Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Irak - quelles perspectives ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nadette

avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 45
Localisation : Courbevoie
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Irak - quelles perspectives ?   Mer 20 Juin 2007 - 16:29

1) La lutte entre shiites et sunnites s'accélère, de plus en plus de mosquées des deux côtés sont détruites. Les morts quotidiens ne font plus la une, ou rarement, il y en a trop depuis trop longtemps...on se lasse et on laisse de côté ce conflit régional qui est pourtant porteur de destabilisation régionale.

2) Quel est l'agenda de l'Iran ? Les Etats-Unis ont pour la première fois depuis très longtemps parlé directement avec l'Iran sur le sujet...mais on ne voit rien venir de concret.

3) Parallèlement, la Turquie pourrait envisager une incursion en Irak dans le but de poursuivre des membres du PKK, le parti des travailleurs kurdistans, paroles d'Erdogan dans une interview pour Reuters le 20 juin

"Erdogan a déclaré que son gouvernement pourrait autoriser une telle incursion en Irak s'il obtient l'accord du Parlement.

"Nous poursuivons les discussions avec les forces armées. Si besoin est, nous prendrons les mesures nécessaires (pour une opération transfrontalière) car nous ne pouvons laisser le PKK poursuivre ses attaques", a déclaré le chef du gouvernement.

"Mais d'abord, notre voisin irakien et les Etats-Unis devraient prendre des mesures à ce propos, car cela s'inscrit dans le cadre de la lutte contre le terrorisme", a-t-il ajouté."

http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=47090

4) partition de l'Irak? à quand un retrait américain? les anglais vont-ils partir quand Brown va remplacer Blair (qui s'en va le 27 juin) ?
Revenir en haut Aller en bas
marco11

avatar

Masculin Nombre de messages : 5812
Age : 51
Localisation : Ouest
Date d'inscription : 14/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Mer 20 Juin 2007 - 16:55

Je ne crois pas que les Américains vont quitter l'Irak, et les alliés continueront à les suivre malheureusement.
Revenir en haut Aller en bas
pascal47

avatar

Masculin Nombre de messages : 610
Age : 53
Localisation : agen
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Mer 20 Juin 2007 - 22:28

Je ne suis pas sur qu'un départ très rapide des américains de là bas serait une bonne chose.

Mais bon, c'est juste un avis, hein !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.laicite1905.com/index.htm
LuK

avatar

Masculin Nombre de messages : 107
Age : 39
Localisation : Ile de France - 93
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Jeu 21 Juin 2007 - 11:26

Grâce à une absence complète de la moindre stratégie d'après-guerre de la part du gouvernement américain, dans un chef d'oeuvre d'ignorance et de bêtise, la situation en Irak est devenu un tel bourbier infâme qu'il est bien difficile d'imaginer quelle forme un avenir paisible pourrait prendre dans ce pays.
Une séparation du pays entre un côté chiite et un autre sunnite à la mode israélo-palestinniene est peut-être la seule solution ? Même si l'on voit mal comment ce pourrait être mis en oeuvre, sans compter qu'alors les Kurdes auraient leur quasi-indépendance, ce qui ne sera pas accepté par la Turquie (ni par l'Iran probablement).
Si tout le monde s'acord à dire qu'un apaisement passe nécessairement par l'influence de l'Iran et de la Syrie, cela ne suffirait probablement à stopper les violences notamment côté sunnite, financé par une mouvance terroriste plus ou moins indépendante des états.

En attendant, ce sont les Irakiennes et les Irakiens qui meurent de mort violente par milliers chaque année, payant les pots cassés des égarements de l'équipe Bush Jr. C'est révoltant, pour changer.

Quant au retrait américain, il est évident qu'il ne peut se faire qu'à partir du moment où les conditions à un apaisement sont réunies. Sinon ce sera un exemple de plus où les USA viennent fiche la pagaille et se barrent en laissant une situation pire qu'avant leur arrivée.
Pour une fois, je suis d'accord avec Bush Jr, un retrait précipité ne serait pas une bonne chose, et tant pis pour le chant des sirènes nombrilistes aux USA où dès que le moindre soldat se fait tuer, c'est une catastrophe qui exige un repli immédiat dans le cocon moelleux du chez-soi-sans-les-autres-qui-sont-tous-méchants.
Revenir en haut Aller en bas
VALJEAN

avatar

Masculin Nombre de messages : 594
Age : 51
Localisation : Lille
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Jeu 21 Juin 2007 - 19:36

Le projet de croissant chiite si cher au régime iranien est en train de prendre forme, Iran, Irak et Syrie sont au mains de pouvoir chiites, reste le liban, la jordanie et la palestine a conquérir politiquement.

Je ne pense pas que la politique américaine contribue a contrecarrer les plans iraniens, ils sont tellement contreproductif qu'ils accélerent plutôt le processus.

Pour ce qui est de l'Irak, il est malheureusement trop tard, Les chiite ont les manettes et ils faut s'attendre à de plus en plus de massacres, les kurdes sont à mon avis les futur cocus et ils paieront trés cher leur projet d'autonomie qui n'a aucun avenir en l'état des forces en présence dans la région.

Les américains ont ouvert la boîte de pandore et ils se retiront sans l'avoir refermé, ils ne paieront pas pour les centaines de milliers de mort, le saccage d'un pays et de tout son patrimoine culturel, archéologique, la destruction de son infrastrucure industriel, universitaire.

A ce jour quand on interroge les irakiens, ils regrettent en majorité saddam et compte tenu de la situation dans laquelle les ont mis les américains, on peut le comprendre.


Cordialement,
Revenir en haut Aller en bas
Nadette

avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 45
Localisation : Courbevoie
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Jeu 21 Juin 2007 - 19:46

Je ne suis pas si sûre que les shiites aient les manettes, car les sunnis même moins nombreux sont très organisés et les attentats contre les shiites ne s'amenuisent pas pour l'instant.

Je suis d'accord avec toi concernant le projet iranien de croissant shiite, mais cela préfigure un autre conflit, avec l'Arabie Saoudite; je doute que celle-ci laisse faire l'Iran.

Pour les kurdes, cela dépend si une partition du pays se ferait avec un kurdistan ou pas. Or, c'est l'une des régions qui est la moins touchées par la violence et je crois que les kurdes sont déterminés à ne pas être les laissés pour compte une 2eme fois (souvenons-nous du désastre après la première guerre du golfe quand Saddam avait férocement remis de l'ordre là-bas).
Revenir en haut Aller en bas
VALJEAN

avatar

Masculin Nombre de messages : 594
Age : 51
Localisation : Lille
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Jeu 21 Juin 2007 - 21:16

Nadette a écrit:
Je ne suis pas si sûre que les shiites aient les manettes, car les sunnis même moins nombreux sont très organisés et les attentats contre les shiites ne s'amenuisent pas pour l'instant.

Je suis d'accord avec toi concernant le projet iranien de croissant shiite, mais cela préfigure un autre conflit, avec l'Arabie Saoudite; je doute que celle-ci laisse faire l'Iran.

Pour les kurdes, cela dépend si une partition du pays se ferait avec un kurdistan ou pas. Or, c'est l'une des régions qui est la moins touchées par la violence et je crois que les kurdes sont déterminés à ne pas être les laissés pour compte une 2eme fois (souvenons-nous du désastre après la première guerre du golfe quand Saddam avait férocement remis de l'ordre là-bas).

Quand je dis qu'ils ont les manettes, j'anticipe le retrait américain, ils ont placé leurs hommes partout et c'est vrai que pour le moment ils sont sous surveillance américaine.

Ce qui permet au sunnites de tenir d'un point de vue logistique, c'est la perméabilité de la frontière syrienne, je considère que dés le départ des américains, cette frontière redeviendra hermétique.

dés la fin de l'occupation, les chiites vont massacrer tous ceux qui s'opposeront à leur projet hégémonique ( kurdes compris ). Ce sont des gens patient et déterminés et sans état d'âmes pour ceux qu'ils considèrent comme un obstacle à l'accomplissement de leur prophétie ( ils sont a peu prés dans le même egarement que leurs homologues évangéliste américains).

Si les plans américains, par leur aveuglement et leur ignorance, débouchaient à la prise de la mecque par les chiites, on a pas fini d'en payer le prix.
Revenir en haut Aller en bas
LuK

avatar

Masculin Nombre de messages : 107
Age : 39
Localisation : Ile de France - 93
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Ven 22 Juin 2007 - 23:31

VALJEAN a écrit:
Ce qui permet au sunnites de tenir d'un point de vue logistique, c'est la perméabilité de la frontière syrienne, je considère que dés le départ des américains, cette frontière redeviendra hermétique.
Si les USA ne parviennent pas à la rendre hermétique, cela m'étonnerait que le gouvernement contesté d'un pays déchiré en deux par une guerre civile y parvienne. La frontière entre l'Irak et la Syrie est immense, même un pays du G8 aurait du mal à la "tenir", alors l'Irak......

VALJEAN a écrit:
dés la fin de l'occupation, les chiites vont massacrer tous ceux qui s'opposeront à leur projet hégémonique ( kurdes compris ). Ce sont des gens patient et déterminés et sans état d'âmes pour ceux qu'ils considèrent comme un obstacle à l'accomplissement de leur prophétie ( ils sont a peu prés dans le même egarement que leurs homologues évangéliste américains).
Ca me paraît un peu exagéré comme prévision. Sur quels changements majeurs un tel scénario s'appuie-t-il ?
Par ailleurs, dans un souci d'équité, je rajoute que la frange extrémiste chiite dont nous parlons (et pas "les chiites" dans leur ensemble) n'est pas pire que celle des extrémistes sunnites. Pas meilleure non plus évidemment.

VALJEAN a écrit:
Si les plans américains, par leur aveuglement et leur ignorance, débouchaient à la prise de la mecque par les chiites, on a pas fini d'en payer le prix.
Là franchement, je crois qu'on est dans de la SF de série Z. Le gouvernement chiite irakien déclarant la guerre à l'Arabie Saoudite et la gagnant ?!?
Revenir en haut Aller en bas
VALJEAN

avatar

Masculin Nombre de messages : 594
Age : 51
Localisation : Lille
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Sam 23 Juin 2007 - 0:31

LuK a écrit:
VALJEAN a écrit:
Ce qui permet au sunnites de tenir d'un point de vue logistique, c'est la perméabilité de la frontière syrienne, je considère que dés le départ des américains, cette frontière redeviendra hermétique.
Si les USA ne parviennent pas à la rendre hermétique, cela m'étonnerait que le gouvernement contesté d'un pays déchiré en deux par une guerre civile y parvienne. La frontière entre l'Irak et la Syrie est immense, même un pays du G8 aurait du mal à la "tenir", alors l'Irak......

VALJEAN a écrit:
dés la fin de l'occupation, les chiites vont massacrer tous ceux qui s'opposeront à leur projet hégémonique ( kurdes compris ). Ce sont des gens patient et déterminés et sans état d'âmes pour ceux qu'ils considèrent comme un obstacle à l'accomplissement de leur prophétie ( ils sont a peu prés dans le même egarement que leurs homologues évangéliste américains).
Ca me paraît un peu exagéré comme prévision. Sur quels changements majeurs un tel scénario s'appuie-t-il ?
Par ailleurs, dans un souci d'équité, je rajoute que la frange extrémiste chiite dont nous parlons (et pas "les chiites" dans leur ensemble) n'est pas pire que celle des extrémistes sunnites. Pas meilleure non plus évidemment.

VALJEAN a écrit:
Si les plans américains, par leur aveuglement et leur ignorance, débouchaient à la prise de la mecque par les chiites, on a pas fini d'en payer le prix.
Là franchement, je crois qu'on est dans de la SF de série Z. Le gouvernement chiite irakien déclarant la guerre à l'Arabie Saoudite et la gagnant ?!?

Le régime syrien, plutôt la tribu chiites alaouite dont il est issu sont des alliés naturel des tribus chiites irakiennes au pouvoir a bagdad, pour le moment ils soutiennent ( avec l'iran ) les différents groupes insurrectionels irakien surtout par opposition au états unis que par idéologie.

Vous pensez réllement que des gens comme Ali El-Sistani et Moqtad Sadr vont s'emcombrer de processus démocratique et de pratique humaniste pour réunifier et "pacifier" l'irak qui est d'ores et deja sous leaderchip chiites.

Je pense même que quand la chasse aux sunnites ( parceque tous les attentats auxquel on assiste quotidiennement nourrissent le ressentiment anti-sunnites ) sera lancé le flot de réfugiés en arabie saoudite et en jordanie contribura a affaiblir et peut être faire vasciller les deux regimes monarchique corrompu.

Le régime iranien qui est membre fondateur de ce projet de croissant chiite ne compte envahir aucun pays pour aboutir.

Il compte sur les communautée chiite de chaque pays faisant partie de leur projet. N'oubliez ce qui s'est déja passé à la mecque et à médine en 1981, et à la mecque uniquement 1982 et 1987 ou des pélerins chiites avait fomenté des troubles rejoint par d'autres qui conspuaient la monarchie en place. On est loin du scénario ou l'arabie saoudite tomberait entre leur main, la jordanie, le Liban sont plus à leur portée et dans leurs projet à court terme.

Ce croissant chiite, doté d'un arsenal conventionel et non conventionnel se met en place doucement, avec l'aide providentiel pour les iraniens de bush et sa clique.

Je me trompe surement et l'irak va s'adonner aux joies de la société de consommation dans quelques années et gouter enfin à l'état de droit grace aux américains. le Liban et la palestine vont aussi atteindre cet idéal par mimétisme de la part d'israel. l'iran et la syrie défait par leur contreperformance idéologique subiront leur révolution "orange".

Et nous pourrons parcourir ces lieux chargé d'histoire, cheveux au vent, a bord de pick up conduit par de sympathiques guides trés heureux de nous accueillir.


Cordialement,


PS : les seuls chiites qui à ma connaissance ne nourrissent pas de projet impérialiste sont les ismaéliens, minorité sans influences. Les autres ultras majoritaire ( duodécimains ) peuplent les états que l'on évoquent ci-dessus.

.
Revenir en haut Aller en bas
Nadette

avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 45
Localisation : Courbevoie
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Mer 22 Aoû 2007 - 21:33

La visite de Kouchner en Irak est peut-être saluée comment étant le retour de la France dans ce pays blablabla, mais en attendant, sa proposition concrète (de faire une conférence type Liban) n'a pas convenu au président irakien :

"Je ne crois pas qu'une conférence nationale soit nécessaire en Irak. Au Liban, les différentes parties ne sont pas capables de se parler ou de s'asseoir à la même table. En Irak, nous nous parlons et nous nous rencontrons tous les jours. Chaque communauté participe à ce dialogue. Nous nous en sortirons sans conférence." Jalal Talabani dans une interview dans le monde.

Remarquez, ce même président dit aussi " Il n'y a pas de guerre sunnite-chiite en Irak. Il y a, c'est vrai, des différends. Mais surtout des divisions à l'intérieur même de ces communautés."

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3210,36-946375@51-767621,0.html

La méthode Coué nouvelle exportation française?
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Jeu 23 Aoû 2007 - 10:02

extrait de 'linterview de Kouchner hier sur la 2, posté par Keyata sur les Bloggueurs de François, pas objectif évidemment mais bon quelques reflexions sur le fait d'aller "sauver les pauvres chrétiens Chaldéens" martyrisés par les "méchants arabes"...
faut bien amadouer le gogo Français en lui montrant que nous avons quelquechose en commun avec eux, au risque d'aller au casse-pipe...

j'ai regardé l'intervention de Kouchner au 20 h et j'y ai vu au contraire une certitude quant à l'envoi de troupe Française en Irak:
KOUCHNER AU JOURNAL DE 20H HIER

Hier encore, Kouchner affirme que Nous avons un rôle à jouer en Irak!

Même le documentaire diffusé avant son interview lui donne raison, même les questions de Mm Laborde sont tournées dans ce sens!!!!

Le peuple américain pleur ses enfants et s'opposent désormais farouchement à cette guerre!!!

Et nous , maintenant nous allons y aller!!!

Pourquoi?

Au nom de quoi?

Pour sauver la petite minorité de chrétiens chaldéens, Que Kouchner ne cesse de rappeler les mauvaises conditions de vie?

Pourquoi? Parce que les Français n'auraient pas pitier de pauvres musulmans, pas assez pour envoyer leur enfants alors on essaye de les toucher avec l'église qui va mal en Irak!!!

"La France doit être là Bas " dis Kouchner!!!

"L'avenir du monde est là-bas" dit-il

Mm Laborde:La france s'était ostensiblement tenu à l'écart!! On voulait laisser les américains s'embourber dans s'en mêler!!!

Mr Kouchner: Oui en gros , vous n'avez pas tord, détounez-vous y rien à voir!!!"

Je rêve, c'est une interview ca???!!!

Mm Laborde est-elle Objective???


Kouchner: " (...)L'acceuil a été formidable dans des conditions horribles (...) "

Puis, cours d'histoire des religions, sur les chrétiens maltraités.

"Les chrétiens chaldéens, la première religion arrivée en Irak",dit Kouchner.

"Ils étaient les premiers!!"

Quelle utilité, à dire cela!!! Ca ne regarde pas la France, ni les Français!!!

Bernard Kouchner, " (...) Et Ils sont maltraités, (...)Qui les maltraite???

Mais les autres religions(...)!!!

(...)C'est ça mainteant la politique étrangère . (...)

" (...)Si nous ne nous débarassons pas de cette barbarie, alors cette barbarie nous atteindra (...)?

Et en plus il veut nous faire peur !!! Il veut essayer de susciter de la pitier chez les Français, de susciter une fraternité chrétienne!!!

Pour que l'on se dise tous," les pauvres, il faut les aider!!!"

J'ai biensur de la pitier pour les chrétiens en tant que musulmane mais aussi en tant qu'ancienne catholique , de la peine à voir leurs souffrances, de même pour le peuple irakien.Mais je n'aime pas que l'on joue sur nos sentiments!

Mais combiens sont ces chrétiens en irak?:

Citation:
Estimés à 1,2 million sur une population de 22 millions d’Irakiens par le Conseil des Eglises, les chrétiens forment 5,45 % de la population totale d’Irak. Chiffre réaliste pour certains, trop optimiste pour d’autres (4), il reflète toutefois leur faible poids démographique au sein de la société.

Source: http://www.monde-diplomatique.fr/2000/01/JABER/13309.html

D'ailleurs comme l'a dis Kouchner, Depuis le début de la guerre d'irak, beaucoup se sont enfuis et ont migré ce qui réduit largement ce chiffre.

Je persiste à dire que nous n'avons aucun rôle à jouer en Irak, nous pouvons aider par des moyens financiers, par les médias , à dénoncer les injustices et le comportement tant de l'armée américaine que du gouvernement Irakien.


Cela n'apportera que souffrance des deux côtés, L'Angleterre et l'Espagne ont été frappé, et ce sera aussi notre triste sort, car en rentrant dans cette guerre, nous deviendrons l'ennemi à abattre pour les terroristes!!!

Des attentats contre nos troupes et aussi contre la France.

Ce n'est pas une prédiction, c'est une vérité indubitable!!!


NON , PAS LA FRANCE EN IRAK

_________________
FIN de l'extrait
Revenir en haut Aller en bas
Gawam

avatar

Masculin Nombre de messages : 239
Age : 30
Localisation : Nancy (54)
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Jeu 23 Aoû 2007 - 16:35

J'ai jamais été un grand fan de Kouchner. On dirait qu'il fait tout sur une coup de tete sans vraiment réaliser les enjeux.

Et comme la stratégie de Sarkozy c'est de suivre les USA. Ca va faire de la france une cible. Duc coup un excuse pour plus de controle, plus de caméra, plus de surveillance...

La conquete du pouvoir absolu. Ca proclame la République, les libertés fondamentales, mais ca ne reve que d'une chose. Etre le maitre absolu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.meron-pan.amelior-prod.info/
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Dim 26 Aoû 2007 - 19:30

premier voyage pour Kouchner , première bourde....


Maliki accuse Hillary Clinton et Paris de vouloir son départ
MOYEN ORIENT dim 26 août

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a protesté contre Hillary Clinton et un autre sénateur américain, qui ont réclamé son remplacement, accusant également la France de vouloir son départ et exigeant des "excuses" de Paris.

M. Maliki réagissait à des déclarations des sénateurs démocrates Carl Levin et Hillary Clinton -favorite au sein de son parti dans la course à la présidentielle de 2008- demandant aux députés irakiens de choisir quelqu'un d'autre pour diriger un gouvernement d'union nationale, après l'éclatement du cabinet de coalition.

"Hillary Clinton et Carl Levin sont des démocrates et devraient respecter la démocratie. Ils parlent de l'Irak comme s'il s'agissait de leur propre bien", a dit le Premier ministre lors d'une conférence de presse.

Il a ajouté que les deux sénateurs "n'avaient pas vécu dans leur propre vie des divergences comme celles que nous connaissons en Irak. Quand ils font part de leur jugement, ils ne savent pas ce que réconciliation signifie", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre irakien a également dénoncé avec virulence des propos attribués au ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner appelant au départ de M. Maliki, et a exigé des excuses de la France, alors que M. Kouchner vient d'effectuer une visite inédite à Bagdad.

"Récemment nous avons reçu le ministre français. Nous étions heureux de sa venue et nous étions optimistes quant au fait que cette visite marque le début d'une nouvelle relation", a déclaré Nouri al-Maliki.

"D'un coup, nous avons été surpris que le ministre fasse une déclaration qui en aucune manière ne peut être qualifiée de +diplomatie+, quand il a appelé au remplacement du gouvernement" irakien, a-t-il ajouté.

M. Maliki réagissait apparemment à une interview du ministre français publiée par l'hebdomadaire américain Newsweek du 24 août où Bernard Kouchner est cité comme favorable à un changement à la tête du gouvernement irakien.

"Beaucoup de gens pensent que le Premier ministre devrait être changé. Mais je ne sais pas si cela va se produire, parce qu'il semble que le président (George W.) Bush est attaché à M. Maliki. Mais le gouvernement ne fonctionne pas", dit M. Kouchner.

Interrogé sur l'existence d'un "fort sentiment" en Irak en faveur d'un départ de M. Maliki, il ajoute: "Oui. Je viens d'avoir (la secrétaire d'Etat) Condoleezza (Rice) au téléphone il y a dix ou quinze minutes et je lui ai dit: +écoutez, il doit être remplacé+".

Le Premier ministre irakien s'est ensuite engagé dans une critique générale de la politique de la France en Irak, l'accusant de se ranger du côté des partisans de l'ancien dictateur Saddam Hussein.

"Par le passé, vous avez soutenu l'ancien régime (de Saddam Hussein, ndlr). Aujourd'hui nous étions satisfaits et c'est le moment que vous choisissez pour apporter votre soutien aux partisans de l'ancien régime. Nous exigeons des excuses du gouvernement français", a-t-il clamé.



http://www.rtlinfo.be/news/article/27524/--Maliki+accuse+Hillary+Clinton+et+Paris+de+vouloir+son+d%C3%A9part
Revenir en haut Aller en bas
Nadette

avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 45
Localisation : Courbevoie
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Dim 26 Aoû 2007 - 20:28

Reuters : "Les principaux dirigeants politiques chiites, sunnites et kurdes d'Irak sont parvenus à un accord sur certaines réformes réclamées par les Etats-Unis pour favoriser la réconciliation des différentes communautés du pays.
Cet accord porte notamment sur la possible réintégration des anciens membres du parti Baas, au pouvoir sous Saddam Hussein, au sein de la fonction publique et de l'armée, ont dit trois responsables.
Un consensus a également été trouvé sur l'organisation d'élections régionales et sur la libération de prisonniers détenus sans la moindre inculpation à travers le pays, ont dit deux de ces responsables.
Les dirigeants chiites, sunnites et kurdes ont participé dimanche à une courte conférence de presse pour annoncer la signature d'une déclaration sur les efforts de réconciliation entre les différentes communautés du pays.
Ces responsables, parmi lesquels le Premier ministre Nouri al Maliki, n'ont guère fourni de précisions sur le contenu exact de cette déclaration.
Leur apparition à l'antenne de la télévision irakienne constitue cependant un signe d'unité rare alors que le gouvernement de Maliki est fortement contesté.

ÉTAPES

Outre Maliki, étaient présents à cette conférence le président Djalal Talabani, un Kurde; le vice-président Tarek al Hachémi, un sunnite; le vice-président Adel Abdoul-Mahdi, un chiite; et Massoud Barzani, président de la région semi-autonome du Kurdistan.
"La première étape de la relance du processus politique était l'alliance des quatre partis", a déclaré Maliki, en allusion au récent accord conclu entre les principales formations chiites et kurdes.
"La signature de cette déclaration commune constitue la deuxième étape", a-t-il ajouté.
Un comité composé de représentants des différentes formations politiques a réfléchi au sujet de l'impasse actuelle en Irak et il a "fourni quelques solutions", a poursuivi le chef du gouvernement.
"Cet accord politique et la déclaration vont rejaillir sur l'ensemble de ce processus politique, qu'il s'agisse du gouvernement ou du parlement", a-t-il assuré.
Les Etats-Unis ont envoyé des renforts militaires en Irak depuis le début de l'année afin d'accorder aux dirigeants des différentes communautés religieuses et ethniques un répit dans les violences susceptible de favoriser leur réconciliation.
La majorité démocrate au Congrès américain souhaite imposer au président républicain George Bush un calendrier de retrait des troupes d'Irak face à la poursuite des violences et de nombreuses voix s'élèvent à Washington pour critiquer l'incapacité des dirigeants irakiens à se réconcilier. Certains responsables réclament même le départ de Maliki.
L'ambassadeur des Etats-Unis à Bagdad, Ryan Crocker, et le commandant des forces américaines en Irak, le général David Petraeus, doivent remettre en septembre au Congrès un rapport sur les résultats fournis par cette stratégie de renfort militaire."

http://www.lexpress.fr/info/infojour/reuters.asp?id=51633
Revenir en haut Aller en bas
Paladur

avatar

Masculin Nombre de messages : 549
Age : 36
Localisation : Carrière-sous-Poissy 78
Date d'inscription : 25/06/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Dim 26 Aoû 2007 - 20:35

oui, j'ai vu ça... Le Premier ministre irakien demande des excuses. Il faut être bête pour dire à un journal américain qu'il faut remplacer le premier ministre et croire que cela n'arrivera pas à l'oreille de ce dernier à l'ère d'internet... Je demande la démission de kouchner, trop irréfléchie et peu diplomate pour ce poste.
Revenir en haut Aller en bas
Gawam

avatar

Masculin Nombre de messages : 239
Age : 30
Localisation : Nancy (54)
Date d'inscription : 30/07/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Dim 26 Aoû 2007 - 21:27

Jamais aimé Kouchner... J'ai aps l'impression qu'il refléchit beaucoup avant d'agir. Et pourtant aux AE c'est bien ce qu'il faut.

Je suis aussi pour sa démission. Ca serait une belle forme d'excuse Very Happy.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.meron-pan.amelior-prod.info/
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Lun 27 Aoû 2007 - 9:57

le Monde 27/08

Bernard Kouchner s'excuse auprès du Premier ministre irakien
27.08.07 | 09h31

PARIS (Reuters) - Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a présenté ses excuses lundi au Premier ministre irakien Nouri al Maliki, dont il avait suggéré la démission, en estimant cependant que ce dernier n'avait pas compris ses propos.

"Je crois qu'il n'a pas compris ou que je n'ai pas assez souligné qu'il s'agissait des propos que j'ai entendus dans la bouche de mes interlocuteurs irakiens. Si le Premier ministre M. Maliki veut que je m'excuse pour avoir interféré dans les affaires irakiennes de façon irakienne, je le fais volontiers", a-t-il dit sur RTL.




Nouri al Maliki avait exigé des excuses de la France après la publication dans l'hebdomadaire américain Newsweek de propos du ministre français, qui s'est rendu en Irak la semaine dernière. Cette visite surprise marquait le retour de la diplomatie française dans ce pays pour la première fois depuis l'invasion américano-britannique de 2003, vivement combattue par Paris.

Bernard Kouchner, qui a rencontré en Irak les représentants de tous les groupes et toutes les confessions, a cependant relativisé ses excuses, soulignant que Nouri al Maliki était à ses yeux critiqué. "Encore une fois, ça ne changera rien aux faits. Cet homme est critiqué, le Premier ministre n'a pas satisfait l'opinion", a-t-il dit.

DEMANDE D'EXCUSES

Le locataire du Quai d'Orsay estime qu'il a été maladroit sur la forme. "Peut-être ai-je été trop vite dans une vidéo après avoir publié de très longs textes soigneusement élaborés" (...) Peut-être que ce texte vidéo n'était pas assez explicite", a-t-il dit.

"J'ai paru interférer, m'ingérer dans une affaire qui après tout regarde le monde entier. J'aurais dû dire qu'il s'agissait de propos tenus par mes interlocuteurs. S'il veut que je m'excuse d'avoir été moi-même trop précis, je le fais volontiers", ajoute-t-il.

"Beaucoup pensent que le Premier ministre devrait être changé. Je ne sais pas si cela va se faire, toutefois, car le président (américain George) Bush semble très attaché à M. Maliki. Mais le gouvernement ne fonctionne pas", déclarait le chef de la diplomatie française dans un entretien à Newsweek, que l'hebdomadaire a reproduit dimanche sur son site internet.

Bernard Kouchner disait en avoir parlé au téléphone avec la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice. "Je lui ai dit 'écoute, il doit être remplacé'", racontait-il.

Le ministre français suggérait la nomination, à la place de Maliki, de l'un des vice-présidents irakiens, le chiite Adel Abdoul Mahdi.

Maliki avait exigé des excuses du gouvernement français pour ces déclarations. "Nous invitons le gouvernement de la France, et pas le ministre, à présenter des excuses. Ils doivent manifester du respect à l'égard de leurs relations et du protocole diplomatique", avait-il dit à Bagdad.
Revenir en haut Aller en bas
Paladur

avatar

Masculin Nombre de messages : 549
Age : 36
Localisation : Carrière-sous-Poissy 78
Date d'inscription : 25/06/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Lun 27 Aoû 2007 - 10:03

quel beau succés de la diplomatie française!!!
Revenir en haut Aller en bas
juju41

avatar

Féminin Nombre de messages : 42846
Age : 63
Localisation : Blois
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Mer 26 Sep 2007 - 11:39

nous y voilà... déclaration Kouchnérienne qui ne présage rien de bon pour nos compatriotes, décidément ce type ne pense qu'à nous envoyer là où ça cogne!!

Bernard Kouchner considère que le rôle de la France est de sortir les Irakiens de l'isolement international
AP | 26.09.2007 | 09:27
Le ministre des Affaires étrangères souhaite que la France puisse servir de pont entre le gouvernement irakien "isolé" et la communauté internationale.

Bernard Kouchner qui s'exprimait à New-York devant le Conseil des relations extérieures mardi, a déclaré que la France ne pourrait pas longtemps considérer l'Irak comme un problème exclusivement américain, suggérant que les pays européens ont un rôle à jouer dans l'amélioration des systèmes judiciaires et sanitaires en Irak.
En parlant aux Irakiens, le ministre s'est aperçu qu'ils "avaient l'impression que le reste du monde n'envisageait pas une seconde de travailler avec eux", a-t-il expliqué. "Ils sont totalement isolés, et ce sont des marionnettes entre les mains des Iraniens."

L'Iran est soupçonné d'aider l'insurrection anti-américaine en Irak, accusations démenties par Téhéran.

En août, Bernard Kouchner s'était rendu en Irak, dans ce qui était la première visite en Irak d'un responsable français depuis l'invasion du pays par les Etats-Unis en 2003. La France était en effet clairement opposée à la décision américaine d'entrer en guerre avec l'Irak et a même pris la tête d'une fronde visant à bloquer le vote d'une résolution autorisant l'intervention armée à l'ONU.

Bernard Kouchner a regretté que la France ait ignoré l'Irak ces quatre dernières années et réduit le problème à sa seule dimension américaine.

"Ce n'est pas vrai. C'est notre problème parce que notre avenir dépend sans doute en partie de la solution que nous pouvons apporter aux Irakiens", a-t-il déclaré.

Le ministre des Affaires étrangères a jugé que l'instabilité en Irak était particulièrement inquiétante en raison de sa proximité avec l'Iran, soupçonné par les Etats-Unis et d'autres de vouloir développer un armement nucléaire. Téhéran répond que son programme d'enrichissement de l'uranium n'est voué qu'à produire du carburant pour des réacteurs nucléaires destinés à produire de l'électricité.

"Tous les problèmes du monde sont concentrés là, et c'est pourquoi il est important de ne pas accepter qu'un problème nucléaire vienne s'ajouter et représenter une nouvelle menace", a-t-il affirmé. AP
Revenir en haut Aller en bas
Nadette

avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 45
Localisation : Courbevoie
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Ven 28 Sep 2007 - 20:27

Urgence humanitaire pour la population irakienne

Après quatre ans de guerre civile en Irak, les ONG s’alarment. Les services de base ne sont plus accessibles à la grande majorité de la population dont quatre millions ont fui de chez eux
La guerre civile n’en finit pas de faire des ravages en Irak. Selon les sources humanitaires, au moins huit millions de personnes ont besoin d’une aide d’urgence. Parmi elles, la moitié ne mange pas à sa faim et souffre d’un manque cruel d’assistance dans des domaines essentiels, comme celui de l’accès à l’eau potable, à l’assainissement, aux soins médicaux.
« Sur les quatre millions d’Irakiens dépendant de l’aide alimentaire, 60 % ont actuellement accès aux rations du système public de distribution, contre 96 % en 2004 », expliquent les auteurs du rapport. Selon eux, 43 % des Irakiens souffrent d’une « absolue pauvreté » et plus de la moitié de la population est sans travail. Les enfants sont frappés de plein fouet par cette situation, avec un taux de malnutrition qui a grimpé de 19 % avant l’invasion américaine à 28 % aujourd’hui. La proportion de bébés nés avec un poids inférieur à la norme est passée de 4 % à 11 % en quatre ans.

La situation s’avère particulièrement difficile pour les familles chassées de leur foyer par la violence. « En 2006, 32 % des déplacés n’avaient pas accès au système public de distribution de nourriture, tandis que 51 % n’en recevaient que de temps en temps », précise encore le rapport. Seuls 17 % ont reçu régulièrement leurs rations, mais beaucoup étaient incomplètes.

Seulement 30% de la population a de l'eau potable

Quant à l’eau potable, elle n’atteint plus que 30 % de la population, contre 50 % en 2003. Le réseau d’adduction a été largement endommagé durant la guerre et le retraitement des eaux usées ne fonctionne quasiment plus. Ce qui provoque une hausse des maladies diarrhéiques. Le réseau électrique n’est pas en meilleur état, ne fournissant que deux heures de courant par jour dans la plupart des villes.

L’ampleur de la crise humanitaire, qui s’aggrave dans le pays depuis deux ans, est prise très au sérieux par la communauté internationale et notamment les Nations unies. Au début du mois, cinq agences onusiennes – le Fonds pour la population (UNFPA), le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), le Programme alimentaire mondial (PAM), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Unicef – ont lancé un appel aux donateurs pour un montant de 85 millions de dollars (60,9 millions d’euros) afin de lutter contre la malnutrition et le manque d’accès aux soins qui affectent plus de 2 millions d’Irakiens déplacés.

Depuis plusieurs mois déjà, les ONG sur place, irakiennes ou internationales, essaient d’alerter sur l’urgence et l’ampleur des besoins. En juillet dernier, l’organisation britannique Oxfam, qui appuie des ONG locales, associée au Comité de coordination des ONG en Irak (NCCI), a rendu un rapport très détaillé sur la situation humanitaire.

La moitié des médecins ont quitté le pays

Enfin, l’accès aux soins est catastrophique. Kemadia, la compagnie d’État censée approvisionner les hôpitaux et les centres de soins en médicaments et matériel médical, est dans l’incapacité de le faire correctement. « Sur les 180 hôpitaux que compte le pays, 90 % manquent de tout », expliquent les auteurs du rapport qui dénoncent la « bureaucratie et la gestion centralisée » de Kemadia.

En outre, le personnel médical compétent fait défaut. La moitié des 34 000 médecins répertoriés en Irak en 2003 ont quitté le pays. En 2006, la revue scientifique The Lancet avait estimé que les multiples conséquences du climat de violence ont pu provoquer la mort indirecte de 655 000 personnes depuis 2003.

Quant à l’éducation, elle est devenue un lointain souvenir pour 800 000 enfants, tandis que les écoles servent de plus en plus d’abris pour les familles chassées de chez elles. En outre, le climat de peur qui règne inhibe les capacités d’apprentissage de 92 % des élèves.

Le montant de l'aide a diminué

La nécessité de recevoir des fonds supplémentaires pour faire face est d’autant plus évidente pour les humanitaires que l’enveloppe d’aide d’urgence est passée de 325 millions d’euros en 2005 à simplement 68 millions.

Les auteurs du rapport proposent plusieurs pistes pour améliorer la situation. Notamment, d’attribuer des cartes d’identité provisoires pour les déplacés qui sont sans papiers, ce qui leur permettra d’accéder aux aides d’État ; d’augmenter l’allocation mensuelle pour les veuves (70 % des déplacés) de 100 dollars à 200 dollars (71 à 143 €). « À raison d’un million de bénéficiaires, cela ferait un coût de 2,4 milliards de dollars par an (1,7 milliard d’euros), ce qui reste dans la capacité financière de l’État », estiment les auteurs.

Autre proposition : décentraliser le stockage et la distribution de l’aide d’urgence, puisque la violence se concentre essentiellement sur Bagdad.

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2316012&rubId=1094
Revenir en haut Aller en bas
VALJEAN

avatar

Masculin Nombre de messages : 594
Age : 51
Localisation : Lille
Date d'inscription : 31/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Ven 28 Sep 2007 - 20:54

Nadette a écrit:
Urgence humanitaire pour la population irakienne

Après quatre ans de guerre civile en Irak, les ONG s’alarment. Les services de base ne sont plus accessibles à la grande majorité de la population dont quatre millions ont fui de chez eux
La guerre civile n’en finit pas de faire des ravages en Irak. Selon les sources humanitaires, au moins huit millions de personnes ont besoin d’une aide d’urgence. Parmi elles, la moitié ne mange pas à sa faim et souffre d’un manque cruel d’assistance dans des domaines essentiels, comme celui de l’accès à l’eau potable, à l’assainissement, aux soins médicaux.
« Sur les quatre millions d’Irakiens dépendant de l’aide alimentaire, 60 % ont actuellement accès aux rations du système public de distribution, contre 96 % en 2004 », expliquent les auteurs du rapport. Selon eux, 43 % des Irakiens souffrent d’une « absolue pauvreté » et plus de la moitié de la population est sans travail. Les enfants sont frappés de plein fouet par cette situation, avec un taux de malnutrition qui a grimpé de 19 % avant l’invasion américaine à 28 % aujourd’hui. La proportion de bébés nés avec un poids inférieur à la norme est passée de 4 % à 11 % en quatre ans.

La situation s’avère particulièrement difficile pour les familles chassées de leur foyer par la violence. « En 2006, 32 % des déplacés n’avaient pas accès au système public de distribution de nourriture, tandis que 51 % n’en recevaient que de temps en temps », précise encore le rapport. Seuls 17 % ont reçu régulièrement leurs rations, mais beaucoup étaient incomplètes.

Seulement 30% de la population a de l'eau potable

Quant à l’eau potable, elle n’atteint plus que 30 % de la population, contre 50 % en 2003. Le réseau d’adduction a été largement endommagé durant la guerre et le retraitement des eaux usées ne fonctionne quasiment plus. Ce qui provoque une hausse des maladies diarrhéiques. Le réseau électrique n’est pas en meilleur état, ne fournissant que deux heures de courant par jour dans la plupart des villes.

L’ampleur de la crise humanitaire, qui s’aggrave dans le pays depuis deux ans, est prise très au sérieux par la communauté internationale et notamment les Nations unies. Au début du mois, cinq agences onusiennes – le Fonds pour la population (UNFPA), le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR), le Programme alimentaire mondial (PAM), l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Unicef – ont lancé un appel aux donateurs pour un montant de 85 millions de dollars (60,9 millions d’euros) afin de lutter contre la malnutrition et le manque d’accès aux soins qui affectent plus de 2 millions d’Irakiens déplacés.

Depuis plusieurs mois déjà, les ONG sur place, irakiennes ou internationales, essaient d’alerter sur l’urgence et l’ampleur des besoins. En juillet dernier, l’organisation britannique Oxfam, qui appuie des ONG locales, associée au Comité de coordination des ONG en Irak (NCCI), a rendu un rapport très détaillé sur la situation humanitaire.

La moitié des médecins ont quitté le pays

Enfin, l’accès aux soins est catastrophique. Kemadia, la compagnie d’État censée approvisionner les hôpitaux et les centres de soins en médicaments et matériel médical, est dans l’incapacité de le faire correctement. « Sur les 180 hôpitaux que compte le pays, 90 % manquent de tout », expliquent les auteurs du rapport qui dénoncent la « bureaucratie et la gestion centralisée » de Kemadia.

En outre, le personnel médical compétent fait défaut. La moitié des 34 000 médecins répertoriés en Irak en 2003 ont quitté le pays. En 2006, la revue scientifique The Lancet avait estimé que les multiples conséquences du climat de violence ont pu provoquer la mort indirecte de 655 000 personnes depuis 2003.

Quant à l’éducation, elle est devenue un lointain souvenir pour 800 000 enfants, tandis que les écoles servent de plus en plus d’abris pour les familles chassées de chez elles. En outre, le climat de peur qui règne inhibe les capacités d’apprentissage de 92 % des élèves.

Le montant de l'aide a diminué

La nécessité de recevoir des fonds supplémentaires pour faire face est d’autant plus évidente pour les humanitaires que l’enveloppe d’aide d’urgence est passée de 325 millions d’euros en 2005 à simplement 68 millions.

Les auteurs du rapport proposent plusieurs pistes pour améliorer la situation. Notamment, d’attribuer des cartes d’identité provisoires pour les déplacés qui sont sans papiers, ce qui leur permettra d’accéder aux aides d’État ; d’augmenter l’allocation mensuelle pour les veuves (70 % des déplacés) de 100 dollars à 200 dollars (71 à 143 €). « À raison d’un million de bénéficiaires, cela ferait un coût de 2,4 milliards de dollars par an (1,7 milliard d’euros), ce qui reste dans la capacité financière de l’État », estiment les auteurs.

Autre proposition : décentraliser le stockage et la distribution de l’aide d’urgence, puisque la violence se concentre essentiellement sur Bagdad.

http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2316012&rubId=1094

Merci pour ce rappel, on a tendance a disserter que sur les morts mais dans ce carnage il y a encore plus important LES VIVANT(E)S, ou plutôt les survivant(e)s.
Revenir en haut Aller en bas
Nadette

avatar

Féminin Nombre de messages : 2160
Age : 45
Localisation : Courbevoie
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Jeu 25 Oct 2007 - 23:02

La Turquie, excédée, reçoit une délégation irakienne

La Turquie, dont "la patience est à bout", a averti jeudi 25 octobre qu'elle était déterminée à chasser du nord de l'Irak les rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), peu avant d'accueillir une délégation irakienne pour évoquer le sort du PKK.

Nous respectons l'intégrité territoriale et l'unité de l'Irak", mais "notre patience est à bout et nous ne tolérerons pas que le sol irakien soit utilisé pour des activités terroristes", a déclaré le président turc Abdullah Gül à l'occasion d'une réunion de 12 pays riverains de la mer Noire à Ankara .

"Nous sommes totalement déterminés à prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à cette menace", a-t-il ajouté. Les déclarations d'Abdullah Gül interviennent au moment même où la presse turque fait état d'une intensification de l'activité militaire aux abords de la frontière turco-irakienne.

Des troupes turques ont repoussé mercredi 24 au soir avec le soutien de blindés et de tirs d'artillerie une attaque en Turquie des rebelles du PKK contre un poste avancé près de Yesilova, aux confins de l'Irak et de l'Iran, écrivent les journaux, évoquant 80 à 100 assaillants et 30 morts dans les rangs du PKK. L'information n'a pas été pour le moment confirmée par les autorités turques.

la suite :
http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2318454&rubId=4077
Revenir en haut Aller en bas
pascal47

avatar

Masculin Nombre de messages : 610
Age : 53
Localisation : agen
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Ven 21 Déc 2007 - 14:58




Font chier ces Irakiens ! M' enfin !


l'Irak réclame à la France
l'argent de Saddam


Georges Malbrunot
21/12/2007 | Mise à jour : 13:59 |

Commentaires 7 .


Après une longue bataille judiciaire, l'ambassade d'Irak a récupéré au printemps 2007 la villa du demi-frère de Saddam près de Cannes, Crédits photo : AFP

Plus de 20 millions d'euros d'avoirs irakiens datant de l'ère de Saddam Hussein restent bloqués en France. Malgré une résolution de l'ONU datant de 2003, Bagdad ne parvient pas à convaincre Paris de lui donner ce pactole.


La France qui, depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, a repris pied diplomatiquement en Irak, refuse toujours de restituer aux autorités de Bagdad des avoirs de 23,48 millions d'euros, bloqués à la Banque de France depuis le renversement de Saddam Hussein par l'armée américaine en 2003.
Adoptée en mai de cette même année, la résolution 1483 du Conseil de sécurité de l'ONU, appuyée un mois plus tard par une décision du Conseil européen, réclamait «instamment» que les avoirs et ressources économiques du régime déchu soient transférés sur un compte international. Ce dernier est passé en 2004 sous le contrôle des nouvelles autorités irakiennes.
«La France est l'un des derniers pays au monde à ne pas l'avoir fait», regrette un diplomate irakien, qui dénonce «la mauvaise volonté» de la présidence de Jacques Chirac sur ce dossier. «Même les paradis fiscaux, comme le Luxembourg, ont transféré à Bagdad l'argent de Saddam Hussein», ajoute ce diplomate pour qui «la France viole, dans son esprit au moins, une résolution de l'ONU».
Depuis 2003, les avocats du gouvernement irakien ont multiplié les demandes d'explication auprès du Quai d'Orsay puis de Bercy, qui gère ce dossier sensible. Sans succès. «Nous espérons qu'avec le réchauffement des relations entre les deux pays depuis l'élection du président Sarkozy, nos lettres ne vont plus rester sans réponse», affirme au Figaro l'avo-cat-conseil du gouvernement irakien, Me Ardavan Amir-Aslani. Il vient d'obtenir un rendez-vous à la mi-janvier avec Christine La-garde, le ministre de l'Économie.
Pour les Irakiens, le temps presse. En effet, à partir du 1er janvier, en vertu de la résolution 1483, leurs avoirs bloqués à la Banque de France pourraient être saisis par des tiers, autres que leurs propriétaires qui sont la Banque Rafidain, la Compagnie de réassurance d'Irak et la Banque centrale.
Villa à Cannes



Bercy invoque un argument juridique pour s'opposer à ce transfert. «Pour changer la propriété d'un bien qui a été confisqué, nous devons faire adopter une nouvelle loi», explique-t-on à Bercy. «Mais il n'y a pas à changer de loi puisque les propriétaires de ces avoirs sont restés les mêmes», répond la partie irakienne.
Même la Suisse, où le dictateur dissimula une partie de sa fortune, a fini par jouer le jeu. Après une longue bataille judiciaire, l'ambassade d'Irak à Paris est parvenue à récupérer au printemps 2007 une somptueuse villa près de Cannes, qui appartenait via une société écran domiciliée à Fribourg à Barzan al-Tikriti, le demi-frère de Saddam exécuté cette année à Bagdad. Comme tous les avoirs de Saddam Hussein à l'étranger, «le Mas» et ses deux piscines avec vue imprenable sur la mer avaient été achetés par trois prête-noms : un chauffeur du tyran, un de ses gardes du corps et un cuisinier, lesquels avaient ensuite cédé leur titre de propriété à la société fiduciaire suisse Logarchéo.
Après un refus des autorités françaises de leur transférer la valeur de cette villa soit 12 millions d'euros , Bagdad se retourna auprès de Logarchéo, qui fit la sourde oreille. Après de nombreux courriers, les autorités helvétiques consentirent finalement à récupérer le titre de propriété des mains du principal dirigeant de Logarchéo, avant de le transmettre au gouvernement irakien. Un travail de fourmi, à la mesure de ce qu'est la traque internationale du trésor de guerre de Saddam, quatre ans après la chute du dictateur exécuté par pendaison il y a un an. «Nous sommes tombés par hasard sur Logarchéo en fouillant dans la représentation diplomatique irakienne à Genève», confie un autre diplomate irakien.
Aujourd'hui, Bagdad espère que les Français finiront par suivre l'exemple de leurs voisins suisses, afin de les aider à débusquer le reste de l'argent caché de Saddam Hussein dans l'Hexagone, l'un de ses principaux partenaires commerciaux dans les années 1970 et 1980.
Participations dans des sociétés françaises



Outre la villa de Cannes et les avoirs gelés à la Banque de France, l'Irak de Saddam Hussein détenait en effet des participations dans des entreprises françaises via des sociétés off shore, basées notamment en Suisse ou à Panama. L'une de ces sociétés fantoches, Montana Management, possédait 8,4% de Hachette et 2,5% de Matra, avant leur fusion dans Lagardère SCA. Une participation estimée aujourd'hui à environ 200 millions d'euros. Son ancien propriétaire, Khalaf al-Dulaymi, un ancien cadre du Baas proche de Saddam Hussein, serait réfugié en Jordanie où il n'est guère inquiété. Les avocats de l'Irak ont demandé la saisie des biens de Dulaymi, qui possédait une autre société mirage, Midco, mais celui-ci a fait opposition.
«En Syrie ou en Jordanie, malgré nos protestations, nous ne sommes jamais parvenus à récupérer les milliards de dollars qui y ont été transférés en camions juste avant la guerre», déplore-t-on à Bagdad. «Mais en France aussi, certaines personnes savent beaucoup de choses sur le magot de Saddam, mais on a du mal à arracher leur coopération», poursuit Me Aplani. À défaut de rouvrir le chapitre des relations obscures entre Bagdad et Paris des années 1970-1980, la France de Nicolas Sarkozy pourrait au moins régler les créances de l'Irak post-Saddam.

http://www.lefigaro.fr/international/2007/12/21/01003-20071221ARTFIG00270-l-irak-reclame-a-la-francel-argent-de-saddam-.php
Revenir en haut Aller en bas
http://www.laicite1905.com/index.htm
pascal47

avatar

Masculin Nombre de messages : 610
Age : 53
Localisation : agen
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Ven 21 Déc 2007 - 15:05

Les commentaires sont intérréssants, en particulier le premier de "lamontagne" :Shocked Shocked Shocked
21/12/2007 14:02
lamontagne : Encore des absurdites ...
Sur le principe de redonner les biens de "guerre" jusqu'ou faudrait-il remonter dans le temps? On ne va s'en sortir comme ca, la seule chose qui peut arriver c'est juste creer plus tension et de probleme. Ce n'est pas parce que le lobby juif est suffisamment fort pour le faire, que tout le monde devrait suivre ce mauvais exemple. Sinon le continent Africain pourrait faire la meme chose, interets compris bien sur ... Un peu de pardon et de regard vers le futur ferait beaucoup de bien j'en suis sur.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.laicite1905.com/index.htm
bestfriend



Nombre de messages : 237
Localisation : Paris
Date d'inscription : 21/08/2007

MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   Mer 26 Déc 2007 - 21:52

Tout cela est vu comme d'habitude par le petit bout de la lorgnette.

Les français savent-ils quel a été le montant de l'ardoise de nos relations entre nos politiques (dont Chirak) et Saddam ??

Ah, elle était belle, la position française contre les méchants américains !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Irak - quelles perspectives ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Irak - quelles perspectives ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quelles perspectives pour Daesh dans les mois à venir?
» humidificateur, diffuseur : quelles huiles essentielles ?
» quelles couleurs de fards à paupières pour les yeux bleus
» allaitement: quelles sensations physiques?
» Quelles couches et lingettes utiliser?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Actualités :: Monde-
Sauter vers: