois candidat à l'élection présidentielle de 2017.

D'abord, il faut avoir en tête que pour le président du Mouvement démocrate, la présidentielle est, dans le régime de la V° République, la reine des élections.
Pour le président du Mouvement démocrate, la présidentielle est, dans le régime de la V° République, la reine des élections.
C'est la seule, il l'a dit et écrit, qui donne assez de légitimité démocratique à un homme et à un projet politique pour pouvoir rabattre les cartes partisanes, créer une nouvelle majorité et donner une chance au centre d'occuper le pouvoir, ce qui n'est pas le cas, par exemple, des législatives, surtout avec un scrutin majoritaire à deux tours.

Dans ce sens, il est depuis toujours un défenseur du régime présidentiel qui est cette fameuse rencontre d'un destin individuel avec un destin collectif, d'une personnalité face au peuple.
Même si François Bayrou estime que le cas de figure d'une victoire d'un centriste en 2017 a peu de chances de réussir -mais qu'il en possède tout de même- c'est la raison pour laquelle il s'est tellement focalisée sur celle-ci depuis sa première candidature en 2002.
Et c'est aussi pourquoi, il sera, sauf surprise, à nouveau candidat en 2017 d'autant que les circonstances appellent sa présence selon son analyse.

Examinons les cinq raisons principales qui l'incitent à être candidat pour une quatrième fois.

1) Il est le seul candidat centriste crédible.

C'est une évidence, que l'on aime ou non Bayrou, il est actuellement le seul qui ait assez de notoriété et de bonnes opinions auprès des Français pour être candidat sous la bannière centriste.
Jean-Louis Borloo en Afrique, Hervé Morin toujours aussi transparent, seul un Jean-Christophe, qu'il s'appelle Lagarde ou Fromantin peut éventuellement lui contester cette suprématie dans l'espace du Centre qui manque cruellement de fortes personnalités.
Encore faudrait-il que le premier nommé, président du l'UDI, parvienne à devenir crédible, ce qui n'est pas encore le cas à deux ans du scrutin d'autant qu'il se trouve empêtré dans une relation d'attirance-répugnance avec Nicolas Sarkozy et qu'il semble plus intéressé à obtenir des élus grâce à l'UMP que de se battre pour l'indépendance du Centre.

Que l'on aime ou non Bayrou, il est actuellement le seul qui ait assez de notoriété et de bonnes opinions auprès des Français pour être candidat sous la bannière centriste.

De plus, son côté clivant au sein même de son propre parti limite sa marge de manœuvre.
Quant au second nommé, député-maire UDI de Neuilly-sur-Seine et opposant déclaré à Bayrou, malgré ses prises de position très intéressantes en matière économique, il lui faut acquérir un minimum de notoriété qu'il n'a pas actuellement malgré ses victoires étonnantes sur le clan Sarkozy et de ne pas apparaître comme le candidat du catholicisme traditionnaliste, lui qui a été un des acteurs principaux des manifestations contre le mariage pour tous et dont les prises de position sociétales sont parfois très clivantes, sans doute trop pour avoir une chance de rassembler tous les centristes.
Autant dire que François Bayrou dispose d'un boulevard pour représenter le Centre même s'il le fait en ayant contre lui une partie ou la totalité de l'UDI.
Néanmoins, le leader du MoDem a un handicap qui le suit depuis 2007: dans aucun sondage, une majorité de Français ne lui a jamais reconnu une stature présidentielle.
Mais les choses évoluent et, peut-être qu'en 2017, la donne changera.

2) Sarkozy est inévitable à la primaire, donc Juppé sera éliminé mais l'ancien président sera extrêmement vulnérable à la présidentielle.

Si François Bayrou pense encore que les multiples affaires peuvent rattraper in fine Sarkozy et l'empêcher d'être candidat, notamment celle de ses comptes de campagne, il ne croit pas qu'Alain Juppé -qu'il supporte officiellement- puisse l'emporter face à l'ancien président lors de la primaire UMP comme il l'a dit à maintes reprises.

Exit donc selon toutes probabilités le maire de Bordeaux si présence de Sarkozy il y a.
Les jeux sont ouverts, notamment pour un candidat centriste avec assez de notoriété, donc pour Bayrou qui, en cas d'élimination de Juppé, retrouvera sa liberté pour se présenter comme il l'a déclaré.

Un Juppé qui aurait dû, selon le président du MoDem, faire acte de candidature en dehors de l'UMP pour ratisser large et éviter de tomber dans le piège d'un vote des militants et des sympathisants largement en faveur de Nicolas Sarkozy.
Reste que ce dernier, une fois investi par son parti, aura du mal à remporter l'élection présidentielle si l'on en croit les sondages actuels qui montrent un vrai rejet de la personnalité même de l'ancien président.

Dès lors, les jeux sont ouverts, notamment pour un candidat centriste avec assez de notoriété, donc pour Bayrou qui, en cas d'élimination de Juppé, retrouvera sa liberté pour se présenter comme il l'a déclaré.

3) Les voix qui iront vers Bayrou seront prises autant à gauche (Hollande) qu'à droite (Sarkozy).

Comme en 2007 et en 2012 (mais un peu moins), François Bayrou prendra en 2017 des voix autant à gauche qu'à droite.
Dès lors, s'il n'est pas présent au second tour, il ne pense pénaliser ni le candidat PS, ni le candidat UMP face au Front national.

D'ailleurs, sa pensée profonde est que les candidats des deux grands partis, s'il s'agit de Hollande et de Sarkozy, se pénaliseront tous seuls par leurs bilans respectifs et à cause de leurs personnalités qui n'auront plus de secrets pour les Français.

4) Le danger d'une nouvelle présidence Sarkozy impose qu'il soit présent:

François Bayrou estime que celui-ci est tout aussi nuisible pour la France qu'en 2012, voire plus.
Les charges dures et sévères que François Bayrou a menées contre Nicolas Sarkozy lors de la dernière présidentielle et avant au nom de sa vision de la politique et de ses valeurs, demeurent, à ses yeux, tout aussi valides.
Pour le président du MoDem, le président de l'UMP n'a pas changé. Son envie de pouvoir ainsi que son attitude et son caractère représentent un danger pour la France.

Il se fait donc un devoir de l'affronter à nouveau, d'autant qu'il dénonce son virage à droite et son rapprochement avec la frange radicale de l'UMP.

Pour le président du MoDem, le président de l'UMP n'a pas changé. Son envie de pouvoir ainsi que son attitude et son caractère représentent un danger pour la France.

5) Seule la présidentielle donne au centre la possibilité de se faire entendre de tous les Français et seule elle permet ainsi au centre d'exister dans les institutions de la V° République.

Il est une conviction extrêmement profonde pour François Bayrou: si le Centre peut parvenir au pouvoir, ce sera par l'élection présidentielle. C'est là et pas ailleurs que les centristes peuvent se faire entendre, peuvent convaincre une majorité de Français et construire une nouvelle majorité politique.

Mais, plus que cela, une autre conviction tout aussi profonde l'habite: l'absence de candidat centriste à la présidentielle met en danger de mort le Centre et les partis qui s'en réclament en France.
Et c'est vrai que si un courant politique ne se présente pas à cette élection, alors il n'est pas considéré par les Français comme important.

En étant présent à la présidentielle, le centre garantit sa survie politique et peut, si les circonstances sont propices dans un régime institutionnel qui favorise le clivage gauche-droite, parvenir à créer une dynamique gagnante qui faillit réussir en 2007.

Alors qu'il a soutenu Balladur en 1995, année où il n'y eut pas de candidat centriste à la présidentielle, François Bayrou estime désormais qu'il est suicidaire pour le Centre de ne pas être représenté.
Et c'est fort de ces deux convictions profondes qu'il sera candidat.



Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Mer 3 Juin 2015 - 7:01

Sarkozy, au sujet de Bayrou: « Le bègue, je vais le crever »

Entre Nicolas Sarkozy et François Bayrou, l’histoire de haine continue de s’écrire…
L’ex-président de la République semble n’avoir toujours pas digéré le soutien du patron du MoDem à François Hollande en 2012.

Et après avoir comparé le maire de Pau au virus du sida (propos qu'il a nié avoir tenus), l’ex-président de la République se serait livré à une violente attaque selon Le Canard Enchaîné.

Dans son édition du 3 juin, l’hebdomadaire satirique affirme que le président du parti Les Républicains aurait lancé à des centristes de l'UDI :
« De toute façon, le bègue, je vais le crever », en faisant référence au bégaiement dont à longtemps souffert François Bayrou.


Ce dernier, proche d’Alain Juppé, avec qui il échange régulièrement des SMS en latin, s’était, en mars, félicité de son rôle de bête noire du patron du parti Les Républicains. « C'est vrai que c'est un nouveau titre de gloire que d'être élevé au rang d'obsession de Nicolas Sarkozy, puisque [dans] tous ses meetings, toutes ses réunions, il y a forcément un passage obligé et de ce point de vue-là, ça donne à sourire et c'est rigolo », avait-il déclaré.

Lien : http://www.20minutes.fr/politique/1622115-20150602-sarkozy-sujet-bayrou-begue-vais-crever
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Jeu 4 Juin 2015 - 9:08

Sarkozy agresse Bayrou : et si c'était "le bègue" qui lui faisait la peau ?

Une formule spontanée qui ressemble à Sarkozy.

Nicolas Sarkozy, puisqu’il s’agit de lui, joue au voyou avec beaucoup de naturel quand il laisse parler à haute voix sa rancune à l’égard de François Bayrou.

Comme devant le public acquis des meetings des Républicains, il a fait son numéro de gros bras devant les ralliés de l’UDI, déjà prêts à se coucher devant le nouveau maître de la droite… forte.
La détestation entre centristes aidant, comme un petit vin traître, il s’est laissé aller, en confiance, à la saveur acide de son désir de vengeance.

La question n’est même pas de douter de la véracité du propos rapporté par "Le Canard Enchaîné". Le président des Républicains l’a bien tenu, et devant témoins. On peut parier qu’il n’en éprouve aucun regret : la formule est tellement spontanée, impulsive et brute de fonderie, qu’elle lui ressemble.

Au fond, elle ne fait qu’exprimer crûment un sentiment violent fermenté depuis des années, et exacerbé par la décision du président du MoDem de voter pour François Hollande au deuxième tour de la présidentielle de 2012.

Depuis ce funeste 6 mai, Sarko et ses amis n’ont de cesse de démolir celui qui, à leurs yeux, a précipité la défaite.
Et tant pis si, en vérité, le Béarnais n’a sans doute fait que donner l’ultime coup de grâce.
C’est tellement plus commode de désigner en lui un coupable… qui a l’avantage de les dédouaner du poids de leurs propres turpitudes.

Mais dans la tête de l’ancien chef de l’État, l’aigre mécanisme du ressentiment (qui aurait dû être dépassé depuis longtemps, au moins en parole, comme jadis VGE avait décidé de "jeter la rancune – contre Chirac – à la rivière"), tourne cette fois au petit vélo obsessionnel.

Bayrou, un profil présidentiel à part

Déjà, il y a quelques mois une autre saillie du même tonneau avait suinté d’un de ses emportements désormais légendaires : "Bayrou, c’est comme le sida, quiconque le touche meurt".
Cette fois-là, sensible au tollé général, il avait démenti.
Plutôt mollement.
Pouvait-il faire autrement que de tenter d’effacer cette image indigne de ses fonctions passées ?

Mais la pathologie politique qui l’habite resurgit à intervalles réguliers : Bayrou le hante !
Bayrou n’a jamais cessé de le hanter.

On pourrait s’en étonner tant le maire de Pau, jaloux de sa liberté de mouvement et constant dans son refus de rendre les armes à la bipolarisation du système, peut souvent renvoyer le reflet d’un homme seul, ou presque, ne disposant que d’un tout petit parti.

Mais à chaque présidentielle, il réapparait, quasiment inaltérable au sel des tempêtes qui bouleversent l’horizon de la Ve République.
Cet homme définitivement inclassable est un danger permanent pour Sarkozy tant il parvient à incarner la mauvaise conscience de la droite sociale, chrétienne et progressiste.

Huit ans après sa percée de 2007 (plus de 18% des voix) au premier tour de la présidentielle, et en dépit de ses trois échecs dans la compétition pour la magistrature suprême, Bayrou conserve un profil présidentiel à part, qui résiste à tout, y compris à l’usure.

Doté d’un charisme particulier, il est toujours crédité, aujourd’hui, de 10 à 14% dans les sondages dans le cadre d’une éventuelle candidature pour 2017.
Et même s’il ne réalisait pas un score aussi élevé, ses voix, mobilisées sur son seul nom pèseraient à l’évidence et une nouvelle fois très lourd.


Lui seul est capable, aussi, de faire réussir la difficile synthèse Juppé-UDI-MoDem derrière le maire de Bordeaux dont, par son soutien virtuel clair, il élargit la base électorale et idéologique.
L’alliance entre les deux hommes, qui s’apprécient, ulcère un Sarkozy bien en peine de réaliser dans les urnes et les appareils, la véritable union de la droite et du centre qu’il affirme représenter.

Un pathétique aveu de faiblesse pour Sarkozy

Dans tous ses rôles, François Bayrou est un adversaire redoutable pour Nicolas Sarkozy… qui ne le comprend définitivement pas mais pressent d’instinct que cet adversaire coriace conserve dans son jeu, intactes, toutes les cartes pour le gêner.

Ça le met en rage jusqu’à le pousser à l’attaque personnelle.
"Le bègue, je vais le crever" est un pathétique aveu de faiblesse. On croirait du Joe Dalton devenant tout rouge à chaque fois qu’il voit Lucky Luke et qui s’agite en répétant : "Laissez-moi le descendre".

C’est d’autant plus minable que Bayrou a combattu bravement, assumé publiquement et dominé spectaculairement les handicaps de son élocution.
Il a encaissé le coup bas avec une dérision presque amusée.
Qui pourrait aujourd’hui se moquer du français de grande qualité de ce lettré qui est généralement un bon orateur.
Certainement pas Nicolas Sarkozy et son expression orale pour le moins… approximative.

Est-ce la manifestation d’un complexe d’infériorité ? Surement ! Sur fond de sondages mettant en évidence le peu de désir des Français envers le retour de l’Ex à l’Elysée et de gardes à vue de ses proches dans l’affaire des sondages, Nicolas Sarkozy manque à l’évidence de confiance en son étoile.

Et si, à la fin de l’histoire, c’était "le bègue", qui le crevait ? "L’autre", qui n’a plus rien à perdre, et ne le craint pas, a les moyens de lui faire la peau, il le sait. Alors, Sarko a peur et devient méchant. Dommage qu’il ne soit pas un héros négatif de bande dessinée. Il aurait presque pu faire rire.

Lien : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1379701-sarkozy-agresse-bayrou-et-si-c-etait-le-begue-qui-lui-faisait-la-peau.html

Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Ven 4 Sep 2015 - 7:41

François Bayrou, deuxième maire de France le plus suivi sur Twitter, devant Alain Juppé

Le maire Modem de Pau communique très régulièrement sur le réseau social Twitter à propos de l'actualité nationale et obtient visiblement un écho auprès des internautes.

François Bayrou est le deuxième maire de France le plus suivi sur Twitter, selon un classement réalisé par le blog e-Territoire, avec 317 000 abonnés (nombre relevé le 2 septembre).

Anne Hidalgo, maire de Paris, le devance avec 420 000 followers.

En troisième position, on trouve Alain Juppé, le maire de Bordeaux et candidat déclaré à la primaire des Républicains en vue de la présidentielle, loin derrière avec 219 000 abonnés.

Lien : http://www.sudouest.fr/2015/09/03/francois-bayrou-deuxieme-maire-de-france-le-plus-suivi-sur-twitter-devant-alain-juppe-2113592-4344.php
Revenir en haut Aller en bas
gillou

avatar

Masculin Nombre de messages : 9070
Age : 50
Localisation : Paris
Date d'inscription : 09/12/2007

MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   Mer 23 Sep 2015 - 9:59

Laurence Vichnievsky: «Pourquoi j'ai choisi de me rapprocher du MoDem»

INTERVIEW - Conseillère régionale en Paca, la magistrate a décidé de se rapprocher de François Bayrou. Avocat général à la Cour d'Appel de Paris, elle interviendra samedi après-midi à l'université de rentrée du MoDem à Guidel (Morbihan), dans un dialogue intitulé « Répondre au défi climatique ».

LE FIGARO - Vous vous rapprochez du MoDem. Pourquoi ce choix aujourd'hui ?

Laurence VICHNIEVSKY - Ce choix ne correspond pas à un objectif particulier en terme de ralliement puisque je ne me sens pas prête à adhérer une nouvelle fois à un parti. Europe Écologie n'a pas marché sur le long terme mais ce mouvement m'avait séduite parce que, justement, cette idée d'un mélange entre société civile et politique professionnelle me semblait être une assez bonne manière d'envisager les choses. C'est l'une des raisons pour lesquelles je reste solidaire de mon groupe écologiste en Paca.
Quant au MoDem, je n'adhère pas au parti mais il était logique que je m'en rapproche naturellement en participant à son université à Guidel (Morbihan) samedi et dimanche.

Pourquoi François Bayrou vous intéresse-t-il ?

Mon choix s'explique assez bien par mon parcours, mon métier de magistrate, mon goût des équilibres et de la modération. Je connais François Bayrou depuis un certain temps et j'ai toujours été en phase avec ce qu'il exprimait aux plans économique et institutionnel.
Ensuite, les hommes et les femmes comptent aussi.
Comme François Bayrou, j'avais appelé à voter François Hollande. Puis j'ai été déçue, largement en tant qu'écologiste mais aussi en tant que citoyenne, sur les registres économiques et budgétaires par exemple, même si des efforts ont été faits.
Le MoDem me semble être la bonne option aujourd'hui.
J'ai horreur des extrêmes.
Ce qui ne me convient pas, c'est cette position figée de la gauche consistant à s'allier à l'extrême gauche, plutôt qu'au centre gauche. Sur ce point, en démocrate-chrétien, François Bayrou me semble plus centré que l'UDI.

Une partie de la droite reproche souvent à François Bayrou son soutien à François Hollande en 2012. Qu'en pensez-vous?

Je suis très attachée à la liberté d'action pourvu que les décisions prises soient argumentées. Je comprends et je conçois assez bien la position de François Bayrou à ce moment-là.
Par ailleurs, la logique des partis consistant à vous situer soit à gauche soit à droite correspond à des clivages dépassés.
Cela n'est plus en phase avec notre société. Mon idée est de dégager un consensus d'intérêt général, une notion qui existe.
C'est un petit dénominateur commun mais il peut motiver un pays pour sortir de difficultés majeures comme celles que nous connaissons actuellement.

Que ferez-vous aux régionales ?

Le sujet est en discussion.
Que pensez-vous de l'engagement de François Bayrou à soutenir Alain Juppé en cas de candidature à la présidentielle?
Cela me convient assez bien. Alain Juppé est un homme raisonnable à la sensibilité écologiste, même si j'estime que la droite ne s'empare pas suffisamment de ces sujets.

En vous rapprochant du MoDem, qu'avez-vous envie de demander ?

Je voudrais que ce mouvement soit plus attentif à l'écologie. Je veux les convaincre d'aller davantage sur les thèmes déterminants d'un monde qui a changé.

Lien : http://www.lefigaro.fr/politique/2015/09/22/01002-20150922ARTFIG00334-laurence-vichnievsky-pourquoi-j-ai-choisi-de-me-rapprocher-du-modem.php
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Modem dans les médias (divers)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Modem dans les médias (divers)
Revenir en haut 
Page 28 sur 28Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 26, 27, 28
 Sujets similaires
-
» Le Modem dans les médias (divers)
» Attaque contre le MoDem dans les médias
» A lire avant de poster : interventions MoDem dans les médias
» Modem sur le plan local
» Le MoDem dans l'Hérault est-il MORT?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Pôle Modem :: Actu Média-
Sauter vers: