Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [Grand Thème] Enfance

Aller en bas 
AuteurMessage
naveline



Féminin Nombre de messages : 29
Age : 58
Localisation : Nimes (gard)
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: [Grand Thème] Enfance   Dim 27 Mai 2007 - 13:03

education
santé
aides sociales
handicap
collectivité-garde.

beaucoup d'Aministrations différentes interviennent sur les enfants, et des enfants en souffrance passent quand même entre les mailles...

À nos idées...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.spymac.com/people/cathanne
ArnaudH

avatar

Masculin Nombre de messages : 3660
Age : 45
Localisation : Rome, Italie
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Dim 27 Mai 2007 - 13:05

OUI!!!! Bonne initiative, merci.

Et peut-on enfin avoir un vrai débat sur le manque flagrant de crèches et de leur nécessité absolue pour que les adultes puissent avoir un rythme normal de travail et ne pas être défavorisés!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.quindiblog.eu
etolie

avatar

Féminin Nombre de messages : 270
Age : 49
Localisation : Dans le ventre de la France (Limousin et Creuse)
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Dim 27 Mai 2007 - 15:15

naveline a écrit:
education
santé
aides sociales
handicap
collectivité-garde.

beaucoup d'Aministrations différentes interviennent sur les enfants, et des enfants en souffrance passent quand même entre les mailles...

À nos idées...


Eduaction ou instruction au niveau de l’état ? parce que l’état peut-il éduquer ?

Santé… ou couverture sociale ?

Aides sociales ou subventions individuelles aveugles ?

Handicap… 3 nécessités. Assurer la prise en charge de l’adulte malade mental (autiste, zkysophrène, pschotique). Mettre en place un programme d’accessibilité des bâtiments publics et de tous les lieux accueillant du public aux personnes à mobilité réduite. Mettre en place des institutions de « fin de vie » pour les adultes handicapés mentaux n’ayant plus de famille.

Collectivité – garde… Maintient de la personne âgée à domicile mais aussi subventions aux familles qui choississent d’accueillir sous leur toit leur aïeul(e). La crèche n’est pas la solution de garde la plus intéressante pour le développement de l’enfant. Pourquoi ne pas après le congé maternité normal, proposer aux mamans la reprise de l’activité à mi-temps durant quelques mois et pourquoi ne pas généraliser le congé pour l’allaitement maternel jusqu’à 6 mois ?



Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Benoit - Admin

avatar

Masculin Nombre de messages : 1399
Age : 38
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Dim 27 Mai 2007 - 15:28

allez, je transforme. nouveau "grand thème: l'enfance"

_________________
Pour construire un Mouvement Démocrate sur le net - Diffusez l'adresse du forum : http://bayrou-modem.exprimetoi.net
Revenir en haut Aller en bas
http://bayrou-modem.exprimetoi.net
naveline



Féminin Nombre de messages : 29
Age : 58
Localisation : Nimes (gard)
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Mar 29 Mai 2007 - 11:35

pour nourrir la réflexion sur des données solides:

http://www.defenseurdesenfants.fr/pdf/rapport2006.pdf
http://www.defenseurdesenfants.fr/pdf/rapport2005.pdf
http://www.defenseurdesenfants.fr/pdf/rapport2004.pdf
http://www.defenseurdesenfants.fr/pdf/rapport2003.pdf
http://www.defenseurdesenfants.fr/pdf/rapport2002.pdf
http://www.defenseurdesenfants.fr/pdf/rapport2001.pdf
http://www.defenseurdesenfants.fr/pdf/rapport2000.pdf

sur le site des medecins scolaires
http://www.medscol.com/docs/lettre_aux_candidats_a_la_presidence-3.pdf

Pétition contre la loi du 11 Février 2005





Pédopsychiatres, pédiatres, médecins scolaires, professionnels et parents, nous disons « NON » à l’abandon sans soins des enfants malades et handicapés, « NON » au nouveau dispositif d’intégration scolaire « ordinaire » défini par la loi du 11 Février 05.

La loi du 11 02 05 met en place un nouveau dispositif spécifique pour la scolarisation des enfants handicapés dans l’école « ordinaire » de leur quartier.

S’agit-il, avec cette loi, de permettre à ces enfants qui en ont besoin d’être mieux soignés?
S’agit-il de faciliter la possibilité pour les enfants malades et/ou handicapés qui peuvent raisonnablement tirer bénéfice d’une scolarisation à l’école de leur quartier ou dans une classe à petit effectif de l’éducation nationale, de bénéficier plus facilement qu’auparavant des prises en charge soignantes en ambulatoire ? S’agit-il de faire bénéficier les Centres Médico Psychologiques (CMP) c'est-à-dire des dispensaires du secteur public, ou les CMPP (Centres Médico Psycho Pédagogiques associatifs), ou encore des IME (Instituts Médico Educatifs) de plus de personnels qualifiés ? S’agit-il de créer tous les CAMSP (Centres d’Action Médico Sociale Précoce, pour les enfants handicapés très jeunes) dont nous avons besoin ? de former plus de psychiatres publics, associatifs ou libéraux? D’embaucher plus de médecins scolaires ? C’est tout le contraire auquel nous assistons.
Ce travail d’intégration des enfants handicapés et/ou malades qui peuvent en bénéficier, nous l’avons toujours initié et soutenu, dès lors qu’il se faisait dans l’intérêt de l’enfant et qu’il bénéficiait à tous. En effet, depuis des années nous travaillons ensemble, médecins scolaires, pédiatres, pédopsychiatres, médecins de toutes spécialités, pour répondre au mieux aux besoins de santé des enfants malades ou handicapés. Pour nous, médecins, la première réponse est celle du soin, bien évidemment. Soigner pour, sinon guérir, améliorer les conditions du bon développement, amoindrir la douleur, quelle qu’elle soit, physique ou psychique et donner ainsi la possibilité, à ces enfants « pas comme les autres » - n’en déplaise aux démagogues de toutes catégories - de s’intégrer socialement, d’apprendre, de se former… Cela, nous l’avons fait dans la plus grande souplesse en travaillant ensemble, avec les parents et les enseignants, essayant de trouver les meilleures solutions tant du point de vue des soins que sur le plan scolaire. Pour cet enfant handicapé moteur telle école qui n’a pas d’étages, pour celui-ci, handicapé visuel, telle classe spécialisée à petit effectif qui possède du matériel adapté, pour tel autre, telle institutrice qui possède cette formation spécialisée adaptée dont il a besoin, pour ceux qui n’ont pas accès aux apprentissages à cause de telle ou telle maladie (ou handicap), une prise en charge en établissement spécialisé, pour ceux dont les pathologies psychiatriques sont les plus sévères, tel hôpital de jour, ou au contraire lorsque la prise en charge ambulatoire est possible, traitements en centres médico psychologiques ou médico-psycho-pédagogiques… C’est justement ce travail efficace, cohérent, au plus près des besoins des enfants qui est aujourd’hui remis en question.
Ce travail était déjà rendu de plus en plus difficile par le nombre insuffisant de médecins scolaires et de pédopsychiatres . Des mois d’attente - parfois même plus d’un an- pour un enfant autiste avant d’avoir un premier rendez vous en Centre Médico Psychologique, c’est un drame. Pour une prise en charge en établissement spécialisé, ou dans un hôpital de jour, ce sont des listes d’attente de plusieurs années parfois. 800 postes de psychiatres ne sont pas pourvus en médecine médico-sociale . Dans certains hôpitaux de jour pour enfants, il y a chaque année jusqu’à 70 demandes d’admission pour 5 admissions effectives. Que deviennent les 65 autres enfants ? Ils sont exclus des soins qui leur sont nécessaires. Ils vont grossir les rangs des 15 à 20 000 enfants, autistes et polyhandicapés surtout, qui sont au domicile de leurs parents, faute de place en établissements spécialisés et privés des soins dont ils ont besoin. Cela fait des années et des années que nous alertons les pouvoirs publics ; que nous leur demandons d’ouvrir les établissements de soins et médico éducatifs nécessaires ; que nous leur disons qu’il y a urgence à former les psychiatres et les infirmiers nécessaires, à embaucher psychologues, et personnels qualifiés. Cela fait des années que nous dénonçons le nombre insuffisant de médecins scolaires qui rend impossible une réelle prévention. Nous n’avons été entendus par aucun gouvernement. Les enfants dont nous avons la responsabilité sont pourtant les plus vulnérables

Que se passerait-il, concrètement avec cette nouvelle loi ? Que se passe-t-il déjà ?
Pouvons-nous dire qu’avec cette loi les 15 à 20 000 enfants handicapés qui sont au domicile sans soins faute de place en établissements spécialisés, vont pouvoir être soignés à l’école « ordinaire » ? L’art. 19 : de cette loi énonce que tout enfant handicapé ou malade « a le droit d’être inscrit dans l’établissement d’enseignement le plus proche de son domicile. » (…) et que « cette démarche relève des parents ». Certes, la loi reconnaît aussi que d’autres solutions peuvent exister (autre école, classe à plus petit effectif, établissement médico-éducatif, hôpital de jour…) mais elle en complique l’accès au point de les rendre quasiment impossible à réaliser. Avant cette loi, la CDES (commission départementale chargée de trouver à l’enfant handicapé une place en établissement spécialisé) était saisie par les parents ou, et c’était le cas le plus fréquent, par l’école ; les recherches d’établissements spécialisés pouvaient alors aller assez vite. Aujourd’hui, seuls les parents peuvent saisir l’ex-CDES, nouvellement intégrée dans les Maisons Départementales pour les Personnes Handicapées (MDPH). Si les parents le demandent, (et la loi fait tout pour qu’ils le demandent), tout enfant handicapé, quelle que soit la gravité de son handicap, sera inscrit dans l’école « ordinaire » de son quartier - même s’il ne peut pas y être effectivement admis (même s’il ne peut y rester qu’une heure par semaine). Pour ceux qui nécessitent une prise en charge dans un établissement spécialisé (médico-éducatif) tout sera donc fait pour que cette solution soit retardée le plus longtemps possible. Et cela dans une situation ou, répétons le, 15 à 20000 de ces enfants handicapés sont déjà aujourd’hui au domicile faute de place en établissements spécialisés ! Ce n’est pas admissible.
Et si l’école découvre qu’un enfant est handicapé et/ou malade et qu’il a besoin de soins ? Elle ne peut plus saisir la « Maison départementale des personnes handicapées » (MDPH qui intègre l’ex CDES), puisque seuls les parents le peuvent. Si les parents ne le font pas, et après « un délai de 4 mois », c’est l’inspecteur d’académie qui informe la MDPH (art. 5) « pour qu’elle instaure un dialogue avec les parents et le jeune ». On est encore loin d’une saisine de l’ex-CDES- MDPH. En attendant l’enfant qui ne pourra plus rester en classe restera au domicile de ses parents … ou sera imposé par ses parents à son école « ordinaire » de quartier, qui ne pourra pourtant rien pour lui. Ce qui pourra faire perdre à l’enfant de 6 mois à un an, ou plus, avant qu’une recherche de place en établissement spécialisé soit mise en œuvre.

Ce dispositif se sert du désespoir des parents
Quel parent d’enfant handicapé n’a-t-il pas espéré que son enfant n’aurait finalement pas besoin de soins mais seulement de l’école ordinaire ? La loi promet aux familles que, dans le cadre d’une intégration scolaire « ordinaire » tous les soins nécessaires suivront. Mais c’est un leurre : l’école est un lieu d’instruction et d’éducation, elle ne peut pas se transformer en lieu de soins et encore moins en établissement de soins. Aucune création de poste de personnel qualifié n’a été réalisée, au contraire. Pire, les soins devraient désormais se subordonner aux objectifs d’intégration dans l’école « ordinaire », pouvant obliger les médecins à se faire caution d’objectifs parfois impossibles à réaliser (enfants polyhandicapés par exemple ou autistes avec graves troubles du comportement), parfois franchement contre-indiqués du point de vue médical, ou à cautionner des prises en charge scolaires plus que partielles inutiles et épuisantes (une ou deux fois par semaine, une heure de présence à l’école « ordinaire »). Mais quand l’enfant a besoin avant tout de soins et lorsque la prise en charge en établissement spécialisé est indiscutable, le fait de mettre toutes les énergies des parents et des professionnels à réaliser une tentative d’intégration dans l’école « ordinaire », de toute évidence vouée à l’échec, retarde d’autant, dans les faits, la recherche des soins nécessaires et fait perdre à l’enfant des mois quand ce ne sont pas des années avant que les soins efficaces se mettent en place.
Ce dispositif est d’autant plus honteux qu’il se sert du désespoir des parents. Là où le rôle des spécialistes que nous sommes est de les accompagner avec tact et patience vers la reconnaissance de l’état réel de leur enfant, on leur fait croire que l’intégration scolaire « ordinaire » de leur enfant va résoudre tous les problèmes, qu’elle est la preuve du caractère bénin de troubles qui, hélas, sont trop souvent loin de l’être. Ceux-là mêmes qui disent préserver les droits des enfants (droit à un enseignement adapté, à une prise en charge médico-éducative, à des soins médicaux ou psychiatriques) en fait les compromettent, et abusent leurs parents au nom d’un prétendu « droit à l’égalité, à l’intégration ».
Avec ce dispositif de la loi du 11 02 05, même ceux d’entre ces enfants dont la maladie est telle qu’ils ne peuvent s’adapter dans aucune structure sociale ordinaire, seraient intégrés obligatoirement (si leurs parents le demandaient) – et certains enfants le sont déjà - dans des établissements scolaires dont la fonction est d’instruire les enfants qui ne sont pas malades. De plus, signaler qu’un enfant y est en souffrance et proposer son orientation vers un circuit de soins, serait désormais, pour le Ministère de l’Education Nationale, se rendre coupable de « discrimination » (1). Tels sont les faits. Au prétexte de lutter contre la discrimination, ce dispositif peut conduire à la non assistance et à la privation de soins. Nous sommes médecins, psychiatres, pédiatres, médecins scolaires, notre travail consiste à prévenir, diagnostiquer, soigner, écouter, traiter et quand il le faut orienter. Nous n’acceptons pas que l’on nous en empêche.

Ce dispositif (2) qui peut mettre ces enfants en danger, les priver de soins et les abandonner à leur sort, il est urgent de le retirer avant que les gravissimes dégâts qu’il a déjà commencé à causer deviennent irréparables.

(1) Cf l’exemple récent de cette institutrice de cours préparatoire (CP) de Seine et Marne, volontaire pour s’occuper de deux enfants handicapés dans sa classe de CP à effectif réduit, qui a été accusée de « discrimination » en référence à cette loi, pour avoir suggéré que l’un d’entre eux intègre un CP à petit effectif quand on l’a avertie que sa classe, à elle, serait en fait une classe à plein effectif. Cf aussi la directive (2000/78/CE) de l’Union européenne « interdisant toute discrimination fondée sur le handicap », à laquelle la loi du 11 02 05 se réfère.
(2) C'est-à-dire le fait que seuls les parents peuvent désormais saisir la MDPH (ex-CDES) et tout ce qui, dans cette loi, conduit à des retards dans la recherche d’un établissement spécialisé lorsque cette solution est nécessaire.

pétition pas de zero...
http://www.pasde0deconduite.ras.eu.org/
l'INSERM et le dépistage des troubles chez l'enfant : pourquoi tant de haine ?


http://xavier.typepad.fr/blog/2006/11/linserm_et_le_d.html

letrre expression médicale
http://www.exmed.org/arlem/arlem0054.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.spymac.com/people/cathanne
Babassou

avatar

Masculin Nombre de messages : 48
Localisation : Vosges
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Mar 29 Mai 2007 - 19:52

etolie a écrit:

Collectivité – garde… Maintient de la personne âgée à domicile mais aussi subventions aux familles qui choississent d’accueillir sous leur toit leur aïeul(e). La crèche n’est pas la solution de garde la plus intéressante pour le développement de l’enfant. Pourquoi ne pas après le congé maternité normal, proposer aux mamans la reprise de l’activité à mi-temps durant quelques mois et pourquoi ne pas généraliser le congé pour l’allaitement maternel jusqu’à 6 mois ?

La démarche actuelle s'inscrit dans le libre choix de garder son enfant (développement des congés parentaux) ou de le faire garder par une nounou ou en crèche et assimilés (PAJE). Les congés parentaux à mi-temps existent déjà.

Pour autant que je sache, la crèche n'est ni mieux ni pire qu'un accueil familial, ce sont des accueils bien différents qui permettent de proposer aux familles un éventail de solutions (sauf à Paris et dans certaines grandes villes où le problème de places est criant)

Attention à ne pas rempiler une nouvelle réforme de la petite enfance alors que le secteur a dû absorber la réforme de ses financements (2003-04 et prolongement contrats enfances et sa nouvelle directive), la réforme sur l'encadrement (février 2007).

Pour autant, certains axes de travail, à bosser avec les associations et les collectivités doivent se dégager :
- nécessité absolue et inscrite dans la loi de travailler sur les besoins à l'échelon intercommunal (net progrès)
- mise en place d'un bureau des temps (voir l'expérience parisienne)
- création de structures passerelles entre l'accueil petite enfance et l'école maternelle (la maternelle dès 4 ans)
- renforcement des missions des relais assistantes maternelles (formation des nounous, aide administrative, mise en relation, coordination d'une politique petite enfance à l'échelon intercommunal)
- on peut aussi revoir la place des structures d'accueil (crèches, relais, jardins d'enfants) comme le premier lieu où les parents trouveront des ressources et aides en cas de difficultés. Ce serait le 1er étage d'une école des parents.

Concernant un possible dépistage de potentiels délinquants dès 5 ans ou moins, c'est un leurre absolu. Un enfant agité ne fait pas le délinquant, tandis que des enfants apparemment calmes se découvrent des vocations de tyrans...
Revenir en haut Aller en bas
etolie

avatar

Féminin Nombre de messages : 270
Age : 49
Localisation : Dans le ventre de la France (Limousin et Creuse)
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Mar 29 Mai 2007 - 22:37

naveline a écrit:

pétition pas de zero...
http://www.pasde0deconduite.ras.eu.org/
l'INSERM et le dépistage des troubles chez l'enfant : pourquoi tant de haine ?

http://xavier.typepad.fr/blog/2006/11/linserm_et_le_d.html

letrre expression médicale
[url=http://www.exmed.org/arlem/arlem0054.htm l
http://www.exmed.org/arlem/arlem0054.htm l[/quote[/url]]

Je pense en effet en tant que "pro" qu'il est impensable de scolariser l'ensemble des enfants handicapés dans des écoles "classiques". Déjà, on parle de classes de niveau, alors, que peut on espérer faire d'un jeune trisomique qui a BESOIN de stimulations spécifiques pour atteindre un but très différent de celui des autres enfants, s'assumer à demi, aux trois quarts, mais certainement pas maîtriser les quatre opérations de bases en calcul.
De la même façon certains handicaps nécessitent des interfaces adaptées qui ralentissent l'enseignement et qui, donc, doivent être prises en charge par des professeurs de classes à effectifs réduits, voire très réduits.
L'égalité ne consiste pas à mettre toutes les envergures dans la même cage mais plutôt à aider tous les enfants à être "tout ce qu'ils sont capables de devenir".
Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
etolie

avatar

Féminin Nombre de messages : 270
Age : 49
Localisation : Dans le ventre de la France (Limousin et Creuse)
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Mar 29 Mai 2007 - 22:48

Dépister les enfants hyper actifs et dyslexiques de façon précoce aiderait bien pourtant. Sur le comportement, je pense qu’il doit être possible de dépister les « enfants à risques » mais pour en faire quoi ?? Leur imposer un parcours différent de façon arbitraire (compte tenue de plus des risques d’erreurs cela fait frémir).

Sur la crèche, je ne suis pas du tout d’accord. Avant 3 ans on observe pas de socialisation, et, au contraire, une relation affective mère/enfant ou nounou/enfant est beaucoup plus constructif et moins angoissant.

De la même façon placer de pauvres nourrissons à 3 mois en crèche sous prétexte qu’à 9 ils d’habitueront moins bien est une hérésie. Laissons la toute petite enfance dans son cadre naturel, la relation mère/enfant.

La maternelle à 4 ans, c’est de la garderie, utile peut-être mais certainement pas apaisant pour le petit. Nous voyons de plus en plus de gosses angoissés, que ce soit les « gros » mangeurs, les « pas propres », ceux qui font des colères. Il est très important de réduire cette « primo-angoisse » qui va en déterminer beaucoup d’autres. Le bébé seul dans sa chambre à 1 mois est une stupidité. Ce qui ne veut pas dire qu’il doit squatter le lit de ses parents à 3 ans. Il est un temps pour toute chose, un temps naturel, un temps ou la chose simplement d’elle-même arrive.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
cubitus



Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Mer 30 Mai 2007 - 23:12

Pourquoi ne pas favoriser le développement des crèches d'entreprise (ou d'administration) ? Il y a des entreprises ou administrations qui emploient beaucoup de jeunes parents et l'insallation d'une crèche à proximité de leur lieu de travail (pas obligatoirement sur le site même de l'entreprise, si certains craignent qu'en plus des pauses cigarettes se développent des pauses "bébé"), avec des horaires adaptés à ceux des salariés faciliterait grandement leur vie quotidienne (pas de perte de temps à courir matin et soir à l'autre bout de la ville pour déposer bébé !). Je pense que l'entreprise y trouverait aussi son compte (personnel plus zen le matin et moins pressé de partir le soir !)
Il faudrait pour cela des mesures incitatives pour les entreprises, je ne sais pas quelle formes pourraient prendre ces mesures...
Revenir en haut Aller en bas
etolie

avatar

Féminin Nombre de messages : 270
Age : 49
Localisation : Dans le ventre de la France (Limousin et Creuse)
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Mer 30 Mai 2007 - 23:22

cubitus a écrit:
Pourquoi ne pas favoriser le développement des crèches d'entreprise (ou d'administration) ? Il y a des entreprises ou administrations qui emploient beaucoup de jeunes parents et l'insallation d'une crèche à proximité de leur lieu de travail (pas obligatoirement sur le site même de l'entreprise, si certains craignent qu'en plus des pauses cigarettes se développent des pauses "bébé"), avec des horaires adaptés à ceux des salariés faciliterait grandement leur vie quotidienne (pas de perte de temps à courir matin et soir à l'autre bout de la ville pour déposer bébé !). Je pense que l'entreprise y trouverait aussi son compte (personnel plus zen le matin et moins pressé de partir le soir !)
Il faudrait pour cela des mesures incitatives pour les entreprises, je ne sais pas quelle formes pourraient prendre ces mesures...

Mon employeur aux USA faisait mieux. Pour tous les chefs de projets, cadres sups et créatifs, une nounou 'at homme' s'occupait des enfants aux frais de la boutique. But du jeu nous faire travailler 15 heures par jour, sans contraintes "pipi caca". Personellement, j'ai estimé que ça reveanit à confier son enfant à des tiers. Dans ce cas là, mieux vaut acheter... un chien.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
cubitus



Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Jeu 31 Mai 2007 - 10:46

oui...euh, on n'est pas obligé de tomber dans la caricature tout de même ! Tous les employeurs ne sont pas des "grands méchants loups", et puis, il y en a qui font de toute façon des heures de dingue avec en plus le problème de la garde des enfants à régler...
Et puis, il me semble que les femmes qui souhaitent s'occuper pleinement de leurs enfants en France peuvent opter pour le congé parental...
Il doit bien être possible de trouver une juste mesure, pour celles et ceux qui le souhaitent, entre le tout parental et la délégation totale d'éducation ! Ce n'est rien d'autre que ce qui se fait déjà dans les crèches publiques ou auprès des assistantes maternelles !
Revenir en haut Aller en bas
etolie

avatar

Féminin Nombre de messages : 270
Age : 49
Localisation : Dans le ventre de la France (Limousin et Creuse)
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Jeu 31 Mai 2007 - 11:44

cubitus a écrit:
oui...euh, on n'est pas obligé de tomber dans la caricature tout de même ! Tous les employeurs ne sont pas des "grands méchants loups", et puis, il y en a qui font de toute façon des heures de dingue avec en plus le problème de la garde des enfants à régler...
Et puis, il me semble que les femmes qui souhaitent s'occuper pleinement de leurs enfants en France peuvent opter pour le congé parental...
Il doit bien être possible de trouver une juste mesure, pour celles et ceux qui le souhaitent, entre le tout parental et la délégation totale d'éducation ! Ce n'est rien d'autre que ce qui se fait déjà dans les crèches publiques ou auprès des assistantes maternelles !

Bien évidemment !!! Mais il est absurde de séparer maman et bébé pendant les 6 premiers mois de la vie.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
Babassou

avatar

Masculin Nombre de messages : 48
Localisation : Vosges
Date d'inscription : 11/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Jeu 31 Mai 2007 - 20:29

etolie a écrit:
cubitus a écrit:
oui...euh, on n'est pas obligé de tomber dans la caricature tout de même ! Tous les employeurs ne sont pas des "grands méchants loups", et puis, il y en a qui font de toute façon des heures de dingue avec en plus le problème de la garde des enfants à régler...
Et puis, il me semble que les femmes (et aussi les hommes...) qui souhaitent s'occuper pleinement de leurs enfants en France peuvent opter pour le congé parental...
Il doit bien être possible de trouver une juste mesure, pour celles et ceux qui le souhaitent, entre le tout parental et la délégation totale d'éducation ! Ce n'est rien d'autre que ce qui se fait déjà dans les crèches publiques ou auprès des assistantes maternelles !

Bien évidemment !!! Mais il est absurde de séparer maman et bébé pendant les 6 premiers mois de la vie.

Cordialement

Absurde ? Non pas que l'aspect fusionnel du couple maman/bébé ne mérite pas d'être pris en compte dans nos réflexions, mais il serait tout aussi absurde de priver une maman de travailler alors qu'elle le désire sous prétexte qu'il est absurde de la séparer de son bébé dans les 6 premiers mois.
Revenir en haut Aller en bas
etolie

avatar

Féminin Nombre de messages : 270
Age : 49
Localisation : Dans le ventre de la France (Limousin et Creuse)
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Jeu 31 Mai 2007 - 20:38

Babassou a écrit:
etolie a écrit:
cubitus a écrit:
oui...euh, on n'est pas obligé de tomber dans la caricature tout de même ! Tous les employeurs ne sont pas des "grands méchants loups", et puis, il y en a qui font de toute façon des heures de dingue avec en plus le problème de la garde des enfants à régler...
Et puis, il me semble que les femmes (et aussi les hommes...) qui souhaitent s'occuper pleinement de leurs enfants en France peuvent opter pour le congé parental...
Il doit bien être possible de trouver une juste mesure, pour celles et ceux qui le souhaitent, entre le tout parental et la délégation totale d'éducation ! Ce n'est rien d'autre que ce qui se fait déjà dans les crèches publiques ou auprès des assistantes maternelles !

Bien évidemment !!! Mais il est absurde de séparer maman et bébé pendant les 6 premiers mois de la vie.

Cordialement

Absurde ? Non pas que l'aspect fusionnel du couple maman/bébé ne mérite pas d'être pris en compte dans nos réflexions, mais il serait tout aussi absurde de priver une maman de travailler alors qu'elle le désire sous prétexte qu'il est absurde de la séparer de son bébé dans les 6 premiers mois.

Pour être mère, il faut être "prête". Dans cette préparation à la maternité, il y a le renoncement à une vie personelle distincte pendant une courte période, celle pendant laquelle le nourisson est trop jeune pour comprendre que la séparation quotidienne est PROVISOIRE. Avant six mois, l'enfant CROIT qu'il est abandonné. D'où les milions de petits angoissés que produisent nos sociétés.

On ne peut pas accoucher avec un portable vissé à l'oreille (bien que j'ai repris le travail, mon bébé dans un porte bébé contre moi dès le sixième jour). On ne peut pas être mère d'une TRES jeune enfant ET être maitresse, épouse, soeur, amante. On allaite, c'est pas facile. On est encore fatiguée et ce bébé qui nous est inconnu doit nous "savoir" avant que naturellement, nous reprenions notre vie de femme.
Six mois dans la vie d'une femme, c'est le temps qu'il faut pour devenir "maman".
Il existe aujourd'hui des moyens efficaces qui évitent à la femme qui n'est pas prête de se trouver confrontée à une grossesse.
Donner la vie est un choix qui implique un suivi de 20 ans, au minimum.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
khalil



Nombre de messages : 2
Localisation : manosque
Date d'inscription : 23/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Ven 1 Juin 2007 - 15:37

sur la peitite enfance il me semble qu'il faut avoir deux réfléxions en tenant
compte du térritoire, rural ou urbain.
IL existe déja des disposistifs que l'on nomme le contrat petite enfance, que les villes contractualisent avec la caisse d'allocations familiales, dans un premier temps je crois qu'il serait important de faire une évaluation de ces politiques publiques en terme financier et en terme qualitatif.
D'autres part il me semble que ces politiques publiques doivent faire partie d'une politique plus vaste qui concerne la ville , en meme temps la politique familiale.
IL serait opportun également de réfléchir avec les associations , les institutions et les professionnels de ce secteur sur les nouvelles problématiques qui se posent aujourd'hui.

khalil manosque
Revenir en haut Aller en bas
etolie

avatar

Féminin Nombre de messages : 270
Age : 49
Localisation : Dans le ventre de la France (Limousin et Creuse)
Date d'inscription : 15/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Ven 1 Juin 2007 - 17:18

khalil a écrit:
sur la peitite enfance il me semble qu'il faut avoir deux réfléxions en tenant
compte du térritoire, rural ou urbain.
IL existe déja des disposistifs que l'on nomme le contrat petite enfance, que les villes contractualisent avec la caisse d'allocations familiales, dans un premier temps je crois qu'il serait important de faire une évaluation de ces politiques publiques en terme financier et en terme qualitatif.
D'autres part il me semble que ces politiques publiques doivent faire partie d'une politique plus vaste qui concerne la ville , en meme temps la politique familiale.
IL serait opportun également de réfléchir avec les associations , les institutions et les professionnels de ce secteur sur les nouvelles problématiques qui se posent aujourd'hui.

khalil manosque

Tout à fait et notamment les psys spécialistes de la petite enfance.

Cordialement
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 64
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Mar 20 Nov 2007 - 12:34

Obésité infantile : le sénateur Yves Détraigne (UDF-MoDem) tire la sonnette d'alarme

M. Yves Détraigne attire l'attention de Mme la ministre de la santé, de la jeunesse et des sports sur la problématique de l’obésité infantile qui croît de manière exponentielle dans notre pays.


S'agissant de la santé publique, malgré les mesures actuelles de dépistage et de prise en charge, il convient de constater que les enfants qui sont déjà en situation de surpoids important, d’après des études menées par UFC-Que Choisir, le resteront à l’âge adulte entre 20 et 50 %, et la probabilité est encore plus forte après la puberté puisqu’elle est comprise alors entre 40 % et 70 %.

En conséquence, il lui demande quelles mesures elle envisage de prendre pour lutter contre ce problème et si elle entend, notamment, engager des actions pour rendre à l’école son rôle éducatif pour une alimentation saine et équilibrée, et lutter contre le marketing et la communication publicitaire à destination des enfants.

Question écrite n° 02361 publiée dans le JO Sénat du 01/11/2007 - page 1973
En attente de réponse du Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Jeu 11 Juil 2013 - 17:09

Congé parental : Pécresse a raison :

http://24heuresactu.com/2013/07/11/valerie-pecresse-accusee-de-sexisme-le-cynisme-de-la-gauche/

mais je pense qu'elle devrait insister sur ce point :

Avec le congé pour les pères, quasi obligatoire car autrement il est perdu, les socialistes s'immiscent au coeur du fonctionnement de la famille.
Revenir en haut Aller en bas
AG59

avatar

Masculin Nombre de messages : 4608
Age : 43
Localisation : Orchies(59)
Date d'inscription : 23/03/2010

MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   Dim 14 Juil 2013 - 3:09

Il ne sera pas pris car le jeu n'en vaut pas la chandelle.

_________________
« Touche pas à mon pote-iron ! »
Jean-Luc
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Grand Thème] Enfance   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Grand Thème] Enfance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La grand-place de Mons le 16 décembre 07
» Le Grand Paris
» Article sur le Grand emprunt.
» passage au "lit de grand" ?
» [Grand Thème] La protection sociale, la santé, le handicap

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Débats et projets :: Exprimez-Vous sur les grands thèmes :: Famille et Santé-
Sauter vers: