Forum des sympathisants du Modem
Bonjour à tous !

Bienvenue sur le forum des sympathisants du MoDem et de François Bayrou. Venez-vous exprimer sur l'avenir de notre pays!

ps: connectez-vous simplement grâce à facebook connect.


Espace de discussion pour tous les sympathisants du Mouvement Démocrate
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
juju41



Nombre de messages : 42846
Date d'inscription : 12/05/2007

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Mar 16 Déc 2008 - 11:53

pas forcément, le retraiténatif habitant de l'ile de ré paye l'ISF et peut gagner le smic..et etre non imposable sur le revenu... ça existe!j'ai vu un reportage la-dessus.. donc pas de niches fiscales...
Revenir en haut Aller en bas
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Mar 16 Déc 2008 - 16:55

Prouesse a écrit:

Si alors il n'y a que ceux qui peuvent mettre de l'argent de côté verront leur monnaie fondre, via une taxe, n'est-ce pas déjà le cas avec l'impôt sur la fortune ?
L'inflation est un excellent impôt, car il ne taxe que l'argent prédateur et spéculatif. il l'oblige à s'investir pour ne pas être taxé. La personne qui a des biens n'est alors imposée que sur les revenus de ses biens. L'immobilier sur la taxe foncière et les loyers, les investissements sur les entreprises, par l'imposition des bénéfices d'entreprises..., et des plus-values au moment où elles sont dégagées.
L'impôt sur la fortune se rajoute à une pléthore d'autres impôts souvent de façon injustifiée. Il présente manifestement plus d'inconvénients que d'avantages. Je pense qu'il n'a pas encore été supprimé car c'est un excellent leurre, qui fixe l'attention des plus défavorisés et les empêche de réclamer l'impôt le plus efficace qui est l'inflation.
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
Le Chabani



Masculin Nombre de messages : 6
Age : 77
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Lun 23 Fév 2009 - 10:59

Toutes les contributions à ce forum sont fort intéressantes.
Au travail pour inventer un remède à nos maux !
Revenir en haut Aller en bas
Le Chabani



Masculin Nombre de messages : 6
Age : 77
Localisation : Yvelines
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Lun 23 Fév 2009 - 11:05

Ce qui m'intéresse, c'est d'étudier s'il est possible d'inventer, au niveau de la France, une monnaie franche, par exemple le franc, dont l'utilisation serait soumise à des règles s'inspirant de celles ayant produit des effets bénéfiques ici ou là dans le passé. L'insertion de cette monnaie d'échange dans l'économie générale fait partie bien entendu de l'étude.
Il est certain que des règles nouvelles devront être édictées.
Dans cette réflexion, il ne faut pas se fixer d'interdits à priori, sans pour autant "du passé faisons table rase".
Une première étape pourrait d'ailleurs être la détermination des principales contraintes à respecter, par exemple vis à vis du système fiscal général, sans s'interdire une remise en cause, totale ou partielle, de ce système.
L'imagination doit être au pouvoir !
Pour moi, cette étude ne pourrait être menée que par un groupe se réunissant régulièrement.
C'est la constitution de ce groupe qui est le 1er objectif.
Revenir en haut Aller en bas
yann 35

avatar

Masculin Nombre de messages : 8789
Age : 41
Localisation : France
Date d'inscription : 18/05/2007

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Lun 23 Fév 2009 - 12:11

Imaginez la conversion immédiate de l'euro en monnaie franche, la reprise économique serait spectaculaire !!!
Revenir en haut Aller en bas
hloben

avatar

Féminin Nombre de messages : 6861
Age : 44
Localisation : LILLE, Zouzou II l'Espérantroll
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Lun 23 Fév 2009 - 13:28

je me demande si c'est de l'enthousiasme ou du sarcasme...
tu peux m'éclairer ?
Revenir en haut Aller en bas
yann 35

avatar

Masculin Nombre de messages : 8789
Age : 41
Localisation : France
Date d'inscription : 18/05/2007

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Lun 23 Fév 2009 - 13:32

Ni l'un ni l'autre, c'est juste une prospective !
Revenir en haut Aller en bas
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Mer 25 Fév 2009 - 15:13

Bonjour,

Je vois que ce forum se réveille, cela me réjouit.
Dans toutes mes autres interventions je parle de 2 conceptions de la monnaie :

  1. · La monnaie de thésaurisation et de prédation, qui demande la stabilité monétaire et les prêts à taux d'intérêt réel positifs. C'est la conception monétaire de : Peyrelevade,Trichet, tous les tenants de "l'argent roi", dont les néolibéraux qui règnent actuellement sur la pensée unique.
  2. · La monnaie d'échange et de partage, dont le rôle n'est pas la thésaurisation, mais la répartition des activités utiles au fonctionnement la société (son principal rôle est donc la lutte contre le chômage et pour le plein-emploi de qualité), les échanges de biens et de services entre les différents acteurs économiques, et le partage entre les plus favorisés et les moins favorisés, principalement ceux sous le minimum vital. On peut appeler "monnaie franche" ce type de monnaie.
Lors de ces dernières décennies, la création monétaire ex nihilo par les représentants de la collectivité, préconisée par les tenants de la monnaie franche, reposant sur les capacités des membres de la société à fournir, éventuellement dans l'avenir, des biens et services, a été donné aux puissances financières.

Celles-ci, grâce au système de création monétaire par l'emprunt, qui est absolument incontrôlable dans le cadre de la mondialisation sans contrôle des changes, ont fait créer autant d'argent qu'elles ont voulu par les Banques centrales, indépendantes les unes des autres.
Cette source intarissable de création monétaire à bon compte leur a permis de développer une économie virtuelle, plus de cinq fois plus importantes que l'économie réelle, reposant sur des paris sur l'évolution de l'économie, le plus souvent avec des effets multiplicateurs.

Cette économie virtuelle s'est effondrée littéralement avec la baisse de l'économie réelle. La monnaie qui a été créée sur cette économie ne correspond plus à aucun support, elle ne peut provoquer qu'une inflation considérable.
De trois choses l'une :

  1. · Comme le veulent les puissances d'argent, les dettes irrécouvrables seront effacées par les collectivités qui les rachèteront au sein de structures défesance (ou bad bank) et les feront rembourser par les peuples sur plus d'une décennie.
  2. · Les fonds déficitaires feront faillite, ce qui reportera leurs Dettes sur les banques qui leur ont octroyé des crédits. Celles-ci deviendront insolvables ce qui aura toutes les chances de faire imploser réellement (et non virtuellement comme en ce moment) le système bancaire.
  3. · Une inflation suffisamment rapide pour diminuer la valeur de ces dettes est organisée. Elle diminue simultanément les actifs monétaires encaissés par les gagnants de ces paris.
Seule la dernière solution permet une relance rapide de l'économie, mais le puissant de lobby de l'argent veut absolument imposer la première.

Pour relancer l'économie, il faut :

  1. Changer le système de création monétaire par l'emprunt, qui est pro cyclique, c'est-à-dire qu'il gonfle les bulles et aggrave les crises, en le remplaçant par un système de création de monnaie permanente, uniquement au profit des collectivités en fonction des besoins de l'économie ( voir ce qu'en dit depuis toujours Maurice Allais notre prix Nobel d'économie, bientôt centenaire, et le site de l'association « chômage et monnaie »)
  2. Organiser une inflation suffisante pour dynamiser l'économie et dissuader la thésaurisation monétaire en vue de spéculation ou de prêts à taux usuraires. Les liquidités se précipiteront alors sur les actifs réels, et sur la production. Ce sera le retour au capitalisme entrepreneurial.
  3. Cela devrait être la première priorité européenne, changer les règles de fonctionnement de la BCE et sa mission qui devrait être « le plein emploi de qualité ». Le rôle de la BCE ne devrait pas être, comme en ce moment, d’assurer une rente à la finance privée (ouverte à l’international) sur toutes les activités et même sur la création monétaire nécessaire au développement de l’économie et des besoins des Etats pour leurs investissements à long et très long terme.
Cela paraît aberrant, mais c’est ainsi, la BCE abandonne l’énorme privilège de création monétaire à la finance privée !
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
hloben

avatar

Féminin Nombre de messages : 6861
Age : 44
Localisation : LILLE, Zouzou II l'Espérantroll
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Mer 25 Fév 2009 - 17:15

mconstant a écrit:


  1. · Comme le veulent les puissances d'argent, les dettes irrécouvrables seront effacées par les collectivités qui les rachèteront au sein de structures défesance (ou bad bank) et les feront rembourser par les peuples sur plus d'une décennie.

c'est ce qui a été choisi actuellement non ?
Revenir en haut Aller en bas
yann 35

avatar

Masculin Nombre de messages : 8789
Age : 41
Localisation : France
Date d'inscription : 18/05/2007

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Mer 25 Fév 2009 - 17:30

mconstant a écrit:
...
Suis désolé mais la forme de ton post ne me donne pas envie de le lire, évite les couleurs/gras/souligné.

*modération : justement il ne faut pas le montrer plusieurs fois*
Revenir en haut Aller en bas
hloben

avatar

Féminin Nombre de messages : 6861
Age : 44
Localisation : LILLE, Zouzou II l'Espérantroll
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Mer 25 Fév 2009 - 18:18

lis quand même yann... c'est intéressant
Revenir en haut Aller en bas
Max Linder



Masculin Nombre de messages : 92
Age : 32
Localisation : picardie
Date d'inscription : 15/05/2009

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Ven 15 Mai 2009 - 13:48

Sympathique sujet que voilà !

Je voudrai quand même poser une petite question.

Concernant ce système inflationniste, est-ce que ce n'est pas trop
pénalisant pour les banques que de prêter à perte ? (taux d'intéret
réel négatif)
Est-ce que l'inflation des 30 glorieuses a été néfaste pour les prêteurs ?

merci pour vos éventuelles réponses.
Revenir en haut Aller en bas
hloben

avatar

Féminin Nombre de messages : 6861
Age : 44
Localisation : LILLE, Zouzou II l'Espérantroll
Date d'inscription : 09/01/2008

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Ven 15 Mai 2009 - 15:29

dans l'idéal, selon moi, le taux d'intérêt payé au système bancaire devrait juste couvrir les frais de fonctionnement des banques ....
le système bancaire devrait être en qqsorte une infrastructure publique, à but non lucratif.
Revenir en haut Aller en bas
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Ven 15 Mai 2009 - 16:26

Bonjour

Heureux de te lire à nouveau hloben

Max

Pendant les 30 glorieuses, période que j'ai bien connue compte tenu de mon âge, je peux t'assurer que les banquiers
n'ont pas perdu d'argent alors que l'inflation était généralement comprise entre 7 et 10 %, avec des pointes à 15 % pendant la gestion de Messieurs Barre et Delors.

Les banquiers prélèvent un intérêt sur ce qu'ils prêtent, même si ce qu'ils prêtent fond.

Ce que ne doivent pas faire les banquiers, c'est conserver leur argent car ils perdent sur sa fonte.

Tu vois donc que l'inflation (dépréciation monétaire) est le plus puissant facteur d'activité économique que l'on connaisse.

Les puissances d'argent se moquent de l'économie, ce qu'ils veulent c'est vivre de prédation : prêts à taux réel positif (supérieur à l'inflation) et spéculation.

C'est la stabilité monétaire combinée au taux réel nettement positif qui a provoqué la création de l'énorme bulle d'économie virtuelle,à l'origine de l'ampleur de la crise.

Il était devenu beaucoup plus intéressant, pour les financiers et même pour les responsables d'entreprises, d'utiliser l'argent pour pomper la richesse produite
(spéculation et placements financiers) que pour produire cette richesse.


Si F Bayrou voulait vraiment lutter contre l'argent roi, lui qui vante VGE pour avoir laissé une France désendettée, devrait se souvenir que VGE n'y est parvenu
qu'en dépréciant le Franc de plus de moitié en 7 ans (inflation moyenne un peu supérieure à 10%).


J'espère que cette explication te satisfait.

Sinon, je peux te fournir des exemples concrets de ce qui s'est passé à cette époque.

Très cordialement

Martin
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
Max Linder



Masculin Nombre de messages : 92
Age : 32
Localisation : picardie
Date d'inscription : 15/05/2009

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Ven 15 Mai 2009 - 18:31

à Constant :

Citation :
Les puissances d'argent se moquent de l'économie, ce qu'ils veulent c'est vivre de prédation : prêts à taux réel positif (supérieur à l'inflation) et spéculation.
Arrêtez-moi si je me trompe, mais lorsque vous associez la prédation au taux d'intérêt positif, est-ce à l'accessibilité de l'investissement que vous pensez ?

je m'explique :
Keynes disait que l'on pouvait investir par le crédit plutôt que par l'épargne nocive. Or un taux d'intérêt positif empêche justement le ménage modeste à "forte propension de consommation" de disposer lui aussi de cet avantage. Si tout le monde avait accès à l'investissement alors ils seraient "contraints" de faire tourner l'argent. En fait, je pense que c'est peut-être un peu faux de parler de stabilité, puisqu'il ne peut s'agir d'une parfaite stabilité : ce n'est qu'approximatif. Ce sont les variations des fluctuations des cours qui encouragent ces prédateurs à attendre : "est-ce que ça va monter ?" "est-ce que ça va baisser ?". Car dans le cas d'une inflation forcée, ces questions deviennent évidemment obsolètes puisque les fluctuations sont à sens unique. Les prédateurs au lieu de patienter, passeront à l'action. Et l'activité repart !

Citation :
C'est la stabilité monétaire combinée au taux réel nettement positif qui a provoqué la création de l'énorme bulle d'économie virtuelle,à l'origine de l'ampleur de la crise.
Voulez-vous dire que c'est l'investissement "virtuel" qui a causé les subprimes ? puisque le taux est positif, l'emprunteur doit de l'argent supplémentaire au prêteur, mais il n'est pas sûr de l'obtenir. Pour cela, il parie sur l'augmentation des valeurs immobilières. Or, ce que vous semblez vouloir dire, c'est que : si le taux était négatif, il n'avait pas besoin de parier sur les maisons, puisqu'en empruntant, il avait déjà son investissement, un investissement "réel".

Citation :
Sinon, je peux te fournir des exemples concrets de ce qui s'est passé à cette époque.
Personnellement, j'en serai ravi.



ps : juste une petite précision, comme ça.
l'indexation des salaires se fait-elle quand ce sont tous les prix qui gonflent, ou elle varie selon les prix fixés par l'entreprise (c'est-à-dire lorsque la hausse des prix n'est pas général) ?
Revenir en haut Aller en bas
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Lun 18 Mai 2009 - 20:23

Bonjour,

Dans ma précédente intervention j'ai oublié un paragraphe au sujet de la cause de l'énorme bulle d'économie virtuelle.

C'est le fonctionnement du système de création monétaire qui est pro cyclique. Actuellement la monnaie est créée en fonction de la demande des emprunteurs privés solvables. Plus une bulle se développe, plus les bénéficiaires disposent de répondant et plus ils peuvent emprunter et alimenter cette bulle. Inversement en cas de fonte de cette bulle, ils sont obligés de rembourser leurs emprunts car ils n'ont plus la couverture nécessaire pour la garantir. Ce système qui, dans le cadre de la liberté des changes, est incontrôlable comme le dit François Morin professeur d'économie ancien membre du conseil de la Banque de France et du conseil d'analyse économique, dans son livre Le nouveau mur de l'argent, gonfle systématiquement les bulles et auto-accélèrent les crises encore plus vite. Il est incompréhensible que nos responsables politico-économiques ne le remettent pas en cause actuellement.

(Voir explications sur le site de l'association Chômage et monnaie, ou dans les positions de notre prix Nobel économie Maurice Allais)

En réponse à Max : (correction de mots sautés en violet)

Oui l'inflation oblige les financiers à investir s'ils ne veulent pas perdre leurs avoirs, mais aussi elle donne des capacités d'emprunt supplémentaire aux plus pauvres en faisant diminuer la proportion de leurs revenus à consacrer à leurs remboursements, et elle leur permet d'amortir rapidement leur dette, comme elle permet aux entreprises d'amortir beaucoup plus rapidement leurs investissements.
L'inflation permet aussi de moduler le taux de crédits en fonction de l'utilité économique et sociale des investissements par l'emprunt. C'est le manque d'inflation qui a obligé la création d'une multitude de niches fiscales aberrantes. Les gouvernements sont obligés de rémunérer grassement les riches pour orienter leurs investissements vers ce qui est indispensable mais relativement peu rentable.
Nous ne pourrons pas faire rapidement les investissements écologiques et dans les énergies renouvelables sans taux réel nettement négatif donc sans une inflation substantielle.

Je ne dis pas que c'est l'investissement virtuel qui a causé les « subprimes », je dis que c'est lui qui nous a fait passer d'une économie florissante à une crise extrêmement grave en mettant tout le système bancaire en faillite virtuelle, bloquant l'économie, ce qui a permis aux spéculateurs de vendre massivement leurs actions à tel point que la valeur boursière de certaines entreprises est passée en dessous de celle de leurs disponibilités en liquidités.

Les « subprimes » n'ont été que l'allumette qui a mis le feu au château de cartes. Les subprimes sont dues au fait que l'on ait vendu de l'inflation aux investisseurs en immobilier, et que celle-ci ne se soit pas produite. Au début de la crise au lieu de financer les créanciers on aurait pu stopper le phénomène en rendant solvables les débiteurs. Il aurait suffi de relancer l'inflation pour faire croitre leurs salaires tout en bloquant leurs mensualités de remboursement. Tout le monde y aurait gagné. Mais les financiers, en cas de naufrage, préfèrent mettre leurs lingots d'or dans les chaloupes et se noyer avec, que de les abandonner pour sauver leurs vies.

Une simple remarque avant de te donner des exemples : Chaque fois que je parle monnaie fondante, mes contradicteurs objectent que cela ferait monter proportionnellement les taux de crédits. Ce n'est pas exact car la monnaie est crée ex nihilo, actuellement en fonction des demandes nettes de crédits (nouveaux emprunts - remboursements), et dans le cadre du mode de création de monnaie permanente souhaitable (en fonction des besoins économiques et sociaux et uniquement gratuitement pour le compte des États). Rien n'empêche la banque centrale de mettre à la disposition des États de l'argent à prêter à de très bas taux, même nul, pour des opérations d'utilité publique. Cette offre, faisant chuter le prix du marché monétaire, obligerait les détenteurs de monnaie à l'investir le plus vite possible.
Avoir de la monnaie est une sécurité, une assurance ou un privilège qui doit se payer au lieu de rapporter. Seule l'épargne de précaution limitée, type livret A, doit être indexée sur l'inflation.
Il est extrêmement néfaste pour le développement harmonieux de la société de financer tout et n'importe quoi avec le même taux d'intérêt. C'est ce qui se passe actuellement.

Notre système monétaire actuel octroie des crédits à taux d'autant plus bas que les emprunteurs sont riches, en tenant compte en premier de l'assise financière de l'emprunteur, et en second de la rentabilité à court terme de l'investissement.
C'est ce système qui a financé de préférence l'économie virtuelle à l'économie réelle, et qui crée systématiquement les bulles et aggrave les crises.

Comme tu me demandes des exemples sans me poser des cas concrets, je t'en ai choisis plusieurs de façon chronologique.


  • Avant 1962, date de mon départ en Algérie, suivie de 10 ans d'assistance technique agricole en Afrique.
    Un de nos voisins, cultivant plusieurs centaines d'hectares en investissant lourdement dans du matériel moderne payé à crédit, essayait de convaincre mon père, allergique aux emprunts, d'en faire autant.
    À l'époque avec le contrôle des prix il était difficile de dégager des bénéfices dans l'exploitation agricole. Il expliquait donc à mon père qu'il perdait de l'argent à l'hectare, mais qu'il se rattrapait sur le nombre. Ce raisonnement, a priori aberrant, m'avait frappé de la part d'une personnalité brillante qui par la suite a été président d’une des deux grandes fédérations de coopératives françaises. À la réflexion, j'ai compris qu'il perdait effectivement l'argent sur son travail, mais que celui-ci lui permettait d'emprunter de très grosses sommes à taux préférentiel (de l'ordre de 4 ou 5 % ) pour s'équiper, et que ce qu'il gagnait sur la dépréciation de ses dettes avec l'inflation était nettement supérieur à ses pertes d'exploitation.
    Tous les ans il était un peu plus endetté en francs courants, mais un peu moins en francs constants.

    Conclusion : l'investissement dans la production d'énergie renouvelable est rarement rentable.
    Pour la développer rapidement, il faut que les investissements qui la concernent puissent être faits à taux réel négatif. Cela ne se peut qu'en période d'inflation suffisante.
  • Entre 1975 et 1979 :
    A l'époque j'ai dirigé successivement le « Service quincaillerie » (environ 1000 tonnes de vente de tôle ondulée et plus de 1000 tonnes de vente de films plastiques par an…), puis le service « Tracteurs et matériel agricole. » d'une grande coopérative agricole.
    Lorsqu'un de nos coopérateurs faisait un achat d'engrais ou d'autres produits consommables, il ne discutait pas des prix qui augmentaient régulièrement, mais de la date de règlement et livraison pour éviter les augmentations. Il désirait placer au plus vite les revenus de sa récolte ou même simplement bénéficier de la différence entre le taux d'intérêt de son emprunt de campagne et celui de l'inflation, soit généralement plus de 3 %. Pour les produits saisonniers comme les engrais il pouvait aussi bénéficier de primes de stockage.
    Cette situation permettait d'organiser beaucoup mieux les approvisionnements, elle autorisait les transports lents peu couteux en énergie, et le stress du travail à flux tendu sans stock n’existait pas Lorsque l'on reprenait un tracteur de cinq ans, pour en vendre un plus moderne et mieux adapté, on le payait plus cher qu'il n'avait été acheté. Cela facilitait grandement la modernisation des exploitations.
    Ce que je dis là du secteur agricole était vrai dans tous les domaines.
    Le budget de l'État était très déficitaire, mais l'inflation digérait rapidement les dettes, les particuliers se serraient la ceinture pour acheter leur maison à crédit, mais le montant de leurs échéances par rapport à leurs revenus baissait en plusieurs fois de 8 à 10 % par an.
    Ainsi tous les investisseurs à crédit, bénéficiait d'une importante augmentation de pouvoir d'achat tous les ans en fonction de la dépréciation de leurs remboursements (voir mon premier exemple).
    Comme à cette époque, compte tenu de l'inflation et de l’ancienneté, les salaires augmentaient systématiquement de 8 à 10 % par an, pour faciliter l'accession à la propriété, des crédits à mensualités croissantes, après une ou deux des années de remboursement des seuls intérêts, ont été mis en place. L'augmentation de la mensualité devait, être en pourcentage, de moitié de l'augmentation prévisionnelle des salaires c'est-à-dire comprise entre 3 à 5 % par an.
    À l'époque tout le monde s'accommodait bien de notre système de monnaie fondante mais la catastrophe est arrivée avec Peyrelevade, Trichet et les socialistes qui, pour montrer qu'ils avaient une gestion vertueuse ont stabilisé rapidement la monnaie. Cette brillante équipe en changeant la gestion monétaire a mis de très nombreux accédants à la propriété dans l'impossibilité de rembourser leurs emprunts. Ce fut un scandale comparable à celui des « subprimes » car nous n'avons pas immédiatement bloqué l'augmentation des mensualités en diminuant les taux d'intérêt payé par les emprunteurs. C'est ce changement radical de politique monétaire qui a stoppé les 30 glorieuses.
  • De 1977 à 1984 : construction et revente d’une maison J'ai fait construire une maison en 1977 entièrement sur emprunt à un taux d'environ 7 à 9 %, je ne sais plus, et j’ai dû la revendre en catastrophe (en 1 mois) pour 900 000 F, ma jeune entreprise ayant déposé son bilan suite à celui de Creusot-Loire.
    Résultats financiers de cette opération suivant le taux de l'emprunt à 15 ans (remboursé au bout de sept ans) :
    Prix de vente - somme des mensualités payées – solde du crédit remboursé = bénéfice

    Cas le moins favorable avec taux à 9 % :
    900.000 F - 163.292 F – 208.000 F = 528.708 F
    Cas le plus favorable avec taux à 7 % :
    900.000 F - 124.285 F -198.000 F = 577.715 F
    Ces plus-values sont considérables car j'ai bénéficié d'un marché immobilier très favorable.
    Si le prix de ma maison n'avait que compensé la dépréciation monétaire, il se serait établi à :
    300.000 F x 2.048 = 614.400 F ce qui les aurait ramenées à : 243.1080 F et 292.115 F.
    ce qui est encore fort confortable pour une mise de 300 000 F.
    Qui a bénéficié de cette opération : bien évidemment tout le monde.

    - 1) L'entrepreneur et ses ouvriers à qui elle a fourni du travail. À l'époque, c'était le client qui était le demandeur, on ne discutait pratiquement pas les prix des entreprises.
    - 2) Moi : comme les chiffres ci-dessus le prouvent. Cette somme m’a permis d'honorer les cautions personnelles que j'avais données pour emprunter le fonds de roulement nécessaire au fonctionnement de mon entreprise. Mais il faut aussi noter que si j'avais voulu racheter une maison équivalante je l'aurai payée 900 000 F
    - 3) Mon banquier qui a prélevé tous les mois sa commission sur les mensualités remboursées.
    - 4) Si l'argent provenait de dépôts, les prêteurs, qui ont limité leurs pertes par rapport à un dépôt sur compte courant, ou un placement sûr livret A. Ils n'ont en aucun cas à se plaindre car ils auraient très bien pu investir eux-mêmes dans l'achat d'immobilier.
    A l'époque, pour favoriser la construction, il n'y avait pas besoin de passer par des niches fiscales, type Méhaignerie, …, Besson et de Robien, qui grèvent lourdement les budgets et ne profitent qu'aux riches.


Je vais en rester là, mais je pourrais aussi montrer comment des Japonais ont fait une excellente affaire en achetant en 1987 ou 88, plusieurs milliers de mètres carrés de bâtiments « haut de gamme » dans le cœur de Paris, appelé triangle d'or, à 150 000 F le mètre carré, alors que les Européens se les disputaient à 75 000 F.

Les puissances financières font une guerre à mort à l'inflation car celle-ci permet de mettre tout le monde au travail sans leur payer de tribut.


Récemment Alain MINC, affirmait à la radio que la relance viendrait des États-Unis car ceux-ci pouvaient la financer par création monétaire puisque tout le monde y était endetté, mais que l'Europe aurait beaucoup plus de mal à redémarrer car elle disposait d'épargne et qu'il était beaucoup plus difficile de mobiliser l'épargne que de créer de la monnaie.


Dernière édition par mconstant le Mar 26 Mai 2009 - 17:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
Jean-Luc

avatar

Masculin Nombre de messages : 17976
Age : 67
Localisation : Pays de Flandre
Date d'inscription : 15/06/2007

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Mar 19 Mai 2009 - 7:31

mconstant a écrit:
Dans ma précédente intervention j'ai oublié un paragraphe au sujet de la cause de l'énorme bulle d'économie virtuelle.
UN paragraphe ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.eons.fr
Max Linder



Masculin Nombre de messages : 92
Age : 32
Localisation : picardie
Date d'inscription : 15/05/2009

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Mer 20 Mai 2009 - 15:00

à Constant :

Pour ce qui est de la fin des trente glorieuses, j'avais toujours cru
que c'était du à la crise pétrolière et la fin de bretton Woods. Il me
semble qu'à cette époque, l'inflation était toujours forte, mais la dévaluation du dollar (change flottant) favorisait surtout les exportations américaines.Tandis que les
européens consommaient américains, le déficit se creuse, et les
entreprises locales sont en difficulté, et alors on a stabilisé la
monnaie
En plus, le prix du baril montait beaucoup plus vite que les autres
prix. A terme, on aurait souffert de gros déséquilibre (spirale
inflationniste). On a donc renchéri le crédit mais ça a eu pour effet
de freiner la consommation et d'encourager l'épargne (des riches). On a
mal joué, mais je ne vois pas ce qu'on aurait pu faire autrement... (à part rogner sur la consommation de pétrole)

Si c'est le renchérissement du crédit qui est la principale cause du chômage, je me dis qu'à terme, l'inflation n'aurait pas fait que du bien (les parts de marché du pétrole étaient trop énormes)
Revenir en haut Aller en bas
mconstant



Masculin Nombre de messages : 120
Age : 80
Localisation : 31
Date d'inscription : 22/04/2008

MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   Mar 26 Mai 2009 - 23:29

Bonjour Max,

Avant de m'absenter j'avais édité ma précédente intervention pour la conserver, pensant la relire avant mon départ.
Je viens de le faire à mon retour, cela m'a amené à corriger en violet des phrases incompréhensibles ( dues probablement par des interventions intempestives de mon logiciel de reconnaissance vocale).


Au moment des chocs pétroliers, quand l'économie a baissé, on pouvait considérer qu'ils étaient à l'origine de la régression de la croissance économique. Mais l'évolution sur un quart de siècle a montré que les fluctuations du prix du pétrole n'intervenaient que peu sur la croissance. Le lobby de l'argent a préféré se tenir cette croyance plutôt que d'ouvrir les yeux sur la réalité des faits.
Depuis le changement de politique monétaire l'État n'a pas arrêté de s'endetter et la croissance a régulièrement diminué.


Pendant l'inflation, tant que nous avons procédé aux ajustements nécessaires par des dévaluations, notre économie ne s'est pas trop mal portée malgré le faible poids du franc au niveau de l'économie mondiale.

Il nous fallait une monnaie beaucoup moins sensible aux interventions spéculatives des puissances financières pour pouvoir gérer au mieux notre économie, et en particulier la balance commerciale. Cela ne pouvait se faire qu'en se regroupant. C'est pourquoi nous avons été, au niveau national, très favorables à la création de l'euro. Par nature, ce regroupement fait de l'euro la monnaie la plus puissante du monde, avec ou sans Trichet.

Comme le voulait Keynes au moment de Bretton-Woods, il faut ajuster la valeur de notre monnaie à celle des autres monnaies mondiales de manière à équilibrer notre balance commerciale, et ce, si possible, au niveau de tous les pays de l'Euroland.

Cela veut dire que l'euro doit être suffisamment faible pour permettre à tous les membres de l'Euroland d'exporter une partie de leur production en dehors de l'Euroland. Si un pays se trouve en position concurrentielle trop favorable, il peut toujours monter ses prix à l'exportation, mais un pays qui se trouve en position concurrentielle défavorable ne peut pas baisser les siens, sauf en subventionnant sa production ce qui, dans ce cas, est souvent impossible. C'est ce que la BCE n'a pas compris en pratiquant la politique de l'euro fort sous prétexte que les Allemands peuvent facilement exporter leurs machines-outil. Il est manifeste que cette politique est mauvaise. Même les Allemands en ont cruellement souffert, car elle les a obligés à baisser leurs salaires (dans l'industrie automobile par exemple) d'environ 10 % et de compléter cette mesure antisociale par l'application d'une TVA sociale, qui freine leurs importations qu'elles viennent de l'extérieur ou de l'Euroland.

Contrairement à ce que tu as l'air de dire, en stabilisant la monnaie, nous avons favorisé les importations venant des États-Unis et de la zone dollar.

Au début de sa vie, avant que ses partenaires lui fasse entière confiance, l'euro a été déprécié sur le marché et cela a favorisé l'économie européenne. Depuis que nos partenaires lui font confiance, il a presque doublé de valeur, et cela a très lourdement handicapé nos économies.

Comment Jean-Claude Trichet peut-il se vanter que, grâce à l'euro fort, nous pouvons acheter les produits chinois et le pétrole à très bon marché. C'est extrêmement mauvais pour l'emploi et pour la réduction de l'utilisation des énergies polluantes et non renouvelables.

Tu dis :"A terme, on aurait souffert de gros déséquilibre (spirale inflationniste)". Comme si l'inflation était le mal suprême.
Elle aurait aidé à limiter l'importance de la crise. L'inflation agit comme un régulateur lorsque la création monétaire est trop importante.


Quand je défends l'inflation, ce n'est pas l'inflation pour elle-même, c'est l'inflation provoquée par la création d'emplois pour effectuer des choses utiles : à la construction de logements sociaux, de prisons, l'amélioration des infrastructures de communication physique et virtuelle, la recherche, les investissements en économie d'énergie et en production d'énergie renouvelable etc. ... Dans ce cas, nous profitons d'un tout :
création de biens et de richesse par la création d'emplois qui génèrent une certaine inflation. (Par ailleurs cela donne du pouvoir d'achat à bon nombre de personnes ce qui se répercute sur l'activité globale)
Il faut mettre en place une filière de crédits préférentiels à faible taux par la BCE, pour financer ces investissements, et non comme le proposent nos politiques (Modem et socialistes) en faisant un grand emprunt européen (je suppose auprès de la finance internationale) pour relancer l'économie.


Très cordialement

Martin
Revenir en haut Aller en bas
http://martin.constant@wanadoo.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée   

Revenir en haut Aller en bas
 
La monnaie franche existe mais elle est mal utilisée
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» La Normandie existe-t-elle ?
» mon bébé se réveille la nuit alors qu'elle faisait ses nuits
» Chromagraphic NW20
» Sorcellerie
» ele n est pas gendarme,juste maitre chien mais elle a morfle!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des sympathisants du Modem :: Débats et projets :: Exprimez-Vous sur les grands thèmes :: Socio-Economie-
Sauter vers: